Augustin dans Biblindex, séminaire du 21 septembre 2010 (Jérémy Delmulle)

Les archives d’Anne-Marie la Bonnardière

Comme vous le savez, depuis quatre mois le plancher du grenier menace de s’effondrer sous le poids de quelques milliers de fiches, qui en plus concernent saint Augustin ! Ces fiches ont été rassemblées par Anne-Marie La Bonnardière en vue de son projet colossal de la Biblia Augustiniana, qui s’était donné comme objectif de recenser l’ensemble des citations scripturaires détectables dans l’œuvre d’Augustin. Depuis la mort d’Anne-Marie La Bonnardière en 1998, ce fichier (que – pourquoi être optimiste ? – tout le monde dit inutilisable) est délaissé, et comme, par ailleurs, le projet Biblindex, s’il ne recoupe pas tout à fait les ambitions de la Biblia Augustiniana, n’en est pas si éloigné et a d’ailleurs placé dans son cahier des charges l’intégration des références scripturaires d’Augustin, les « Sources chrétiennes » ont reçu en dépôt cet important outil de travail. Avant même de se faire une idée précise du contenu de ces vieilles boîtes métalliques, il m’a semblé intéressant et surtout utile de rappeler, dans le cadre de ce séminaire et en vue de l’utilisation de ces données dans le site de Biblindex, les conditions qui ont présidé à ce projet, les différents enjeux entrevus par La Bonnardière et enfin – et peut-être surtout – les méthodes qu’elle a mises en application pour aboutir à des résultats dont nous ne connaissons finalement qu’une petite partie. J’espère qu’ainsi nous pourrons mieux juger des différences de perspectives et mesurer ce qu’il y a à en tirer pour notre travail. Je rappellerai bien sûr, dès maintenant, deux limites : La Bonnardière est nécessairement tributaire des moyens qui étaient à sa disposition (elle a commencé ce travail il y a plus de cinquante ans) ; et il faut aussi reconnaître que son projet est sensiblement différent de celui de Biblindex et qu’il ne s’agira pas pour nous d’un simple travail de transposition. Toujours est-il que, du point de vue du contenu, il y a une quantité de travail déjà réalisé qu’il suffirait de récupérer (je n’insiste pas sur le « suffirait » : vous comprendre tout à l’heure). Mais du point de vue de la méthode, on peu au moins considérer la Biblia comme une source de réflexion et un réservoir d’idées.

1. Le projet et les volumes publiés

Je commencerai, pour d’ailleurs suivre l’exemple du maître, par une immanquable « recontextualisation ». Car il faut bien admettre que la dispersion et le caractère très inégal des diverses productions de la Biblia Augustiniana, qui s’échelonnent sur au moins vingt ans, ne facilitent pas la tâche du bibliographe. Je vous fournis une liste, que je crois exhaustive, des publications concernant le projet, dans un ordre non chronologique, mais qui correspond au plan d’ensemble de la Biblia Augustiniana. Je ne m’attarde pas sur le contenu même de ces volumes, mais vais essayer d’en faire ressortir les principaux points communs : ce qu’elle dit de sa méthode, comment elle présente ses données, comment il faut les interpréter. On s’aperçoit immédiatement que tous les ouvrages ne se valent pas : cela va de simples fascicules (parfois uniquement un relevé de citations bibliques, des recherches ponctuelles même sur un seul verset, d’à peine 60 p) à la somme que constitue son étude sur le Livre de la Sagesse, qui est aussi sa thèse ; c’est une des dernières publications pour la série de la Biblia, la plus complète (250 p d’étude + 40 p de tableaux), et elle la présente paradoxalement « comme une sorte d’introduction générale à la Biblia Augustiniana ». C’est pourquoi il faut sans cesse progresser dans le désordre.

