Rahlfs ou Göttingen : quelle édition choisir pour Biblindex ?

Le 29 mai 2011

Le match en est-il un ? Ainsi présenté, il n’a pas vraiment de sens, puisqu’Alfred Rahlfs (1865-1935), dont on peut fêter ce 29 mai 2011 le 146e anniversaire de la naissance, a été le co-fondateur du Septuaginta Unternehmen de Göttingen, où il a travaillé sa vie durant. Le choix réside en réalité entre trois éditions de la Septante :

-       celle, complète, en deux volumes, d’A. Rahlfs (dont la publication en 1935 à Stuttgart a éclipsé celle de F.C. von Tischendorf, Vetus Testamentum græce iuxta LXX interpretes, Leipzig, 1887, et celle de H.B. Swete, The Old Testament in Greek According to the Septuagint, Cambridge, 1922) ;

-       celle, incomplète, d’A.E. Brooke et alii, The Old Testament in Greek, Cambridge 1906-1940 (Gn, Ex, Lv, Nb, Dt, Jos, Jg, Rt, 1-4 Rg, 1-2 Ch, 1-2 Esd, Est, Jdt, Tb)

-       et celle, encore inachevée, des continuateurs de Rahlfs à Göttingen (les volumes parus depuis 1974 sont : Gn, Ex, Lv, Nb, Dt, 1-2 Esd, Est, Jdt, Tb, 1-3 M, Ps-Od, Jb, Sa, Si, Is, XII, Jr, Ez, Dn)

En raison de son plus grand avancement, garantissant une plus grande constance, et du fait de son caractère véritablement critique, l’édition de Göttingen peut être préférée à celle de Cambridge dans le simple cadre d’un choix de norme éditoriale. Le match avec Rahlfs reste à jouer.

Haut la main, Rahlfs remporte le premier set : c’est lui qui fournit l’édition la plus complète, et aussi la plus répandue. C’est d’ailleurs la première fois dans l’histoire qu’un textus receptus de la Septante est si diffusé, à supposer qu’il y en ait eu un auparavant (l’édition sixtine de 1587 ?). Ce fait n’est pas du tout mineur, si l’on considère ces deux points : l’édition Rahlfs est le seul texte numérisé disponible et c’est aussi celui auquel l’utilisateur de Biblindex se référera spontanément et facilement.

Or en général, l’exigence scientifique veut qu’on utilise la meilleure édition critique comme référence : le but est de citer ce qui est censé être le plus proche de l’original, le mieux attesté ou le mieux vérifié. Göttingen gagne le 2e set.

Un problème se pose tout de même : le travail de l’équipe de Göttingen consiste à retrouver, certes en partie « par le biais », mais malgré tout, dans la plupart des cas, « en dépit » du texte biblique majoritaire cité par les Pères, la Septante la plus ancienne qui soit : l’objectif se situe bien en amont du corpus des auteurs chrétiens que vise principalement Biblindex, et lui est parfois contraire. De ce « Vieux Grec », le Vaticanus, qui sert de base à toutes les éditions, y compris celle de Rahlfs, peut être dans certains cas un témoin intéressant, mais dans l’ensemble les éditeurs anciens le choisissent aussi par commodité. Entre la gageure que représente la reconstitution assurée des textes originaux mis sous le nom des Septante et celle, encore moins envisageable, d’une édition synthétique « du » texte des Pères – il n’existe pas, bien sûr –, la commodité, jointe à la cohérence, n’est pas un pis-aller si déshonorant.

Il sera toujours nécessaire, bien entendu, de consulter les précieux apparats critiques de Göttingen, qui ont notamment l’avantage de fournir, quand c’est possible, une polarisation géographique des leçons, alexandrines ou antiochiennes, ce qui n’est pas sans importance pour l’analyse de tel ou tel texte patristique.

Un cas peut être étudié de plus près : celui de Daniel dans la version de Théodotion, qui est quasiment la seule citée par les Pères : dans ce cas, l’édition de Göttingen pourrait peut-être mieux correspondre au corpus de Biblindex.

La comparaison entre Rahlfs et l’édition de J. Ziegler parue en 1954 et rééditée en 1999 permet de mettre en évidence des différences (on trouvera sur la page http://www.sources-chretiennes.mom.fr/upload/doc/DanielTheodotionGoettingen.pdf le texte grec de Göttingen soit isolé soit comparé à celui de Rahlfs) : d’une part, sur un total de 530 versets comprenant Suzanne, Daniel, Bel et le serpent, il y en a 81, surtout aux chapitres 4 et 6, pour lesquels le découpage ou la numérotation est différente ; mais ceci n’a que peu de rapport avec les bibles anciennes. Plus pertinentes sont les quelque 225 différences textuelles – en dehors du nu éphelcystique et de l’accentuation –, pour lesquelles la consultation des apparats critiques est très instructive. En effet, dans presque tous les cas, on peut observer que Göttingen est fidèle à la règle selon laquelle la leçon la plus courte, ou non attestée ailleurs, est la « meilleure » : concrètement, le texte de Göttingen est un peu plus court, car émondé de dizaine de mots qui correspondent soit au texte de la Vieille Septante (tel qu'édité à nouveau frais par O. Munnich en 1999 en regard du texte de Théodotion), soit au texte massorétique, soit à un parallèle dans un autre livre biblique. Parmi les témoins supportant le texte de Göttingen, on trouve bien sûr quelques Pères, mais il s’agit d’une minorité. Les éditeurs de Göttingen, il est vrai, n’ont pas dû collationner tous les textes patristiques (sinon il « suffirait » à Biblindex de numériser les cahiers de collations de Göttingen !), mais en priorité les commentaires exégétiques et si possible les écrits les plus anciens. On peut toutefois penser que le « panel », ou plutôt le corpus collationné dans l’état où les textes ont été transmis, est représentatif et que le texte de Göttingen a globalement moins de chances de correspondre précisément au texte cité par les auteurs visés par Biblindex ; plus court, il entraînerait notamment dans les relevés de références un nombre d’omissions aussi impressionnant qu’inutile. Jeu, set et match, Rahlfs bat Göttingen 2 sets à 1.

Disponibilité sous forme numérique, diffusion universelle en tant que standard, intégralité du corpus considéré, fiabilité – au moins relative – du texte critique, meilleure adaptation à la visée et au corpus de Biblindex, gain de temps et d’énergie enfin : l’édition de Rahlfs a tous les atouts dans son jeu, encore fallait-il dire lesquels et pourquoi.

Quant à l’édition révisée par R. Hanhart en 2006, elle est encore peu répandue, et ne comporte, en dehors des accents, que 2 modifications textuelles : Is 5,17 ἀπειλημμένων devient ἀπηλειμμένων et Is 53,2 ἀνηγγείλαμεν devient (par conjecture) ἀνέτειλε μέν.

Concernant, enfin, les textes alternatifs dans l’édition Rahlfs elle-même, on peut consulter le billet déjà publié : http://biblindex.hypotheses.org/430


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">