Anthologie : « Les Pères et la Bible »

Césaire d’ArlesIsidore de SévilleRaban MaurNil d’AncyreJean ChrysostomeJérômeÉphrem de NisibeOrigèneBonaventure

La prière et la lecture

La prière nous purifie ; la lecture nous instruit. Si nous pouvons faire les deux, c’est bien. Si nous ne le pouvons pas, la prière vaut mieux que la lecture.

Celui qui veut être toujours avec Dieu doit prier fréquemment et lire fréquemment. Car lorsque nous prions, c’est nous qui parlons avec Dieu ; et lorsque nous lisons, c’est Dieu qui parle avec nous.

Tout progrès vient de la lecture et de la méditation. Ce que nous ignorions, nous l’apprenons par la lecture ; ce que nous avons appris, nous le conservons par la méditation. La lecture des saintes Écritures procure un double don : d’une part elle forme l’intelligence, d’autre part elle détache l’homme des vanités du monde et le conduit à aimer Dieu.

Le lecteur courageux sera beaucoup plus disposé à accomplir ce qu’il lit qu’à rechercher la science. Il est en effet moins pénible d’ignorer ce que l’on désire savoir que de ne pas accomplir ce que l’on connaît. De même qu’en lisant nous désirons savoir, de même en connaissant devons-nous accomplir ce que nous avons appris de bien.

Saint Isidore (560-636), évêque de Séville, a œuvré à l’unité de l’Église dans l’Espagne wisigothique et produit une œuvre encyclopédique. Il est souvent cité comme le dernier Père de l’Église de langue latine.

Isidore de Séville (VIIe s.), Le Livre des Sentences 3,8, trad. P. Roguet (in Office romain des lectures. Livre des jours, Paris, 1984, p. 1388-1389).


La lecture des saintes Écritures apporte un véritable avant-goût de béatitude. L’homme peut s’y mirer comme dans une glace, voir qui il est, voir vers quoi il tend. Une lecture assidue purifie tout, suscite la crainte de la géhenne, mobilise le cœur du lecteur pour les joies supérieures. Qui veut toujours demeurer avec Dieu doit sans cesse prier, lire.

Quand nous prions, nous parlons à Dieu, quand nous lisons, Dieu nous parle. La lecture biblique nous accorde cette double grâce : en instruisant notre esprit, en libérant l’homme de la vanité du monde, elle le mène à l’amour de Dieu. Cette lecture est un effort louable et grandement profitable pour notre purification. Comme le corps s’alimente de nourritures terrestres, l’homme intérieur se nourrit et se régale de la parole de Dieu. Comme le dit le psalmiste : Qu’elles sont douces à mon palaos tes paroles, plus que le miel et son rayon à ma bouche ! (Ps 118, 103).

Raban Maur, Hom. 48, §2, PL 110, 88-90, trad. A.-G. Hamman, dans Lire la Bible à l’école des Pères, Les Pères dans la foi 66, Paris, 1997, p. 244.

Grâce au Christ, frères très chers, veillez à toujours pratiquer la lecture des textes sacrés d’un cœur avide et assoiffé; que votre obéissance très fidèle vous produise une joie spirituelle. […]

Vous ne devez pas vous contenter d’entendre lire les textes sacrés à l’église, mais dans vos maisons, au cours des repas, quand les jours sont courts, durant quelques heures de la nuit, il vous faut vous adonner à la lecture des Écritures, afin d’amasser dans le grenier de votre cœur le froment spirituel et mettre en réserve dans le trésor de vos âmes les perles des écrits sacrés. Au jour du jugement, quand nous nous trouverons devant le tribunal du Juge éternel, nous serons trouvés, comme dit l’Apôtre, vêtus et non pas nus (2 Co 5,3).

Prenez bien garde, frères très chers, les Écritures sont comme des lettres envoyées de notre patrie. Notre patrie, c’est le paradis. Nos parents, ce sont les patriarches, les prophètes, les apôtres et les martyrs. Les anges en sont les citoyens, notre roi est le Christ. Quand Adam a péché, en lui nous avons été jetés dans l’exil de ce monde, mais notre roi, au-delà de tout discours, est bienveillant et miséricordieux. Il nous a écrit par patriarches et prophètes les saintes Écritures comme des lettres d’invitation, où il nous conviait dans notre première et éternelle patrie.

Césaire d’Arles, Sermon 7, CCL 103, p. 37-40, trad. A.-G. Hamman, Lire la Bible à l’école des Pères, coll. Les Pères dans la foi 66, Éditions Migne, Paris, 1997, p. 235-236

Les prêtres dans l’Église ressemblent aux vaches et le peuple chrétien représente en figure les veaux. (…) Il n’est pas inconvenant, frères très chers, d’assimiler les prêtres à des vaches ; en effet, comme une vache a deux mamelles, avec lesquelles elle nourrit son veau, de même les prêtres aussi de leurs deux mamelles, à savoir l’Ancien et le Nouveau Testament, doivent nourrir le peuple chrétien.