Tout a commencé en 1954 : Augustin allait avoir 1600 ans, et se tient à Paris le fameux Congrès international augustinien (dont les Actes fourniront les premiers volumes des Études augustiniennes). Anne-Marie La Bonnardière y présente une communication modeste, qui concerne un seul verset scripturaire : Rm 5, 5. Mais il s’agit là du lancement officiel de son projet, puisqu’elle présente son intervention comme « un échantillon d’un travail d’ensemble, en cours de réalisation, qui se propose, pour remplacer la Biblia Augustiniana de Lenfant [elle emprunte son titre à l’ouvrage en deux tomes (seulement) du Dominicain David Lenfant, publié à Paris en 1661], d’établir, peu à peu, à la fois d’une manière exhaustive et chronologique, le répertoire des citations scripturaires qui se trouvent dans l’œuvre de l’évêque d’Hippone ». On y trouve déjà une distinction, sur laquelle on reviendra, entre les données brutes et leur interprétation. Le texte de cet article correspond, dit-elle, à la première partie de sa recherche (la « partie documentaire »), elle annonce comme à venir (mais je ne l’ai jamais trouvée) la seconde partie (« histoire et évolution de la réflexion augustinienne » sur ce verset). C’est le plan que l’on retrouvera dans les volumes parus, mais inversé : l’étude de la réflexion donnera la matière de l’introduction, et la partie documentaire deviendra un ensemble de tableaux ajoutés en annexe.

En 1960, elle publie le premier volume de la collection, qui traite des Livres historiques (commence par un tout petit corpus : elle dit elle-même qu’il tient chez Augustin une part minime et ne représente qu’un sixième de la Biblia Augustiniana concernant l’Ancien Testament). C’est dans ce premier volume qu’on trouvera une bibliographie (critique). Toutes les publications ultérieures conserveront la forme assez simple de ce fascicule : une introduction sommaire présentant statistiquement l’importance du livre biblique considéré dans l’œuvre d’Augustin, ainsi que les raisons qui l’ont poussé, et quand, à s’intéresser à de tels passages.

L’étude peut être considérablement développée et aller jusqu’à une analyse thématique. Le meilleur exemple en est sans doute la structure adoptée pour l’étude des Proverbes : 1. Le texte du Livre des Proverbes ; 2. Le Livre des Proverbes dans la Liturgie ; 3. Le LdP dans les controverses ; 4. LdP et exégèse ; 5. Valeur éducative du LdP ; 6. La théologie du LdP.

Je n’en dis pas plus sur le contenu de ces volumes, si ce n’est que, en définitive, ce n’est qu’une mince partie qui a été publiée. Du Nouveau Testament, par exemple, dont on imagine le nombre incalculable de citations chez Augustin, on ne dispose de tableaux que pour Thessaloniciens, Tite et Philémon + un verset de Romains. Si l’on prend la liste des livres bibliques telle que la donne la Bible de Jérusalem, sur 71 (43 + 28) livres, seuls 33 (29 + 4) livres ont été traités et publiés.

Je vais maintenant m’intéresser plutôt à l’objectif que se donne Anne-Marie La Bonnardière, et qui correspond à sa méthode : que cherche-t-elle dans ces listes de références scripturaires. C’est ce qui nous fournira quelques pistes de recherche.

2. La méthode

Deux éléments me paraissent essentiels dans la recherche de La Bonnardière :

La recontextualisation : Car ses recherches sur la Bible d’Augustin lui ont surtout permis de formuler des hypothèses (très peu contestées depuis) sur la chronologie des œuvres d’Augustin et de fournir des dates certaines de rédaction. Ainsi, Augustin ne s’intéresse pas aux Petits prophètes avant de rédiger sa Cité de Dieu (si l’on en trouve quelques versets auparavant, c’est uniquement quand ceux-ci sont cités dans le Nouveau Testament) ; il n’aurait pas étudié, ni même lu le Deutéronome avant 420, etc. Si le travail est un travail réfléchi, c’est d’abord parce qu’il s’agit de situer dans le temps la connaissance et l’utilisation des livres bibliques.

La notion d’« orchestration » : Je n’insiste pas sur cette notion bien connue. Dès 1954, à propos de Rm 5, 5, AMLB note qu’entre 387 et 429, ce verset est cité au moins 201 fois. Il faut donc « tenter de classer ces citations dans leur ordre chronologique et de joindre à chacune d’elles l’indication des textes scripturaires qui l’accompagnent ou l’orchestrent. Un simple coup d’œil permet de se rendre compte de la répétition fréquente des mêmes versets, et mieux, des mêmes groupes de versets. » C’est bien l’effet que donnent les pages de tableaux ajoutées en annexe (voir surtout la p. 2).

Le problème de la Bible : . On remarquera en observant les tableaux (p. 3) qu’AMLB descend même jusqu’à la moitié de verset (a, b). et qu’elle distingue les citations des allusions (« (all.) »). La plupart du temps, elle indique entre parenthèses le texte donné. Voir la photocopie. On remarque aussi qu’elle intègre les citations bibliques qui ne sont pas celles d’Augustin, mais d’un citateur qu’il mentionne. Elle signale par ailleurs que les fiches de Beuron ont été vérifiées, ce qui pose le problème de la version utilisée par Augustin. Comme Donatien De Bruyne, elle considère qu’Augustin a révisé (en partie) le texte biblique, ce qui lui fait employer divers sigles, différents de ceux de la Vetus Latina : A texte romain (lu en 387-388) ; B versets cités dans les testimonia, à la manière de Cyprien ; C variantes des textes utilisés dans la liturgie ; D variantes proprement augustiniennes ; E variantes augustiniennes existant ds des mss de Sg ; F variantes issues d’un ms latin calqué sur la LXX ; G passages de Sg pstés comme citations d’autres auteurs ; H passage aberrant de Sg 4,4. (voir p. 4)

Une limite, très problématique, mais que Biblindex a déjà su résoudre : à propos du livre de Job, par exemple, elle développe les allusions à Jb 14,1, puis à Jb 14,2, puis 14,3, puis 14,4-5, mais sans qu’il y ait moyen de signaler qu’une autre unité se dégage, qui est Jb 14,1-5 (au lieu que cette unité fournisse une entrée du tableau, on trouve les mêmes œuvres et les mêmes passages cités cinq fois).

Une remarque revient souvent dans chacune de ses introductions : Augustin n’a pas écrit de commentaire suivi de ce livre, mais il l’a commenté çà et là. A cet égard, le travail de La Bonnardière ressemble beaucoup à l’œuvre de Florus de Lyon, qui compose un « commentaire augustinien sur les épîtres de Paul ». Ainsi, ce travail de recensement a au moins une visée bien précise qui est de « systématiser » une lecture qui apparaissait de façon éparse.

3. Le fichier des « Sources »

Voilà pour ce qui est du « produit fini » des sept volumes de la Biblia Augustiniana. Mais, je cite Elisabeth Paoli : « Posant ainsi des fondations, délimitant l’espace pour que d’autres chercheurs poursuivent la construction de l’édifice bien commencé. Elle laisse pour cela à leur disposition la documentation élaborée par le travail de toute une vie ». Mais elle laisse aussi à ces chercheurs le soin, avant toute chose, de faire un inventaire de cette documentation.

Tout d’abord, deux remarques à propos d’éléments qu’on ne connaît peut-être pas assez. Dans le volume sur Thessaloniciens, Tite et Philémon, on trouve un appendice (p. 50-53) intitulé : « Thème : Omnia munda mundis ». D’autre part, de même qu’elle tient à situer statistiquement l’importance de tel livre biblique dans l’œuvre d’Augustin, elle essaie de situer également l’ampleur de la réflexion (et des citations) augustinienne dans un corpus plus large. Dans le volume consacré aux Livres historiques, en recherchant les possibles sources d’Augustin, elle signale que ces livres bibliques ont très peu été commentés par les prédécesseurs africains d’Augustin. Dans sa thèse sur la Sagesse, elle distingue dans la bibliographie, parmi les « Éditions des sources patristiques utilisées », « Pour Augustin », « Pour les auteurs ecclésiastiques de l’Église d’Afrique, de Cyprien à Fulgence de Ruspe » et enfin « Pour les Pères latins non africains ». On trouve même un : « Pour les Pères grecs, assez rarement mentionnés ». Bref, cela montre bien que son enquête ne s’est pas limitée à Augustin, et que son souci de recontextualisation l’a conduite à explorer d’autres œuvres, même si ce n’est que sporadiquement. Pour la Sagesse, elle indique que « seule la patristique africaine a fait l’objet d’une recherche exhaustive ». Et de fait, nous avons ici, dans quelques cartons au moins, des chemises consacrées à un thème ou à un auteur qui n’est pas Augustin. Pour cette raison aussi, il faudra faire un inventaire et comparer ces données-là avec celles du CADP, le cas échéant.

