La Bible grecque des Septante : Cycle de conférences 2012-2013

Ce cycle de conférences internationales permet de réunir ceux qui prennent part à l’entreprise de traduction commentée de la Bible des LXX et tous ceux qui s’intéressent à cette ancienne version juive de la Bible. En France, la collection « La Bible d’Alexandrie » (Éditions du Cerf) est dirigée par Marguerite Harl, Gilles Dorival, Olivier Munnich et Cécile Dogniez. A ce jour, 19 volumes sont parus.

Les conférences portent sur la Bible des LXX envisagée sous ses aspects historiques, textuels, littéraires et herméneutiques.

16 novembre 2012      Claudine Cavalier  (Centre Paul-Albert Février)

Le vocabulaire technique de la sainteté et de la prière dans le psautier de la Septante : problèmes de traduction                                                       (salle 117)

11 janvier 2012          Matthieu Richelle   (EPHE)

L’évolution du portrait de quelques rois d’Israël et de Juda dans 2 Rois (TM)/4 Règnes (LXX)     (salle D 040)

22 mars 2013               Alain Le Boulluec (EPHE) et Philippe Le Moigne (Groupe de Recherches sur la Septante et le Judaïsme Ancien, Université de Strasbourg)

Traduire le livre d’Ésaïe dans la LXX : de la compréhension à la poétique       (salle D421)

19 avril 2013              John A.L. Lee   (Université de Macquarie, Australie)

The Literary Greek of Isaiah                      (salle D 421)

Elles ont lieu  le vendredi, de 16h 30 à 18h 30

à la Maison de la Recherche

28, rue Serpente, 75006 Paris

 

Contacts : cecile.dogniez@orange.frbruno.meynadier@wanadoo.fr

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le Vendredi 19 Octobre, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22, rue Sala, 69002 – Lyon

Dominique BERTRAND
parlera de
l’Apocalypse dans l’oeuvre d’Irénée de Lyon

Résumé :
De par sa position de chef de file dans la controverse contre la « fausse gnose », Irénée est surtout attendu, consulté et étudié sur les deux grands axes de sa « dénonciation et réfutation » : le Dieu créateur et le Verbe fait chair. Un seul point de son enseignement ecclésiastique sur les « derniers temps » est vivant, et même brûlant, de façon rémanente, celui du millénarisme. Cette présentation peu cohérente de l’irénéisme doit être reprise d’une façon à la fois plus large et plus précise : d’une part, la thèse des « mille ans » de l’achèvement de l’histoire a besoin d’être replacée dans plus vaste qu’elle ; d’autre part, les deux axes qui structurent le grand œuvre non seulement gagnent à ne pas être amputés de leur développement eschatologique, ils restent béants sans lui.
Irénée donne une place structurellement beaucoup plus large que ses prédécesseurs à l’Apocalypse de Jean: le Contre les Hérésies compte 57 références, dont seulement vingt allusives , à ce livre. Il y avait aux Ier et IIe siècles un climat culturel et spirituel où étaient ressenties des connivences entre l’eschatologie et le livre de Jean intitulé Apocalypse: Irénée reprend ce pressentiment et en fait un nœud théologique. »