Cependant, réfléchissez bien, mes frères, et voyez que les vaches charnelles non seulement viennent d’elles-mêmes à leurs veaux, mais aussi que leurs veaux courent à leur rencontre et frappent souvent les mamelles de leur mère avec leur tête, de telle sorte que, quelquefois, s’ils sont assez grands, on dirait qu’ils soulèvent de terre le corps de leur mère. Cependant les vaches acceptent de bon cœur la violence qui leur est faite, car elles désirent voir les progrès de leurs veaux.

Cela aussi, les bons prêtres doivent le souhaiter et le désirer avec foi : que leurs fils, pour le salut de leur âme, les harcèlent de questions continuelles ; de la sorte, tandis qu’est accordée la grâce divine aux fils qui frappent, une récompense éternelle est préparée aux prêtres qui révèlent les secrets des saintes Écritures.

Césaire d’Arles (Ve s.), Sermon 4,4, trad. M.-J. Delage (Sources chrétiennes 175, Éd. du Cerf, Paris 1971,1 p. 299-301).

La lettre mosaïque a besoin de beaucoup de contemplation, de sens intelligible et d’une profonde recherche : l’appellation mystique de puits de la vision (Gn 16,14) t’en persuadera.

Nil d’Ancyre, Lettre I, 222, au cursor Epigonos, trad. M.-H. Congourdeau, Lire la Bible à l’école des Pères, coll. Les Pères dans la foi 66, Éditions Migne, Paris, 1997, p. 204-205

C’est une prairie spirituelle, c’est un jardin de délices que la lecture des divines Ecritures, un paradis de délices bien supérieur au paradis terrestre. Dieu a placé ce paradis non sur la terre, mais dans les âmes des fidèles; non dans l’Eden ni vers le couchant, le resserrant dans une seule contrée, mais il l’a étendu par toute la terre , et jusqu’aux extrémités du monde habité. Oui, il l’a étendu sur toute la terre; écoutez à ce sujet le Prophète : Leur voix a retenti par toute la terre, et leurs paroles ont été jusqu’aux extrémités du monde habité (Ps 18, 5; Rm 10,18). Que vous alliez dans l’Inde, chez ces peuples que le soleil à son lever visite les premiers, ou vers l’Océan jusqu’aux Iles Britanniques, ou vers le Pont-Euxin, ou dans les contrées septentrionales, partout vous entendrez les hommes répétant les sages maximes de l’Ecriture, avec un accent étranger sans doute, mais avec une même foi , dans une langue différente, mais avec une même pensée. Le son des paroles change, mais la religion ne change pas; barbares par la langue, ces hommes sont sages par la pensée, et les solécismes de leur bouche n’empêchent pas la pureté de leur vie.

Voyez-vous la grandeur de ce paradis étendu jusqu’aux extrémités de la terre ? Là il n’y a pas de serpents, les bêtes féroces ne s’y trouvent pas, et la grâce du Saint-Esprit protège cette heureuse région. Dans ce paradis comme dans l’autre se trouve une source, une source d’où sortent des milliers de fleuves, et non quatre seulement. Ce n’est pas au Tigre, à l’Euphrate, au Nil, au Gange, mais à des milliers de fleuves que cette source donne naissance. Qui le dit ? Dieu lui-même qui, dans sa bonté, nous a donné ces fleuves : Celui qui croit en moi, dit l’Ecriture, des fleuves d’eau vive couleront de son sein (Jn 7, 38). Voyez-vous qu’il sort de cette source, non quatre fleuves, mais des fleuves innombrables ? Et ce n’est pas l’abondance seulement, mais aussi la nature des eaux qui rend cette source admirable; car ce ne sont pas des eaux qui coulent, mais les grâces du Saint-Esprit. Cette source se communique à chaque âme fidèle et se partage entre elles sans jamais s’amoindrir, se partage sans jamais tarir, se divise sans diminuer; elle est tout entière en toutes et tout entière en chacune. Car telle est la grâce du Saint-Esprit. (…)

La lecture de l’Ecriture sainte, c’est un entretien avec Dieu, et quand Dieu console un affligé, qui pourra le rejeter dans l’affliction?

Appliquons-nous donc à cette lecture, non pas seulement pendant ces deux heures (cela ne suffirait pas pour nous sauver), mais toujours ; que chacun rentré chez soi prenne en main les Livres divins et qu’il réfléchisse sur les pensées qu’ils renferment, s’il veut retirer de l’Ecriture sainte un secours continuel et suffisant. Cet arbre planté sur le bord de l’eau n’y reste pas seulement deux ou trois heures, mais tout le jour, mais toute la nuit. Aussi ses feuilles sont abondantes, ses fruits nombreux, et cependant nul homme ne l’arrose ; mais placé près d’une rivière, ses racines attirent l’humidité et la communiquent comme par certains canaux à tout le tronc qui en profite: de même, pour celui qui lit continuellement la sainte Ecriture et qui se tient auprès de ces eaux, n’eût-il aucun commentateur, la lecture seule, comme une espèce de racine, lui en fait retirer une très-grande utilité.

Jean Chrysostome, Homélie 3 sur le commencement des Actes, trad. M. Jeannin.

À vivre au milieu de ces textes, à les méditer, à ne rien connaître, ne rien chercher d’autre, ne te semble-t-il pas que c’est, dès ici-bas, habiter le royaume des cieux ? Ne te laisse pas rebuter par la simplicité et presque la rusticité du langage, qui tiennent aux fautes des traducteurs, ou peuvent être intentionnelles, pour se mettreà la portée d’un public peu cultivé. De la sorte, dans une même phrase, le docte et l’ignorant découvrent des choses différentes.

Je ne suis pas insolent et stupide au point de m’imaginer connaître tout cela; je ne prétends pas cueillir sur terre les fruits d’arbres qui s’enracinent dans les cieux. Mais j’avoue en avoir le désir, je prétends m’y appliquer. Je refuse d’être ton maître, mais je m’engage à être ton compagnon. À qui demande on donne, à qui frappe, on ouvre, qui cherche trouve (cf. Mt 7,7). Étudions sur cette terre la science que nous poursuivrons au ciel.

Jérôme, Lettre 53, à Paulin, §10, trad. A.-G. Hamman, Lire la Bible à l’école des Pères, coll. Les Pères dans la foi 66, Éditions Migne, Paris, 1997, p. 171-172

La présente Écriture [= Isaïe] contient tous les mystères du Seigneur : l’Emmanuel, né de la Vierge, ses hauts faites et ses signes, sa mort et sa sépulture, sa résurrection des enfers, son rôle de Sauveur, prêchant à tous les peuples de la terre.

Parlerai-je de physique, d’éthique, de logique ? Tout est dans les saintes Écritures, tout ce que la langue humaine peut énoncer, tout ce que l’esprit de l’homme peut concevoir est contenu dans ce rouleau.

Jérôme, Prologue au Commentaire d’Isaïe, trad. A.-G. Hamman, Lire la Bible à l’école des Pères, coll. Les Pères dans la foi 66, Éditions Migne, Paris, 1997, p. 175

Le Seigneur a coloré sa parole de multiples beautés

Qui est capable de comprendre toute la richesse d’une seule de tes paroles, ô Dieu ? Ce que nous en comprenons est bien moindre que ce que nous en laissons, tout comme les gens assoiffés qui s’abreuvent à une source. Les perspectives de ta parole sont nombreuses, tout comme sont nombreuses les perspectives de ceux qui l’étudient.

Le Seigneur a coloré sa parole de multiples beautés, pour que chacun de ceux qui la scrutent puisse contempler ce qu’il aime. Et il a caché dans sa parole tous les trésors, pour que chacun de nous trouve une richesse dans ce qu’il médite. Sa parole est un arbre de vie, qui, de toutes parts, te tend des fruits bénis ; elle est comme ce rocher ouvert dans le désert, qui devint pour tout homme, de toutes parts, une boisson spirituelle : Ils ont mangé un aliment spirituel, et ils ont bu un breuvage spirituel (cf. 1 Co 10, 4). Que celui qui obtient en partage une de ces richesses n’aille pas croire qu’il n’y a dans la parole de Dieu que ce qu’il y trouve ; qu’il se rende compte plutôt qu’il n’a été capable d’y découvrir qu’une seule chose parmi bien d’autres. Enrichi par la parole, qu’il ne croie pas que celle-ci est appauvrie. ; incapable d’épuiser sa richesse, qu’il rende grâces pour sa grandeur.

Réjouis-toi, parce que tu es rassasié, mais ne t’attriste pas de ce que la richesse de la parole te dépasse. Mieux vaut que la source apaise ta soif plutôt que ta soif épuise la source. Si ta soif est étanchée sans que la source soit tarie, tu pourras y boire à nouveau, chaque fois que tu auras soif.

Éphrem de Nisibe (IVe s.), Commentaire de l’évangile concordant ou Diatessaron, Sources Chrétiennes 121, Éd. du Cerf, Paris 1966, p. 52-53. I,18-19 ; trad. L. Leloir

Bois l’eau de tes sources

Bois l’eau de tes sources et de tes puits, et que ta source soit bien à toi (Pr 5, 15.18).

Essaye donc, toi qui m’écoutes, d’avoir un puits à toi et une source à toi ; de la sorte, quand tu prendras le livre des Écritures, mets-toi à produire, même selon ta pensée propre, quelque interprétation et, d’après ce que tu as appris dans l’Église, essaye de boire, toi aussi, à la source de ton esprit. À l’intérieur de toi-même, il y a le principe de l’eau vive, il y a des canaux intarissables et des fleuves gonflés du sens spirituel, pourvu qu’ils ne soient pas obstrués par la terre et les déblais. (…)

Purifie donc, toi aussi, ton esprit, pour qu’un jour tu boives à tes sources et puises l’eau vive à tes puits. Car si tu as reçu en toi la Parole de Dieu, si tu as reçu de Jésus l’eau vive, et si tu l’as reçue avec foi, elle deviendra en toi source d’eau jaillissant pour la vie éternelle (Jn 4,14).

Origène (IIIe s.), Homélies sur la Genèse XII, 5, trad. L. Doutreleau (Sources Chrétiennes 7bis, Éd. du Cerf, Paris 1985, p. 307-309), modifiée.

Une arche dans son cœur

S’il y a quelqu’un de capable, malgré la poussée du mal et le débordement des vices, de se détourner des choses fuyantes, périssables et caduques, pour écouter la parole de Dieu et les préceptes célestes, celui-là construit dans son cœur l’arche du salut et consacre en lui-même la bibliothèque, pour ainsi dire, de la parole divine ; il lui donne comme longueur, largeur et hauteur la foi, la charité et l’espérance. La foi en la Trinité, il la déploie pour la longueur de la vie et l’immortalité ; la largeur de la charité, il l’établit par des sentiments de douceur et de bonté ; la hauteur de l’espérance, il la porte jusqu’aux réalités célestes d’en haut, car s’il vit sur la terre, c’est dans les cieux qu’il a sa demeure (Ph 3, 20). (…)

Toi donc, si tu fais une arche, si tu réunis une bibliothèque, serres-y les écrits des prophètes et des apôtres ou de ceux qui les ont suivis dans la droite ligne de la foi. (…) Tu l’enduiras, bien sûr, de bitume au dedans et au dehors (Gn 6, 14), en portant la foi dans ton cœur et en la confessant de bouche (Rm 10, 10), en ayant au dedans la science, au dehors les œuvres, en t’avançant avec le cœur pur au dedans, avec le corps chaste au dehors.

Origène (IIIe s.), Homélie 2 sur la Genèse 6, trad. L. Doutreleau (Sources chrétiennes 7bis, Éd. du Cerf, Paris 1976, p. 109-111).

Le développement de la saint Écriture n’est pas enfermé dans les lois des raisonnements, des définitions et des divisions selon les règles des autres sciences, il n’est pas non plus restreint à une partie de l’universalité. Bien plutôt, puisque la sainte Écriture procède selon une lumière surnaturelle pour donner à l’homme ici-bas une connaissance suffisante des choses, comme l’exige son salut, tantôt en paroles claires, tantôt en paroles mystérieuses, elle décrit le contenu de tout l’univers comme dans une somme, et par là nous comprenons la Largeur (cf. Ep 3, 18); elle en d »crit le déroulement, et par là nous comprenons sa Longueur; elle décrit l’excellence de ceux qui seront finalement sauvés, et par là nous comprenons sa Hauteur; elle décrit enfin la misère de ceux ui seront damnés, en cela consiste la Profondeur, non seulement de cet univers, mais aussi du jugement divin.

La sainte Écriture décrit ainsi tout l’univers dans la mesure où cette connaissance est utile au salut, selon sa Largeur, sa Longeur, sa Heuteur et sa Profondeur. Elle garde encore elle-m^me dans son développement ces quatre dimensions, comme on l’expliquera plus loin, car ainsi l’exigeait le caractère de la capacité humaine. Celle-ci, par nature, saisit magnifiquement et d’une façon multiple de grandes et nombreuses choses, à la façon d’un miroir parfait dans lequel l’universalité des choses du monde est destinée à être décrite dans l’ordre naturel comme dans l’ordre surnaturel. Ainsi, le développement de la sainte Écriture doit s’accorder à l’exigence de la capacité humaine.

Bonaventure, Breuiloquium, prologue, trad. G. Bougerol, Bibliothèque bonaventurienne I, Paris, 1967, p. 85-86.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *