CR du colloque sur la réception du livre de Qohélet (Ier-XIIIe s.)

Du 17 au 19 octobre 2013 s’est tenu à Lyon un colloque, coorganisé par l’Institut des Sources Chrétiennes et la Faculté de Théologie de l’Université Catholique, consacré à la réception du livre de Qohélet dans l’Antiquité et le Moyen Age. Il s’inscrivait dans des dynamiques multiples : anticipant la parution prochaine aux Editions du Cerf d’un manuel dédié à la réception des Ecritures dans le christianisme, le judaïsme, et l’islam, coordonné par les Sources Chrétiennes, il était aussi une réalisation du programme « Biblindex », soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), dont la finalité est la mise en ligne d’un index exhaustif des citations et allusions scripturaires chez les Pères de l’Eglise. Par ailleurs, il faisait suite au colloque des Recherches de Science Religieuse qui s’était tenu à la Faculté de théologie en janvier 2011, « Exégèse critique, exégèse patristique ». La tradition interprétative de Qohélet est riche aussi bien dans le judaïsme que chez les Pères de l’Eglise ; la réception des écrits de sagesse dans l’islam est en revanche plus problématique : le colloque a permis d’envisager ces différences.

Le jeudi soir, Gilles Dorival (CPAF, Aix-Marseille) a ouvert la rencontre par une conférence sur les relations complexes qu’entretiennent les Ecritures chrétiennes et leurs interprétations patristiques. La première session, le lendemain, traitait des réceptions dans le judaïsme et l’islam. Bertrand Pinçon (Faculté de Théologie, UCLy) a tout d’abord donné le point de vue du bibliste sur ce livre dans lequel un sage d’Israël jette un regard critique, voire dramatique, sur l’existence comme crise, tout en faisant retentir un vibrant appel à la vie sous le regard de Dieu. A la méditation de David Banon (Département d’études hébraïques et juives, Université de Strasbourg) sur la réception réfléchie de Qohélet dans le judaïsme a succédé l’intervention de Jean-Louis Déclais, prêtre à Oran, sur l’impossibilité de la réception d’un livre de sagesse comme tel en islam et sur le rôle a contrario des figures de hikma (« sagesse ») comme Salomon. Ces contributions ont permis d’ouvrir une discussion plus large sur la portée des écrits sapientiaux dans les monothéismes, à laquelle ont participé Philippe Abadie (Faculté de Théologie, UCLy), et Geneviève Gobillot (Université Lyon 3).

La deuxième session a été consacrée aux Pères grecs et orientaux. Elle s’est ouverte par un rappel de l’insertion tardive de la traduction de Qohélet dans la Septante, grâce à Françoise Vinel, éditrice de la traduction française dans la Bible d’Alexandrie. Puis l’histoire de l’interprétation s’est déroulée, depuis la Métaphrase de Grégoire le Thaumaturge, les lectures d’Origène et des Cappadociens (Françoise Vinel, Faculté de théologie catholique, Université de Strasbourg) jusqu’au commentaire attribué, jusqu’à preuve du contraire à juste titre, à Jean Chrysostome (Guillaume Bady, Sources Chrétiennes), en passant par les Scholies à l’Ecclésiaste d’Evagre le Pontique (Paul Géhin, IRHT) et donc l’impact du livre dans la littérature monastique. Dominique Cerbelaud (o.p.) a ensuite dressé un riche panorama des lectures multiformes du texte dans le domaine syriaque, insistant notamment sur les influences spécifiques du judaïsme et des clivages confessionnels, par exemple entre « nestoriens » et « monophysites ». Elie Ayroulet (Faculté de Théologie, UCLy) a animé la discussion conclusive sur la réception des Ecritures dans les Eglises d’Orient.

La troisième et dernière session portait sur le monde latin, de l’Antiquité au Moyen Age. Grâce aux données collectées dans Biblindex, une approche statistique des occurrences de Qohélet dans l’ensemble du corpus a pu être esquissée par Laurence Mellerin (Sources Chrétiennes), puis les rapports de trois auteurs majeurs à l’Ecclésiaste ont été successivement présentés : Camille Gerzaguet (HiSoMA, Lyon) a montré qu’Ambroise de Milan ancre largement ses développements sur la fuite du monde dans ce liber naturalis qui incite à délaisser les choses terrestres pour s’élever vers les biens célestes. Quant au Commentaire de Jérôme, présenté par Aline Canellis (Université Jean Monnet, Saint-Etienne), premier en forme d’un livre vétérotestamentaire complet, il révèle les prémices d’une méthode exégétique qui ne cessera d’être rôdée par la suite. Enfin, les citations ponctuelles présentes dans les écrits polémiques et la prédication morale d’Augustin lui servent d’arguments sur des thèmes essentiels mêlant pessimisme face au péché et admiration de la création bonne, ce qu’a montré Paul Mattei (Université Lyon 2, Sources Chrétiennes) sur la base de relevés d’Anne-Marie La Bonnardière.

Deux interventions traitaient de la période médiévale : celle de Gilbert DAHAN (CNRS-EPHE, Institut d’études augustiniennes, Paris) consacrée à l’exégèse d’une péricope précise, Qo 4, 13-14 (le roi et l’enfant) à travers l’étude des méthodes exégétiques d’une dizaine de commentaires des XIIe et XIIIe siècles et de leurs sources ; celle de Guy Lobrichon étudiant la circulation de ce livre pour « progressants », son texte pas toujours hiéronymien, la vingtaine de commentaires qu’il a suscités entre 800 et 1150, en particulier celui d’Hugues de Saint-Victor, et enfin sa diffusion dans les traductions-adaptations en langues vernaculaires.

Les Actes du colloque sont en cours de préparation : ils seront publiés fin 2014 aux Editions du Cerf et diffusés dans le catalogue en ligne.

(CR à paraître dans la Revue d’Histoire Ecclésiastique)

 

IDENTITÉ NUMÉRIQUE ET VISIBILITÉ DU CHERCHEUR SUR LE WEB

Affiche "Identité numérique et Visibilité du chercheur sur le WEBLe 6 décembre 2013, la Maison de l’Orient et de la Méditerrannée a organisé une rencontre scientifique autour des outils numériques dont disposent actuellement les chercheurs pour se faire connaître. Quelques carnets de recherches, dont celui de BIBLINDEX, en tant qu’exemple de carnet d’ANR, ont fait l’objet d’une présentation. Le déroulement de cette rencontre, le compte-rendu collaboratif, le pod cast des interventions ainsi que d’autres liens et billets la concernant  sont consultables sur le site de la MOM et sur Préfixes, le carnet de la bibliothèque de la MOM.

Cours d’été à l’Université de Bâle : « La Bible grecque. Introduction à la codicologie, à la paléographie et à l’illustration des manuscrits bibliques »

Ce cours d’été aura lieu à l’Université de Bâle, du 23 juin au 5 juillet 2014. Organisé par Patrick Andrist avec la participation de Karin Krause, historienne de l’art et du prof. Martin Wallraff, historien de l’Église, ce cours s’adresse aux doctorants et aux chercheurs et sera donné en français et en allemand. Pour plus d’informations consulter le site : http://www.paratexbib.eu/course.html

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX : le Jeudi 19 Décembre 2013

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu un jeudi et non pas un vendredi : il s’agit du Jeudi 19 Décembre 2013, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e.

 Michel STAVROU

Le renouveau de la pneumatologie byzantine dans l’oeuvre de Nicéphore Blemmydès (XIIIe s.)

Résumé :

Moine philosophe de l’Empire de Nicée, Nicéphore Blemmydès (1197-1269) a laissé, parmi ses œuvres théologiques éditées récemment en un corpus (SC 517 et SC 558), deux courts traités sur le Saint-Esprit, dans lesquels il entreprend d’expliquer le sens de la formule de plusieurs Pères grecs selon laquelle l’Esprit Saint « procède du Père par le Fils » (Per Filium). Cette doctrine qui s’appuie sur Jn 15,26 signifie, selon Nicéphore, que l’Esprit tient son existence du Père seul et « resplendit éternellement » par le Fils sur qui il repose. Désireux de concilier le Per Filium avec la procession de l’Esprit à partir du Père seul (Photius) et l’intuition initiale du Filioque qui valorise la relation éternelle entre le Fils et l’Esprit, Blemmydès a œuvré à la réconciliation des Églises latine et grecque.

Parution récente : Digital Humanities in Biblical, Early Jewish and Early Christian Studies

Leiden: Brill, 2013.

Edité par Claire Clivaz, Université de Lausanne, Andrew Gregory, Université d’Oxford et David Hamidović, Université de Lausanne,
avec la collaboration de Sara Schulthess, Université de Lausanne
 
« Les textes antiques, écrits et copiés à la main sur papyrus et parchemin, sont maintenant de plus en plus disponibles sous forme d’éditions digitales, et leurs lecteurs les découvrent désormais aussi bien online que dans les bibliothèques traditionnelles. De quelle manière cet état de fait façonne-t-il les pratiques des chercheurs, et quelle est son influence sur la recherche en sciences bibliques, en judaïsme et christianisme anciens ? Ce volume relève le défi de ces questions : les sujets discutés par les contributeurs incluent la critique textuelle, la paléographie, la philologie, la nature du monothéisme antique. Les contributeurs cherchent à comprendre comment les nouveaux outils et ressources tels les blogs, la pratique wiki, les bases de données et publications digitales, transforment les pratiques des chercheurs contemporains lorsqu’ils abordent les sources historiques. Ce volume signale l’émergence d’une prise de conscience d’un tournant novateur dans l’étude des textes antiques, et esquisse les possibles qui pourraient surgir de cette prise de conscience. »
 

Table des matières

Part one: Digitized manuscripts

The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library. The Digitization Project of the Dead Sea Scrolls (Pnina Shor)
Dead Sea Scrolls inside Digital Humanities. A Sample (David Hamidović)
The Electronic Scriptorium: Markup for New Testament Manuscripts (Hugh Houghton)
Digital Arabic Gospels Corpus (Elie Dannaoui)
The Role of the Internet in New Testament Textual Criticism: The Example of the Arabic Manuscripts of the New Testament (Sara Schulthess)
The Falasha Memories Project. Digitalization of the Manuscript BNF, Ethiopien d’Abbadie 107 (Charlotte Touati)

Part two: Digital academic research and publishing

The Seventy and Their 21st-Century Heirs. The Prospects for Digital Septuagint Research (Juan Garcés)
Digital Approaches to the Study of Ancient Monotheism (Ory Amitay)
Internet Networks and Academic Research: The Example of the New Testament Textual Criticism (Claire Clivaz)
New Ways of Searching with Biblindex, the Online Index of Biblical Quotations in Early Christian Literature (Laurence Mellerin)
Aspects of Polysemy in Biblical Greek. A Preliminary Study for a New Lexicographical Resource (Romina Vergari)
Publishing Digitally at the University Press? A Reader’s Perspective (Andrew Gregory)
Does Biblical Studies Deserve to Be an Open Source Discipline? (Russell Hobson)