Parution : La réception du livre de Qohélet

Les actes du colloque qui s’est tenu à Lyon en octobre 2013 viennent de paraître. Ils rassemblent les contributions suivantes :

La réception du livre de Qohélet

Gilles Dorival, Textes des Écritures et exégèse patristique : des relations complexes
Bertrand Pinçon, Qohélet, un sage devant la crise : le point de vue d’un bibliste
David Banon, De l’enfermement à l’ouverture. Qohélet, Paroles du Sage
Geneviève Gobillot, Échos coraniques au questionnement de Qohélet
Jean-Louis Déclais, Pourquoi la question de la réception de Qohélet ne peut se poser en islam
Laurence Mellerin, Approches statistiques de la réception de l’Ecclésiaste chez les Pères. Un exemple d’utilisation de Biblindex
Françoise Vinel, La réception de l’Ecclésiaste, de la Septante aux Pères cappadociens
Paul Géhin, L’Ecclésiaste à l’épreuve de l’allégorie dans les scholies d’Évagre le Pontique
Guillaume Bady, L’Ecclésiaste chez Jean Chrysostome
Dominique Cerbelaud, Qohélet dans le domaine syriaque
Camille Gerzaguet, Bonus ad omnia magister Ecclesiastes (Ambroise, De Tobia 44). De l’héritage d’Origène à la lecture ambrosienne du Livre de l’Ecclésiaste
Aline Canellis, Le Commentaire sur l’Ecclésiaste de saint Jérôme
Paul Mattei, L’Ecclésiaste chez saint Augustin. L’emploi de quelques versets dans ses polémiques à la lumière de la tradition africaine
Guy Lobrichon, L’Ecclésiaste médiéval en Occident ou comment convertir un livre embarrassant
Gilbert Dahan, Le roi et l’enfant : l’exégèse médiévale de Qo 4, 13-14

Le livre est disponible sur le site du Cerf , et en vente également chez différents libraires en ligne (Amazon, Decitre).

Télécharger le synopsis.

Bref écrit de sagesse, à l’auteur et aux destinataires problématiques, Qohélet est porteur d’un message universel ; intégré tardivement au canon de la Bible hébraïque, traduit tardivement en grec, il permet également d’aborder les questions textuelles et théologiques posées par la constitution progressive du corpus biblique. Aussi l’étude de sa réception est-elle particulièrement intéressante : après quelques ouvertures sur sa place dans le judaïsme et l’islam, le présent ouvrage offre un parcours à travers les écrits des Pères de l’Église grecs, latins et syriaques, chez qui l’Ecclésiaste, partie intégrante de la trilogie salomonienne avec les Proverbes et le Cantique des Cantiques, fait l’objet d’une riche tradition interprétative, tant sous la forme de chaînes exégétiques que de commentaires dédiés. L’attention portée à ce livre ne se dément pas au Moyen Âge, où il est tour à tour étape vers la contemplation mystique ou source de réflexions politiques. Ces lectures très diverses montrent, s’il en était besoin, que le pessimisme désabusé de Qohélet n’est pas un point d’achèvement, mais un stimulant paradoxal de la pensée humaine.

Collection Cerf Patrimoines – 316 pages – 29,00€
ISBN : 9782204111751

Compte rendu de Maurice Gilbert dans la Revue Biblique 124-1 (2017), p. 144-145 (doi 10.2143/RBI.124.1.3206591).

Parution : R. Gounelle – B. Mounier (éds.), La littérature apocryphe chrétienne et les Ecritures juives

R. Gounelle – B. Mounier (éds.), La littérature apocryphe chrétienne et les Ecritures juives, Prahins (CH), Editions du Zèbre (Publications de l’Institut Romand des Sciences Bibliques, 7), 2015, 507 pages, ISBN 978-2-940557-00-4, €49.

http://www.zebre.ch/edznet/indpir07.htm

edzpir07La littérature apocryphe chrétienne est très peu citée dans les recherches sur la formation et le développement du canon des Écritures chrétiennes. Ce volume, issu du Troisième Colloque international sur la Littérature Apocryphe Chrétienne (Strasbourg, 14-16 janvier 2010), fait dialoguer des savants qui ne collaborent pas habituellement : les spécialistes de la littérature apocryphe chrétienne et les spécialistes de l’histoire de la Bible juive.