Quant à ces fiches proprement dites : de quoi s’agit-il exactement ? Pour vous donner une idée de leur contenu (et pour vous donner aussi l’envie d’y travailler), j’ai apporté quelques dossiers. On est donc alors face à quatre cas de figures :

–         il y a les dossiers qui contiennent les données déjà publiées par Anne-Marie La Bonnardière, et auxquels on se rapportera sans doute pas ;

–         pour les données à exploiter véritablement, il y a les fichiers numérisés par Pierre-Marie Hombert, qui ont été remis à Laurence et qui permettent une saisie bien plus rapide ;

–         puis on trouve dans les casiers de nombreux tapuscrits, faciles à scanner et à convertir en tableau (si l’on conserve notre façon de faire)

–         il y a enfin (et c’est malheureusement la majorité des cas), d’innombrables feuillets manuscrits, qu’il faudrait éventuellement intégrer manuellement.

Mais en plus de tout cela, dans chacun de ces cas, de toutes manières, des vérifications s’imposent. Dans sa bibliographie établie en 1960, La Bonnardière passe en revue les travaux de ses prédécesseurs, comme par exemple les trois volumes manuscrits d’Anna de Lagarde, Répertoire des citations bibliques de saint Augustin, Gottingen 1863, qui donne la liste des références détectées par les Mauristes, avec la mention du passage de l’œuvre concernée. Mais, ajoute-t-elle, ce relevé n’est pas exhaustif et surtout, depuis l’édition des Mauristes, l’édition critique des œuvres d’Augustin a fait de grands progrès. Ce qui justifie sa propre entreprise et en montre tout l’intérêt. Seulement, à cette époque, ni le CSEL, ni le Corpus Christianorum, ni la Bibliothèque augustinienne ne donnaient une édition complète du corpus antipélagien, et donc pour un certain nombre d’œuvres augustiniennes, les données d’Anne-Marie La Bonnardière reposent, elles aussi, exclusivement sur l’édition des bénédictins. Autrement dit, l’avenir d’Augustin dans Biblindex est plutôt compromis…

Conclusion

En conclusion, et concrètement, quel usage Biblindex peut-il faire de Biblia Augustiniana ? Grâce au travail considérable qu’elle a mené sur ce sujet, Anne-Marie La Bonnardière a donné au patrologue une clé de la plus grande importance. Les volumes de Biblia Augustiniana ne sont sans doute pas à considérer comme la forme idéale, comme le modèle de ce que peut vouloir le chercheur (nous en avons vu les limites). Mais enfin, Anne-Marie La Bonnardière a soulevé, avec celle de la Bible, une question féconde et surtout une méthode imparable. Elle a mis en évidence la place primordiale que tient dans les textes patristiques l’Écriture (inutile d’y insister davantage ici), mais aussi la nécessité d’une contextualisation, qui permet de mesurer combien l’approche d’un texte biblique peut être progressive, et conditionnée par les circonstances. Je disais que la Biblia Augustiniana n’offrait pas la forme idéale, puisque par exemple, tout nous y est donné de façon fragmentaire d’abord, puis sous forme de tableaux, dont la lisibilité n’est pas toujours très grande, et qui peuvent, de toutes façons, être considérablement améliorés avec les moyens qui sont les nôtres. Quant à Biblindex, son rôle – si je peux me permettre quelques minuscules réflexions – doit être de permettre au chercheur qui recourait à la Biblia Augustiniana d’atteindre le même but de façon plus complète et avec plus de commodité. Mais il faut bien reconnaître que, si Augustin était déjà un projet démesuré, l’idée de nous atteler à la même tâche pour l’ensemble de la littérature patristique nous fait entrer dans la surdémesure. Si les principes (et notamment la méthode proposée) peuvent être adoptés, ou en tout cas inspirer fortement notre projet, il est évidemment exclu que Biblindex cherche par quelque moyen à organiser de façon aussi raisonnée ses centaines de milliers de données. Par ailleurs, si Biblindex, comme Biblia Augustiniana, offre le matériau d’une étude chronologique de l’emploi du texte biblique chez un auteur, il peut aussi inversement inciter un travail qui ait pour source le texte biblique, et permettre d’accéder, à partir d’un seul verset, à plusieurs siècles d’exégèse. Un point, cependant : il me semble que la notion d’« orchestration scripturaire » n’est pas à rejeter d’office dans notre travail. Il peut se trouver – il s’agirait bien sûr uniquement des textes qui auraient fait l’objet d’études de ce type préalables – que, une fois repérées plusieurs « orchestrations scripturaires » (je pense par exemple, pour ce qui m’intéresse directement, aux œuvres sur la grâce qui parcourent l’ensemble de la controverse pélagienne et la querelle semipélagienne : on y trouve des « dossiers scripturaires », des « orchestrations » qui sont autant de liens de filiation qui s’établissent entre des textes), il ne serait pas impossible et même pas difficile de les signaler d’une quelconque façon : si un réseau nous permet, à terme, de passer du lemme au texte patristique même, pourquoi ne pas imaginer des ensembles (c’est-à-dire des parties appartenant à différents livres bibliques, mais qui formeraient une entité) qui pourraient être reliés à telle et telle œuvre ? Donc, si on peut lire qu’« elle est l’auteur d’une méthode de recherche éprouvée qu’on a souhaité voir appliquer à d’autres Pères de l’Église », il n’en reste pas moins qu’une bien grande partie de cette oeuvre est – malheureusement – à repenser ou du moins à adapter.

