ISCAL 2 (2014) : Deuxième école d’été sur la littérature apocryphe chrétienne (Second International Summer School on Christian Apocryphal Literature)

La Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg consacre sa deuxième « Summer School » à l’Évangile de Nicodème, à ses traductions et réécritures médiévales. Cette école d’été internationale, qui aura lieu du 9 au 12 juin 2014, est accessible aux étudiants de Master II, « aux doctorants et aux post-doctorants, enseignants et chercheurs en histoire du christianisme histoire médiévale, histoire de la littérature, histoire de l’art, en théologie et en sciences  religieuses ». « L’Iscal (Second International Summer School on Christian Apocryphal Literature 2014) — lit-on dans la présentation — est l’occasion de prendre connaissance des plus récents développements de la recherche sur l’Évangile de Nicodème et sur les phénomènes de traduction et de réécriture au Moyen-Âge, sous la direction des meilleurs spécialistes actuels, qui donneront des conférences et animeront des ateliers sur des documents inédits. » On peut consulter le programme complet ici.

Contact:

Gabriella Aragione
Faculté de théologie protestante
BP 90020
9 place de l’Université
F-67084 Strasbourg Cedex
gabriella.aragione@unistra.fr

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX : le vendredi 14 février 2014

La prochaine séance du séminaire BIBLINDEX aura lieu le VENDREDI 14 FÉVRIER 2014 à 11h00, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22, rue Sala, 69002-LYON : 

 
RÉMI GOUNELLE
Professeur d’Histoire de  l’Antiquité chrétienne
Doyen de la Faculté de théologie protestante de
l’Université de Strasbourg
La Septante dans les littératures apocryphes et gnostiques 
Résumé :
De par leur genre littéraire, souvent narratif ou poétique, les textes apocryphes et gnostiques contiennent peu de citations explicites de l’Ancien Testament et encore moins de  comparaisons entre diverses formes du texte biblique. L’influence de la Septante sur cette littérature ne peut dès lors être évaluée qu’au terme d’une analyse poussée des quelques citations et allusions conservées dans chaque écrit. Même si la recherche n’a encore que peu progressé sur ces questions, je tenterai de proposer une vue d’ensemble sur  l’utilisation de la Septante dans cette littérature et sur les usages qui en ont été faits. Ce panorama, illustré d’exemples, témoignera de la complexité du rapport des chrétiens des quatre premiers siècles à l’égard de la Septante.  

Holmes et Parsons, un trésor de variantes patristiques

Où trouver ou vérifier des variantes patristiques de la Septante quand l’édition de Cambridge manque et que celle de Göttingen n’existe pas encore ?

Dans celle de Robert Holmes et Jacob Parsons, bien sûr : Vetus testamentum Graecum cum variis lectionibus, Oxford, Clarendon Press, 1798-1827. L’édition se fonde sur le texte de l’édition sixtine (Rome, 1587), elle-même fondée principalement sur le Vaticanus, mais de toutes les éditions existantes, elle offre l’apparat critique de loin le plus riche – même si sa rigueur a fait l’objet de critiques. L’aventure a commencé en 1788 avec une campagne de financement et un large appel à collaborations, jusque sur le continent. Les collations faites par les nombreux contributeurs et spécialistes, remerciés dans les premières pages du premier volume, remplissent à elles seules 64 volumes de la Bodléienne…

Les 5 tomes en 4 volumes in-folio, tous publiés (sauf le premier) par Jacob Parsons après la mort de Robert Holmes en 1805, n’ont ni pagination ni foliotation. Voici succintement le contenu de chacun :

vol. 1 / t. I, 1798 : Pentateuque
vol. 2 / t.II, 1818 : Jos, Jg, Rt, 1-4 Rg, 1-2 Ch
vol. 3 / t.III, 1823 : Esd, Ne, Est, Jb, Ps, Pr, Qo, Ct
vol. 4 / t.IV, 1827 : Is, Jr, Lm, Ez, Dn Θ, Dn O’, XII
vol. 4 / t. V, 1827 : Esd α’, Tb, Jdt, Ba, EpJr, Suzanne, Bel, Sg, Si, 1-3 M

Ce dernier tome comporte des addenda et emendanda aux t. III à V (à télécharger ICI), ainsi qu’une liste des 311 manuscrits utilisés, dont 13 manuscrits en onciales[1] (manquent les références précises aux textes patristiques invoqués dans l’apparat, ainsi que les sources, manuscrites et imprimées, des leçons tirées de la Vieille Latine et des versions coptes, arabe, slavonne, arménienne et géorgienne) :

Holmes Parsons V liste mssLe document ci-dessus a été réalisé d’après des photos faites sur l’exemplaire, malheureusement un peu abîmé, de la Bibliothèque Municipale de Lyon.

Les numéros des manuscrits de Holmes et Parsons ont été repris par Rahlfs dans la Verzeichnis der griechischen handschriften des Alten Testaments (Mitteilungen des Septuaginta-Unternehmens 2, Berlin 1914, téléchargeable sur http://rep.adw-goe.de/handle/11858/00-001S-0000-0022-A312-7) – voir notamment p. 335-337 (cette description a été revue et augmentée par Detlef Fraenkel en 2004 à Göttingen pour les manuscrits jusqu’au 8e siècle : Verzeichnis der griechischen handschriften des Alten Testaments. Bd. I,1. Die Überlieferung bis zum VIII. Jahrhundert).

Le vrai souci est de trouver des exemplaires. Googlebooks ne propose que les tomes 1 (https://books.google.fr/books/about/Vetus_Testamentum_Graecum_cum_variis_lec.html?id=ytFciPVntCoC&redir_esc=y) et 3 (http://books.google.com/books?id=sRDdAQznKtcC), parce que les in-folios comme tous les grands formats ne sont pas scannés en priorité.

En France on trouve l’ensemble des volumes au moins à la BM de Lyon, à la BNU de Strasbourg et à la BOSEB (Paris). Des fichiers d’Esd α’, Sg, Dn Θ, Dn O’, Suzanne, Bel peuvent m’être demandés par mail (guillaume.bady@mom.fr).

 


[1] H. B. Swete, An Introduction to the Old Testament in Greek, Cambridge, 1902, p. 186, corrige ce chiffre : 297 manuscrits distincts dont 20 onciaux.