Rahlfs ou Göttingen : quelle édition choisir pour Biblindex ?

Le 29 mai 2011

Le match en est-il un ? Ainsi présenté, il n’a pas vraiment de sens, puisqu’Alfred Rahlfs (1865-1935), dont on peut fêter ce 29 mai 2011 le 146e anniversaire de la naissance, a été le co-fondateur du Septuaginta Unternehmen de Göttingen, où il a travaillé sa vie durant. Le choix réside en réalité entre trois éditions de la Septante :

–       celle, complète, en deux volumes, d’A. Rahlfs (dont la publication en 1935 à Stuttgart a éclipsé celle de F.C. von Tischendorf, Vetus Testamentum græce iuxta LXX interpretes, Leipzig, 1887, et celle de H.B. Swete, The Old Testament in Greek According to the Septuagint, Cambridge, 1922) ;

–       celle, incomplète, d’A.E. Brooke et alii, The Old Testament in Greek, Cambridge 1906-1940 (Gn, Ex, Lv, Nb, Dt, Jos, Jg, Rt, 1-4 Rg, 1-2 Ch, 1-2 Esd, Est, Jdt, Tb)

–       et celle, encore inachevée, des continuateurs de Rahlfs à Göttingen (les volumes parus depuis 1974 sont : Gn, Ex, Lv, Nb, Dt, 1-2 Esd, Est, Jdt, Tb, 1-3 M, Ps-Od, Jb, Sa, Si, Is, XII, Jr, Ez, Dn)

En raison de son plus grand avancement, garantissant une plus grande constance, et du fait de son caractère véritablement critique, l’édition de Göttingen peut être préférée à celle de Cambridge dans le simple cadre d’un choix de norme éditoriale. Le match avec Rahlfs reste à jouer.

Haut la main, Rahlfs remporte le premier set : c’est lui qui fournit l’édition la plus complète, et aussi la plus répandue. C’est d’ailleurs la première fois dans l’histoire qu’un textus receptus de la Septante est si diffusé, à supposer qu’il y en ait eu un auparavant (l’édition sixtine de 1587 ?). Ce fait n’est pas du tout mineur, si l’on considère ces deux points : l’édition Rahlfs est le seul texte numérisé disponible et c’est aussi celui auquel l’utilisateur de Biblindex se référera spontanément et facilement.

Or en général, l’exigence scientifique veut qu’on utilise la meilleure édition critique comme référence : le but est de citer ce qui est censé être le plus proche de l’original, le mieux attesté ou le mieux vérifié. Göttingen gagne le 2e set.

Un problème se pose tout de même : le travail de l’équipe de Göttingen consiste à retrouver, certes en partie « par le biais », mais malgré tout, dans la plupart des cas, « en dépit » du texte biblique majoritaire cité par les Pères, la Septante la plus ancienne qui soit : l’objectif se situe bien en amont du corpus des auteurs chrétiens que vise principalement Biblindex, et lui est parfois contraire. De ce « Vieux Grec », le Vaticanus, qui sert de base à toutes les éditions, y compris celle de Rahlfs, peut être dans certains cas un témoin intéressant, mais dans l’ensemble les éditeurs anciens le choisissent aussi par commodité. Entre la gageure que représente la reconstitution assurée des textes originaux mis sous le nom des Septante et celle, encore moins envisageable, d’une édition synthétique « du » texte des Pères – il n’existe pas, bien sûr –, la commodité, jointe à la cohérence, n’est pas un pis-aller si déshonorant.

Il sera toujours nécessaire, bien entendu, de consulter les précieux apparats critiques de Göttingen, qui ont notamment l’avantage de fournir, quand c’est possible, une polarisation géographique des leçons, alexandrines ou antiochiennes, ce qui n’est pas sans importance pour l’analyse de tel ou tel texte patristique.

Un cas peut être étudié de plus près : celui de Daniel dans la version de Théodotion, qui est quasiment la seule citée par les Pères : dans ce cas, l’édition de Göttingen pourrait peut-être mieux correspondre au corpus de Biblindex.

La comparaison entre Rahlfs et l’édition de J. Ziegler parue en 1954 et rééditée en 1999 permet de mettre en évidence des différences (on trouvera sur la page http://www.sources-chretiennes.mom.fr/upload/doc/DanielTheodotionGoettingen.pdf le texte grec de Göttingen soit isolé soit comparé à celui de Rahlfs) : d’une part, sur un total de 530 versets comprenant Suzanne, Daniel, Bel et le serpent, il y en a 81, surtout aux chapitres 4 et 6, pour lesquels le découpage ou la numérotation est différente ; mais ceci n’a que peu de rapport avec les bibles anciennes. Plus pertinentes sont les quelque 225 différences textuelles – en dehors du nu éphelcystique et de l’accentuation –, pour lesquelles la consultation des apparats critiques est très instructive. En effet, dans presque tous les cas, on peut observer que Göttingen est fidèle à la règle selon laquelle la leçon la plus courte, ou non attestée ailleurs, est la « meilleure » : concrètement, le texte de Göttingen est un peu plus court, car émondé de dizaine de mots qui correspondent soit au texte de la Vieille Septante (tel qu’édité à nouveau frais par O. Munnich en 1999 en regard du texte de Théodotion), soit au texte massorétique, soit à un parallèle dans un autre livre biblique. Parmi les témoins supportant le texte de Göttingen, on trouve bien sûr quelques Pères, mais il s’agit d’une minorité. Les éditeurs de Göttingen, il est vrai, n’ont pas dû collationner tous les textes patristiques (sinon il « suffirait » à Biblindex de numériser les cahiers de collations de Göttingen !), mais en priorité les commentaires exégétiques et si possible les écrits les plus anciens. On peut toutefois penser que le « panel », ou plutôt le corpus collationné dans l’état où les textes ont été transmis, est représentatif et que le texte de Göttingen a globalement moins de chances de correspondre précisément au texte cité par les auteurs visés par Biblindex ; plus court, il entraînerait notamment dans les relevés de références un nombre d’omissions aussi impressionnant qu’inutile. Jeu, set et match, Rahlfs bat Göttingen 2 sets à 1.

Disponibilité sous forme numérique, diffusion universelle en tant que standard, intégralité du corpus considéré, fiabilité – au moins relative – du texte critique, meilleure adaptation à la visée et au corpus de Biblindex, gain de temps et d’énergie enfin : l’édition de Rahlfs a tous les atouts dans son jeu, encore fallait-il dire lesquels et pourquoi.

Quant à l’édition révisée par R. Hanhart en 2006, elle est encore peu répandue, et ne comporte, en dehors des accents, que 2 modifications textuelles : Is 5,17 ἀπειλημμένων devient ἀπηλειμμένων et Is 53,2 ἀνηγγείλαμεν devient (par conjecture) ἀνέτειλε μέν.

Concernant, enfin, les textes alternatifs dans l’édition Rahlfs elle-même, on peut consulter le billet déjà publié : http://biblindex.hypotheses.org/430

Les textes bibliques et leurs abréviations dans Biblia Patristica

N.B. Ce document de travail, rédigé le 14 avril 2001, a été présenté lors de la réunion du Comité consultatif de Biblindex le 19 avril 2011. Une 2e partie, traitant du corpus biblique et des abréviations pour Biblindex, a été reprise par morceaux dans la Version β des directives de Biblindex : elle a donc été supprimée ici.

Au moment où vient à l’ordre du jour l’extension du corpus biblique ou apocryphe de Biblindex, une enquête rapide peut être utile pour vérifier la pratique du CADP concernant le corpus retenu initialement et les abréviations utilisées.

1. Textes bibliques et abréviations dans les Principes et directives pour un relevé des citations bibliques chez les Pères, 2e édition :

On lit dans ce document, non daté, du CADP, plusieurs passages, dont au moins un où la référence aux canons hébraïque et latin [catholique] est explicite. La justification de ce choix, malheureusement, n’est pas développée, mais on devine qu’il a été plus pragmatique que religieux: il était sans doute plus pratique de s’en tenir au type de bible moderne le plus couramment diffusé en France. Le terme « apocryphe » est dès lors utilisé par rapport à ces canons,  avec une attention, du moins au début, vis-à-vis des apocryphes « les plus fréquemment utilisés »:

PRINCIPES

III – Le texte biblique

A – Le canon.

Il comprend le Nouveau Testament et, pour l’Ancien Testament, les livres de la Septante, y compris 1 Esdras – canonique chez les Grecs – qui correspond à 3 Esdras, apocryphe chez les Latins. À noter que 2 Esdras des Septante = Esdras + Néhémie du canon hébraïque et latin.

Les citations des apocryphes les plus fréquemment utilisés (Psaume 151 ; Or. Man. ; 3-4 Esdras) doivent également être retenues, ainsi que les citations explicites qui ne peuvent être identifiées ou les agrapha.

B – Les références au texte biblique

Les titres des livres bibliques seront abrégés selon l’un des deux systèmes indiqués plus loin (DIRECTIVES, Les fiches, C 2 ; Les listes, D 1 et modèle de liste).

(…)

Pour indiquer les livres, on emploiera les abréviations suivantes :

Gn, Ex, Lv, Nm, Dt, Jos, Jdo, Ru, 1-2 Sm, 3-4 Rg, 1-2 Par, Esr, Ne, Tb, Jdt, Est, Jb, Ps, Prv, Ecl, Ct, Sap, Sir, Is, Jr, Lam, Bar, Ez, Dn, Os, Jl, Am, Abd, Jon, Mi, Na, Hab, So, Agg, Za, Mal, 1-2 Mcc ; Mt, Mc, Lc, Jo, Act, Rm, 1-2 Cor, Gal, Eph, Phil, Col, 1-2 Th, 1-2 Tm, Tt, Phlm, Hbr, Jac, 1-2 Pt, 1-3 Jo, Jud, Apc ; livres apocryphes OrMan, Ps 151, 3-4 Esr

(…) Noter que Daniel, Suzanne = DA SZ ; Daniel, Bel et le Dragon = DA Bel ; prologue du Siracide = SI Prol.

MODÈLE POUR LISTES

GN, EX, LV, NB, DT, JS, JG, 1 S, 2 S, 1 R, 2 R, ES, JR, EZ, OS, JL, AM, AB, JO, MI, NA, HA, SO, AG, ZA, ML, PS, JB, PR, RT, CT, QO, LM, Est, DA, Esd, NE, 1 Ch, 2 Ch, TB, Jdt, 1 M, 2 M, SP, SI, BA, OrMan, PS 151, 3 Esd, 4 Esd ; MT, MC, LC, JN, AC, RM, 1 C, 2 C, GA, EP, PH, CO, 1 T, 2 T, 1 Ti, 2 Ti, TI, PM, HB, JQ, 1 P, 2 P, 1 Jn, 2 Jn, 3 Jn, JU, AP

2. Dans les Étapes, moyens et méthode d’analyse

Cette liste d’abréviations est identique à celle fournie dans les Étapes, moyens et méthode d’analyse pour la constitution du Fichier microphotographique des citations de l’Écriture chez les Pères présenté par Jean Allenbach, Strasbourg, 1967, p. 65, à l’exception de OrMan, PS 151, 3 Esd, 4 Esd, qui en sont absents. Cela revient à accepter les seuls deutérocanoniques de la Septante lus par les catholiques et les orthodoxes et à écarter ceux lus par les seuls orthodoxes.

Les Étapes comportent p. 30 la remarque suivante sur « les apocryphes de la Bible » :

L’attribution à des évangélistes, des apôtres ou des prophètes de nombreux ouvrages datant des trois premiers siècles ne cache généralement pas un auteur unique mais une collectivité, groupe plus ou moins hétérodoxe produisant une littérature qui reflète et oriente la vie ou la pensée de la communauté.

Ces productions littéraires sont toutes codées comme des œuvres anonymes.

3. Dans les volumes de Biblia Patristica

Le 1er volume de Biblia Patristica, Paris, 1975, p. 5, précise :

Le texte biblique de référence est celui des éditions modernes de l’Ancien Testament en hébreu et du Nouveau Testament en grec. Cependant l’Index comprend également les citations de livres ne figurant que dans la Bible grecque. (…) Faute d’un accord international préalable, les abréviations des titres des livres bibliques sont celles qui ont été retenues par le CADP. La liste ci-dessous suit, pour l’Ancien Testament, l’ordre canonique massorétique auquel sont ajoutés les livres propres à la version des Septante.

GN, EX, LV, NB, DT, JS, JG, 1 S, 2 S, 1 R, 2 R, ES, JR, EZ, OS, JL, AM, AB, JO, MI, NA, HA, SO, AG, ZA, ML, PS, JB, PR, RT, CT, QO, LM, EST, DA, ESD, NE, 1 CH, 2 CH, TB, JDT, 1 M, 2 M, SP, SI, BA ; MT, MC, LC, JN, AC, RM, 1 C, 2 C, GA, EP, PH, CO, 1 T, 2 T, 1 TI, 2 TI, TI, PM, HB, JQ, 1 P, 2 P, 1 JN, 2 JN, 3 JN, JU, AP

Cette liste exclut sans le dire les deutérocanoniques de la Septante lus par les seuls orthodoxes (OrMan, Ps 151, 3 Esd, 4 Esd) ; cette fois-ci il n’y a que des majuscules dans les abréviations.

Il en va de même dans le 2e volume de Biblia Patristica, Paris, 1977. Ces deux premiers volumes ne comportent pas en titre courant le titre du livre biblique concerné : contrairement aux volumes suivants, les abréviations sont donc précisées avant la mention du chapitre et/ou du ou des versets.

Les volumes suivants utilisent les mêmes abréviations, mais seulement pour les intégrer aux abréviations des œuvres patristiques (le titre des livres bibliques étant en titre courant, seules les numéros de chapitres et de versets sont précisés dans la colonne de gauche).

Les cas particuliers sont explicités à la suite de la liste des livres bibliques :

DA 13 = Le livre de Suzanne

DA 14 = Bel et le dragon

BA 6 = Epitre de Jérémie

Concrètement, les ajouts grecs à Esther sont pris en compte, mais le prologue du Siracide ne figure dans aucun volume de Biblia Patristica.

*

En conclusion, on peut retenir deux points: d’une part, à l’origine, OrMan, Ps 151, 3 Esd, 4 Esd devaient être pris en compte, mais en 1975, et peut-être avant, ils ont été exclus. D’autre part, en l’absence de standard international, les abréviations ont subi des variations; toujours utilisées pour les fiches d’analyse, elles se sont avérées inutiles dans les publications à partir du 3e volume de Biblia Patristica. La situation est un peu la même dans Biblindex, puisque les abréviations ne servent que dans le travail des analystes. On peut simplement remarquer le succès des abréviations modernes de la Bible de Jérusalem dans le monde francophone, peut-être favorisé par la diffusion de la Traduction Œcuménique de la Bible, qui les a reprises; ce sont en tout cas celles retenues in fine dans la collection des Sources Chrétiennes, surtout à partir du n° 453 imprimé en septembre 2000 (Grégoire de Nysse, Discours catéchétique), car il y a eu des exceptions depuis. Plus généralement, on peut douter qu’il y ait un jour une norme internationale, étant donné la diversité des langues. La base Biblindex n’est-elle pas liée à la base Babel? L’extension du corpus biblique, en tout cas, peut donner le vertige aux ouvriers de la tour en construction.

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le LUNDI 6 Juin, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes.

Jérôme MOREAU : Différents modes de citations scripturaires et la question de l’allégorie chez Philon d’Alexandrie. L’exemple du De migratione Abrahami, 1-12

Résumé :

À partir des trois premiers temps de l’exégèse proposée par Philon de Gn 12,1 dans le De migratione Abrahami (Migr. 2-6 ; 7-8 ; 9-12), nous montrerons l’insuffisance de la qualification « allégorique » appliquée à la démarche effectivement embrassée par Philon.

En effet, seuls les tout premiers paragraphes, qui expliquent le sens de la terre, de la parenté et de la maison paternelle qu’Abraham doit quitter, paraissent pouvoir relever au sens propre d’une exégèse allégorique : ils transposent effectivement la lettre scripturaire dans un registre philosophique, pour illustrer la vie de l’intellect, deux des trois transpositions étant appuyées sur une citation scripturaire qui les justifie. En revanche, l’usage que fait ensuite Philon des citations scripturaires, lesquelles deviennent même, dans le troisième temps, des références implicites qu’il faut pouvoir déchiffrer, appelle l’élaboration d’un modèle plus complexe que celui que recouvre généralement le seul terme d’allégorie, laquelle désigne ou bien un principe trop général, ou bien une technique trop circonscrite.