voir aussi le billet correspondant

Un premier test : le traitement du De magistro

Comme je vous l’avais indiqué lors de la dernière réunion, l’intégration des références bibliques d’Augustin dans Biblindex se fera indépendamment du traitement des autres œuvres du corpus latin. À cela on pourrait trouver plusieurs raisons, et l’ampleur de l’œuvre (113 œuvres authentiques, 160 en incluant les pseudépigraphes) n’est pas la moins importante ; mais plus que la masse des données, ce sont surtout les outils spécifiques dont nous disposons pour aborder l’œuvre d’Augustin qui exigent certaines adaptations méthodologiques et demandent une réflexion préalable un peu différente.

Pour cette dernière séance du séminaire, et au moment où un petit groupe d’augustiniens se met en place pour pouvoir commencer bientôt les opérations de saisie sont lancées, je voulais faire le point sur ce dossier Augustin.

Dans ce nouveau corpus Augustin, les œuvres sont extrêmement variées, et même de nature souvent très différente : le classement de la Clavis nous oblige par exemple à considérer à parts égales, sous le n° 357, les Versus de sancto Nabore (une pièce de 8 vers sur ce martyr pas forcément très célèbre) et, sous les n° 262 ou 284, l’ensemble de la correspondance ou la totalité des sermons ! Bref, il faudra mettre en place, comme pour les autres corpus, une liste d’œuvres prioritaires. Mais à cela s’ajoute le fait que sur les 160 œuvres recensées, 7 seulement ont été traitées par le CADP, et qu’il n’existe dans la collection des « Sources chrétiennes » que deux volumes consacrés à Augustin. On ne peut donc pas conserver les critères généraux (priorité aux œuvres déjà traitées ou présentes dans SC), sans quoi la majeure partie de l’œuvre d’Augustin, pourtant essentielle et dont l’absence de Biblindex paraîtrait bizarre, resterait dans les projets d’après 2014.

 

Pour donner un aperçu rapide des différentes caractéristiques de l’intégration des références bibliques d’Augustin dans la base et des problèmes que l’on peut rencontrer, j’ai choisi de traiter à fond un seul petit traité, et qui plus est un des dialogues philosophiques, c’est-à-dire un des textes où il se trouve probablement le moins de références scripturaires.

Je développerai donc les différentes étapes de mon travail sur le De magistro, qui seront les mêmes pour un bon nombre d’autres œuvres.

 

Premier problème : le choix de l’édition de référence.

La CPL ne donne sa préférence à aucune édition critique, et cite à la fois l’éd. Weigel (CSEL, 77, 1961, p. 3-55) et l’éd. Daur (CC SL, 29, 1970, p. 151-203). Pour un premier aperçu des références, on pourra donc se reporter à leurs indices et leurs apparats bibliques et les comparer.

On dispose aussi du volume de la Bibliothèque Augustinienne (BA, 6, 1952, p. 7-121), qui, datant de 1952, se fonde sur le texte de la PL, donc sur l’édition des Mauristes, de la fin du xviie siècle. Ce volume de la BA ne contient ni index, ni apparat ; attention aussi à ne pas rater certaines références bibliques : les citations sont indiquées entre parenthèses dans le texte et les allusions sont mentionnées dans des notes de bas de page.

Et cette œuvre est l’une des sept que le CADP a analysées : nous en avons un seul feuillet, rédigé par un analyste anonyme (mais anglophone !) dans les données du carton BPH 6 (œuvre n° 11770). L’analyse a été faite à partir du volume de la BA. L’apport de cette source est de préciser le degré de correspondance de la citation et du texte de la Bible et d’ajouter aussi quelques commentaires.

