Séminaire (22.01) : Maxime Yévadian, Le grec de Jean Cassien

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le
vendredi 22 janvier de 11h à 13h,
dans la salle de documentation de l’Institut des Sources chrétiennes,
22, rue Sala, 69002 Lyon.

Elle sera animée par Maxime YEVADIAN sur le sujet suivant :

Le grec de Jean Cassien

Jean Cassien est considéré à bon droit comme un auteur latin de qualité. Ses œuvres rendent témoignage d’une maîtrise bien réelle de la langue de Virgile : « Cassien est un Latin, et de grande valeur ; sa langue est de bonne source latine ; son style, remarquable à plus d’un égard », notait dans la préface son traducteur français Dom Eugène Pichery. Cette maîtrise d’une langue, le latin, ne doit pas empêcher une analyse plus fine de l’homme et de son œuvre. Nous avons tenté de montrer, dans une précédente étude, que Jean Cassien était non pas un Latin, mais probablement un homme issu de l’Orient méditerranéen. Au cours des recherches liées à cette étude, nous avons relevé de nombreux passages qui permettent de constater que Cassien avait le grec comme langue de culture.

Nous allons examiner dans un premier temps les éléments qui amènent à douter que Cassien puisse être un Latin, puis ceux qui permettent de formuler la conclusion qu’il soit un Oriental ayant le grec comme langue de culture. Nous en viendrons ensuite à l’étude des citations non-scripturaires puis de l’usage du grec dans son œuvre. Enfin, la question des citations scripturaires retiendra notre attention de manière spécifique.

 

 
Le programme du séminaire est consultable en permanence sur le carnet de recherche BIBLINDEX, http://biblindex.hypotheses.org/seminaire/programme#2016.

Parution : R. Gounelle – B. Mounier (éds.), La littérature apocryphe chrétienne et les Ecritures juives

R. Gounelle – B. Mounier (éds.), La littérature apocryphe chrétienne et les Ecritures juives, Prahins (CH), Editions du Zèbre (Publications de l’Institut Romand des Sciences Bibliques, 7), 2015, 507 pages, ISBN 978-2-940557-00-4, €49.

http://www.zebre.ch/edznet/indpir07.htm

edzpir07La littérature apocryphe chrétienne est très peu citée dans les recherches sur la formation et le développement du canon des Écritures chrétiennes. Ce volume, issu du Troisième Colloque international sur la Littérature Apocryphe Chrétienne (Strasbourg, 14-16 janvier 2010), fait dialoguer des savants qui ne collaborent pas habituellement : les spécialistes de la littérature apocryphe chrétienne et les spécialistes de l’histoire de la Bible juive.

Ce volume montre que les références (directes et indirectes) que les apocryphes chrétiens font aux Écritures juives méritent d’être analysées, en mettant à profit les outils et les méthodes développées par l’histoire de l’exégèse durant ces dernières décennies. Analyser les apocryphes à la lumière de l’histoire des Écritures juives et de leur interprétations fournit en effet des éléments non négligeables sur le contexte de production d’un écrit, et ouvre, dans certains cas, de nouvelles perspectives sur son interprétation.

L’étude des citations des Écritures juives conservées dans la littérature apocryphe chrétienne renouvelle également l’étude de la réception de l’Ancien – ou du Premier – Testament dans le christianisme, et apporte de nouveaux matériaux à l’étude des relations entre judaïsme et christianisme, dans l’Antiquité comme au Moyen Age. En mettant au jour de nouvelles formes, inconnues jusque-là, du texte biblique, et en analysant la façon dont les Écritures juives ont été exploitées dans des contextes parfois peu documentés par ailleurs, ce volume met au jour de nouvelles données, que les spécialistes de l’histoire de la Bible juive devront prendre en compte.

S’il n’est pas exhaustif, ce panorama témoigne de l’éventail des méthodes à déployer pour circonscrire le phénomène citationnel dans des textes narratifs ou poétiques qui ne proposent que rarement des citations explicites. L’étude du rapport des apocryphes chrétiens aux Écritures juives peut en effet aussi bien passer par la recherche de citations précises dans des textes spécifiques et l’identification de leurs sources (orales ou écrites, juives ou chrétiennes) que par l’étude des jeux d’allusions et d’intertextualité ; s’interroger sur le choix des versets exploités de façon directe ou indirecte et sur leur combinaison, questionner les changements qui y ont été apportés ou encore les situer dans l’histoire de la réception peuvent s’avérer tout aussi fructueux. Ces démarches, dans leur diversité, sont complémentaires, comme l’attestent les contributions sur les Actes de Pilate ou l’Histoire syriaque de Philppe, qui proposent des lectures croisées d’un même document. Elles apportent des éléments utiles non seulement pour les textes relevant des premiers siècles, mais aussi pour des écrits plus tardifs, comme en témoignent les quelques contributions portant sur des apocryphes byzantins et médiévaux.