Ce volume montre que les références (directes et indirectes) que les apocryphes chrétiens font aux Écritures juives méritent d’être analysées, en mettant à profit les outils et les méthodes développées par l’histoire de l’exégèse durant ces dernières décennies. Analyser les apocryphes à la lumière de l’histoire des Écritures juives et de leur interprétations fournit en effet des éléments non négligeables sur le contexte de production d’un écrit, et ouvre, dans certains cas, de nouvelles perspectives sur son interprétation.

L’étude des citations des Écritures juives conservées dans la littérature apocryphe chrétienne renouvelle également l’étude de la réception de l’Ancien – ou du Premier – Testament dans le christianisme, et apporte de nouveaux matériaux à l’étude des relations entre judaïsme et christianisme, dans l’Antiquité comme au Moyen Age. En mettant au jour de nouvelles formes, inconnues jusque-là, du texte biblique, et en analysant la façon dont les Écritures juives ont été exploitées dans des contextes parfois peu documentés par ailleurs, ce volume met au jour de nouvelles données, que les spécialistes de l’histoire de la Bible juive devront prendre en compte.

S’il n’est pas exhaustif, ce panorama témoigne de l’éventail des méthodes à déployer pour circonscrire le phénomène citationnel dans des textes narratifs ou poétiques qui ne proposent que rarement des citations explicites. L’étude du rapport des apocryphes chrétiens aux Écritures juives peut en effet aussi bien passer par la recherche de citations précises dans des textes spécifiques et l’identification de leurs sources (orales ou écrites, juives ou chrétiennes) que par l’étude des jeux d’allusions et d’intertextualité ; s’interroger sur le choix des versets exploités de façon directe ou indirecte et sur leur combinaison, questionner les changements qui y ont été apportés ou encore les situer dans l’histoire de la réception peuvent s’avérer tout aussi fructueux. Ces démarches, dans leur diversité, sont complémentaires, comme l’attestent les contributions sur les Actes de Pilate ou l’Histoire syriaque de Philppe, qui proposent des lectures croisées d’un même document. Elles apportent des éléments utiles non seulement pour les textes relevant des premiers siècles, mais aussi pour des écrits plus tardifs, comme en témoignent les quelques contributions portant sur des apocryphes byzantins et médiévaux.

Le miel des Écritures, n°1 des Cahiers de Biblindex, est paru

Issu des travaux du séminaire BIBLINDEX, le premier volume des Cahiers de Biblindex vient de paraître au sein de la série des Cahiers de Biblia Patristica (CBP 15).

Édité par S. Badilita et L. Mellerin, le volume s’intitule Le miel des Écritures. Débutant par le retour d expérience d étudiants angevins, les contributions traitent d’abord du judaïsme hellénistique, avec Philon d’Alexandrie et Flavius Josèphe, pour aborder ensuite l’époque patristique. Après Cyrille de Jérusalem, les Pères cappadociens et Jean Chrysostome font l’objet de trois chapitres complémentaires. Du côté latin, deux études sont consacrées à Ambroise de Milan : l’une transversale, sur ses usages de Vieilles Latines, l’autre spécifique à une œuvre, le De Helia.

Le miel des Écritures invite donc le lecteur dans les ateliers, ou plutôt dans les ruches – pour reprendre une image patristique – du projet Biblindex et, à travers les recherches qu’il rend possibles, dans les ruches des auteurs étudiés, là ou exégètes, historiens, catéchètes, prédicateurs, théologiens, évêques butinent inlassablement la prairie de fleurs des Écritures.

Liste des contributions:

Les enjeux d’une utilisation de Biblindex au cours des études de théologie, par Marie-Laure Chaieb

Le travail de la citation et la méthode allégorique chez Philon d’ Alexandrie, par Jérôme Moreau

Entre exégèse et réécriture biblique. Réflexions sur la figure de Noé chez Philon et Flavius Josèphe, par Smaranda Marculescu Badilita

L’Écriture dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille de Jérusalem, par Sébastien Grignon

Bibles et canons de Basile de Césarée, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome, par Guillaume Bady

Le miel des Écritures : la fréquence des références bibliques chez Jean Chrysostome et les trois Cappadociens, par Guillaume Bady

La Bible de Grégoire de Nysse, par Jean Reynard

Ambroise de Milan et le texte des Écritures, par Camille Gerzaguet

Citations et allusions scripturaires dans le De Helia et ieiunio d’Ambroise de Milan, par Aline Canellis

Une ouverture médiévale : La Bible dans les traités « royaux » d’Hincmar de Reims, par Clémentine Valette

364 p., 148 x 210 mm, 2015
ISBN: 978-2-503-55552-2
EUR 40,00

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503555522-1

Parution : le livre d’Isaïe dans la collection de la Bible d’Alexandrie

Vision que vit IsaïeVision que vit Isaïe

Traduction du texte du prophète Isaïe selon la Septante de

ALAIN LE BOULLUEC et

PHILIPPE LE MOIGNE

Index littéraire des noms propres et glossaire de PHILIPPE LE MOIGNE,

Les Éditions du Cerf, Paris, 2014

« Un texte fondamental revisité.

Cette nouvelle traduction de la Septante, accompagnée d’un index et d’un glossaire, offre à tous la possibilité de (re)lire l’œuvre du prophète Isaïe, souvent considérée comme le cinquième évangile, précurseur des quatre autres. La version grecque d’Isaïe se distingue de son modèle hébraïque par une grande originalité mue et voulue par un projet littéraire et théologique. S’intéressant davantage à l’esprit du texte qu’à sa lettre, l’auteur possède une vision propre et réfléchie de son œuvre. Une découverte, parfois avec étonnement, toujours avec joie, de ce texte sacré. »

http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?n_liv_cerf=10118

Vient de paraître : Manuel de critique textuelle du Nouveau Testament

Manuel de critique textuelle du Nouveau TestamentCollection « Langues et cultures anciennes », n° 22

Manuel de critique textuelle du Nouveau Testament
Introduction générale

Sous la direction de Ch.-B. AMPHOUX
(Université d’Aix-Marseille)

La critique textuelle est l’étude des documents à partir desquels on établit le texte d’une œuvre transmise par des manuscrits.
Le Nouveau Testament nous est parvenu à travers de nombreux m anuscrits entre lesquels il existe d’innombrables variantes. Certaines, les plus nombreuses, sont de simples fautes de copie ; mais des milliers d’autres sont les indices de l’évolution du texte des évangiles et des autres écrits du recueil. Le texte du Nouveau Testament a donc une histoire et, par cette histoire, une diversité dans sa transmission.

Ce manuel propose une introduction générale qui rassemble les informations principales concernant le matériau dont nous disposons (manuscrits grecs, versions anciennes et citations patristiques), la méthode de traitement de ce matériau et ce que nous savons de l’histoire du texte du Nouveau Testament, d’abord manuscrit, puis imprimé à partir du XVIe siècle.

SOMMAIRE

AVANT-PROPOS

INTRODUCTION
Qu’est-ce que la critique textuelle ?

Première partie. Les sources

CHAPITRE 1. Les manuscrits grecs (Christian-B. AMPHOUX)

La notion de manuscrit; Le répertoire des manuscrits grecs; Le classement par type de texte; Liste des manuscrits grecs; Bibliographie

CHAPITRE 2. Les versions anciennes (Jean-Claude HAELEWYCK)

Les versions latines (Vetus latina et Vulgate); Les versions syriaques; Une version christo-palestinienne; Les versions coptes; Les versions arméniennes; Les versions géorgiennes; Les autres versions; Bibliographie

CHAPITRE 3. Les citations patristiques (Jean REYNARD)

Les auteurs grecs; Les auteurs latins; Les auteurs syriaques (avec la collaboration de D. GONNET); Les auteurs coptes (par A. BOUD’HORS)

CHAPITRE 4. L’Ancien Testament du Nouveau Testament (Gilles DORIVAL)

Les instruments de travail; Le texte de la LXX dans le Nouveau Testament; Le rôle déterminant de la LXX; Indications bibliographiques

Deuxième partie. La méthode

CHAPITRE 5. Le traitement des variantes (David PASTORELLI)

La critique verbale; La critique externe; La critique interne; La méthode éclectique; Bibliographie

Annexe : Le traitement d’un lieu variant
(Christian-B. AMPHOUX)

Critique verbale; Critique externe; Critique interne; Application : Marc 1,40-45 (Jean-Claude HAELEWYCK)

Troisième partie. L’histoire du texte

CHAPITRE 6. Histoire du texte grec manuscrit (Christian-B. AMPHOUX)

Les hypothèses historiques; La question du texte «occidental»; La période primitive; La période du texte alexandrin; Le texte byzantin; Conclusion; Annexe : Du texte « occidental » aux sources des évangiles; Bibliographie

CHAPITRE 7. Histoire du texte grec imprimé
(J. Keith ELLIOTT, avec la collaboration de C.-B. AMPHOUX et D. LAFLEUR)

L’ère du «texte reçu»; L’ère du texte alexandrin; Bibliographie; Annexe 1 : Liste des manuscrits de Mill et Wettstein; Annexe 2 : Le répertoire des manuscrits grecs du NT

INDEX

Index scripturaire; Index des textes et auteurs anciens; Index des auteurs modernes; Index des manuscrits

LES AUTEURS

Christian-B. AMPHOUX
Chercheur au CNRS (1974-2008), membre du Centre Paul-Albert Février, de l’Université d’Aix-Marseille, et responsable de l’ensemble du projet de manuel

Anne BOUD’HORS
Chercheuse au CNRS, membre de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT), à Paris

Gilles DORIVAL
Directeur du Centre Paul-Albert Février, de l’Université d’Aix- Marseille (1995-2010), professeur émérite à l’Institut universitaire de France (IUF).

J. Keith ELLIOTT
Professeur émérite à l’Université de Leeds

Dominique GONNET, s.j.
Ingénieur de recherche au CNRS et membre de l’Institut des Sources chrétiennes

Jean-Claude HAELEWYCK
Professeur à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve et maître de recherches au FNRS, président de l’Académie belge pour l’étude des langues anciennes orientales (ABELAO) et directeur de son bulletin (BABELAO), revue en ligne

Didier LAFLEUR
Membre de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT), à Paris

David PASTORELLI
Agrégé de mathématiques, membre du Centre Paul-Albert Février, de l’Université d’Aix-Marseille et chargé de cours en critique textuelle à Lyon et Montpellier

Jean REYNARD
Ingénieur de recherche au CNRS, membre de l’Institut des Sources chrétiennes, de l’Université catholique de Lyon
ISBN 978-2-87457-080-3 | 416 pages | 39 € (+ frais d’envoi) | Acheter en ligne >>>
Comment se procurer cet ouvrage ?

Soit chez votre libraire, soit en payant en ligne ou tout simplement :

France : il suffit d’envoyer un chèque de 45,50 €, en mentionnant « Critique textuelle »,
à Safran Éditions, Rue des genévriers, 32 | B – 1020 Bruxelles, Belgique.

Belgique : en versant la somme de 45,50 €
sur le compte BE 86 3101 4641 7950 en mentionnant « Critique textuelle ».

Autres pays européens : versez la somme de 45,50 €
sur le compte IBAN BE 86 3101 4641 7950 | SWIFT : BBRU BE BB en mentionnant « Critique textuelle « .
É d i t i o n s S a f r a n
Rue des genévriers, 32 | B – 1020 Bruxelles, Belgique

editions@safran.be | www.safran.be

Parution récente : Marguerite HARL, Voix de Louange. Les cantiques bibliques dans la liturgie chrétienne

couverture-voix-de-louanges-m-harlAvec la collaboration de Bruno Meynadier et Antoine Pietrobelli.

« Quatorze cantiques tirés de divers livres de l’Ancien et du Nouveau Testaments ont une place à part dans la Bible des chrétiens : ils apparaissent regroupés pour la première fois au Ve siècle, formant un recueil poétique placé à la suite du psautier dans le codex de la Septante, l’Alexandrinus. Ils témoignent d’une époque où s’organisait la prière solennelle du psautier dans les cathédrales et les monastères, avec accompagnement de chant et de musique. Ces odes et ces prières entonnées par quelques grandes figures de l’histoire d’Israël, tel Moïse sortant vainqueur du combat contre le Pharaon dans la mer Rouge, chantent confiance et reconnaissance pour leur Dieu tout-puissant. À leurs voix de louange, répondent les trois hymnes de l’Évangile de Luc qui célébrent la naissance de Jésus, le Messie annoncé. Après avoir présenté les quatorze cantiques dans leur texte grec et en traduction, Marguerite Harl mène une enquête dans la Bible, le judaïsme hellénistique et les Pères grecs pour reconstituer les étapes de formation du recueil. Héritiers d’une longue tradition, ayant acquis prestige et autorité, ces cantiques transmettent dans la liturgie des richesses théologiques et spirituelles d’une sorte de Bible en raccourci. Neuf d’entre eux sont devenus le « canon des odes » en vigueur encore aujourd’hui dans les Églises orthodoxes de rite grec. »

Parution récente : Digital Humanities in Biblical, Early Jewish and Early Christian Studies

Leiden: Brill, 2013.

Edité par Claire Clivaz, Université de Lausanne, Andrew Gregory, Université d’Oxford et David Hamidović, Université de Lausanne,
avec la collaboration de Sara Schulthess, Université de Lausanne
 
« Les textes antiques, écrits et copiés à la main sur papyrus et parchemin, sont maintenant de plus en plus disponibles sous forme d’éditions digitales, et leurs lecteurs les découvrent désormais aussi bien online que dans les bibliothèques traditionnelles. De quelle manière cet état de fait façonne-t-il les pratiques des chercheurs, et quelle est son influence sur la recherche en sciences bibliques, en judaïsme et christianisme anciens ? Ce volume relève le défi de ces questions : les sujets discutés par les contributeurs incluent la critique textuelle, la paléographie, la philologie, la nature du monothéisme antique. Les contributeurs cherchent à comprendre comment les nouveaux outils et ressources tels les blogs, la pratique wiki, les bases de données et publications digitales, transforment les pratiques des chercheurs contemporains lorsqu’ils abordent les sources historiques. Ce volume signale l’émergence d’une prise de conscience d’un tournant novateur dans l’étude des textes antiques, et esquisse les possibles qui pourraient surgir de cette prise de conscience. »
 

Table des matières

Part one: Digitized manuscripts

The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library. The Digitization Project of the Dead Sea Scrolls (Pnina Shor)
Dead Sea Scrolls inside Digital Humanities. A Sample (David Hamidović)
The Electronic Scriptorium: Markup for New Testament Manuscripts (Hugh Houghton)
Digital Arabic Gospels Corpus (Elie Dannaoui)
The Role of the Internet in New Testament Textual Criticism: The Example of the Arabic Manuscripts of the New Testament (Sara Schulthess)
The Falasha Memories Project. Digitalization of the Manuscript BNF, Ethiopien d’Abbadie 107 (Charlotte Touati)

Part two: Digital academic research and publishing

The Seventy and Their 21st-Century Heirs. The Prospects for Digital Septuagint Research (Juan Garcés)
Digital Approaches to the Study of Ancient Monotheism (Ory Amitay)
Internet Networks and Academic Research: The Example of the New Testament Textual Criticism (Claire Clivaz)
New Ways of Searching with Biblindex, the Online Index of Biblical Quotations in Early Christian Literature (Laurence Mellerin)
Aspects of Polysemy in Biblical Greek. A Preliminary Study for a New Lexicographical Resource (Romina Vergari)
Publishing Digitally at the University Press? A Reader’s Perspective (Andrew Gregory)
Does Biblical Studies Deserve to Be an Open Source Discipline? (Russell Hobson)

Parution récente : C. Clivaz et alii, Ecritures et réécritures. La reprise interprétative des traditions fondatrices par la littérature biblique et extra-biblique. Cinquième Colloque International du RRENAB

C. Clivaz, C. Combet-Galland, J.-D.Macchi et C. Nihan (éds), Ecritures et réécritures. La reprise interprétative des traditions fondatrices par la littérature biblique et extra-biblique. Cinquième Colloque International du RRENAB, Universités de Genève et Lausanne, 10-12 juin 2010 (BEThL 248), Leuven, Paris et Walpole MA, Peeters, 2012. ISBN: 978-90-429-2636-3″ consulter la Table des Matières

Résumé (cf. site des éditions Peeters) :

« La manière dont la littérature biblique et extra-biblique se construit à travers la réception et la réinterprétation de textes et de traditions considérés comme fondateurs et investis d’une autorité est au cœur de ce volume. Cette problématique est abordée de manière à mettre en dialogue les lectures synchroniques et diachroniques des textes. Il s’agit d’une part de s’interroger sur les techniques littéraires qui permettent de construire et analyser une référence intertextuelle dans les récits des deux testaments et de la littérature extra-biblique; cela implique d’évaluer l’impact narratif de ces reprises intertextuelles sur la conduite de l’intrigue et la caractérisation des personnages, ainsi que leurs effets possibles sur le lecteur. Il s’agit d’autre part d’examiner la relation entre réception, autorité textuelle et processus de formation canonique; en effet, les textes bibliques qui se construisent par référence à d’autres textes affirment le caractère autorisé et fondateur de ces sources, tout en les réinterprétant de manière parfois radicale. Selon cette perspective, c’est cette relation dialectique entre ces traditions fondatrices et leurs reprises qu’il s’agit de mieux comprendre, en tenant compte non seulement des écrits bibliques mais également de la littérature extra-biblique juive et chrétienne. « 

Événement : découverte d’homélies originales d’Origène en grec (Bayerische Staatsbibliothek, Cod. graec. 314).

Dans un communiqué de presse daté du 11 juin, la Bayerische Staatsbibliothek de Munich annonce l’extraordinaire découverte, dans un manuscrit datant du XIIe siècle, des textes en grec d’homélies sur les Psaumes d’Origène :

« Le catalogage des manuscrits grecs de la bibliothèque de Johann Jakob Fugger a donné lieu à une découverte spectaculaire à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich. Dans un de ces manuscrits, Madame Marina Molin Pradel, philologue helléniste, a trouvé et identifié de nombreux sermons sur les Psaumes d’Origène (185 – 253/54), un des plus grands théologiens de l’école d’Alexandrie, dont le texte original était inconnu jusqu’alors. Cette découverte, qui entre temps a été confirmée par Monsieur Lorenzo Perrone de l’Université de Bologne, le grand spécialiste de l’oeuvre d’Origène, est d’une importance inestimable pour les chercheurs.[…] Philosophe, théologien, philologue et prédicateur, Origène a fortement influencé l’histoire des idées de l’Antiquité tardive jusqu’à nos jours. Ses sermons et ses commentaires sur les Psaumes ne subsistaient jusqu’à maintenant que sous forme de fragments ou en traduction latine. Le volumineux manuscript grec, d’aspect fort modeste, dont le véritable contenu a été identifié, date du XIIe siècle. Cette découverte est d’une importance capitale, qu’il s’agisse de la date de ces textes ou de leur ampleur. Elle va faire l’objet de vives discussions de la part des chercheurs et spécialistes et va permettre d’acquérir de nouvelles connaissances sur le texte de la version grecque de la bible. Tous les Pères de l’Eglise avaient lu Origène et ont subi son influence. Cette découverte va permettre d’étudier des textes jusqu’alors inconnus, constate Monsieur Rolf Griebel, Directeur général de la Bayerische Staatsbibliothek.

« Après avoir été restauré, le manuscript sera présenté pour la première fois au public dans le cadre d’un symposium le 5 décembre 2012 à la Bayerische Staatsbibliothek. Un colloque consacré à l’analyse des textes réunissant les spécialistes se réunira le 25 juin 2012 à l’université de Padoue dans le cadre de journées d’études de paléographie grecque. La publication d’une étude critique des textes, sous la direction de Monsieur Lorenzo Perrone est prévue. »

Déjà numérisé par la bibliothèque, le manuscrit peut être consulté en ligne ICI : (www.digitale-sammlungen.de -> “Homiliae in psalmos”)

Contact:
Dr. Claudia Fabian
Bayerische Staatsbibliothek, Ludwigstr. 16, 80539 München, Allemagne
Tel. +49-89-28638-2255
claudia.fabian@bsb-muenchen.de

Site web du LEXIQUE HISTORIQUE ET THEOLOGIQUE DE LA SEPTANTE (HTLS)

Nous signalons l’ouverture du site web bilingue français/anglais du HTLS (Lexique Historique et théologique de la Septante), consultable à l’adresse http://www.htlseptuagint.com. Le projet est coordonné par les professeurs Eberhard Bons et Jan Joosten de l’Université de Strasbourg, spécialistes reconnus de la Septante, entourés de toute une équipe internationale constituée d' »experts » et de plusieurs « petites mains » qui sont efficacement à l’œuvre  depuis un certain temps déjà. Comme il est indiqué sur le site web, ce « projet collectif et interdisciplinaire de grande ampleur a pour objet de créer un nouvel outil de recherche : un dictionnaire multivolume proposant, pour chaque mot ou groupe de mots de la Septante, un article de 2 à 10 pages (au total environ 500 articles) ». Les avancées récentes de la recherche dans les domaines de la Septante, du judaïsme et du christianisme anciens rendaient nécessaire un tel projet, qui vise à combler « un manque important dans les domaines de la philologie ancienne et des études religieuses ». Le dictionnaire sera publié en anglais par les éditions Mohr-Siebeck de Tübingen, la parution du premier des quatre tomes prévus étant attendue pour 2014.
La liste des contributeurs est encore ouverte.

Le prophète Malachie dans La Bible d’Alexandrie

Le volume 23. 12 de la collection « La Bible d’Alexandrie », contenant le livre du prophète Malachie,  vient de paraître aux éditions du Cerf. La traduction du texte grec de la Septante, l’introduction et les notes ont été réalisées par Laurence Vianès. La table des matières du volume est consultable sur le site des éditions du Cerf à l’adresse suivante : http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichetm.asp?n_liv_cerf=9345 Broché: 176 pages
ISBN-10: 2204094781
ISBN-13: 978-2204094788

Dans ce nouveau volume extrêmement riche de « La Bible d’Alexandrie », on trouvera une  analyse minutieuse du  texte grec du prophète Malachie, des études de vocabulaire et de langue, accompagnant la traduction française. Laurence Vianès compare  le texte grec de la Septante avec le texte massorétique, avec les autres versions grecques et latines, les documents de la Mer Morte, et à l’occasion avec le Targum et la littérature rabbinique, pour mieux préciser, le souligne-t-elle dans une présentation du volume qu’elle nous a fournie, « la façon dont les traducteurs juifs hellénisés ont traité leur source biblique. » Avertie des discussions actuelles dans le domaine de l’exégèse, l’auteure ne néglige pas de prendre position sur les questions les plus débattues. »On découvre ainsi parfois – précise Laurence Vianès – que certaines démonstrations qui prétendent s’appuyer sur l’autorité de la Septante, s’en réclament à tort. Le texte grec de Malachie condamne-t-il absolument le divorce, ou le considère-t-il comme un moindre mal ? Parle-t-il des mariages mixtes ? Comment envisage-t-il les relations entre les prêtres et les lévites et leur dignité respective ? Quel genre de récompense promet-il aux justes, lorsque se lèvera le « soleil de justice » pour le Jour du Seigneur ? A toutes ces questions, le livre montre quelles réponses ont été apportées au cours des siècles « du côté grec », par la Septante elle-même, par ses premiers lecteurs juifs et par les chrétiens qui dans l’Antiquité l’ont abondamment méditée et commentée. »

Parution récente : Robert J. V. Hiebert, « Translation Is Required »: The Septuagint in Retrospect and Prospect

Il s’agit de la publication par la Society of Biblical literature des actes d’un colloque international organisé par le Septuagint Institute of Trinity Western University. On trouve une présentation de ce volume sur le site de la SBL, à l’adresse: http://www.bookreviews.org/bookdetail.asp?TitleId=7832,Une recension réalisée par Karen Jobes est également disponible( http://www.bookreviews.org/pdf/7832_8549.pdf).

Du nouveau sur la version syriaque des Psaumes

Voici la recension d’un travail systématique de comparaison des versions syriaques des Psaumes 90-150 dans la Peshitta :
http://www.bethmardutho.org/index.php/hugoye/volume-index/488.html

Le livre dont il s’agit est :

Ignacio CarbajosaThe Character of the Syriac Version of Psalms
A Study of Psalms 90-150 in the Peshitta, 
Brill 2008 (http://www.brill.nl). Cet ouvrage a d’abord été publié 
en espagnol, sous le titre : Las características de la versión siríaca de los Salmos (Sal 90-150 de la Peshitta), Analecta biblica investigationes scientificae in res biblicas162, Pontificio Istituto Biblico, Roma 2005, ISBN:  8876531629disponible sur Abebooks, www.abebooks.fr, 30 €) .

Dominique Gonnet

Parution récente : Septuaginta 6/I. Isaia – Ieremia – Baruh – Plingeri – Epistola lui Ieremia

Après dix ans de travail, le projet de traduction en roumain  de la Septante (avec notes et commentaires), dirigé par Cristian Badilita, voit son aboutissement, avec la parution du dernier volume prévu (Septuaginta 6/1), contenant les livres d’Isaïe, Jérémie, Baruch et les compléments. Les traductions appartiennent à Francisca Baltaceanu, Monica Brosteanu, Ioan Patrulescu. Alain LeBoulluec et Philippe Lemoigne ont apporté leur contribution à l’Introduction d’Isaïe. La révision du volume a été assurée par les coordinateurs du projet, Cristian Badilita, Francisca Baltaceanu et Monica Brosteanu, en collaboration avec Ioan‑Florin Florescu. Une présentation du volume est également disponible  sur le site des éditions Polirom. Pour accéder au dossier sur la traduction roumaine des LXX, cliquer ici.

Parution récente : Eukarpa, Études sur la Bible et ses exégètes

Réunies par Mireille Loubet et Didier Pralon en hommage à Gilles Dorival. Collection « La Bible d’Alexandrie », éd. du Cerf, 402 pages, ISBN : 978-2-204-09023-0. Ce livre a été publié avec le concours de l’université de Provence.


« Nombreux sont les domaines de la connaissance qui contribuent aujourd’hui aux recherches scientifiques sur la Bible et ses exégèses. Depuis quarante ans, les travaux de Gilles Dorival se sont orientés selon trois problématiques principales relevant de la philologie, de l’histoire et de l’herméneutique. Ses amis, et ses élèves, de tous pays, se sont réunis pour lui offrir des recherches parallèles aux siennes ou dans leur continuité. » (http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?n_liv_cerf=9153)

Collaborations :  Christian-Bernard Amphoux –  Isabelle Assan-Dhote –  Mathilde Aussedat –  Jean-Marie Auwers –  Guillaume Bady –  Bernard Barc –  Francesca Prometea Barone –  Marie-Françoise Baslez –  Michaela Bauks –  Katell Berthelot –  Florence Bouet de Quatrebarbes –  Marie-Odile Boulnois –  Rudolf Brändle –  Dominique Briquel –  Michel Casevitz –  Jean-Marc Chouraqui –  Carmelo Giuseppe Conticello –  Cécile Dogniez –  Marguerite Harl –  Katrin Hauspie –  Jan Joosten –  Christelle Jullien –  Éric Junod –  Nicholas de Lange –  Alain Le Boulluec –  Mireille Loubet –  Dominique Mangin –  Simon-Claude Mimouni –  Jacqueline Moatti-Fine –  Olivier Munnich –  Joseph Paramelle –  Lorenzo Perrone –  Bernard Pouderon –  Didier Pralon –  Adrian Schenker –  Arnaud Sérandour –  Gedaliahu Guy Stroumsa –  Emmanuel Tov