Version anglaise du carnet Biblindex

En attendant de pouvoir installer dans le même carnet une version française et une version anglaise, vient d’être créé un nouveau carnet :

BIBLINDEX: research notebook and blog

L’adresse en est : http://biblindex-en.hypotheses.org/

Vous y retrouverez les informations principales du carnet français, mais aussi des billets qui pourront être spécifiques, car il n’y aura que du français dans le carnet français, que de l’anglais dans le carnet anglais, et nous n’aurons pas toujours le temps de traduire dans un sens ou dans l’autre.

Parution récente : Septuaginta 6/I. Isaia – Ieremia – Baruh – Plingeri – Epistola lui Ieremia

Après dix ans de travail, le projet de traduction en roumain  de la Septante (avec notes et commentaires), dirigé par Cristian Badilita, voit son aboutissement, avec la parution du dernier volume prévu (Septuaginta 6/1), contenant les livres d’Isaïe, Jérémie, Baruch et les compléments. Les traductions appartiennent à Francisca Baltaceanu, Monica Brosteanu, Ioan Patrulescu. Alain LeBoulluec et Philippe Lemoigne ont apporté leur contribution à l’Introduction d’Isaïe. La révision du volume a été assurée par les coordinateurs du projet, Cristian Badilita, Francisca Baltaceanu et Monica Brosteanu, en collaboration avec Ioan‑Florin Florescu. Une présentation du volume est également disponible  sur le site des éditions Polirom. Pour accéder au dossier sur la traduction roumaine des LXX, cliquer ici.

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le mercredi 6 juillet 2011, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Jérémy Delmulle

Augustin dans Biblindex : un premier test, le traitement du De Magistro (CPL 259)


Résumé :

L’œuvre considérable d’Augustin (113 œuvres authentiques, auxquelles il faudra ajouter les pseudépigraphes) constitue, pour son intégration dans la base, un cas particulier à plusieurs titres. À l’ampleur de l’œuvre s’ajoute le fait qu’elle n’a que très peu intéressé les analystes du CADP (6 œuvres traitées seulement), qu’elle est quasi inexistante dans la collection des « Sources chrétiennes » (2 volumes, soit une œuvre et une infime partie seulement d’une autre [Correspondance]), mais qu’elle ne doit pas pour autant être laissée dans les dossiers non prioritaires, vu son importance dans l’histoire de la théologie et de l’exégèse et même son influence sur bon nombre d’auteurs.

Alors qu’un groupe de travail se met en place pour commencer l’analyse des principales œuvres d’Augustin, je voudrais montrer, à partir d’un exemple restreint, les problèmes spécifiques qui se poseront : l’état des éditions (parfois encore non critiques pour des œuvres absolument essentielles), le choix du texte, la multiplicité des sources pour l’identification des citations (indices bibliques, CAG, archives La Bonnardière, …), etc.

Pour ce faire, je partirai du De magistro, un des traités philosophiques, qui contient par définition le moins de références scripturaires (de 11 à 26, selon les différents examens), afin de pouvoir le traiter à fond et de faire ressortir de son analyse exhaustive plusieurs considérations méthodologiques qui devraient valoir pour la majorité des autres œuvres.

Cet exposé sera aussi l’occasion d’établir certains autres critères et de définir une liste des œuvres à traiter en priorité dans les quelques années à venir.