Troisième école d’été sur la littérature apocryphe chrétienne (Strasbourg, 5-8 juillet 2016)

RTEmagicC_Capt_iscal3_01.JPGLes apocryphes au temps des cathédrales. La fonction et la place des récits de la «Nativité de Marie» dans les arts et la littérature du Moyen Âge

Le Protévangile de Jacques (IIe siècle), l’Évangile de l’enfance du Pseudo-Matthieu (VIe siècle) et le Livre de la Nativité de Marie (IXe siècle) composent les récits appelés «Nativité de Marie». Ces écrits relatent la naissance et l’enfance de Marie, son mariage avec Joseph, sa grossesse et la naissance virginale de Jésus, la venue des sages-femmes. Insérés dans la Légende dorée et dans le répertoire des prédications des ordres
mendiants, ces récits ont exercé une influence importante sur l’art et la littérature au Moyen Âge et ont nourri le culte marial.

Organisé par
Gabriella Aragione et Rémi Gounelle
(Université de Strasbourg)

Pour les étudiants de deuxième année de Master, doctorants, post-doctorants,
enseignants et chercheurs en histoire du christianisme, histoire médiévale, histoire
de la littérature, histoire de l’art, en théologie et en sciences religieuses.

Plus d’informations dans le dépliant, téléchargeable ICI.

Parution : R. Gounelle – B. Mounier (éds.), La littérature apocryphe chrétienne et les Ecritures juives

R. Gounelle – B. Mounier (éds.), La littérature apocryphe chrétienne et les Ecritures juives, Prahins (CH), Editions du Zèbre (Publications de l’Institut Romand des Sciences Bibliques, 7), 2015, 507 pages, ISBN 978-2-940557-00-4, €49.

http://www.zebre.ch/edznet/indpir07.htm

edzpir07La littérature apocryphe chrétienne est très peu citée dans les recherches sur la formation et le développement du canon des Écritures chrétiennes. Ce volume, issu du Troisième Colloque international sur la Littérature Apocryphe Chrétienne (Strasbourg, 14-16 janvier 2010), fait dialoguer des savants qui ne collaborent pas habituellement : les spécialistes de la littérature apocryphe chrétienne et les spécialistes de l’histoire de la Bible juive.

Ce volume montre que les références (directes et indirectes) que les apocryphes chrétiens font aux Écritures juives méritent d’être analysées, en mettant à profit les outils et les méthodes développées par l’histoire de l’exégèse durant ces dernières décennies. Analyser les apocryphes à la lumière de l’histoire des Écritures juives et de leur interprétations fournit en effet des éléments non négligeables sur le contexte de production d’un écrit, et ouvre, dans certains cas, de nouvelles perspectives sur son interprétation.

L’étude des citations des Écritures juives conservées dans la littérature apocryphe chrétienne renouvelle également l’étude de la réception de l’Ancien – ou du Premier – Testament dans le christianisme, et apporte de nouveaux matériaux à l’étude des relations entre judaïsme et christianisme, dans l’Antiquité comme au Moyen Age. En mettant au jour de nouvelles formes, inconnues jusque-là, du texte biblique, et en analysant la façon dont les Écritures juives ont été exploitées dans des contextes parfois peu documentés par ailleurs, ce volume met au jour de nouvelles données, que les spécialistes de l’histoire de la Bible juive devront prendre en compte.

S’il n’est pas exhaustif, ce panorama témoigne de l’éventail des méthodes à déployer pour circonscrire le phénomène citationnel dans des textes narratifs ou poétiques qui ne proposent que rarement des citations explicites. L’étude du rapport des apocryphes chrétiens aux Écritures juives peut en effet aussi bien passer par la recherche de citations précises dans des textes spécifiques et l’identification de leurs sources (orales ou écrites, juives ou chrétiennes) que par l’étude des jeux d’allusions et d’intertextualité ; s’interroger sur le choix des versets exploités de façon directe ou indirecte et sur leur combinaison, questionner les changements qui y ont été apportés ou encore les situer dans l’histoire de la réception peuvent s’avérer tout aussi fructueux. Ces démarches, dans leur diversité, sont complémentaires, comme l’attestent les contributions sur les Actes de Pilate ou l’Histoire syriaque de Philppe, qui proposent des lectures croisées d’un même document. Elles apportent des éléments utiles non seulement pour les textes relevant des premiers siècles, mais aussi pour des écrits plus tardifs, comme en témoignent les quelques contributions portant sur des apocryphes byzantins et médiévaux.

Décès de François BOVON

Le professeur François Bovon, vient de disparaître dans la nuit du 1er au 2 novembre, à l’âge de 75 ans.

Spécialiste éminent du Nouveau Testament et d’histoire de la littérature chrétienne ancienne, François Bovon a été co-fondateur de l’AELAC et son premier Président de 1981 à 1987. Il a ensuite continué d’être l’un des piliers de l’Association, à laquelle il a toujours accordé son soutien indéfectible, en dirigeant de nombreux projets, ou en animant de nombreuses conférences, ou encore par sa présence fidèle et savante à nos réunions de Dole et de Bex. Parmi les projets éditoriaux pour l’AELAC, on se souviendra en particulier du premier volume des Ecrits apocryphes chrétiens pour la collection de la Pléiade, qu’il avait co-dirigé avec Pierre Geoltrain (1997). En 1999, il avait publié, avec Bertrand Bouvier, l’édition critique des Actes de Philippe grecs (CCSA 11). Ces dernières années, il s’était intéressé aux récits relatifs à Etienne le proto-martyr et à sainte Thècle, en publiant de nombreux articles sur ces traditions; un dernier essai vient de paraître dans Analecta Bollandiana et un autre est actuellement sous presse dans Apocrypha.
Docteur de l’Université de Bâle (sous la direction d’Oscar Cullmann), il fut, de 1967 à 1993, professeur de Nouveau Testament à la Faculté de théologie de l’Université de Genève, dont il a été doyen de 1976 à 1979. En 1993, il fut nommé Frothingham Professor à la Divinity School de l’Université de Harvard, où, par son enseignement et ses recherches, il développa de manière remarquable l’étude de la littérature apocryphe chrétienne. En 2009, il avait co-édité The Apocryphal Acts of the Apostles: Harvard Divinity School Studies, pour la Harvard University Press.

Docteur honoris causa de l’Université d’Uppsala, il a été président de la Société suisse de théologie de 1973 à 1977 et de la Studiorum Novi Testamenti Societas en 2000. De 2000 à 2010, il a été éditeur en chef de la Harvard Theological Review et en 2006, il reçut la Honorary Membership in the Harvard Chapter of Phi Beta Kappa. Parmi ses nombreuses publications, il convient de mentionner encore le monumental commentaire de l’Evangile de Luc, en 4 volumes (publié en anglais, allemand, français, italien et espagnol) ; Studies in Early Christianity (2003) ; The Last Days of Jesus (2006), New Testament and Christian Apocrypha (2009).
Personnalité rayonnante, homme de grande générosité scientifique et humaine, il a laissé un souvenir chaleureux et impérissable non seulement dans le milieu académique, européen et américain, mais aussi tout autour de lui.
(Informations communiquées par Valentina Calzolari, Présidente de l’AELAC)