Vérification des correspondances interbibliques

Clément Crosnier, étudiant en M1 d’histoire et archéologie à l’Université Lyon 2, a effectué un stage de 3 semaines à l’Institut des Sources Chrétiennes, stage largement consacré à la vérification des tableaux de concordance biblique pour Biblindex. Il raconte son expérience…

« Ces tableaux sont des tableurs Excel présentant une vision synoptique de six ou cinq versions de la Bible dans cinq ou quatre langues différentes (selon l’existence ou non d’une version en hébreu).
Les tableaux donnent donc :

  • Le texte français de la Traduction Œcuménique de la Bible (TOB)
  • Le texte hébreu de la Biblia Hebraica Stuttgartensia (pour l’Ancien Testament évidemment) (BHS)
  • Le texte grec de la Septante ou du Nouveau Testament Grec (LXX ou NTG)
  • Le texte latin de la Vulgate de Saint Jérôme (VG)
  • Le texte français de la Bible de Jérusalem (BJ)
  • Le texte anglais de la New Revised Standart Apocrypha Bible (NRSA)

Les tableaux se présentent sous la forme suivante :

(1) Tableau synoptique
Le travail consistait en la vérification systématique, verset par verset, de la concordance sur chaque ligne du tableur entre les numéros de verset et entre les textes. Chaque variation de l’un de ces deux critères devait être signalée et – le cas échéant – corrigée.

Dans le cas où le texte ne concordait pas ou n’était pas aligné, il fallait procéder à un redécoupage du verset – avec l’introduction d’une nouvelle numérotation sous la forme 1,1a ; 1,1b ; 1,1c par exemple – pour rétablir la concordance.

Je me suis occupé des concordances pour : l’Évangile selon Marc (Mc), la IIe épître aux Corinthiens (2 Co), l’épître aux Galates (Ga), l’épître aux Éphésiens (Ep), l’épître aux Philippiens (Ph), l’épître aux Colossiens (Col), les deux épîtres aux Thessaloniciens (1 Th et 2 Th), les deux épîtres à Timothée (1 Tm et 2 Tm), l’épître à  Philémon (Phm), l’épître aux Hébreux (He), l’épître de Jacques (Jc), les deux épîtres de Pierre (1 P et 2 P), et les trois épîtres de Jean (1 Jn, 2 Jn et 3 Jn).

Il ne s’agit pas des livres bibliques pour lesquels les versions sont les plus divergentes ; les livres de l’Ancien Testament posent beaucoup plus de problèmes et semblent demander beaucoup plus de temps. La connaissance des langues requise pour ce travail n’était pas particulièrement importante ; la syntaxe du grec dans le Nouveau Testament est assez simple, sans fioriture rhétorique, et la syntaxe latine est très fortement et visiblement plaquée sur le grec. La présence du texte traduit en français dans la première colonne permettait de régler tous les éventuels problèmes de vocabulaire rendant la lecture et la compréhension des versions en langues étrangères – anciennes comme modernes – très aisée.

Dans la pratique, j’ai commencé par l’épître aux Galates, un texte assez bref, pour me familiariser avec l’exercice et commencer à cerner les problématiques afférentes. N’étant pas un spécialiste des textes envisagés et ne m’étant jamais trouvé face à ce genre de problématique, je me suis d’abord attaché définir les variations textuelles pertinentes, en éliminant celles qui relevait du choix de traduction. Il m’est rapidement apparu que plusieurs cas de figure pouvaient être placés dans cette catégorie :

(1) Les traductions relevant de la glose, c’est-à-dire, qui visent à expliciter le terme employé dans la version originale : par exemple, en Mc 6,48, la traduction du grec περὶ τετάρτην φυλακὴν τῆς νυκτὸς provoque une variation textuelle.

La version BJ choisit de coller au maximum au texte original en traduisant vers la quatrième veille de la nuit mais les versions de la TOB et de la NRSA introduisent une variation textuelle – d’ailleurs non parfaitement concordante – en choisissant de gloser par vers la fin de la nuit et early in the morning. Il s’agit évidemment d’expliquer au lecteur ce que signifie la quatrième veille de la nuit puisque cette réalité n’est plus compréhensible par les modernes. Ce genre de variations textuelles n’est pas pertinent pour le travail que j’ai effectué.

(2) Mc 6,48
Toujours dans cette catégorie se place un cas très fréquent où la glose ne concerne pas un terme renvoyant à une réalité oubliée mais permet de mieux comprendre le texte en explicitant les pronoms personnels employés par le texte grec et latin. Ainsi en Mc 14,1, là où les textes grec et latin ont πῶς αὐτὸν ἐν δόλῳ κρατήσαντες ἀποκτείνωσιν·et quomodo eum dolo tenerent et occiderent, les versions en langue moderne explicitent le pronom : comment arrêter Jésus par ruse pour le tuer (TOB) ; comment arrêter Jésus par ruse pour le tuer (BJ) et a way to arrest Jesus by stealth and kill him (NRSA).

(3) Mc 14,1

Il ne faut évidemment pas prendre en compte ce genre de variations textuelles, qui sont directement liées au génie des langues utilisées pour les différentes versions.

(2) Les traductions relevant d’un parti pris idéologique : l’exemple canonique, qui se répète inlassablement, est la traduction du terme grec ἀδελφοί par brothers and sisters dans la version de la NRSA. L’intention marquée du traducteur de la NRSA d’inclure les femmes dans les adresses à la communauté chrétienne tient plus du parti pris que de la traduction. Il ne s’agit toutefois pas, ici non plus, d’une variante pertinente.

(3) Un dernier point plus problématique concerne l’instabilité des nomina sacra. Il y a une tendance marquée à l’inflation ou à la variation dans la Vulgate. Ainsi en Mc 12,29, la autres versions donnent ῎Ακουε, ’Ισραήλ, κύριος ὁ θεὸς ἡμῶν κύριος εἷς ἐστιν (NTG) ; Ecoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur (TOB) ; Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur (BJ) ; Hear, O Israel: the Lord our God, the Lord is one (NRSA). Mais la Vulgate donne le texte audi Israhel Dominus Deus noster Deus unus est, en remplaçant donc Seigneur par Dieu.

(4) Mc 12,29
Et ce genre de modification de détail se reproduit assez fréquemment. Nous avons choisi de signaler systématiquement ces variations, bien qu’elles ne soient pas pertinentes en elles-mêmes, parce que certains des cas de figure qui se rattachent à cette instabilité des nomina sacra obligeaient à un redécoupage des versets. En Ep 3,14 par exemple, les autres versions ont πρὸς τὸν πατέρα (NTG) ; devant le Père (TOB) ; en présence du Père (BJ) ; before the Father (NRSA) là où la Vulgate donne bien ad Patrem mais en ajoutant Domini nostri Iesu Christi.

(5) Ep 3,14

Il a fallu dans ce cas créer un verset Ep 3,14b pour distinguer la partie du verset commune à toutes les versions de l’ajout présent dans la seule Vulgate.

En parallèle à ces cas non-pertinents ou limites, l’essentiel de mon travail a consisté à repérer et corriger trois types de variations :

(6) Mc 9,30-31
(1) La non-concordance dans la numérotation des versets. Le chapitre 8 de l’Évangile selon Marc comprend ainsi 39 versets dans la version de la Vulgate contre 38 dans les autres versions et le chapitre 9 en comporte 49 dans la version Vulgate contre 50 pour les autres.

Le texte était donc – à peu près – identique entre les versions, mais la numérotation n’était pas la même ce qui avait introduit un décalage sur l’ensemble du chapitre 9 dans le tableau. Il m’a donc fallu réaligner les versets pour que le texte corresponde, en indiquant la différence de la numérotation.  Le problème résidait dans la numérotation et non dans des variations textuelles.

La non-concordance du découpage des versets, c’est-à-dire les cas de figure où, pour un même texte donné, la coupure du verset ne se faisait pas au même endroit suivant les versions est un autre phénomène fréquent. Ainsi la coupure entre Ga 6,7 et 6,8 ne correspondait pas pour la Vulgate et les autres versions. Il a donc fallu réaligner le texte tout en conservant la numérotation propre à chaque version.

(7) Ga 6,7-8

(2) Parallèlement à ces problèmes issus de la numérotation, on rencontre un grand nombre de problèmes de texte. La présence de variations textuelles majeures, qu’elles se présentent sous la forme d’ajouts ou de retranchements, nécessite de créer artificiellement des fractions de verset pour que le texte concorde pour toutes les versions d’une ligne à l’autre.

(8) Mc 12,23
On trouve un exemple de retranchement dans le texte de la version NRSA pour Mc 12,23 : la proposition subordonnée en incise cum resurrexerint n’est pas présente dans la version anglaise.

On rencontre de même un exemple d’ajouts par rapport au texte donné par la majorité des versions dans le texte de la BJ pour 1Jn 2,2 :

(9) 1 Jn 2,2

Cette division entre ajouts et retranchements n’est d’ailleurs qu’une vue de l’esprit puisqu’elle ne pourrait se construire que par rapport à une version de base faisant office d’original ; or, dans la présentation donnée par les tableaux et dans l’optique du travail qui m’était assigné, il ne s’agissait évidemment pas de choisir la bonne version et d’amender les autres, mais de les traiter toutes sur un pied d’égalité.

(3) Une dernière catégorie –heureusement minoritaire – est composée des passages qui présentent une variation textuelle pertinente, nécessitant un redécoupage, mais pour lesquels l’ordre même du texte a été modifié de telle manière qu’il faudrait réorganiser les fragments pour que les textes de toutes les versions s’harmonisent. Ces changements d’ordre peuvent relever du choix de traduction comme en Jc 1,7-8 où la version de la NRSA intervertit les deux versets pour respecter la syntaxe anglaise :

(10) Jc 1,7-8

Le changement peut aussi relever de variations textuelles assez anodines quant au sens, mais dont la présence à la jointure entre deux versets rend la gestion délicate pour aligner les textes. C’est le cas en Mc 7,21-22 où la simple inversion de l’ordre des termes homicidia et furta dans la Vulgate par rapport aux autres versions a conduit à placer furta dans le verset 7,22 au lieu du verset 7,21 pour les autres :

(11) Mc 7,21-22

En définitive, les attendus de ce travail – au-delà d’une maitrise relative de l’anglais, du grec et du latin – étaient surtout une grande attention et une dose certaine de patience dans l’exécution pour ne pas se laisser distraire par le côté assez répétitif de la tâche. »

Clément Crosnier, avril 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *