Prochaine séance du Séminaire Biblindex : le Vendredi 29 Novembre 2013

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le Vendredi 29 Novembre 2013, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e.

Michel Fédou

Le Commentaire d’Origène sur l’épître aux Romains : Variations sur le concept de loi et sur la thématique Israël-nations

 Résumé :

Le Commentaire d’Origène sur l’épître aux Romains fut composé à Césarée de Palestine vers 243, et traduit par Rufin d’Aquilée dans les années 405-406. L’étude des citations et allusions bibliques est particulièrement complexe dans ce Commentaire. Une telle complexité tient d’abord au fait que le traducteur Rufin est tributaire, pour le texte même de l’épître, de deux sources différentes : d’une part une version de la Vetus latina, d’autre part le texte grec cité par Origène lui-même. La complexité tient aussi à l’usage que fait Paul de certains termes : ainsi le mot « loi » (nomos), dont Origène montre qu’il doit être diversement interprété selon les passages de l’épître ; ainsi encore le nom d’ « Israël » et les expressions « Juifs – Grecs » (ou expressions apparentées), qui tiennent une place importante dans l’ensemble du Commentaire. Une recherche sur ces termes permettra de saisir quelques caractéristiques essentielles de l’interprétation développée par Origène à propos de l’épître aux Romains.

 

 

 

Rursus n°11 – Réécritures bibliques

Appel à contributions
Date limite : 31 janvier 2014

Photios signale une transposition (metaphrasis) en vers épiques, de l’Octateuque, comptant huit livres, comme le recueil biblique original, réalisé par la reine Eudocie (Bibl., cod. 183, 128 a 9-20), auteur également d’une adaptation des livres prophétiques. Ces versifications chrétiennes, acculturation savante du legs hébraïque, ne sont pas les seuls témoins, loin s’en faut, de la réécriture des livres de la Bible qui, outre les imitations et les faux, embrasse à la fois les paraphrases, les commentaires, les chaînes exégétiques, les emprunts poétiques ou les traductions. De manière ponctuelle ou dans le cadre de projets explicites de reprise étendue, les auteurs anciens et médiévaux, dans toutes les langues de la chrétienté, se sont constamment attachés à réitérer ou faire résonner les Écritures.

Ce numéro entend rassembler des études sur les modalités, les formes exégétiques nouvelles, et les motivations théologiques de la reprise assidue des textes de l’ancien et du nouveau testaments, par les auteurs chrétiens principalement mais non exclusivement. Si la littérature chrétienne est tout entière, de l’Antiquité au Moyen Âge, un écho prolongé de la lettre et de l’esprit bibliques, celui-ci prend des tours variés, du point de vue littéraire, rhétorique et intellectuel, permettant sur une base scripturaire stable de susciter une évolution réelle et des mutations qui le dépassent.
Les consignes aux auteurs sont disponibles ici.

Organisation : Arnaud Zucker
Contact : zucker@unice.fr

Source : Rursus

Joël 3 (2, 28-32) – l’effusion de l’Esprit

Dixième journée d’exégèse biblique

Arnaud SERANDOUR
(École pratique des hautes études, section des sciences religieuses)
L’exégèse actuelle de Joël 3

Gabriella ARAGIONE
(Faculté de théologie protestante, Université de Strasbourg)
La réception de Joël 3, 1-2 dans la littérature chrétienne des premiers siècles

Ron NAIWELD
(CNRS, UMR 8584 LEM)
Joël 3 dans la littérature talmudique

Gilbert DAHAN
(CNRS – EPHE / LEM-IEA)
L’exégèse médiévale de Joël 3 (2, 28-32)

Catherine DEJEUMONT
(Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Texte et rêve – les Réformateurs allemands et Joël

 

Programme complet
Source : Faculté de théologie protestante de Strasbourg

Décès de François BOVON

Le professeur François Bovon, vient de disparaître dans la nuit du 1er au 2 novembre, à l’âge de 75 ans.

Spécialiste éminent du Nouveau Testament et d’histoire de la littérature chrétienne ancienne, François Bovon a été co-fondateur de l’AELAC et son premier Président de 1981 à 1987. Il a ensuite continué d’être l’un des piliers de l’Association, à laquelle il a toujours accordé son soutien indéfectible, en dirigeant de nombreux projets, ou en animant de nombreuses conférences, ou encore par sa présence fidèle et savante à nos réunions de Dole et de Bex. Parmi les projets éditoriaux pour l’AELAC, on se souviendra en particulier du premier volume des Ecrits apocryphes chrétiens pour la collection de la Pléiade, qu’il avait co-dirigé avec Pierre Geoltrain (1997). En 1999, il avait publié, avec Bertrand Bouvier, l’édition critique des Actes de Philippe grecs (CCSA 11). Ces dernières années, il s’était intéressé aux récits relatifs à Etienne le proto-martyr et à sainte Thècle, en publiant de nombreux articles sur ces traditions; un dernier essai vient de paraître dans Analecta Bollandiana et un autre est actuellement sous presse dans Apocrypha.
Docteur de l’Université de Bâle (sous la direction d’Oscar Cullmann), il fut, de 1967 à 1993, professeur de Nouveau Testament à la Faculté de théologie de l’Université de Genève, dont il a été doyen de 1976 à 1979. En 1993, il fut nommé Frothingham Professor à la Divinity School de l’Université de Harvard, où, par son enseignement et ses recherches, il développa de manière remarquable l’étude de la littérature apocryphe chrétienne. En 2009, il avait co-édité The Apocryphal Acts of the Apostles: Harvard Divinity School Studies, pour la Harvard University Press.

Docteur honoris causa de l’Université d’Uppsala, il a été président de la Société suisse de théologie de 1973 à 1977 et de la Studiorum Novi Testamenti Societas en 2000. De 2000 à 2010, il a été éditeur en chef de la Harvard Theological Review et en 2006, il reçut la Honorary Membership in the Harvard Chapter of Phi Beta Kappa. Parmi ses nombreuses publications, il convient de mentionner encore le monumental commentaire de l’Evangile de Luc, en 4 volumes (publié en anglais, allemand, français, italien et espagnol) ; Studies in Early Christianity (2003) ; The Last Days of Jesus (2006), New Testament and Christian Apocrypha (2009).
Personnalité rayonnante, homme de grande générosité scientifique et humaine, il a laissé un souvenir chaleureux et impérissable non seulement dans le milieu académique, européen et américain, mais aussi tout autour de lui.
(Informations communiquées par Valentina Calzolari, Présidente de l’AELAC)