Il faut ajouter à ces données nos archives La Bonnardière. Seulement, les fiches sont classées par ordre de verset et non par œuvre ; donc, tant que le dépouillement exhaustif n’en est pas achevé, on ne pourra profiter de ces renseignements que dans un second temps : pour vérifier les références indiquées dans les éditions, et éventuellement ajouter des remarques, des commentaires d’AMLB ou réunir dans la base telle ou telle référence à une orchestration scripturaire.

Et pour finir, il faudrait aussi pouvoir se servir du travail déjà réalisé pour la CAG, mais dont on ne dispose pas ici, et je n’ai pas encore eu suffisamment de temps pour me familiariser avec lui à l’IEA.

 

On se retrouve donc face à une multitude de sources diverses, mais également devant trois textes latins différents, parmi lesquels il faudra choisir. Pour ce qui est justement du texte latin d’Augustin, qu’il faut préalablement se procurer, on a le choix entre :

–       copier-coller celui qui est disponible gratuitement sur www.augustinus.it , mais qui reproduit le plus souvent la PL ;

–       le copier-coller à partir de la LLT (mais la manœuvre serait assez pénible pour les œuvres longues) ;

–       le faire à partir du CAG, qui propose un texte lemmatisé, où les références scripturaires ont été intégrées (mais sur la base de quelle édition ?).

  • La solution idéale serait de bénéficier du texte du CAG ou de la LLT, mais sans avoir à copier-coller l’ensemble par petits morceaux.

Pour cet exposé, je prends pour point de départ le texte de la LLT-A, qui reproduit celui du CCSL.

Quelques remarques sur les problèmes rencontrés lors de la saisie :

–       il n’y a pas de moyen de sélectionner en une seule fois l’intégralité de l’œuvre ;

–       il manque la numérotation des chapitres et des paragraphes ;

–       les termes grecs sont illisibles (ils sont écrits en alphabet latin et suivis de ~g) ;

–       comment faire pour isoler (sans le faire manuellement) les parties grisées (voir ci-dessous) qui ne doivent pas être considérées comme le texte de l’œuvre, mais qui ne sont que les noms des deux interlocuteurs du dialogue ?

Plusieurs analyses, plusieurs résultats

Venons-en aux références scripturaires. Je fais ici le total des références détectées, selon l’ordre chronologique :

En 1952, la BA 6 en donne 11. Le CSEL en donne ensuite 16, puis le CC SL 26. La fiche correspondante dans les archives du CADP (qui me semble postérieure) n’en contient plus que 18 (mais ce qui est censé être un progrès, puisque l’analyste ajoute 8 nouvelles références).

La comparaison sera plus facile si on rassemble tout en un même tableau (les références sont données selon l’éd. de référence, celle du CC SL) :

Remarque : Les apparats du CSEL et du CC SL ne renvoient qu’aux lignes, sans préciser le début ni la fin du passage qu’ils concernent.

 

Réf. ds Mag. BA 6 CSEL 77 CC SL 29 Fiche CADP
I, 2, 43 Cf. Mt 6, 6 Cf. Mt 6, 6 Cf. Mt 6, 6 Mt, 6, 6
I, 2, 48 Cf. Rm 7, 22 + Ep 3, 17
I, 2, 50-51 1 Co 3, 16 1 Co 3, 16 1 Co 3, 16 1 Co 3, 16 (x 2)
I, 2, 50-51 Cf. Rm 8, 11
I, 2, 51 Ep 3, 16-17 Ep 3, 17 Ep 3, 16-17 Ep 3, 17
I, 2, 52-54 Ps 4, 5-6 Ps 4, 5-6 Ps 4, 5
I, 2, 63-66 Cf. Mt 6, 9-13 Cf. Mt 6, 9 sqq. Cf. Mt 6, 9 sqq.
I, 2, 63-66 Cf. Lc 11, 2 sqq.
V, 14, 103-104 2 Co 1, 19 2 Co 1, 19 2 Co 1, 19 2 Co 1, 19
V, 15, 143-145 Cf. Ga 5, 8
V, 15, 147 2 Co 11, 6 2 Co 11, 6 2 Co 11, 6 2 Co 11, 6
IX, 26, 42-43 Cf. Rm 16, 18 Rm 16, 18
IX, 26, 42-43 Ph 3, 19 Ph 3, 19
X, 33, 119 Dn 3, 94 Dn 3, 94 Dn 3, 94 Dn 3, 94
XI, 37, 22-23 Cf. Dn 3 Cf. Dn 3, 20 sqq. Cf. Dn 3, 19 Dn 3
XI, 37, 35-36 Is 7, 9 Is 7, 9 sec. LXX Is 7, 9 Is 7, 9      + Mt 23, 10
XI, 38, 47-48 Cf. Ep 3, 16-17 Cf. Ep 3, 16-17 Cf. Ep 3, 16-17 Ep 3, 17
XI, 38, 48-49 Cf. 1 Co 1, 24 Cf. 1 Co 1, 24 1 Co 1, 24
XII, 39, 2 Cf. Ga 4, 3
XII, 39, 2 Cf. Col 2, 20
XII, 39, 9 Cf. Rm 7, 14 Cf. Rm 7, 14 + 1 Co 3, 1 sqq.
XII, 40, 32-33 Cf. Rm 7, 22 Cf. Rm 7, 22 + Ep 3, 17
XII, 40, 34 Cf. Mt 6, 22
XII, 40, 34 Cf. Lc 11, 34
XIV, 45, 6 Cf. 1 Co 1, 24
XIV, 46, 21-23 Cf. Mt 23, 8-10 Cf. Mt, 23, 8-10 Cf. Mt 23, 10 Mt 23, 10

 

 

 

Quelques explications sur ces différentes données :

Sont surlignés en jaune les cas où les autres éditions sont en désaccord (même a priori) avec le CC SL ou, le plus souvent, sont plus précises.

La BA ne distingue pas nettement citation et allusion : est allusion ce qui est ajouté en note et la référence introduite dans le texte pour un passage en caractères romains ; est une citation un passage italique dont la référence est donnée entre parenthèses dans le textes, avec l’utilisation des italiques.

Le CSEL a l’habitude de ne donner qu’une référence pour chaque allusion (par exemple, pour les synoptiques)

En définitive, au CC SL, qui est le plus complet (26 références), n’a échappé aucune des références détectées par les autres éditeurs, traducteurs ou analystes. On serait tenté d’intégrer directement les données ici recensées. Mais il resterait tout de même à voir dans le détail si toutes les références données sont à retenir. L’analyste du CADP a-t-il opéré un choix dans les références proposées ? Dans tous les cas, il a à son tour ajouté de nouvelles références (ex : un second Ep 3, 17 en I, 2).

 

Il faut ensuite se reporter directement au texte biblique pour confronter la citation et l’original. En l’occurrence, j’utilise la Vg, tout en étant conscient qu’il faudra sans doute vérifier toutes les variantes dans la Vetus Latina de Beuron.

Quelques questions (ou remarques) :

Pour I, 2, 43, il s’agit d’une allusion double : in…cubiculis oremus = cum orabis intra in cubiculum tuum ; clausis = et cluso ostio. Ici, cela ne pose pas trop de problème, dans la mesure où les deux éléments se trouvent dans le même verset. Que faire du verbe introducteur (ici praeceptum esse, qui n’apparaît pas dans l’Évangile) ?

En I, 2, 50-51, il y a une citation évidente de 1 Co 3, 16. Quel est l’intérêt d’ajouter une allusion à Rm 8, 11 ? Ce serait plutôt Rm 8, 11 qui, dans le NT, renverrait à 1 Co 3, 16, ou vice versa. Mais c’est bien à un verset en particulier que pense Augustin. On garde donc 1 Co 3, 16.

Augustin fait référence aux paroles du Pater que Jésus enseigne à ses apôtres (I, 2, 63-66) : le texte a l’air plus proche de Luc que de Matthieu, mais sans doute faut-il renvoyer aux deux. Faut-il indiquer les versets concernés par les mots mêmes employés ici (orare, docuit, discipulos, qui sont identiques chez Luc), ou renvoyer au passage entier ?

Pour V, 14, 103-104 « est nominatur quod in illo erat », seuls les mots est…in illo erat se trouvent dans 2 Co 1, 19 : faut-il considérer que ces mots sont une citation exacte de Paul, ou bien que l’ensemble de la reformulation d’Augustin est une allusion à Paul ? (ou en l’occurrence, puisque ces mots sont introduits par quis dicat, une citation modifiée ? À  noter également que in illo erat est repris un peu plus loin, il faut donc encore le considérer comme une citation. Mais que faire de tous les est qui sont ensuite repris dans l’explication du maître ? Adopter le principe du lemme ?

En X, 33, 119, on trouve une citation littérale à Dn 3, 94. Mais il faudrait lui associer la reprise, un peu plus bas, du mot sarabara, qui n’est plus alors qu’une allusion.

En XI, 37, 22-23, la référence à Dn 3, 19 ne suffit pas ; Dn 3, 20 sqq. est plus satisfaisante, puisqu’elle permet d’analyser à la fois flammas (cf Vg : in fornacem ignis ardentem) et le laudes deo cecinerint (qu’on lit en Dn 3, 24 : laudantes deum). Dn 3, 19 peut toutefois être intéressant pour expliquer regem, puisqu’il commence par Nabuchodonosor. On préférera donc indiquer ici Dn 3, 19-24. À moins qu’il faille faire référence à l’épisode tout entier ? Car pour prendre en compte la dernière proposition (quos honores…meruerint), il faudrait peut-être renvoyer à la fin du chapitre 3.

Pour XIV, 46, 21-23, il ne faut pas renvoyer à Mt 23, 10 seulement (verset qui contient magister, au lieu de pater en Mt 23, 9), ni à Mt 23, 9 seulement (qui est le seul à offrir le balancement super terram/in caelis, mais qui a pater et non magister). Quant à Mt 23, 8, il n’est à inclure que si l’on considère la phrase en entier, auquel cas il faudrait plutôt écrire : Mt 23, 8-11. J’opterais donc pour Mt 23, 9-10.

En définitive, aucune des références du CC SL n’est à rejeter (à part peut-être le renvoi à une allusion supplémentaire, là où on a déjà une citation avérée : cf I, 2, 50-51). Et je n’ai pour l’instant pu par ce rapide survol, en ajouter qu’une seule.

 

Une fois que les références ont été recueillies, on peut aller rechercher dans le Fonds AMLB les informations qu’elle a pu produire à leur propos. Mais même pour ces quelques versets, les fichiers d’AMLB sont très difficilement utilisables.

Je prends trois exemples, qui correspondent à trois cas de figure :

– lorsqu’on a une fiche sur la citation en question dans le De magistro : la citation est reproduite, avec quelquefois une interprétation ou un élément de commentaire.

– lorsqu’on peut comparer cette citation à d’autres occurrences de cette référence dans d’autres œuvres d’Augustin : la citation, reproduite sur un feuillet, est alors insérée dans un cahier rassemblant toutes les références à un même verset dans l’ensemble des œuvres d’Augustin.  (Ep 3, 16).

– lorsque le travail a été mené quasiment jusqu’à sa dernière phase et qu’on dispose de tableaux tels que ceux qui ont été publiés dans Biblia Augustiniana (manuscrits ou dactylographiés) : le classement des références est alors fait selon l’ordre chronologique, les références bien identifiées et caractérisées, et l’ensemble des données normalement vérifié.

On voit bien que si, dans certains cas, la consultation de ces fichiers est de la plus grande utilité, le cas est loin d’être général.

De plus, tous les documents ne sont pas rangés verset par verset. Surtout (c’est par exemple le cas de Dn 3, 94) on trouve tout un dossier sur le chapitre 3, puis même tout un dossier sur l’ensemble des visions de Daniel. Intégrer tout cela pour ce seul verset serait démesuré… Il me semble vraiment que les dossiers d’AMLB doivent être traités à part, et pour eux-mêmes. Pourquoi, par exemple, ne pas attendre que suffisamment de données aient été intégrées à la base pour ensuite, par une recherche par verset, confronter les résultats obtenus avec ceux d’AMLB ? Si on tient à traiter toutes ces données aux débuts de la constitution de la base, alors il faudrait, je crois, envisager une saisie par livre biblique plutôt que par œuvre ; ce qui ne rendrait pas la tâche de l’analyste très commode, puisqu’il serait obligé de manier à chaque fois plusieurs éditions pour vérifier l’ensemble des occurrences, et ce qui poserait plus d’un problème au moment où il s’agira d’entreprendre la saisie exhaustive des références à partir des oeuvres.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *