Complémentarité des approches quantitatives et qualitatives dans Biblindex

Une vidéo de 27 minutes d’une communication faite sur ce thème lors de la journée d’études Enjeux et méthodes des analyses de données quantitatives et qualitatives (Lyon, 27 janvier 2017) est disponible sur YouTube à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=5L9P8nva2-8&feature=youtu.be

Vérification des correspondances interbibliques

Clément Crosnier, étudiant en M1 d’histoire et archéologie à l’Université Lyon 2, a effectué un stage de 3 semaines à l’Institut des Sources Chrétiennes, stage largement consacré à la vérification des tableaux de concordance biblique pour Biblindex. Il raconte son expérience…

« Ces tableaux sont des tableurs Excel présentant une vision synoptique de six ou cinq versions de la Bible dans cinq ou quatre langues différentes (selon l’existence ou non d’une version en hébreu).
Les tableaux donnent donc :

  • Le texte français de la Traduction Œcuménique de la Bible (TOB)
  • Le texte hébreu de la Biblia Hebraica Stuttgartensia (pour l’Ancien Testament évidemment) (BHS)
  • Le texte grec de la Septante ou du Nouveau Testament Grec (LXX ou NTG)
  • Le texte latin de la Vulgate de Saint Jérôme (VG)
  • Le texte français de la Bible de Jérusalem (BJ)
  • Le texte anglais de la New Revised Standart Apocrypha Bible (NRSA)

Les tableaux se présentent sous la forme suivante :

(1) Tableau synoptique
Le travail consistait en la vérification systématique, verset par verset, de la concordance sur chaque ligne du tableur entre les numéros de verset et entre les textes. Chaque variation de l’un de ces deux critères devait être signalée et – le cas échéant – corrigée.

Dans le cas où le texte ne concordait pas ou n’était pas aligné, il fallait procéder à un redécoupage du verset – avec l’introduction d’une nouvelle numérotation sous la forme 1,1a ; 1,1b ; 1,1c par exemple – pour rétablir la concordance.

Je me suis occupé des concordances pour : l’Évangile selon Marc (Mc), la IIe épître aux Corinthiens (2 Co), l’épître aux Galates (Ga), l’épître aux Éphésiens (Ep), l’épître aux Philippiens (Ph), l’épître aux Colossiens (Col), les deux épîtres aux Thessaloniciens (1 Th et 2 Th), les deux épîtres à Timothée (1 Tm et 2 Tm), l’épître à  Philémon (Phm), l’épître aux Hébreux (He), l’épître de Jacques (Jc), les deux épîtres de Pierre (1 P et 2 P), et les trois épîtres de Jean (1 Jn, 2 Jn et 3 Jn).

Il ne s’agit pas des livres bibliques pour lesquels les versions sont les plus divergentes ; les livres de l’Ancien Testament posent beaucoup plus de problèmes et semblent demander beaucoup plus de temps. La connaissance des langues requise pour ce travail n’était pas particulièrement importante ; la syntaxe du grec dans le Nouveau Testament est assez simple, sans fioriture rhétorique, et la syntaxe latine est très fortement et visiblement plaquée sur le grec. La présence du texte traduit en français dans la première colonne permettait de régler tous les éventuels problèmes de vocabulaire rendant la lecture et la compréhension des versions en langues étrangères – anciennes comme modernes – très aisée.

Dans la pratique, j’ai commencé par l’épître aux Galates, un texte assez bref, pour me familiariser avec l’exercice et commencer à cerner les problématiques afférentes. N’étant pas un spécialiste des textes envisagés et ne m’étant jamais trouvé face à ce genre de problématique, je me suis d’abord attaché définir les variations textuelles pertinentes, en éliminant celles qui relevait du choix de traduction. Il m’est rapidement apparu que plusieurs cas de figure pouvaient être placés dans cette catégorie :

(1) Les traductions relevant de la glose, c’est-à-dire, qui visent à expliciter le terme employé dans la version originale : par exemple, en Mc 6,48, la traduction du grec περὶ τετάρτην φυλακὴν τῆς νυκτὸς provoque une variation textuelle.

La version BJ choisit de coller au maximum au texte original en traduisant vers la quatrième veille de la nuit mais les versions de la TOB et de la NRSA introduisent une variation textuelle – d’ailleurs non parfaitement concordante – en choisissant de gloser par vers la fin de la nuit et early in the morning. Il s’agit évidemment d’expliquer au lecteur ce que signifie la quatrième veille de la nuit puisque cette réalité n’est plus compréhensible par les modernes. Ce genre de variations textuelles n’est pas pertinent pour le travail que j’ai effectué.

(2) Mc 6,48
Toujours dans cette catégorie se place un cas très fréquent où la glose ne concerne pas un terme renvoyant à une réalité oubliée mais permet de mieux comprendre le texte en explicitant les pronoms personnels employés par le texte grec et latin. Ainsi en Mc 14,1, là où les textes grec et latin ont πῶς αὐτὸν ἐν δόλῳ κρατήσαντες ἀποκτείνωσιν·et quomodo eum dolo tenerent et occiderent, les versions en langue moderne explicitent le pronom : comment arrêter Jésus par ruse pour le tuer (TOB) ; comment arrêter Jésus par ruse pour le tuer (BJ) et a way to arrest Jesus by stealth and kill him (NRSA).

(3) Mc 14,1

Il ne faut évidemment pas prendre en compte ce genre de variations textuelles, qui sont directement liées au génie des langues utilisées pour les différentes versions.

(2) Les traductions relevant d’un parti pris idéologique : l’exemple canonique, qui se répète inlassablement, est la traduction du terme grec ἀδελφοί par brothers and sisters dans la version de la NRSA. L’intention marquée du traducteur de la NRSA d’inclure les femmes dans les adresses à la communauté chrétienne tient plus du parti pris que de la traduction. Il ne s’agit toutefois pas, ici non plus, d’une variante pertinente.

(3) Un dernier point plus problématique concerne l’instabilité des nomina sacra. Il y a une tendance marquée à l’inflation ou à la variation dans la Vulgate. Ainsi en Mc 12,29, la autres versions donnent ῎Ακουε, ’Ισραήλ, κύριος ὁ θεὸς ἡμῶν κύριος εἷς ἐστιν (NTG) ; Ecoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur (TOB) ; Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur (BJ) ; Hear, O Israel: the Lord our God, the Lord is one (NRSA). Mais la Vulgate donne le texte audi Israhel Dominus Deus noster Deus unus est, en remplaçant donc Seigneur par Dieu.

(4) Mc 12,29
Et ce genre de modification de détail se reproduit assez fréquemment. Nous avons choisi de signaler systématiquement ces variations, bien qu’elles ne soient pas pertinentes en elles-mêmes, parce que certains des cas de figure qui se rattachent à cette instabilité des nomina sacra obligeaient à un redécoupage des versets. En Ep 3,14 par exemple, les autres versions ont πρὸς τὸν πατέρα (NTG) ; devant le Père (TOB) ; en présence du Père (BJ) ; before the Father (NRSA) là où la Vulgate donne bien ad Patrem mais en ajoutant Domini nostri Iesu Christi.

(5) Ep 3,14

Il a fallu dans ce cas créer un verset Ep 3,14b pour distinguer la partie du verset commune à toutes les versions de l’ajout présent dans la seule Vulgate.

En parallèle à ces cas non-pertinents ou limites, l’essentiel de mon travail a consisté à repérer et corriger trois types de variations :

(6) Mc 9,30-31
(1) La non-concordance dans la numérotation des versets. Le chapitre 8 de l’Évangile selon Marc comprend ainsi 39 versets dans la version de la Vulgate contre 38 dans les autres versions et le chapitre 9 en comporte 49 dans la version Vulgate contre 50 pour les autres.

Le texte était donc – à peu près – identique entre les versions, mais la numérotation n’était pas la même ce qui avait introduit un décalage sur l’ensemble du chapitre 9 dans le tableau. Il m’a donc fallu réaligner les versets pour que le texte corresponde, en indiquant la différence de la numérotation.  Le problème résidait dans la numérotation et non dans des variations textuelles.

La non-concordance du découpage des versets, c’est-à-dire les cas de figure où, pour un même texte donné, la coupure du verset ne se faisait pas au même endroit suivant les versions est un autre phénomène fréquent. Ainsi la coupure entre Ga 6,7 et 6,8 ne correspondait pas pour la Vulgate et les autres versions. Il a donc fallu réaligner le texte tout en conservant la numérotation propre à chaque version.

(7) Ga 6,7-8

(2) Parallèlement à ces problèmes issus de la numérotation, on rencontre un grand nombre de problèmes de texte. La présence de variations textuelles majeures, qu’elles se présentent sous la forme d’ajouts ou de retranchements, nécessite de créer artificiellement des fractions de verset pour que le texte concorde pour toutes les versions d’une ligne à l’autre.

(8) Mc 12,23
On trouve un exemple de retranchement dans le texte de la version NRSA pour Mc 12,23 : la proposition subordonnée en incise cum resurrexerint n’est pas présente dans la version anglaise.

On rencontre de même un exemple d’ajouts par rapport au texte donné par la majorité des versions dans le texte de la BJ pour 1Jn 2,2 :

(9) 1 Jn 2,2

Cette division entre ajouts et retranchements n’est d’ailleurs qu’une vue de l’esprit puisqu’elle ne pourrait se construire que par rapport à une version de base faisant office d’original ; or, dans la présentation donnée par les tableaux et dans l’optique du travail qui m’était assigné, il ne s’agissait évidemment pas de choisir la bonne version et d’amender les autres, mais de les traiter toutes sur un pied d’égalité.

(3) Une dernière catégorie –heureusement minoritaire – est composée des passages qui présentent une variation textuelle pertinente, nécessitant un redécoupage, mais pour lesquels l’ordre même du texte a été modifié de telle manière qu’il faudrait réorganiser les fragments pour que les textes de toutes les versions s’harmonisent. Ces changements d’ordre peuvent relever du choix de traduction comme en Jc 1,7-8 où la version de la NRSA intervertit les deux versets pour respecter la syntaxe anglaise :

(10) Jc 1,7-8

Le changement peut aussi relever de variations textuelles assez anodines quant au sens, mais dont la présence à la jointure entre deux versets rend la gestion délicate pour aligner les textes. C’est le cas en Mc 7,21-22 où la simple inversion de l’ordre des termes homicidia et furta dans la Vulgate par rapport aux autres versions a conduit à placer furta dans le verset 7,22 au lieu du verset 7,21 pour les autres :

(11) Mc 7,21-22

En définitive, les attendus de ce travail – au-delà d’une maitrise relative de l’anglais, du grec et du latin – étaient surtout une grande attention et une dose certaine de patience dans l’exécution pour ne pas se laisser distraire par le côté assez répétitif de la tâche. »

Clément Crosnier, avril 2014

Holmes et Parsons, un trésor de variantes patristiques

Où trouver ou vérifier des variantes patristiques de la Septante quand l’édition de Cambridge manque et que celle de Göttingen n’existe pas encore ?

Dans celle de Robert Holmes et Jacob Parsons, bien sûr : Vetus testamentum Graecum cum variis lectionibus, Oxford, Clarendon Press, 1798-1827. L’édition se fonde sur le texte de l’édition sixtine (Rome, 1587), elle-même fondée principalement sur le Vaticanus, mais de toutes les éditions existantes, elle offre l’apparat critique de loin le plus riche – même si sa rigueur a fait l’objet de critiques. L’aventure a commencé en 1788 avec une campagne de financement et un large appel à collaborations, jusque sur le continent. Les collations faites par les nombreux contributeurs et spécialistes, remerciés dans les premières pages du premier volume, remplissent à elles seules 64 volumes de la Bodléienne…

Les 5 tomes en 4 volumes in-folio, tous publiés (sauf le premier) par Jacob Parsons après la mort de Robert Holmes en 1805, n’ont ni pagination ni foliotation. Voici succintement le contenu de chacun :

vol. 1 / t. I, 1798 : Pentateuque
vol. 2 / t.II, 1818 : Jos, Jg, Rt, 1-4 Rg, 1-2 Ch
vol. 3 / t.III, 1823 : Esd, Ne, Est, Jb, Ps, Pr, Qo, Ct
vol. 4 / t.IV, 1827 : Is, Jr, Lm, Ez, Dn Θ, Dn O’, XII
vol. 4 / t. V, 1827 : Esd α’, Tb, Jdt, Ba, EpJr, Suzanne, Bel, Sg, Si, 1-3 M

Ce dernier tome comporte des addenda et emendanda aux t. III à V (à télécharger ICI), ainsi qu’une liste des 311 manuscrits utilisés, dont 13 manuscrits en onciales[1] (manquent les références précises aux textes patristiques invoqués dans l’apparat, ainsi que les sources, manuscrites et imprimées, des leçons tirées de la Vieille Latine et des versions coptes, arabe, slavonne, arménienne et géorgienne) :

Holmes Parsons V liste mssLe document ci-dessus a été réalisé d’après des photos faites sur l’exemplaire, malheureusement un peu abîmé, de la Bibliothèque Municipale de Lyon.

Les numéros des manuscrits de Holmes et Parsons ont été repris par Rahlfs dans la Verzeichnis der griechischen handschriften des Alten Testaments (Mitteilungen des Septuaginta-Unternehmens 2, Berlin 1914, téléchargeable sur http://rep.adw-goe.de/handle/11858/00-001S-0000-0022-A312-7) – voir notamment p. 335-337 (cette description a été revue et augmentée par Detlef Fraenkel en 2004 à Göttingen pour les manuscrits jusqu’au 8e siècle : Verzeichnis der griechischen handschriften des Alten Testaments. Bd. I,1. Die Überlieferung bis zum VIII. Jahrhundert).

Le vrai souci est de trouver des exemplaires. Googlebooks ne propose que les tomes 1 (https://books.google.fr/books/about/Vetus_Testamentum_Graecum_cum_variis_lec.html?id=ytFciPVntCoC&redir_esc=y) et 3 (http://books.google.com/books?id=sRDdAQznKtcC), parce que les in-folios comme tous les grands formats ne sont pas scannés en priorité.

En France on trouve l’ensemble des volumes au moins à la BM de Lyon, à la BNU de Strasbourg et à la BOSEB (Paris). Des fichiers d’Esd α’, Sg, Dn Θ, Dn O’, Suzanne, Bel peuvent m’être demandés par mail (guillaume.bady@mom.fr).

 


[1] H. B. Swete, An Introduction to the Old Testament in Greek, Cambridge, 1902, p. 186, corrige ce chiffre : 297 manuscrits distincts dont 20 onciaux.

Références scripturaires dans les Paraboles de Bernard de Clairvaux

Séminaire du 27 juin 2011 (Laurence Mellerin)

Voir aussi : Bernard de Clairvaux dans Biblindex

 

Présentation d’un travail en cours sur les Paraboles de st Bernard : apparat pas terminé, données à rapprocher d’autres travaux en cours sur les autres œuvres, mais essai sur un texte limité (350 réfs. environ) et d’un genre particulier, pour lequel la probabilité est grande que l’usage biblique soit différent des grandes séries de Sermons.

Tous les chiffres donnés dans cette étude sont approximatifs et seront reprécisés au terme du travail. Ils donnent cependant des ordres de grandeur.

– Comment concilier au moment de la préparation de l’apparat les objectifs SC et les objectifs Biblindex

– Interrogations, à partir de l’exemple de Bernard, sur l’intérêt des approches statistiques, ie celles que veut permettre Biblindex pour donner accès à des informations pas toujours détectables

Deux lignes de recherche :

–          Ce que l’étude des références script. peut apporter à notre connaissance du texte des Paraboles (authenticité)

–          Les spécificités bibliques des Paraboles, et ce que leur étude peut apporter à notre connaissance de la Bible de Bernard

Ne sont donnés ici que certains aspects de l’exposé fait en séminaire, car il s’agissait surtout de matériaux préparatoires à une étude qui sera intégrée dans l’introduction du volume à paraître des Sources Chrétiennes.

Recours à la Bible pour confirmer l’authenticité d’une Parabole

Proportion des références scripturaires

Environ 350 références scripturaires / 43 pages SBO, soit 8, 14 réf / page SBO. Comparaison quantitative avec les premiers Sermons divers, ie aussi le reflet de la prédication orale, pas ou peu retravaillés pour la postérité, mais vraisemblablement rédigés par Bernard lui-même : 1200 pour 105 pages SBO, soit 11, 5 réf / page SBO. On a donc environ 30% de références bibliques en moins, ce qui en soi est déjà un indice très fort de la non rédaction par Bernard lui-même.

Mais il faut affiner parabole par parabole.

Parabole

Nb de références scripturaires

Nb de réfs rapporté au nb de pages

1

61

10,2 / p

2

67

9, 6 /p

3

17

5, 7 / p

4

64

12, 8 / p

5

21

5, 25 / p

6 (sent.)

10

5 / p

6 (par.)

22

2, 9 / p

7

80

11, 5 / p

8 (résumé)

0

0 / p

Les Paraboles 3 et surtout 8 sont très brèves. En revanche, Par 6 (7 pages ½, la plus longue) à étudier de près.

Analyse quantitative et qualitative

Très peu de Bible : hypothèse la plus probable compte tenu de la tradition manuscrite, une rédaction très éloignée, des notes mises en forme par qq qui n’avait pas la culture biblique de Bernard.

Vont dans le sens de cette hypothèse plusieurs observations, ci-dessous quelques exemples :

–          Très peu de Bible, mais dans ces références, une forte proportion (environ 65%) de références habituelles, voire très habituelles, chez saint Bernard

–          Plus forte proportion d’allusions pures et simples, qui ne sont pas dans la manière de Bernard, mais sur des textes et thèmes qu’il utilise fréquemment par ailleurs.

  • Allusion sans point d’ancrage biblique à Phil 3, 13-14
  • « et ceteros fructus Spiritus quos enumerat Apostolus », allusion à Ga 5, 22-23.  Dans ses textes rédigés, Bernard donne tout ou partie de la liste : Sct 63, 5, ou encore Par 2, 7 ; Par 1 bis (PAAC 18, p. 52).
  • Citation de Ct 2, 6, laeva eius sub capite meo et dextera illius amplexabitur me, avec simple allusion à leur interprétation comme vie active et vie contemplative qu’il développe ailleurs (voir AdvA 4, 1), mais ici inversée : « ici pourtant la gauche désigne la contemplation et la droite l’action, par cette comparaison selon laquelle nous tenons souvent notre gauche cachée sous nos vêtements, tout en exposant plus souvent notre droite pour notre travail. »  Or Bernard fluctue dans ses diff textes sur l’interprétation de la gauche et de la droite, et on peut voir ici une clef, très concrète, pour comprendre ces fluctuations…

–          Quelques indices dans les formes textuelles :

La citation de Mt 13, 43, fulgebunt iusti sicut sol, comporte l’inversion (Vg iusti fulgebunt) récurrente chez Bernard et minoritaire dans les textes patristiques

Recours à la Bible pour choisir entre deux recensions d’un même texte

Pour la Parabole I, De filio regis, attributions explicites à Bernard nombreuses (cf. Rochais, Enquête, p. 36), mais  il en existe une autre rédaction, d’après Engelberg 33, fol. 149-151v (Enquête, p. 51-57). Et il existe une grande parabole composite qui amalgame I à III (Enquête, p. 57-66).

Le texte des SBO semble plus originel que la rédaction d’Engelberg, et les arguments bibliques sont déterminants pour le montrer.

Raisons littéraires et/ou thématiques

Ex. Ga 4, 2 présent en Par 1, 1 mais pas dans recension Engelberg : comparaison entre les deux versions de la même idée.

SBO : Puero delicato (Jr 31, 20) paedagogos delegavit Legem (cf. Ga 3, 24) et Prophetas, ceterosque tutores et actores usque ad praefinitum tempus (Ga 4, 2) eius consummationis.

Engelberg : Custodes et paedagogos, quia puer erat, ei providit, id est praelatos ecclesiae, a quibus verbo informaretur et exemplo.

Il lui attribua, comme à un enfant délicat, des précepteurs : la Loi et les Prophètes, et tous les autres tuteurs et intendants, jusqu’au temps fixé de son accomplissement.

Le premier texte garde une résonance beaucoup plus riche.

–          Ambivalence des termes « delicatus » et « consummatio », à interpréter aussi bien comme renvoyant à la « fragilité » d’un enfant qui n’a pas atteint sa « maturité » qu’à un enfant « chéri » (Jr : Ephraim fils chéri) qui est en chemin vers son « accomplissement » eschatologique.

–          Lecture eschatologique confirmée par autre emploi de Ga 4, 2 en QH 12, 7 (SBO IV, p. 461, l. 25) : « Aussi, frères, en Dieu aimons ses anges avec affection, comme étant plus tard nos cohéritiers, et dans cet entre temps les intendants et tuteurs que le Père a établis, préposés sur nous. Car « dès maintenant nous sommes enfants de Dieu, même si cela n’apparaît pas encore », parce que nous sommes encore de petits enfants soumis à des intendants et à des tuteurs, comme ne différant en rien, en cet entre-temps, des serviteurs. »

Nuances perdues dans l’autre recension, qui ne considère que le rôle pédagogique de l’Eglise. De même auparavant, polysémie du « filius regis » perdue, tout de suite interprétée comme l’homme régénéré par le baptême, alors que tension Adam/ prince médiéval/ baptisé à tenir.

Raisons textuelles

Ex. Gn 2, 17

Dans les deux versions, on trouve une citation de Gn 2, 17 :

Manducavit de ligno scientiae boni et mali / gustasse de ligno scientiae boni et mali

Or Bernard emplie régulièrement comedere, manducare au lieu du vesci de la Vulgate, mais jamais gustare

Un genre littéraire qui implique un recours particulier à la Bible

La culture particulière des destinataires

Mélange de deux horizons culturels : chevalerie et amour courtois, monastère.

– Lien particulier avec les récits bibliques : geste de grands guerriers, histoires d’amour qui présentent un écho thématique avec cette culture.

Hypothèse de J. Leclercq, à creuser : Bernard part consciemment d’un thème biblique, ses auditeurs des réalités quotidiennes et en particulier des sensations de leur corps (Combats, p. 393)

« Des épées ? Il y en a dans la Bible et dans les châteaux. Ainsi, toujours, une image contemporaine et une image biblique s’appellent et se commentent l’une l’autre » (Combats, p. 393)

Une pastorale de l’imagination

Galand de Reigny, Préface : « (mon abbé Dom Julien) m’a enjoint en effet de m’exprimer en comparaisons et en paraboles, et de toucher à de très nombreux sujets, en usant plutôt d’expressions figurées que de termes propres : car d’aucuns entendent plus volontiers ce qu’on dit en paraboles, par métaphore. » (…) « Par ailleurs, quoi d’étonnant si je n’use pas d’expressions ornées (phaleratis sermonibus) et me garde d’imiter les enjolivements des philosophes (philosophicas facetias), puisqu’avec des mots aussi simples je n’arrive qu’à grand-peine à exprimer ce que je veux dire ? Cependant, même après avoir bu leur content du meilleur vin, d’aucuns prennent volontiers un peu d’eau ; ou bien, après de gras et délicieux festins, ils ont plaisir à manger des légumes verts ou des fruits ; ou, après avoir longtemps discuté de choses sérieuses, ils échangent des propos divertissants comme pour alléger leur labeur. Et toi aussi, lecteur, tu peux, si le cœur t’en dit, t’abaisser de temps en temps à lire ces légers riens (haec tenuia et minima), puis, ainsi rajeuni, te remettre à explorer les pensées profondes des docteurs[1]. »

Pas discours théologiques, abstractions, mais des récits simples et accessibles

Se rappeler que la majorité des moines (et a fortiori des convers) ne savent pas ou peu lire. Qu’ils ne connaissent de la Bible que ce que la liturgie leur en fait connaître, et les entretiens de l’abbé.

Les Paraboles ont une double finalité :

–          tromper l’ennui, l’acédie des auditeurs par l’intérêt que suscite la forme narrative ; nourrir l’imagination plutôt que la raison : non pas l’imagination comme espace des tromperies, mais celui de la création, des associations d’idées. Jeu sur le principe d’identification, la recherche du plaisir de l’histoire, la tension dramatique, etc

–          édifier avec un enseignement spirituel, éduquer la foi dans la discipline monastique : tjrs dénouement joyeux, dans la confiance en l’abbé qui parle

Une ouverture spécifique à l’allégorie

L’histoire du salut

La mise en abyme des paraboles bibliques

La Bible de la liturgie

Voir si on peut repérer une prégnance particulière des textes liturgiques dans les Paraboles.

Quelques lieux repérés :

Gn 3, 9 : Adam, ubi es ? Par 7

Bernard à la suite du répons Dum deambularet des matines du mardi après la Septuagésime, ajoute Adam.

Gen. 3, 18 ; Gen. 4, 12 (Lit.), Par 7

Cum operarer eam, non dabat fructus suos, sed spinas et tribulos germinabit mihi.

Le répons In sudore du lundi après la Septuagésime réunit de cette façon ces 2 versets bibliques de la Genèse (voir SCt 48, 1, l. 4, p. 310-311, n. 1).

Visio pacis, Par 3

On a là une allusion aux premiers mots de l’hymne des vêpres de la Dédicace: Urbs Ierusalem beata / Dicta pacis visio (texte cistercien), « Jérusalem, bienheureuse ville / Qui a reçu le nom de Vision de paix ». Ces thèmes se retrouvent en NatV 2, 1 (SBO IV, 204, l. 12-14) et en particulier Ded 3, 3 (SBO V, 381, l. 15). (Ep 64, 2, l. 6, p. 227, n. 2).

Jn 1, 29 (Lit.) Par 6, 3

Agnus Dei qui tollit peccata mundi

Peccata, au pluriel, comme à l’ordinaire de la messe: dans le chant Agnus Dei ou dans le texte Ecce Agnus Dei.

La Bible mémorisée par Bernard

Nous donnent donc sans doute un accès plus direct à la Bible mémorisée de Bernard. Ce qu’il citait spontanément, oralement

Par ex, façon d’introduire et de modifier : changement de personnes dans l’utilisation des citations, mots-crochets, rôle de la liturgie dans la mémorisation

–          Simples réminiscences d’expressions sans aucun lien apparent au premier abord avec le contexte biblique : ex. Par 2, 2 : les soldats de Babylone tinrent conseil (collegerunt consilium) au sujet de l’évasion du citoyen de Jérusalem qu’ils avaint capturé ; cette expression forme le seul lien visible dans le texte avec l’épisode de la résurrection de Lazare, où les Pharisiens tiennent aussi conseil. 2 mots apparemment anodins qui révèlent tout un univers mental. (Jn 11, 47)

–          Les enchaînements de citations par mots-crochets :

Ex. Par IV, 5 : hereditate sibi vindicaverunt sanctuarium Dei[2] et polluerunt tabernaculum nominis eius[3], non Deo in eo, sed voluntatibus et voluptatibus suis servientes[4]

Le mot sanctuarium sert de charnière implicite.

1.     Approches statistiques

Répartition spécifique des livres bibliques

Les livres bibliques cités : 47 livres bibliques cités. Pas de conclusion globale à en tirer, il s’agit des livres habituels de Bernard.

En revanche, des conclusions très nettes se dégagent d’une comparaison entre la répartition des livres bibliques cités dans les Paraboles par rapport au reste de l’œuvre de Bernard :

 

Répartition dans Par par livres

Nb de réfs dans Par

% dans réfs des Paraboles

% dans réfs de l’œuvre globale

Pentateuque

Gn (24) + Ex (13) + Nb (3) + Dt (1)

41

11,9 %

(Gn 2- 3 : 6 %)

7 %

(Gn 2-3 : 1, 2 %)

Livres historiques

Jos (2) + Juges (3) + Sam-Rois (23) + Chr (1) + 1M (3)

32

9, 3 %

4 %

Prophètes

Is (21) + Jr (4) + Ez (5) + Dn (6) + Amos (1) + Osée (3) + Michée (1)

41

11, 9 %

9%

Ecrits de sagesse

Sg (7) + Sir (6) + Pr (9) + Qo (3) + Jb (6)

31

9 %

6%

Cantique

 

14

4 %

2, 3%

Récits

Jd (3) + Tb (2)

5

1,5 %

0,5%

Psaumes

 

66

19 %

17,5 %

Evangiles et Actes

Mt (29) + Lc (19) + Jn (11) + Mc (4) + Actes (5)

68

19, 5 %

26,2 %

Lettres pauliniennes

Rm (9) + 1 Co (3) + 2 Co (8) + Ga (5) + Ep (4) + Ph (3) + 1Th (1) + 2Th (2) + 2 Tm (2) + Tt (2)

39

11,3%

20 %

Autres épîtres

1 Jn (3) + 1 P (5) + He (2)

10

2,9 %

5%

Apocalypse

 

6

1,7 %

1, 1 %

Sur l’ensemble de l’œuvre de Bernard, le NT représente en moyenne 55% des références. Ici, seulement 35 %.

La place des chap. 2-3 (21/24 cit de Gn, toutes dans les Par 1 et 7) de la Genèse est considérablement accrue. Toutes ces citations sont nombreuses dans le reste de l’œuvre de Bernard.

Celle des livres historiques aussi, considérablement accrue

Celle des Evangiles et des épîtres pauliniennes considérablement réduite.

Innovations spécifiques aux Paraboles

Proportion de références scripturaires typiquement bernardines

Réfs usuelles chez Bernard

193

56 %

Dont 48, soit 14 %, très fréquentes (10 occ. ou plus dans l’ensemble de l’œuvre)

Réfs qu’on ne retrouve que dans 1 ou 2 autres textes de Bernard (hors Sentences)

55

16 %

 

Réfs qui ne figurent que dans Par ou Sent

97

28 %

Dont 66, soit 19 %, seulement dans les Paraboles

–          Le corpus scripturaire confirme globalement l’attribution des Paraboles à saint Bernard

–          Mais il faut s’interroger sur une part non négligeable de ce corpus : un % de textes non cités ailleurs est nécessaire, mais quelles peuvent être les raisons d’introduction de ces textes ? Besoins spécifiques du genre littéraire, du contexte ; culture biblique des transmetteurs de ces prédications orales.

 

 

Répartition dans Par par livres

Nb de réfs usuelles chez Bd

Nb de réfs présentes dans 1 ou 2 œuvres autres

Nb de réfs spécifiques aux Par

total

345

193

59

93

Genèse 2-3

21

21 (100%)

0

0

Reste de Gn

3

0

2

1

Exode

13

3

4

6

Nb et Dt

4

1

0

3

Jos et Juges

5

0

3

2

Sam-Rois, 1 Ch, 1 M

27

3

5 (18,5%)

19 (70%)

Isaïe

21

11

1

9

Autres prophètes

20

4

8

8

Ecrits de sagesse

31

10

3

18

Cantique

14

13 (93%)

0

1

Jd et Tb

5

0

0

5 (100%)

Psaumes

66

37 (56%)

14

15

Mt

29

24 (93%)

4

1

Lc

19

14 (74%)

2

3

Jn

11

5

3

3

Mc

4

2

2

0

Actes

5

2

2

1

Lettres pauliniennes

39

31 (80%)

3

5

Autres épîtres

10

10 (100%)

0

0

Apocalypse

6

2 (33%)

0

4

On peut penser a priori qu’on va trouver le plus de versets nouveaux dans les groupes de livres dont le pourcentage global a nettement augmenté.

Cette hypothèse est vérifiée pour un certain nombre de textes :

–          Pour Gn et Ct, pas de surprise : tous les versets de Gn 2-3, et 13/14 versets du Cantique sont abondamment cités ailleurs dans l’œuvre de Bernard. Les innovations concernent donc essentiellement l’Exode.

–          83% de Mt est usuel, en particulier Mt 5 avec le texte des béatitudes qui figure essentiellement dans la Parabole 7 ; 74 % de Luc est usuel, en particulier la parabole de l’enfant prodigue de la Parabole 1. Epîtres du NT sans innovation à 84%. Pour le NT, on peut considérer que le pourcentage d’innovation est simplement « normal ».

–          Les références aux livres historiques sont presque exclusivement des innovations ou des raretés : 100% de Josué-Jg, 89% de Sam-Rois.

Seulement 45% de Jean et 50% de Marc et 40% des Actes, mais les échantillons sont trop petits pour être représentatifs.

Fait remarquable : Alors même que le pourcentage des textes psalmiques dans les Paraboles est proche du pourcentage général dans l’œuvre de Bernard, presque la moitié (44%) des 66 versets de Ps cités dans les Par apparaissent moins de 2 fois ailleurs dans l’œuvre de Bernard. Les Paraboles vont donc puiser dans un répertoire psalmique différent de celui des grands sermons et des traités : à vérifier, mais correspond sans doute à la liturgie que connaissait les auditeurs de Bernard.

Utilisation des textes historiques

Pas du tout recours à de grands épisodes, pas de références à des faits pour eux-mêmes. A une notable exception près : le récit du sac de Jérusalem et la seconde déportation, à l’extrême fin du 2e livre des Rois, en 587. Allusion à tout l’épisode en Par 5, 4. Parce que scène initiale de la situation de l’homme aujourd’hui.

Souvent de très courtes allusions.

–          mélange de scènes et de personnages bibliques d’époques différentes : par ex le début de la Parabole IV : l’Eglise est captive en Egypte sous le joug de Pharaon, David accourt pour la délivrer, et Isaïe, puis en 2 les patriarches et les prophètes

–          mélange de livres historiques, de psaumes, d’épîtres pauliniennes pour exprimer un sentiment de détresse. Ex. la Prière résume la situation au Roi :

Et Oratio : « Recte[5], mi Domine, vestri gratia. Porro unum est necessarium[6]. Servus ille vester a cornibus unicornium[7] ad imperium regis ereptus, divertit ad militem vestrum et dominum meum ; et, Domine mi, terra illa australis et arens est, et cibum non habet. Det Dominus benedictionem[8] et terra nostra dabit fructum suum[9]. Sed et congregati hostes in multitudine, ut dimicent contra nos, et ignoramus quid agere debemus, et cetera[10]. Da nobis auxilium de tribulatione[11], quia non est alius qui pugnet pro nobis, nisi tu Deus noster[12].

« Tout est en ordre, mon Seigneur,  grâce à votre bienveillance. Cependant une chose est nécessaire. Ce vôtre serviteur, arraché sur ordre du roi aux cornes des licornes, a fait un détour pour venir chez votre soldat, mon maître ; mais, mon Seigneur, cette terre est méridionale et desséchée, elle n’a pas de nourriture. Que le Seigneur donne sa bénédiction et notre terre donnera son fruit. Mais il y a plus : les ennemis se sont rassemblés en foule pour lutter contre nous, et nous ignorons ce que nous devons faire, etc. Apporte-nous ton aide dans la tribulation, car personne ne combat pour nous, si ce n’est toi, notre Dieu »

Plutôt dessiner un contexte de lutte entre puissances du bien et du mal, recréer une atmosphère où combat spirituel et combat armé coïncident :

–          Expressions guerrières : renforcement de la description de l’endurcissement du Pharaon en Ex par Jg 1, 35 (sa main s’est appesantie sur l’Eglise) ; « nova bella » de Jg 5, 8 ; le dard cruel de la crainte (2 S 2, 26 en Par 2, 6)

–          Demande de discernement entre combattants : Jg 5, 3 en Par 2, 2 :  es-tu des nôtres, ou un adversaire ? Discours direct ; Tristesse qui se fait « esprit de mensonge » pour se faire passer pour un ami du fils

–          Demande de bénédiction à un adjuvant de combat : Prière au Père en Par 2, 7 (Jg 5, 19) ; formules d’encouragement : à 2 reprises, plures enim nobiscum sunt quam cum illis

–          Description du camp des Hébreux en liesse : 1 S 4, 6-8 à 6 reprises dans Par 1, 6 et 2, 7, ie à la fin du combat

–          Personnages évoqués par leur nom et une citation pour servir de modèle à méditer : ex. Abigaïl demandant à servir, 1 S25, 414-42, image de l’Eglise qui sort de sa captivité / David pleurant sur Absalon comme (Par 3, 3) comme le roi de la parabole sur son fils captif à Babylone ; Elie dans sa confrontation à la nourriture, à la fois nécessaire pour se resassir (surge) et très fruste pour mieux lutter contre l’adversaire (Par 2, 4 et 5)

–          Interprétations allégoriques : La crainte de Dieu (Saül et ses 1000), la charité (David et ses 10000), 1 S 18, 7 en Par 2, 7

–          Opposition entre vie terrestre et vie céleste : comme en Lab 2, 3, les sources d’en haut et d’en bas de Jg 1, 15 présentées par le moine négociant sont des sources des pleurs: d’abord pour les souffrances du temps présent, ensuite parce qu’on aspire à ce qu’on a entrevu du Paradis.

 


[1] Préface 2, SC 378, p. 53-54.

[2] Ps 82, 13 ≠           Vg: qui dixerunt hereditate possideamus sanctuarium Dei

[3] Ps 73, 7 ≠             Vg :incenderunt igni sanctuarium tuum in terra polluerunt tabernaculum nominis tui.

[4] Cf. Tt 3, 3             Vg : increduli errantes, servientes desideriis et voluptatibus variis, in malitia et invidia agentes

[5] 2 R 4, 26 ¹           Vg : quae respondit recte

[6] Lc 10, 42               Vg : porro unum est necessarium

[7] Ps 21, 22              Vg : salva me ex ore leonis et a cornibus unicornium humilitatem meam

[8] Jos 15, 19 ¹          Vg : da mihi benedictionem  terram australem et arentem dedisti mihi

[9] Ps 84, 13              Vg : et terra nostra dabit fructum suum

[10] 2 Ch 20, 12 ¹      Vg : sed cum ignoremus quid agere debeamus hoc solum habemus residui ut oculos nostros dirigamus ad te

[11] Ps 59, 13             Vg : Da nobis auxilium de tribulatione

[12] Ne 4, 20  ¹          Vg : Deus noster pugnavit pro nobis.

Nombre d’œuvres comprises ou envisagées dans Biblindex

N.B. Ces données sont approximatives.

 

TOUS CORPUS

GREC

LATIN

SYRIAQUE

Nombre d’œuvres pour lesquelles les données ont été publiées dans Biblia Patristica (BP)

1239

1071

166

2

Nombre d’œuvres pour lesquelles des données non publiées sont incluses dans le CD-ROM Bipalyon

320

266

54

 

Sous-total BP + BIPALYON

1559

1337

220

2

Nombre d’œuvres pour lesquelles les données existent sous forme de listings imprimés ou manuscrits

2770

2414

227

29

Sous-total BP + BIPALYON + LISTINGS

4329

3751

447

31

Nombre d’œuvres supplémentaires parues ou à paraître aux Sources chrétiennes

437

29

394

7

TOTAL BRUT

4766

3780

841

38

TOTAL CORRIGÉ

(amoindri du nombre de cas où il y a plusieurs numéros CADP pour une œuvre, soit 357)

4409

 

 

 

Ont été intégrés à ces calculs les corpus suivants:

 

COPTE

ARMÉNIEN

ARABE

GÉORGIEN

ARAMÉEN

(Targum)

Listings seuls

1

 

 

 

 

+ SC

 

3

2

1

1

 

 

 

 

 

Rahlfs ou Göttingen : quelle édition choisir pour Biblindex ?

Le 29 mai 2011

Le match en est-il un ? Ainsi présenté, il n’a pas vraiment de sens, puisqu’Alfred Rahlfs (1865-1935), dont on peut fêter ce 29 mai 2011 le 146e anniversaire de la naissance, a été le co-fondateur du Septuaginta Unternehmen de Göttingen, où il a travaillé sa vie durant. Le choix réside en réalité entre trois éditions de la Septante :

–       celle, complète, en deux volumes, d’A. Rahlfs (dont la publication en 1935 à Stuttgart a éclipsé celle de F.C. von Tischendorf, Vetus Testamentum græce iuxta LXX interpretes, Leipzig, 1887, et celle de H.B. Swete, The Old Testament in Greek According to the Septuagint, Cambridge, 1922) ;

–       celle, incomplète, d’A.E. Brooke et alii, The Old Testament in Greek, Cambridge 1906-1940 (Gn, Ex, Lv, Nb, Dt, Jos, Jg, Rt, 1-4 Rg, 1-2 Ch, 1-2 Esd, Est, Jdt, Tb)

–       et celle, encore inachevée, des continuateurs de Rahlfs à Göttingen (les volumes parus depuis 1974 sont : Gn, Ex, Lv, Nb, Dt, 1-2 Esd, Est, Jdt, Tb, 1-3 M, Ps-Od, Jb, Sa, Si, Is, XII, Jr, Ez, Dn)

En raison de son plus grand avancement, garantissant une plus grande constance, et du fait de son caractère véritablement critique, l’édition de Göttingen peut être préférée à celle de Cambridge dans le simple cadre d’un choix de norme éditoriale. Le match avec Rahlfs reste à jouer.

Haut la main, Rahlfs remporte le premier set : c’est lui qui fournit l’édition la plus complète, et aussi la plus répandue. C’est d’ailleurs la première fois dans l’histoire qu’un textus receptus de la Septante est si diffusé, à supposer qu’il y en ait eu un auparavant (l’édition sixtine de 1587 ?). Ce fait n’est pas du tout mineur, si l’on considère ces deux points : l’édition Rahlfs est le seul texte numérisé disponible et c’est aussi celui auquel l’utilisateur de Biblindex se référera spontanément et facilement.

Or en général, l’exigence scientifique veut qu’on utilise la meilleure édition critique comme référence : le but est de citer ce qui est censé être le plus proche de l’original, le mieux attesté ou le mieux vérifié. Göttingen gagne le 2e set.

Un problème se pose tout de même : le travail de l’équipe de Göttingen consiste à retrouver, certes en partie « par le biais », mais malgré tout, dans la plupart des cas, « en dépit » du texte biblique majoritaire cité par les Pères, la Septante la plus ancienne qui soit : l’objectif se situe bien en amont du corpus des auteurs chrétiens que vise principalement Biblindex, et lui est parfois contraire. De ce « Vieux Grec », le Vaticanus, qui sert de base à toutes les éditions, y compris celle de Rahlfs, peut être dans certains cas un témoin intéressant, mais dans l’ensemble les éditeurs anciens le choisissent aussi par commodité. Entre la gageure que représente la reconstitution assurée des textes originaux mis sous le nom des Septante et celle, encore moins envisageable, d’une édition synthétique « du » texte des Pères – il n’existe pas, bien sûr –, la commodité, jointe à la cohérence, n’est pas un pis-aller si déshonorant.

Il sera toujours nécessaire, bien entendu, de consulter les précieux apparats critiques de Göttingen, qui ont notamment l’avantage de fournir, quand c’est possible, une polarisation géographique des leçons, alexandrines ou antiochiennes, ce qui n’est pas sans importance pour l’analyse de tel ou tel texte patristique.

Un cas peut être étudié de plus près : celui de Daniel dans la version de Théodotion, qui est quasiment la seule citée par les Pères : dans ce cas, l’édition de Göttingen pourrait peut-être mieux correspondre au corpus de Biblindex.

La comparaison entre Rahlfs et l’édition de J. Ziegler parue en 1954 et rééditée en 1999 permet de mettre en évidence des différences (on trouvera sur la page http://www.sources-chretiennes.mom.fr/upload/doc/DanielTheodotionGoettingen.pdf le texte grec de Göttingen soit isolé soit comparé à celui de Rahlfs) : d’une part, sur un total de 530 versets comprenant Suzanne, Daniel, Bel et le serpent, il y en a 81, surtout aux chapitres 4 et 6, pour lesquels le découpage ou la numérotation est différente ; mais ceci n’a que peu de rapport avec les bibles anciennes. Plus pertinentes sont les quelque 225 différences textuelles – en dehors du nu éphelcystique et de l’accentuation –, pour lesquelles la consultation des apparats critiques est très instructive. En effet, dans presque tous les cas, on peut observer que Göttingen est fidèle à la règle selon laquelle la leçon la plus courte, ou non attestée ailleurs, est la « meilleure » : concrètement, le texte de Göttingen est un peu plus court, car émondé de dizaine de mots qui correspondent soit au texte de la Vieille Septante (tel qu’édité à nouveau frais par O. Munnich en 1999 en regard du texte de Théodotion), soit au texte massorétique, soit à un parallèle dans un autre livre biblique. Parmi les témoins supportant le texte de Göttingen, on trouve bien sûr quelques Pères, mais il s’agit d’une minorité. Les éditeurs de Göttingen, il est vrai, n’ont pas dû collationner tous les textes patristiques (sinon il « suffirait » à Biblindex de numériser les cahiers de collations de Göttingen !), mais en priorité les commentaires exégétiques et si possible les écrits les plus anciens. On peut toutefois penser que le « panel », ou plutôt le corpus collationné dans l’état où les textes ont été transmis, est représentatif et que le texte de Göttingen a globalement moins de chances de correspondre précisément au texte cité par les auteurs visés par Biblindex ; plus court, il entraînerait notamment dans les relevés de références un nombre d’omissions aussi impressionnant qu’inutile. Jeu, set et match, Rahlfs bat Göttingen 2 sets à 1.

Disponibilité sous forme numérique, diffusion universelle en tant que standard, intégralité du corpus considéré, fiabilité – au moins relative – du texte critique, meilleure adaptation à la visée et au corpus de Biblindex, gain de temps et d’énergie enfin : l’édition de Rahlfs a tous les atouts dans son jeu, encore fallait-il dire lesquels et pourquoi.

Quant à l’édition révisée par R. Hanhart en 2006, elle est encore peu répandue, et ne comporte, en dehors des accents, que 2 modifications textuelles : Is 5,17 ἀπειλημμένων devient ἀπηλειμμένων et Is 53,2 ἀνηγγείλαμεν devient (par conjecture) ἀνέτειλε μέν.

Concernant, enfin, les textes alternatifs dans l’édition Rahlfs elle-même, on peut consulter le billet déjà publié : http://biblindex.hypotheses.org/430

Les textes bibliques et leurs abréviations dans Biblia Patristica

N.B. Ce document de travail, rédigé le 14 avril 2001, a été présenté lors de la réunion du Comité consultatif de Biblindex le 19 avril 2011. Une 2e partie, traitant du corpus biblique et des abréviations pour Biblindex, a été reprise par morceaux dans la Version β des directives de Biblindex : elle a donc été supprimée ici.

Au moment où vient à l’ordre du jour l’extension du corpus biblique ou apocryphe de Biblindex, une enquête rapide peut être utile pour vérifier la pratique du CADP concernant le corpus retenu initialement et les abréviations utilisées.

1. Textes bibliques et abréviations dans les Principes et directives pour un relevé des citations bibliques chez les Pères, 2e édition :

On lit dans ce document, non daté, du CADP, plusieurs passages, dont au moins un où la référence aux canons hébraïque et latin [catholique] est explicite. La justification de ce choix, malheureusement, n’est pas développée, mais on devine qu’il a été plus pragmatique que religieux: il était sans doute plus pratique de s’en tenir au type de bible moderne le plus couramment diffusé en France. Le terme « apocryphe » est dès lors utilisé par rapport à ces canons,  avec une attention, du moins au début, vis-à-vis des apocryphes « les plus fréquemment utilisés »:

PRINCIPES

III – Le texte biblique

A – Le canon.

Il comprend le Nouveau Testament et, pour l’Ancien Testament, les livres de la Septante, y compris 1 Esdras – canonique chez les Grecs – qui correspond à 3 Esdras, apocryphe chez les Latins. À noter que 2 Esdras des Septante = Esdras + Néhémie du canon hébraïque et latin.

Les citations des apocryphes les plus fréquemment utilisés (Psaume 151 ; Or. Man. ; 3-4 Esdras) doivent également être retenues, ainsi que les citations explicites qui ne peuvent être identifiées ou les agrapha.

B – Les références au texte biblique

Les titres des livres bibliques seront abrégés selon l’un des deux systèmes indiqués plus loin (DIRECTIVES, Les fiches, C 2 ; Les listes, D 1 et modèle de liste).

(…)

Pour indiquer les livres, on emploiera les abréviations suivantes :

Gn, Ex, Lv, Nm, Dt, Jos, Jdo, Ru, 1-2 Sm, 3-4 Rg, 1-2 Par, Esr, Ne, Tb, Jdt, Est, Jb, Ps, Prv, Ecl, Ct, Sap, Sir, Is, Jr, Lam, Bar, Ez, Dn, Os, Jl, Am, Abd, Jon, Mi, Na, Hab, So, Agg, Za, Mal, 1-2 Mcc ; Mt, Mc, Lc, Jo, Act, Rm, 1-2 Cor, Gal, Eph, Phil, Col, 1-2 Th, 1-2 Tm, Tt, Phlm, Hbr, Jac, 1-2 Pt, 1-3 Jo, Jud, Apc ; livres apocryphes OrMan, Ps 151, 3-4 Esr

(…) Noter que Daniel, Suzanne = DA SZ ; Daniel, Bel et le Dragon = DA Bel ; prologue du Siracide = SI Prol.

MODÈLE POUR LISTES

GN, EX, LV, NB, DT, JS, JG, 1 S, 2 S, 1 R, 2 R, ES, JR, EZ, OS, JL, AM, AB, JO, MI, NA, HA, SO, AG, ZA, ML, PS, JB, PR, RT, CT, QO, LM, Est, DA, Esd, NE, 1 Ch, 2 Ch, TB, Jdt, 1 M, 2 M, SP, SI, BA, OrMan, PS 151, 3 Esd, 4 Esd ; MT, MC, LC, JN, AC, RM, 1 C, 2 C, GA, EP, PH, CO, 1 T, 2 T, 1 Ti, 2 Ti, TI, PM, HB, JQ, 1 P, 2 P, 1 Jn, 2 Jn, 3 Jn, JU, AP

2. Dans les Étapes, moyens et méthode d’analyse

Cette liste d’abréviations est identique à celle fournie dans les Étapes, moyens et méthode d’analyse pour la constitution du Fichier microphotographique des citations de l’Écriture chez les Pères présenté par Jean Allenbach, Strasbourg, 1967, p. 65, à l’exception de OrMan, PS 151, 3 Esd, 4 Esd, qui en sont absents. Cela revient à accepter les seuls deutérocanoniques de la Septante lus par les catholiques et les orthodoxes et à écarter ceux lus par les seuls orthodoxes.

Les Étapes comportent p. 30 la remarque suivante sur « les apocryphes de la Bible » :

L’attribution à des évangélistes, des apôtres ou des prophètes de nombreux ouvrages datant des trois premiers siècles ne cache généralement pas un auteur unique mais une collectivité, groupe plus ou moins hétérodoxe produisant une littérature qui reflète et oriente la vie ou la pensée de la communauté.

Ces productions littéraires sont toutes codées comme des œuvres anonymes.

3. Dans les volumes de Biblia Patristica

Le 1er volume de Biblia Patristica, Paris, 1975, p. 5, précise :

Le texte biblique de référence est celui des éditions modernes de l’Ancien Testament en hébreu et du Nouveau Testament en grec. Cependant l’Index comprend également les citations de livres ne figurant que dans la Bible grecque. (…) Faute d’un accord international préalable, les abréviations des titres des livres bibliques sont celles qui ont été retenues par le CADP. La liste ci-dessous suit, pour l’Ancien Testament, l’ordre canonique massorétique auquel sont ajoutés les livres propres à la version des Septante.

GN, EX, LV, NB, DT, JS, JG, 1 S, 2 S, 1 R, 2 R, ES, JR, EZ, OS, JL, AM, AB, JO, MI, NA, HA, SO, AG, ZA, ML, PS, JB, PR, RT, CT, QO, LM, EST, DA, ESD, NE, 1 CH, 2 CH, TB, JDT, 1 M, 2 M, SP, SI, BA ; MT, MC, LC, JN, AC, RM, 1 C, 2 C, GA, EP, PH, CO, 1 T, 2 T, 1 TI, 2 TI, TI, PM, HB, JQ, 1 P, 2 P, 1 JN, 2 JN, 3 JN, JU, AP

Cette liste exclut sans le dire les deutérocanoniques de la Septante lus par les seuls orthodoxes (OrMan, Ps 151, 3 Esd, 4 Esd) ; cette fois-ci il n’y a que des majuscules dans les abréviations.

Il en va de même dans le 2e volume de Biblia Patristica, Paris, 1977. Ces deux premiers volumes ne comportent pas en titre courant le titre du livre biblique concerné : contrairement aux volumes suivants, les abréviations sont donc précisées avant la mention du chapitre et/ou du ou des versets.

Les volumes suivants utilisent les mêmes abréviations, mais seulement pour les intégrer aux abréviations des œuvres patristiques (le titre des livres bibliques étant en titre courant, seules les numéros de chapitres et de versets sont précisés dans la colonne de gauche).

Les cas particuliers sont explicités à la suite de la liste des livres bibliques :

DA 13 = Le livre de Suzanne

DA 14 = Bel et le dragon

BA 6 = Epitre de Jérémie

Concrètement, les ajouts grecs à Esther sont pris en compte, mais le prologue du Siracide ne figure dans aucun volume de Biblia Patristica.

*

En conclusion, on peut retenir deux points: d’une part, à l’origine, OrMan, Ps 151, 3 Esd, 4 Esd devaient être pris en compte, mais en 1975, et peut-être avant, ils ont été exclus. D’autre part, en l’absence de standard international, les abréviations ont subi des variations; toujours utilisées pour les fiches d’analyse, elles se sont avérées inutiles dans les publications à partir du 3e volume de Biblia Patristica. La situation est un peu la même dans Biblindex, puisque les abréviations ne servent que dans le travail des analystes. On peut simplement remarquer le succès des abréviations modernes de la Bible de Jérusalem dans le monde francophone, peut-être favorisé par la diffusion de la Traduction Œcuménique de la Bible, qui les a reprises; ce sont en tout cas celles retenues in fine dans la collection des Sources Chrétiennes, surtout à partir du n° 453 imprimé en septembre 2000 (Grégoire de Nysse, Discours catéchétique), car il y a eu des exceptions depuis. Plus généralement, on peut douter qu’il y ait un jour une norme internationale, étant donné la diversité des langues. La base Biblindex n’est-elle pas liée à la base Babel? L’extension du corpus biblique, en tout cas, peut donner le vertige aux ouvriers de la tour en construction.

Quel texte de référence choisir pour Biblindex concernant la Septante en cas de textes alternatifs dans l’édition d’A. Rahlfs ?

L’édition de référence de la Septante pour Biblindex est celle d’A. Rahlfs (Stuttgart, 1935), notamment parce qu’elle est de loin la plus répandue: voir le billet http://biblindex.hypotheses.org/557

Celle, révisée par R. Hanhart, de 2006, encore peu répandue, ne comporte, en dehors des accents, que 2 modifications textuelles : Is 5,17 ἀπειλημμένων devient ἀπηλειμμένων et Is 53,2 ἀνηγγείλαμεν devient (par conjecture) ἀνέτειλε μέν.

Le vrai problème est le suivant : l’édition Rahlfs offre parfois 2 textes concurrents, en Jos, Jg, Tb et Dn. Le choix d’un seul texte de référence n’est pas obligé, mais en réalité il ne serait pas trop délicat à faire si l’on voulait simplifier.

JOSUÉ

Il y a 2 colonnes dans Rahlfs, B (Vaticanus) à gauche, A (Alexandrinus) à droite pour 2 passages :

• Jos 15,21-62

• Jos 18,22 – 19,45

Ces passages sont en somme des listes de toponymes. Dans l’apparat critique de l’édition de A.E. Brooke et de N. McLean (Cambridge, 1917), fondée sur B, on ne sera donc pas surpris de ne trouver, du moins à première vue, que l’Onomasticon d’Eusèbe de Césarée (abrégé en « On »), lequel a souvent des leçons différentes de B et de A et comporte, de surcroît, de nombreuses variantes (d’où les différences entre « On-ed » et « On-cod », à savoir l’édition et un ou des manuscrits).

J. Moatti-Fine, qui a publié Jos dans la Bible d’Alexandrie (vol. 6) en 1996, conformément aux principes de la collection, a traduit B, pas A.

Je propose donc que le texte de référence soit donc le seul Vaticanus, soit la colonne de gauche dans l’éd. Rahlfs.

JUGES

Deux textes alternatifs sont publiés par Rahlfs pour l’ensemble du livre, « A » en haut et B en bas. B, isolé par rapport aux autres témoins et plus proche de l’hébreu (d’après une recension du 1er siècle ap. J.-C.), appartient davantage que A à la révision kaigé; A en tant que tel témoigne de la recension origénienne, mais ce que Rahlfs édite sous le sigle « A » est en fait un texte éclectique, à savoir l’Alexandrinus mâtiné de texte antiochien et de recension hexaplaire !

P. Harlé et Th. Roqueplo, auteurs du volume 7 de la Bible d’Alexandrie paru en 1999, ont traduit les deux textes en regard, « A » à gauche, B à droite.

Dans l’Antiquité grecque, les 3 auteurs principaux citant Jg sont :

• Flavius Josèphe, Antiquités juives V,120-137, témoin d’un texte peut-être antiochien

• Origène et ses 9 homélies transmises dans la version de Rufin et commentant une sorte d’« Alexandrinus qui n’aurait pas été retouché par la recension hexaplaire » (BA 7, p. 46)

• Théodoret de Cyr enfin, dans ses 28 Questions, est l’un des représentants du texte antiochien.

Dans ces conditions, pour éviter d’avoir à noter trop de différences par rapport au texte, isolé, de B, je propose que le texte de référence soit le texte « A » en haut de l’édition Rahlfs, surtout si celui-ci tient compte du texte antiochien.

TOBIT

Deux textes alternatifs sont publiés par Rahlfs pour l’ensemble du livre, BA en haut et S (Sinaiticus) en bas ; cela correspond respectivement à GI en haut et à GII en bas de l’édition de R. Hanhart (Göttingen, 1983). BA s’accordent avec presque tous les autres manuscrits grecs, S avec la Vieille Latine.

Au vu de la représentativité du texte de BA, je propose de le retenir. Les auteurs qui citeront un texte proche de S, en effet, seront en majorité latins : leur texte sera comparé non à la Septante, mais à la Vulgate.

DANIEL ET SES SUPPLÉMENTS

Deux textes alternatifs sont publiés par Rahlfs pour l’ensemble du livre et de ses suppléments, la LXX en haut et Θ (Théodotion) en bas. L’édition de J. Ziegler (Göttingen, 1939) a été refaite en 1999 par O. Munnich pour la Septante (pages de gauche), Théodotion étant sur les pages de droite.

On trouvera sur la page http://www.sources-chretiennes.mom.fr/upload/doc/DanielTheodotionGoettingen.pdf le texte grec de Göttingen soit isolé soit comparé à celui de Rahlfs.

Les témoins de la LXX sont rarissimes, tant Théodotion s’est imposé. Il me paraît donc raisonnable de retenir le texte de Théodotion.