Jean Chrysostome dans Biblindex

(Guillaume Bady, atelier du 23 janvier 2009. Pour une synthèse sur les données concernant Jean Chrysostome, voir
1. ÉTAT DU MATERIEL DE RECHERCHE


1.1. Biblindex et ses sources

BIBLINDEX à partir du cd-rom BIPALYON offre 43701 références chez Jean Chrysostome.
Quelle est l’origine ou l’auteur de ces références, et à quel point ont-elles été vérifiées ? « Chrysostome n’a pas été travaillé du tout. Les données nous ont été fournies par Jean-Marie Leroux » (J. Allenbach). Cette information semble devoir être corrigée :

1°/ contact ayant été pris et vérification faite, une copie de l’index de Dom Bède, décédé aujourd’hui, est encore à En-Calcat ; mais un exemplaire avait été envoyé au CADP.

2°/ 2 cahiers – inintelligibles – de J.-M. Leroux, lui aussi décédé, ont été récupérés dans sa cave; ils témoignent du travail original fait par le chercheur. H. SORLIN, SC 346, p.42, n. 1, donne sans doute une information exacte quand il mentionne « un fichier exhaustif des citations bibliques de Chrysostome, établi séparément par J.-M. Leroux, ingénieur au CNRS, et Dom Bède, de l’abbaye d’En-Calcat. Ce fichier est déposé à la Fac de Théologie protestante de Strasbourg ». Il n’est pas impossible, en définitive, qu’à la fin de son travail, J.-M. Leroux, même s’il vivait en banlieue parisienne, l’ait comparé avec celui de Dom Bède.

3°/ Le CADP nous a fourni 1 carton contenant 6 dossiers d’enveloppes. Ces listings portent des marques de corrections en rouge, portées à leur tour sur un 2e listing. La date de dernière mise à jour indiquée sur la fiche accompagnant les listings que j’ai revus est «8012» – soit décembre 1980 ? Ces corrections, semble-t-il, n’ont pas été reportées dans Bipalyon. En tout cas, la mention «L» pour « lu [et non vérifié]» dans la liste des numéros CADP liée aux cartons est inexacte : le corpus a été vérifié au moins une fois !

1.2. Les index scripturaires complets publiés

– l’index B. DE MONTFAUCON, S. P. N. Joannis Chrysostomi opera omnia quæ exstant, t. XIII, pars altera, Gaume, Paris 1839, p. 1-167 (apparemment fait par les Bénédictins de Solesme).
– l’index de M. JEANNIN (dir.), Saint Jean Chrysostome. Oeuvres complètes traduites pour la première fois en français, t. XI, Bar-le-Duc 1867, p. 600-642 (beaucoup moins fouillé).
– l’index de R.A. KRUPP, Saint John Chrysostom. A Scripture Index, University Press of America 1984.

1.3. Les éditions et les traductions disponibles

– éditions anciennes : Erasme, Savile, Fronton, Matthaei, Montfaucon, Field, etc.
– PG = Montfaucon (ou Field pour l’In Matth.)
– SC : 20 volumes d’œuvres authentiques (13bis, 28bis, 50bis, 79, 103, 117, 125, 138, 188, 272, 277, 300, 304, 342, 346, 348, 362, 366, 396, 433) + 1 d’une homélie pseudo-chrys. (187)
– CUF : Les cohabitations suspectes. Comment garder la virginité (apparat seul)
– autres éditions ou traductions modernes : CCG 4 (In Eccl.), 70 (De Davide et Saule), PDF 8, 16, 22, 35/36, sans compter Hill, Zincone, Mazzoni Dami, etc.

2. EXTENSION ET DEFINITION DU CORPUS DANS BIBLINDEX


2.1. Œuvres contenues dans Biblindex

Presque tout Chrysostome est dans Biblindex, sauf les 2 Lettres à Innocent (0 citation relevée en fait), les 8 Sermons sur la Genèse (le CADP attendait l’édition de L. Brottier, parue en 1998 ?), le Commentaire sur Job (paru en 1988), des inédits (2 des Quindecim novae) et des dubia (Comm. sur Pr, Qo, Dn, Jr), soit 10 homélies et 5 commentaires si l’on ajoute des dubia.

2.2. Problèmes de définition du corpus et des œuvres

Le CADP a voulu se limiter au Chrysostome authentique, avec quelques exceptions, des dubia et même, en fait, un spurium. Je pense qu’il faudrait ajouter des dubia (comm. sur Pr, Qo, Dn) qui me semblent devoir être pris en compte, d’abord en tant que textes publiables à moyen terme aux Sources Chrétiennes, ensuite parce qu’ils ont le même auteur, à mon avis, que le comm. sur Jb et les hom. sur les Psaumes – tout comme un autre commentaire, qui cependant interviendra peut-être dans un deuxième temps: étant donné leur nature caténaire, les fragments sur Jérémie ne pourront être pris en compte qu’après authentification.
Quoi qu’il en soit, les dubia doivent rester exceptionnels. Or une œuvre comme la Comparatio regis et monachi, dont S.J. Voicu a prouvé l’inauthenticité, doit-elle malgré tout être prise en compte ? Quant aux lettres de Constantios qui ferment la collection des Lettres de Chrysostome, elles devront être prises en compte – sous le nom de Constantios évidemment. Par ailleurs, ne faut-il pas prévenir l’utilisateur de Biblindex que la quasi-absence des dubia et spuria (en dehors des eclogae et autres textes dérivés des originaux) est due non pas à une sorte d’illégitimité, mais au fait que, le Chrysostome authentique ayant été traité en priorité, les dubia et spuria ne pourront être pris en compte qu’à un stade lointain d’avancement du travail ?

La liste que j’ai dressée est consultable sur la page Jean Chrysostome du site des Sources Chrétiennes :
http://www.sources-chretiennes.mom.fr/index.php?pageid=auteurs_anciens&id=76&sourcepg=auteurs_anciens

Cette liste compte 179 unités critiques (dont 21 dubia, 7 spuria et les lettres de Constantios) ou 140 unités littéraires (soit 150 et 112 sans les dubia et spuria). Je propose en effet d’appeler
« unité critique » le texte ou la partie de texte qui est traitée séparément dans Biblindex,
« unité littéraire » le texte ou le groupe de textes que la tradition a transmis et que la critique moderne considère comme un tout.
Dans l’idéal il devrait y avoir autant d’unités critiques que d’unités littéraires, mais dans la pratique, le CADP n’a pas toujours pu tenir compte des derniers résultats de la critique, sans parler des résultats acquis après la fin du travail. Par ex., la série des Quindecim novae comporte 15 unités critiques, mais forme une seule unité littéraire ; ou encore le Sermon 9 sur la Genèse a été traité comme une unité critique séparée des 8 premiers, mais comme il est en fait la 2e homélie Sur le changement des noms, il devrait former une unité littéraire avec les 4 autres, tout en étant compté comme unité critique distincte. Quant aux homélies Sur les Maccabées, elles ont été traitées comme un tout, mais au lieu d’une seule unité critique et littéraire, il devrait y en avoir deux, puisque la 3e est inauthentique ; le 3e sermon dit Contre les juifs devrait également former une unité critique et littéraire séparée par rapport à la série de 7 sermons, dont il ne fait pas partie en fait.
A l’adéquation pratique entre unité critique et unité littéraire, trois obstacles techniques se dressent pour l’instant : dans l’état actuel de la base, on ne peut pas fusionner dans la base deux œuvres CADP, ni, au contraire, en scinder une en deux, ni encore prendre une partie d’un texte pour l’incorporer à un autre.
La lisibilité de certaines « séries » d’homélies et, plus profondément, leur exacte composition doivent en tout cas amener à des changements de titres qui parfois apporteraient d’ailleurs d’utiles précisions par rapport à la Clauis Patrum Graecorum. Voir les changements que je propose dans la liste mentionnée à l’adresse ci-dessus.

 

3. METHODE ET OBJET DU TRAVAIL ; LA QUESTION DES ALLUSIONS

3.1. Méthode suivie

1°) Comparer toutes les sources disponibles et sélectionner celles ayant une quelconque originalité
2°) Vérifier la référence au texte patristique (en l’occurrence Biblindex est TRÈS SÛR)
3°) Vérifier la référence biblique (là peuvent se poser des problèmes)
4°) Vérifier les données supplémentaires d’analyse fournies par le CADP, à savoir l’emploi des signes / ( ) dont la signification (ils sont encore absents en 1967 quand paraît l’ouvrage méthodologique de J. Allenbach) semble capitale – car ces signes indiquent sûrement s’il s’agit d’une citation ou d’une allusion, s’il ne s’agit que du début ou de la fin d’une référence – liée dès lors à la précédente ou à la suivante.

3.2. Quel type d’allusions faut-il encore repérer ?

Question : faut-il (5°) rechercher systématiquement, en amont, les citations et allusions pour que la base soit le plus exhaustive possible ? Ce niveau doit-il intervenir dès le début ou bien dans un second temps ? Autrement dit, lorsque le CADP a fait un travail déjà assez abouti, faisons-nous d’abord une simple vérification ou bien une recherche complète ?
Le problème pour Chrysostome est qu’il y a déjà tellement de citations qu’il est épuisant, décourageant de s’amuser à repérer en plus les allusions ; par ex. pour les Lettres diverses, A.-M. Malingrey n’a repéré que les citations… La question devient : qu’entend-on par « allusion » ?

À première vue, et en restant à une approche naïve de la question, il me semble qu’il y a plusieurs types d’allusions :
1) les allusions essentielles (ou directes), c’est-à-dire sans lesquelles le discours n’a pas de sens
a – avec mention de livre ou d’auteur : « Paul dit dans sa lettre aux Romains que nous mourrons et vivrons avec le Christ » (citation non littérale de Rm 6, 8), « comme le psalmiste, demandons à Dieu de nous délivrer de nos ennemis » ( allusion quasi littérale à Ps 59,1)
b –  sans mention de livre ou d’auteur : « Y a-t-il plus misérable que Judas ? »
c – sans référent précis : « Dieu te donnera ton salaire », « un trésor dans les cieux »

2) les allusions accessoires (ou indirectes) :
a –points de rencontre lexicaux ou expressions qui ne se comprennent que dans un contexte biblique, mais qui, tout en n’apportant aucune modification essentielle au sens de la phrase, seraient interchangeables : « un cœur de pierre » (« cruauté » aurait pu suffire), etc.
b – points de rencontre lexicaux ou expressions dont le rapport à tel(s) texte(s) biblique(s) est seulement lexical ou contingent : mots simplement rares, hapax utilisés dans un contexte trop différent.

Les allusions relevées par le CADP, me semble-t-il, sont surtout de type 1 a et b, pas 1 c ni 2. Cette intuition est confirmée a posteriori par la lecture de J. ALLENBACH, Étapes, moyens et méthodes d’analyse, Fac. de Strasbourg, 1967, p. 50-51 :

«Citation : Nous reconnaissons une citation chaque fois que l’auteur renvoie expressément le lecteur à un texte qui est (ou qu’il prétend être) biblique. Peu importent alors les erreurs de référence et les variantes de transcription ; il suffit qu’il ait eu l’intention de citer l’Écriture. […]
Allusion : Déterminer une allusion semble beaucoup plus délicat puisqu’il n’y a pas là un critère objectif de reconnaissance. Certes des critères objectifs peuvent être proposés : par exemple on pourrait dire que l’emploi d’un certain nombre de mots d’un verset biblique indique une allusion à ce verset. À combien de mots faudrait-il alors fixer le « seuil » pour une allusion ?
[– Un, car ce n’est pas une question de seuil.] L’emploi d’un hapax à lui tout seul ne peut-il pas représenter une allusion ? [— Si.] Et lorsque l’auteur paraphrase un verset sans en reprendre les termes, n’y a-t-il pas allusion à ce verset ? [—Si.]
On le voit, le critère objectif est peu satisfaisant. Nous préférons recourir au point de repère fixé pour les citations : le renvoi conscient ou inconscient par l’auteur à un texte biblique particulier venant étayer sa réflexion
[c’est J. Allenbach qui souligne; cela rejoint ce que j’appelle allusions essentielles ou directes, c’est-à-dire celles sans lesquelles le discours n’a pas de sens]. Il ne s’agit pas de faire un relevé du vocabulaire biblique employé dans les textes patristiques : nous devrions alors noter une foule de textes strictement étrangers à la pensée de l’auteur. C’est pourquoi nous précisons bien que le relevé des allusions ne concerne que les renvois par l’auteur à un texte biblique particulier (lorsque ce texte a des parallèlles exacts dans l’Écriture nous les notons aussi). Nous ne pouvons énumérer ici les multiples façons dont un auteur peut renvoyer indirectement son lecteur ou son auditeur à un texte biblique précis ; évocation d’un personnage, transcription d’un dialogue au style indirect, reprise en « leitmotiv » du contenu d’un verset biblique, etc. Remarquons que chaque auteur a sa façon particulière, au fil de son discours, d’éveiller les résonnances bibliques de son auditeur, d’amener par quelques évocations une citation, qui par toutes les paroles dont elle a été entourée, se trouve enrichie au moment où le lecteur la découvre.
Dans la vérification des citations et dans la découverte des allusions il est fait appel à toutes les connaissances bibliques de l’analyste. Considérant la marge d’appréciation qui lui est ainsi laissée, nous avons adopté le principe d’une analyse large : lorsqu’il y a hésitation pour savoir si l’auteur fait réellement une allusion à un texte biblique particulier, plutôt que de procéder à une analyse trop sélective, nous préférons relever tous les textes ayant pu être visés par l’auteur. Nous pouvons ainsi prétendre à l’exhaustivité dans notre relevé et nous laissons au chercheur l’initiative du rejet des mentions qu’il jugera inutiles.»

Dans l’idéal il m’aurait semblé nécessaire d’affiner l’analyse en relevant aussi les allusions de type 1c et 2a dans la mesure où elles interviennent dans la compréhension du texte. Depuis 1967, la culture biblique des lecteurs a baissé, si bien que certaines expressions bibliques qui paraissaient évidentes (ou qui sont passées dans la langue moderne) – et qui, de ce fait, ont pu ne pas même être décelées – ne le sont plus forcément : or les allusions indirectes de type 2a sont de celles-là.

Remarque de J. REYNARD : à ce compte-là, il faudrait un livre entier pour expliquer chaque allusion dans tel texte et tel contexte, surtout si l’on tient compte des variantes des manuscrits.
Remarque de L. MELLERIN : pour les allusions de type 1c ou 2a, une liste des principaux mots cités offrant toutes les occurrences dans la Bible pourrait utilement compléter Biblindex sans surcharger ni la base de données non pertinentes ni les collaborateurs d’un travail extrêmement fastidieux.

La question est cruciale, car elle risque, en effet, de doubler le temps de travail. L’expérience que j’ai faite sur quelques textes de Chrysostome montre-t-elle que la fiabilité de Biblindex est déjà assez grande pour éviter l’investissement vertigineux que représenterait en temps de travail la relecture minutieuse des œuvres ?
Dans les 4 tests suivants, pour des raisons de temps, le relevé des allusions de type 1c et 2a n’a été fait que dans le premier cas.

4. TEST DE FIABILITE DES DONNEES DE BIBLINDEX ET DU CADP


4.1. Test 1 : les deux Lettres à Innocent

Pour les Lettres à Innocent, dont l’une est publiée en SC 342, il y a 0 référence dans le listing du CADP : voilà pourquoi elles sont absentes de Biblindex (c’est aussi le cas du De s. Pelagia). Il faudrait quand même qu’elles y apparaissent – ce qui d’ailleurs est prévu, même s’il y a 0 citation. En une heure j’ai quand même trouvé les allusions suivantes :
Lettre 1, ligne 98, « cœur de pierre » : cf. Ez 11,19 ou 36,26 (comment choisir ?)
Lettre 1, ligne 184-185, « brebis dispersées » : cf. Ez 34,6
Lettre 1, ligne 244, « vous recevrez de Dieu la récompense » : cf. Mt 5,12 (entre autres !)
Lettre 2, « couronne » : cf. Jc 1,12 ou 1 P 5,4 (entre autres !)
Lettre 2, « trésor » : cf. Mt 19,21 (entre autres !)

4.2. Test 2 : la Lettre aux évêques, prêtres et diacres emprisonnés

Pour la Lettre aux évêques (PG 52,541*-542*), il y a 12 références dans le listing du CADP , 10 dans Biblindex, 5 d’après la PG (A.-M. Malingrey n’a rien ajouté). N.B. Le listing porte en rouge la mention « relu », sans doute pas de la main de J.-M. Leroux ; sur l’enveloppe figure au crayon « cor faîtes [sic] à cont »

• L’une (χάρητε καὶ σκιρτήσατε) est erronée dans la PG (Mt 5,12), juste dans le listing du CADP et Bipalyon (Lc 6,23).

• 2 autres (Mc 6,18 : οὐκ ἔξεστίν σοι ἔχειν τὴν γυναῖκα τοῦ ἀδελφοῦ σου ; et Lc 3,19 : ̔Ηρῴδης… ἐλεγχόμενος ὑπ᾿ αὐτοῦ περὶ Ἡρῳδιάδος τῆς γυναικὸς τοῦ ἀδελφοῦ αὐτοῦ) sont les parallèles de Mt 14,4 (τὴν γυναῖκα Φιλίππου τοῦ ἀδελφοῦ αὐτοῦ… οὐκ ἔξεστίν σοι ἔχειν αὐτήν). Or la citation de Chrysostome est : οὐκ ἔξεστί σοι ἔχειν τὴν γυναῖκα Φιλίππου τοῦ ἀδελφοῦ σου. Que faire ? Faudrait-il éliminer la référence à Lc, qui est un simple parallèle allusif, écarter quand même Matthieu qui est moins littéral et choisir Mc comme référence principale en ajoutant « E » à la référence pour signaler qu’il y a des parallèles non pris en compte ?  Ou – c’est préférable à mon avis – garder les 3 références, qui seront quand même utiles, mais alors comment signaler que 2 références ne sont que des parallèles ? Il y a de fait une ambiguïté dans la base dans le cas de Matthieu entre une référence marquée «E» parce qu’elle est systématiquement et indifféremment préférée aux parallèles, et une autre référence marquée «E» parce qu’elle est plυs littérale.

• La référence à Ph 4,3 (ὧν τὰ ὀνόματα ἐν βίβλῳ ζωῆς) doit être complétée par une autre à Lc 10,20 (τὰ ὀνόματα ὑμῶν ἐγγέγραπται ἐν τοῖς οὐρανοῖς), puisque la citation de Chrysostome est ἐγγέγραπται ὑμῶν τὰ ὀνόματα ἐν βίβλῳ ζωῆς.

• Les références à Lc 1,80, Lc 3,2, Mt 3,1 et Mc 1,4 concernent une seule allusion sur Jean-Baptiste « citoyen du désert » ; celles à Mc 1,4 et à Lc 3,2, présentes dans le listing du CADP, sont absentes (ou ont été éliminées ?) de Bipalyon : pourquoi ? Parce qu’il ne s’agit pas dans ces deux références de la vie de Jean avant son ministère, mais au cours de son activité de baptiste ? A ce moment-là il aurait fallu aussi éliminer Mt 3,1… et puis ce n’est pas très pertinent.

NB. J’ai passé 3 quarts d’heure à ces 12 références. Et encore je n’ai pas relu le texte pour y déceler encore d’autres allusions passées éventuellement inaperçues…

4.3. Test 3 : les Epistulae ad diuersos

Pour les Lettres diverses, il y a 39 références dans le listing du CADP, 136 dans Biblindex, 25 d’après A.-M. Malingrey (> PG ?). En réalité, comme dans Bipalyon, à la différence des listings du CADP et de la PG, les références à deux (ou plusieurs) versets qui se suivent ont été dédoublées, les chiffres doivent être corrigés ainsi : 49 CADP, 47 Biblindex, 28 PG.

N.B. Le listing porte en rouge la mention « relu », sans doute pas de la main de J.-M. Leroux. Il y a, de fait, 2 corrections concernant la référence à 2 Jn 12, pour mettre le chiffre 12 non pas dans la colonne des chapitres, mais des versets (puisqu’il n’y a pas de chapitres dans cette lettre).

• Allusion de Chrysostome à Jon 2, 1 et 2,10 Biblindex (références marquées <), ou plutôt Jon 2,1-10 dans le listing du CADP (idem pour Mt 25, 14-30, Ac 16,23-33, Rm 16, 1-4 ou Rm 5,3-4).

• 2 allusions de Chrysostome, présentes dans le listing du CADP (ep. 46 : Εἰ γὰρ καὶ μὴ μέλανι μηδὲ χάρτῃ συνεχῶς ἐπιστέλλομεν ; ep. 75 : αὐτὸς διὰ χάρτου μικροῦ καὶ μέλανος τὴν μεγίστην ἡμῖν πάρεχε χάριν) à 2 Jn 12 (πολλὰ ἔχων ὑμῖν γράφειν οὐκ ἐβουλήθην διὰ χάρτου καὶ μέλανος) ont été supprimées, en tout cas sont absentes de Bipalyon. Dommage, surtout dans le second cas…

• Citation de Ps 63, 8-9 (PG = n° du psaume dans la LXX), soit Ps 64,8 et 64,9 (marquées de >) dans Bipalyon, Ps 64, 8-9 dans le listing du CADP : illustration d’un cas classique.

• Dans la lettre 152, allusion à Mt 10,42 (où l’eau est dite « froide », précision faite par Chrysostome ; la référence est marquée ) plus qu’au parallèle en Mc 9,41, marqué NB. J’ai mis presque 2h pour ces quelque 40 références (139 dans Biblindex, il est vrai).

3.5. Test 4 : la Lettre d’exil (Quod nemo laeditur, SC 103)

Pour la Lettre d’exil, il y a 47 références dans le listing du CADP, 105 dans Biblindex, 16 d’après A.-M. Malingrey (SC 103). Chiffres à corriger encore en faveur du listing du CADP. N.B. Le listing porte en rouge la mention « relu », sans doute pas de la main de J.-M. Leroux : corrections justifiées p. 78, ligne 50 : Lc 6,26 au lieu de Lc 6,22-23 ; corrections de signes conventionneles ) / ou (

Page 78, ligne 59 de l’édition d’A.-M Malingrey, de façon singulière, le listing du CADP rédige en deux références distinctes Mc 6,25 / et 6,28
P. 114,35, les parallèles de Mt 26,21-25 et Mc 14,18-21 (à savoir l’annonce de la trahison de Judas) chez Lc (22,21-23) et Jn (13,21-30), présents dans le listing du CADP, sont absents de Bipalyon.

P. 120,19 (la manne), la référence à Ex 16,35 présente dans Bipalyon est absente du listing CADP.

P. 122, 54 (« pourquoi parler des nuées d’oiseaux qui par leur multitude couvrirent la terre »), la référence à Ps 105,40 présente dans le listing du CADP est absente de Bipalyon.

P.124, 65-66 (« pour qu’ils gardent avec plus de soin l’enseignement que leur avait donné Moïse sur la connaissance de Dieu ») : SC précise en note qu’il y a une allusion au décalogue, Ex 20, 1-17 – allusion absente (rejetée comme trop imprécise en fait) et dans le listing CADP et dans Bipalyon.

P. 124,68, (« la mer pouvait tantôt être traversée à pied sec, tantôt redevenir mer »), la référence à Ex 14,27 présente dans le listing du CADP est absente de Bipalyon.

P. 124,71 (sur la plaie des grenouilles), SC en note indique « [Ex] 7,26; 8-11» (pour Ex 7,26 – 8,11), Bipalyon Ex 8,1 et 8,2 seulement, le listing du CADP Ex 8,1-2 seulement.

P. 124,71 (sur l’armée de sauterelles), SC indique Ex 10,1-20, le listing du CADP Ex 10,12-15 seulement, Bipalyon rien.

P. 124,73 (simple mention «la manne»), SC n’indique rien, le listing du CADP et Bipalyon renvoient à Ex 16,35 mais aussi à Ex 16,14-18.

P. 142,44 (réf. au mobilier et aux sacrifices du Temple), la référence donnée en SC à Ex 2,30 est absente du listing du CADP et de Bipalyon sans être corrigée par ex. en Ex 25-30, en raison certainement de son amplitude. De même est délaissée la référence, il est vrai inutile, à Dt 18,13-18 indiquée en note en SC.

P. 142,48-49 la note 4 (SC) à Ex 13,1-10 et 11-16; Dt 6,6-9; 11, 13-21; Dt 6,4-9; 11,12-20; le listing du CADP  fait quant à lui référence à Ex 13,9, Ex 9,16 (pas très convaincant), Dt 6,8, Dt 11,18, Dt 6,9, Dt 11,20 (Bipalyon « omet » Dt 6,8 et 11,18).

P. 142,52 (sacrifices humains), la référence pertinente à Dt 12,31 en note 7 (SC) est omise dans le listing du CADP et dans Bipalyon; celle, tout aussi pertinente, à Is 57,5 est absente de Bipalyon mais présente dans le listing; enfin; le listing est le seul à ajouter la référence, pertinente en effet, à Ps 106,37.

NB. J’ai travaillé 2h30 sur ces quelque 100 références.

 

5. CONCLUSIONS

5.1. Quelle source est la plus sûre ?

Pour une raison inconnue, les données issues de Bipalyon sont moins complètes ou moins à jour que celles des listings. L’hypothèse inverse (des références ont été minutieusement et pertinemment éliminées) semble ne pas se vérifier. C’est donc en priorité sur les listings qu’il s’agit de travailler, en faisant attention au fait que certaines références présentes dans Bipalyon sont absentes des listings.

5.2. Que reste-t-il à faire ?

Dans le meilleur des cas, à raison de 40 références par heure, les quelque 44000 références représenteraient 11000 heures de travail, chiffre à multiplier par 2 pour cette vérification ET le repérage des allusions accessoires, et par 3 pour cette vérification, ce repérage ET la saisie. En somme, 30000 heures à prévoir… pour un résultat infime étant donné la solidité du travail accompli.

Reste à effectuer une triple tâche :
– renseigner pleinement la base Babel
– vérifier que les corrections faites sur les listings du CADP ont été prises en compte dans Bipalyon
– compléter la base en incluant les œuvres manquantes.
J’ai rédigé un document d’accompagnement concernant les œuvres de Chrysostome à l’intention des utilisateurs de Biblindex.

5.3. Pour se donner du courage (?)

Étant donné le fait que Chrysostome a fait l’objet d’un travail avancé de la part du CADP, les conclusions concernant cet auteur ne sont pas forcément valables pour les autres auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *