Prosper d'Aquitaine, atelier du 30 mars 2010 (Jérémy Delmulle)

Recherches sur l’existence d’une Vetus Latina en usage

dans la Gaule méridionale du ve siècle

Les versions antéhiéronymiennes de la Bible, en usage dans les Gaules, et en particulier dans la région de Marseille, n’ont, sauf erreur, pas intéressé la critique, alors même que la Gaule méridionale – et Marseille, en particulier – constitue l’un des plus grands foyers culturels de l’époque et que, donc, la question de la Bible qu’on pouvait y lire a une importance non négligeable, alors même aussi qu’il existe un corpus de textes assez important pour que l’on puisse mener une enquête sur des bases certaines et parvenir à des hypothèses suffisamment étayées.

Il s’agissait, dans le cadre de cet exposé, d’étudier, à titre d’exemple et en guise d’introduction méthodologique, les références scripturaires présentes dans les œuvres « marseillaises » de Prosper d’Aquitaine[1] (composées de 426 à 435, avant son départ pour Rome), pour tenter d’identifier la ou les Bibles qu’il avait à sa disposition – ou, dans la plupart des cas, de tenter d’établir une parenté avec une version connue – à une époque donnée et surtout dans une aire géographique bien déterminée : la comparaison avec les sources romaines qu’il utilisera plus tard montre la nécessité de se limiter à un corpus plus cohérent.

L’analyse des 420 citations ou allusions repérées dans ces différentes œuvres permet de fournir les indications suivantes :

1) Pour au moins 60 % des références bibliques, Prosper a recours à la version de la Vulgate ou (il nous est impossible de le préciser) à un texte antérieur adopté par Jérôme.

2) Prosper, cependant, utilise à de nombreuses reprises une source différente de la Vulgate, et probablement en concurrence avec celle-ci. Il lui arrive de citer un même verset, mais en suivant, dans des œuvres différentes, des versions différentes. On peut sans doute expliquer ce phénomène par un choix qu’il fait, dans une visée polémique :

Alors qu’il cite, dans Ep. Ruf. 5, Ph 2,13 selon la Vg (Deus est enim qui operatur in uobis et uelle et perficere pro bona uoluntate), il en donne dans C. Coll. 4,2 et 8,2 une version différente. C’est que, le verset de la Vg étant cité par Cassien à l’appui de sa théorie de la coopération de la grâce divine et de la volonté humaine, Prosper lui préfère la version (identifiée comme Itala) qui, au lieu de perficere, donne operari : l’ambiguïté scripturaire est ainsi éliminée.

Même chose pour Ac 4,27-28 : Prosper cite dans Resp. Gall. 13, non pas la Vg (Conuenerunt … facere quae manus tua et consilium decreuerunt fieri), mais une autre version, qui lui apporte une leçon éminemment utile à sa défense de la doctrine augustinienne, rendant même toute autre argumentation superflue : Conuenerunt … ut facerent quae manus tua et consilium praedestinauit fieri.

3) Mais la grande difficulté à laquelle nous sommes confrontés, concernant ces citations, est que, pour un certain nombre d’entre elles, on les retrouve à l’identique dans des œuvres d’Augustin, et en particulier – vu l’extrême proximité des controverses qui les occupent – dans ses quatre derniers traités concernant la grâce (Grat. lib. arb., Corr. grat., Praed. et Dono), dont nous savons avec certitude que Prosper les a lus. Ainsi donc, il convient d’écarter systématiquement les cas d’une citation scripturaire tirée d’une Vieille Latine, qui se trouverait déjà dans une de ces œuvres d’Augustin : elle ne pourrait, en effet, en aucun cas être une preuve.

Le problème se pose, par exemple, pour la citation précédente (Ac 4,27-28). Voir aussi, entre autres nombreux exemples, Ez 11,19 : C. Coll. 11,1 (= Itala, fr. Sang.), qu’on lit aussi chez Aug., Grat. lib. 14,29 ou C. duas ep. Pelag. 1,20,38…

4) Les seules citations, en définitive, qu’il nous faut prendre en compte pour parvenir à quelque certitude doivent être des citations qui à la fois s’éloignent de la Vg et ne se retrouvent pas chez Augustin (ni, éventuellement, chez les rares autres auteurs que cite Prosper : Cassien, les papes de Rome, les conciles). Mais même dans ces cas, pourtant bien définis, il n’est pas aisé de distinguer, lorsque par exemple le texte de Prosper offre un hapax, s’il s’agit d’un unique témoin d’une version ancienne dont on a perdu le souvenir, ou s’il est plutôt le fruit d’une recomposition, d’une récriture personnelle de l’auteur.

Un exemple du dernier cas de figure : le verset cité dans C. Coll. 10,2, « concludens omnia in incredulitate, ut promissio ex fide Iesu Christi daretur credentibus », qui apparaît comme une citation de Ga 3,22 (Sed conclusit scriptura omnia sub peccato ut promissio ex fide Iesu Christi daretur credentibus), semble n’être en réalité qu’une fusion (probablement volontaire, vu le contexte) entre ce verset et Rm 11,32 (conclusit enim Deus omnia in incredulitatem ut omnium misereatur), donc deux textes différents de la Vg.

Citons pour finir quelques-uns des versets indéniablement tirés d’une Vieille Latine, indépendamment de toute transmission indirecte et de toute influence littéraire :

Un exemple du dernier cas de figure : le verset cité dans C. Coll. 10,2, « concludens omnia in incredulitate, ut promissio ex fide Iesu Christi daretur credentibus », qui apparaît comme une citation de Ga 3,22 (Sed conclusit scriptura omnia sub peccato ut promissio ex fide Iesu Christi daretur credentibus), semble n’être en réalité qu’une fusion (probablement volontaire, vu le contexte) entre ce verset et Rm 11,32 (conclusit enim Deus omnia in incredulitatem ut omnium misereatur), donc deux textes différents de la Vg.

C Coll 13,4 cite 1 Co 3,11 (fundamentum praeter quod aliud nemo potest ponere, quod est Christus Iesus) selon la même version que celle de Léon le Grand, Serm. 4,2 et d’Orose, Apolog. 27,3. Mais on ne peut tirer de cette comparaison la moindre localisation.

Le cas de Lc 1,51-53, en revanche (C Coll 6,1) apparente clairement la version de Prosper avec plusieurs codices de l’Itala (cod. a et r1 de l’éd. Belsheim (1894)), qu’utilise un psautier ambrosien, ce qui accréditerait donc la thèse d’une origine italienne.


Ac 10,15 : Quae Deus mundauit, tu ne commune dixeris. La Vg a purificauit au lieu de mundauit, tandis que l’Itala (cod. 5, Belsheim) possède un texte identique, qu’on retrouve chez Ambr., Expl. Lc 7,44.

Le texte de 2 P 1,2-3, cité dans C. Coll. 13,4 (Gratia uobis, inquit, et pax adimpleatur in recognitione Domini nostri Iesu Christi, qui nunc omnia nobis diuina uirtute sua, quae ad uitam et pietatem pertinent, donauit) n’est pas celui de la Vulgate ; il s’apparente à une version S (selon W. Thiele, éd. Beuron), qui n’est utilisée que par un seul autre auteur que Prosper, le Ps.-Aug. du Speculum (90) : « Item Petrus apostolus I : Gratia uobis et pax adimpleatur in recognitionem Domini nostri Iesu Christi, qui nunc omnia nobis diuina uirtute sua quae ad uitam et pietatem pertinent, donauit. » La critique semble y voir un texte contemporain de Prosper, écrit en Italie.

Nous pouvons donc avancer, à partir de ces premières analyses, l’hypothèse que la Bible (ou l’une des Bibles) où Prosper puise ses citations, lorsqu’il ne s’agit pas de la Vg, est une version qu’il faut identifier avec une Itala, en usage dans le nord de l’Italie. Un sondage opéré dans les citations de Cassien ne semble pas infirmer cette hypothèse, qui demande toutefois à être étayée grâce à un travail similaire sur l’œuvre d’autres auteurs contemporains de la même région.

Je communiquerai ultérieurement, sous la forme d’un résumé semblable à celui-ci, les conclusions de la même enquête portant sur les œuvres de Cassien (2300 références).



[1] Il s’agit de l’Epistula ad Rufinum, de l’Epistula ad Augustinum, du Carmen de ingratis (ainsi que les deux Epigrammata in obtrectatorem Augustini et l’Epitaphium), du Contra collatorem et des trois Pro Augustino responsiones : ad capitula Gallorum calumniantium, ad capitula obiectionum Vincentianarum et ad excerpta Genuensium (PL 51).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">