Parution récente : Marguerite HARL, Voix de Louange. Les cantiques bibliques dans la liturgie chrétienne

couverture-voix-de-louanges-m-harlAvec la collaboration de Bruno Meynadier et Antoine Pietrobelli.

« Quatorze cantiques tirés de divers livres de l’Ancien et du Nouveau Testaments ont une place à part dans la Bible des chrétiens : ils apparaissent regroupés pour la première fois au Ve siècle, formant un recueil poétique placé à la suite du psautier dans le codex de la Septante, l’Alexandrinus. Ils témoignent d’une époque où s’organisait la prière solennelle du psautier dans les cathédrales et les monastères, avec accompagnement de chant et de musique. Ces odes et ces prières entonnées par quelques grandes figures de l’histoire d’Israël, tel Moïse sortant vainqueur du combat contre le Pharaon dans la mer Rouge, chantent confiance et reconnaissance pour leur Dieu tout-puissant. À leurs voix de louange, répondent les trois hymnes de l’Évangile de Luc qui célébrent la naissance de Jésus, le Messie annoncé. Après avoir présenté les quatorze cantiques dans leur texte grec et en traduction, Marguerite Harl mène une enquête dans la Bible, le judaïsme hellénistique et les Pères grecs pour reconstituer les étapes de formation du recueil. Héritiers d’une longue tradition, ayant acquis prestige et autorité, ces cantiques transmettent dans la liturgie des richesses théologiques et spirituelles d’une sorte de Bible en raccourci. Neuf d’entre eux sont devenus le « canon des odes » en vigueur encore aujourd’hui dans les Églises orthodoxes de rite grec. »

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX : VENDREDI 21 MARS 2014

La prochaine séance du séminaire BIBLINDEX aura lieu le VENDREDI 21 MARS 2014, de 11h à 13h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22, rue Sala, 69002-LYON. Nous écouterons

 Jean-Noël Guinot

 La Septante et les autres traductions de la Bible hébraïque

dans les commentaires de Théodoret de Cyr

 Résumé :

 Théodoret est, dans l’exégèse grecque, le dernier représentant de ce qu’il est convenu d’appeler l’« école d’Antioche ».

Il est aussi le dernier grand exégète avant l’ère des caténistes. Après le rappel de sa vie et de son œuvre exégétique (et de sa transmission), on donnera brièvement une idée de la Bible qu’il utilise et de son « canon ».

On s’attachera ensuite à l’utilisation qu’il fait de la Septante, au jugement qu’il porte sur cette traduction inspirée, aux divers instruments dont il use pour en comprendre ou éclairer le sens (recours à l’hébreu et au syriaque, aux traductions grecques d’Aquila, de Symmaque et de Théodotion en particulier, mais aussi à Flavius Josèphe). On essaiera surtout, à partir d’une série d’exemples, de montrer qu’il ne réserve pas le même traitement à toutes les variantes qu’il répertorie et que la « critique textuelle » remplit dans ses commentaires différentes fonctions.