Références scripturaires dans les Paraboles de Bernard de Clairvaux

Séminaire du 27 juin 2011 (Laurence Mellerin)

Voir aussi : Bernard de Clairvaux dans Biblindex

 

Présentation d’un travail en cours sur les Paraboles de st Bernard : apparat pas terminé, données à rapprocher d’autres travaux en cours sur les autres œuvres, mais essai sur un texte limité (350 réfs. environ) et d’un genre particulier, pour lequel la probabilité est grande que l’usage biblique soit différent des grandes séries de Sermons.

Tous les chiffres donnés dans cette étude sont approximatifs et seront reprécisés au terme du travail. Ils donnent cependant des ordres de grandeur.

– Comment concilier au moment de la préparation de l’apparat les objectifs SC et les objectifs Biblindex

– Interrogations, à partir de l’exemple de Bernard, sur l’intérêt des approches statistiques, ie celles que veut permettre Biblindex pour donner accès à des informations pas toujours détectables

Deux lignes de recherche :

–          Ce que l’étude des références script. peut apporter à notre connaissance du texte des Paraboles (authenticité)

–          Les spécificités bibliques des Paraboles, et ce que leur étude peut apporter à notre connaissance de la Bible de Bernard

Ne sont donnés ici que certains aspects de l’exposé fait en séminaire, car il s’agissait surtout de matériaux préparatoires à une étude qui sera intégrée dans l’introduction du volume à paraître des Sources Chrétiennes.

Recours à la Bible pour confirmer l’authenticité d’une Parabole

Proportion des références scripturaires

Environ 350 références scripturaires / 43 pages SBO, soit 8, 14 réf / page SBO. Comparaison quantitative avec les premiers Sermons divers, ie aussi le reflet de la prédication orale, pas ou peu retravaillés pour la postérité, mais vraisemblablement rédigés par Bernard lui-même : 1200 pour 105 pages SBO, soit 11, 5 réf / page SBO. On a donc environ 30% de références bibliques en moins, ce qui en soi est déjà un indice très fort de la non rédaction par Bernard lui-même.

Mais il faut affiner parabole par parabole.

Parabole

Nb de références scripturaires

Nb de réfs rapporté au nb de pages

1

61

10,2 / p

2

67

9, 6 /p

3

17

5, 7 / p

4

64

12, 8 / p

5

21

5, 25 / p

6 (sent.)

10

5 / p

6 (par.)

22

2, 9 / p

7

80

11, 5 / p

8 (résumé)

0

0 / p

Les Paraboles 3 et surtout 8 sont très brèves. En revanche, Par 6 (7 pages ½, la plus longue) à étudier de près.

Analyse quantitative et qualitative

Très peu de Bible : hypothèse la plus probable compte tenu de la tradition manuscrite, une rédaction très éloignée, des notes mises en forme par qq qui n’avait pas la culture biblique de Bernard.

Vont dans le sens de cette hypothèse plusieurs observations, ci-dessous quelques exemples :

–          Très peu de Bible, mais dans ces références, une forte proportion (environ 65%) de références habituelles, voire très habituelles, chez saint Bernard

–          Plus forte proportion d’allusions pures et simples, qui ne sont pas dans la manière de Bernard, mais sur des textes et thèmes qu’il utilise fréquemment par ailleurs.

  • Allusion sans point d’ancrage biblique à Phil 3, 13-14
  • « et ceteros fructus Spiritus quos enumerat Apostolus », allusion à Ga 5, 22-23.  Dans ses textes rédigés, Bernard donne tout ou partie de la liste : Sct 63, 5, ou encore Par 2, 7 ; Par 1 bis (PAAC 18, p. 52).
  • Citation de Ct 2, 6, laeva eius sub capite meo et dextera illius amplexabitur me, avec simple allusion à leur interprétation comme vie active et vie contemplative qu’il développe ailleurs (voir AdvA 4, 1), mais ici inversée : « ici pourtant la gauche désigne la contemplation et la droite l’action, par cette comparaison selon laquelle nous tenons souvent notre gauche cachée sous nos vêtements, tout en exposant plus souvent notre droite pour notre travail. »  Or Bernard fluctue dans ses diff textes sur l’interprétation de la gauche et de la droite, et on peut voir ici une clef, très concrète, pour comprendre ces fluctuations…

–          Quelques indices dans les formes textuelles :

La citation de Mt 13, 43, fulgebunt iusti sicut sol, comporte l’inversion (Vg iusti fulgebunt) récurrente chez Bernard et minoritaire dans les textes patristiques

Recours à la Bible pour choisir entre deux recensions d’un même texte

Pour la Parabole I, De filio regis, attributions explicites à Bernard nombreuses (cf. Rochais, Enquête, p. 36), mais  il en existe une autre rédaction, d’après Engelberg 33, fol. 149-151v (Enquête, p. 51-57). Et il existe une grande parabole composite qui amalgame I à III (Enquête, p. 57-66).

Le texte des SBO semble plus originel que la rédaction d’Engelberg, et les arguments bibliques sont déterminants pour le montrer.

Raisons littéraires et/ou thématiques

Ex. Ga 4, 2 présent en Par 1, 1 mais pas dans recension Engelberg : comparaison entre les deux versions de la même idée.

SBO : Puero delicato (Jr 31, 20) paedagogos delegavit Legem (cf. Ga 3, 24) et Prophetas, ceterosque tutores et actores usque ad praefinitum tempus (Ga 4, 2) eius consummationis.

Engelberg : Custodes et paedagogos, quia puer erat, ei providit, id est praelatos ecclesiae, a quibus verbo informaretur et exemplo.

Il lui attribua, comme à un enfant délicat, des précepteurs : la Loi et les Prophètes, et tous les autres tuteurs et intendants, jusqu’au temps fixé de son accomplissement.

Le premier texte garde une résonance beaucoup plus riche.

–          Ambivalence des termes « delicatus » et « consummatio », à interpréter aussi bien comme renvoyant à la « fragilité » d’un enfant qui n’a pas atteint sa « maturité » qu’à un enfant « chéri » (Jr : Ephraim fils chéri) qui est en chemin vers son « accomplissement » eschatologique.

–          Lecture eschatologique confirmée par autre emploi de Ga 4, 2 en QH 12, 7 (SBO IV, p. 461, l. 25) : « Aussi, frères, en Dieu aimons ses anges avec affection, comme étant plus tard nos cohéritiers, et dans cet entre temps les intendants et tuteurs que le Père a établis, préposés sur nous. Car « dès maintenant nous sommes enfants de Dieu, même si cela n’apparaît pas encore », parce que nous sommes encore de petits enfants soumis à des intendants et à des tuteurs, comme ne différant en rien, en cet entre-temps, des serviteurs. »

Nuances perdues dans l’autre recension, qui ne considère que le rôle pédagogique de l’Eglise. De même auparavant, polysémie du « filius regis » perdue, tout de suite interprétée comme l’homme régénéré par le baptême, alors que tension Adam/ prince médiéval/ baptisé à tenir.

Raisons textuelles

Ex. Gn 2, 17

Dans les deux versions, on trouve une citation de Gn 2, 17 :

Manducavit de ligno scientiae boni et mali / gustasse de ligno scientiae boni et mali

Or Bernard emplie régulièrement comedere, manducare au lieu du vesci de la Vulgate, mais jamais gustare

Un genre littéraire qui implique un recours particulier à la Bible

La culture particulière des destinataires

Mélange de deux horizons culturels : chevalerie et amour courtois, monastère.

– Lien particulier avec les récits bibliques : geste de grands guerriers, histoires d’amour qui présentent un écho thématique avec cette culture.

Hypothèse de J. Leclercq, à creuser : Bernard part consciemment d’un thème biblique, ses auditeurs des réalités quotidiennes et en particulier des sensations de leur corps (Combats, p. 393)

« Des épées ? Il y en a dans la Bible et dans les châteaux. Ainsi, toujours, une image contemporaine et une image biblique s’appellent et se commentent l’une l’autre » (Combats, p. 393)

Une pastorale de l’imagination

Galand de Reigny, Préface : « (mon abbé Dom Julien) m’a enjoint en effet de m’exprimer en comparaisons et en paraboles, et de toucher à de très nombreux sujets, en usant plutôt d’expressions figurées que de termes propres : car d’aucuns entendent plus volontiers ce qu’on dit en paraboles, par métaphore. » (…) « Par ailleurs, quoi d’étonnant si je n’use pas d’expressions ornées (phaleratis sermonibus) et me garde d’imiter les enjolivements des philosophes (philosophicas facetias), puisqu’avec des mots aussi simples je n’arrive qu’à grand-peine à exprimer ce que je veux dire ? Cependant, même après avoir bu leur content du meilleur vin, d’aucuns prennent volontiers un peu d’eau ; ou bien, après de gras et délicieux festins, ils ont plaisir à manger des légumes verts ou des fruits ; ou, après avoir longtemps discuté de choses sérieuses, ils échangent des propos divertissants comme pour alléger leur labeur. Et toi aussi, lecteur, tu peux, si le cœur t’en dit, t’abaisser de temps en temps à lire ces légers riens (haec tenuia et minima), puis, ainsi rajeuni, te remettre à explorer les pensées profondes des docteurs[1]. »

Pas discours théologiques, abstractions, mais des récits simples et accessibles

Se rappeler que la majorité des moines (et a fortiori des convers) ne savent pas ou peu lire. Qu’ils ne connaissent de la Bible que ce que la liturgie leur en fait connaître, et les entretiens de l’abbé.

Les Paraboles ont une double finalité :

–          tromper l’ennui, l’acédie des auditeurs par l’intérêt que suscite la forme narrative ; nourrir l’imagination plutôt que la raison : non pas l’imagination comme espace des tromperies, mais celui de la création, des associations d’idées. Jeu sur le principe d’identification, la recherche du plaisir de l’histoire, la tension dramatique, etc

–          édifier avec un enseignement spirituel, éduquer la foi dans la discipline monastique : tjrs dénouement joyeux, dans la confiance en l’abbé qui parle

Une ouverture spécifique à l’allégorie

L’histoire du salut

La mise en abyme des paraboles bibliques

La Bible de la liturgie

Voir si on peut repérer une prégnance particulière des textes liturgiques dans les Paraboles.

Quelques lieux repérés :

Gn 3, 9 : Adam, ubi es ? Par 7

Bernard à la suite du répons Dum deambularet des matines du mardi après la Septuagésime, ajoute Adam.

Gen. 3, 18 ; Gen. 4, 12 (Lit.), Par 7

Cum operarer eam, non dabat fructus suos, sed spinas et tribulos germinabit mihi.

Le répons In sudore du lundi après la Septuagésime réunit de cette façon ces 2 versets bibliques de la Genèse (voir SCt 48, 1, l. 4, p. 310-311, n. 1).

Visio pacis, Par 3

On a là une allusion aux premiers mots de l’hymne des vêpres de la Dédicace: Urbs Ierusalem beata / Dicta pacis visio (texte cistercien), « Jérusalem, bienheureuse ville / Qui a reçu le nom de Vision de paix ». Ces thèmes se retrouvent en NatV 2, 1 (SBO IV, 204, l. 12-14) et en particulier Ded 3, 3 (SBO V, 381, l. 15). (Ep 64, 2, l. 6, p. 227, n. 2).

Jn 1, 29 (Lit.) Par 6, 3

Agnus Dei qui tollit peccata mundi

Peccata, au pluriel, comme à l’ordinaire de la messe: dans le chant Agnus Dei ou dans le texte Ecce Agnus Dei.

La Bible mémorisée par Bernard

Nous donnent donc sans doute un accès plus direct à la Bible mémorisée de Bernard. Ce qu’il citait spontanément, oralement

Par ex, façon d’introduire et de modifier : changement de personnes dans l’utilisation des citations, mots-crochets, rôle de la liturgie dans la mémorisation

–          Simples réminiscences d’expressions sans aucun lien apparent au premier abord avec le contexte biblique : ex. Par 2, 2 : les soldats de Babylone tinrent conseil (collegerunt consilium) au sujet de l’évasion du citoyen de Jérusalem qu’ils avaint capturé ; cette expression forme le seul lien visible dans le texte avec l’épisode de la résurrection de Lazare, où les Pharisiens tiennent aussi conseil. 2 mots apparemment anodins qui révèlent tout un univers mental. (Jn 11, 47)

–          Les enchaînements de citations par mots-crochets :

Ex. Par IV, 5 : hereditate sibi vindicaverunt sanctuarium Dei[2] et polluerunt tabernaculum nominis eius[3], non Deo in eo, sed voluntatibus et voluptatibus suis servientes[4]

Le mot sanctuarium sert de charnière implicite.

1.     Approches statistiques

Répartition spécifique des livres bibliques

Les livres bibliques cités : 47 livres bibliques cités. Pas de conclusion globale à en tirer, il s’agit des livres habituels de Bernard.

En revanche, des conclusions très nettes se dégagent d’une comparaison entre la répartition des livres bibliques cités dans les Paraboles par rapport au reste de l’œuvre de Bernard :

 

Répartition dans Par par livres

Nb de réfs dans Par

% dans réfs des Paraboles

% dans réfs de l’œuvre globale

Pentateuque

Gn (24) + Ex (13) + Nb (3) + Dt (1)

41

11,9 %

(Gn 2- 3 : 6 %)

7 %

(Gn 2-3 : 1, 2 %)

Livres historiques

Jos (2) + Juges (3) + Sam-Rois (23) + Chr (1) + 1M (3)

32

9, 3 %

4 %

Prophètes

Is (21) + Jr (4) + Ez (5) + Dn (6) + Amos (1) + Osée (3) + Michée (1)

41

11, 9 %

9%

Ecrits de sagesse

Sg (7) + Sir (6) + Pr (9) + Qo (3) + Jb (6)

31

9 %

6%

Cantique

 

14

4 %

2, 3%

Récits

Jd (3) + Tb (2)

5

1,5 %

0,5%

Psaumes

 

66

19 %

17,5 %

Evangiles et Actes

Mt (29) + Lc (19) + Jn (11) + Mc (4) + Actes (5)

68

19, 5 %

26,2 %

Lettres pauliniennes

Rm (9) + 1 Co (3) + 2 Co (8) + Ga (5) + Ep (4) + Ph (3) + 1Th (1) + 2Th (2) + 2 Tm (2) + Tt (2)

39

11,3%

20 %

Autres épîtres

1 Jn (3) + 1 P (5) + He (2)

10

2,9 %

5%

Apocalypse

 

6

1,7 %

1, 1 %

Sur l’ensemble de l’œuvre de Bernard, le NT représente en moyenne 55% des références. Ici, seulement 35 %.

La place des chap. 2-3 (21/24 cit de Gn, toutes dans les Par 1 et 7) de la Genèse est considérablement accrue. Toutes ces citations sont nombreuses dans le reste de l’œuvre de Bernard.

Celle des livres historiques aussi, considérablement accrue

Celle des Evangiles et des épîtres pauliniennes considérablement réduite.

Innovations spécifiques aux Paraboles

Proportion de références scripturaires typiquement bernardines

Réfs usuelles chez Bernard

193

56 %

Dont 48, soit 14 %, très fréquentes (10 occ. ou plus dans l’ensemble de l’œuvre)

Réfs qu’on ne retrouve que dans 1 ou 2 autres textes de Bernard (hors Sentences)

55

16 %

 

Réfs qui ne figurent que dans Par ou Sent

97

28 %

Dont 66, soit 19 %, seulement dans les Paraboles

–          Le corpus scripturaire confirme globalement l’attribution des Paraboles à saint Bernard

–          Mais il faut s’interroger sur une part non négligeable de ce corpus : un % de textes non cités ailleurs est nécessaire, mais quelles peuvent être les raisons d’introduction de ces textes ? Besoins spécifiques du genre littéraire, du contexte ; culture biblique des transmetteurs de ces prédications orales.

 

 

Répartition dans Par par livres

Nb de réfs usuelles chez Bd

Nb de réfs présentes dans 1 ou 2 œuvres autres

Nb de réfs spécifiques aux Par

total

345

193

59

93

Genèse 2-3

21

21 (100%)

0

0

Reste de Gn

3

0

2

1

Exode

13

3

4

6

Nb et Dt

4

1

0

3

Jos et Juges

5

0

3

2

Sam-Rois, 1 Ch, 1 M

27

3

5 (18,5%)

19 (70%)

Isaïe

21

11

1

9

Autres prophètes

20

4

8

8

Ecrits de sagesse

31

10

3

18

Cantique

14

13 (93%)

0

1

Jd et Tb

5

0

0

5 (100%)

Psaumes

66

37 (56%)

14

15

Mt

29

24 (93%)

4

1

Lc

19

14 (74%)

2

3

Jn

11

5

3

3

Mc

4

2

2

0

Actes

5

2

2

1

Lettres pauliniennes

39

31 (80%)

3

5

Autres épîtres

10

10 (100%)

0

0

Apocalypse

6

2 (33%)

0

4

On peut penser a priori qu’on va trouver le plus de versets nouveaux dans les groupes de livres dont le pourcentage global a nettement augmenté.

Cette hypothèse est vérifiée pour un certain nombre de textes :

–          Pour Gn et Ct, pas de surprise : tous les versets de Gn 2-3, et 13/14 versets du Cantique sont abondamment cités ailleurs dans l’œuvre de Bernard. Les innovations concernent donc essentiellement l’Exode.

–          83% de Mt est usuel, en particulier Mt 5 avec le texte des béatitudes qui figure essentiellement dans la Parabole 7 ; 74 % de Luc est usuel, en particulier la parabole de l’enfant prodigue de la Parabole 1. Epîtres du NT sans innovation à 84%. Pour le NT, on peut considérer que le pourcentage d’innovation est simplement « normal ».

–          Les références aux livres historiques sont presque exclusivement des innovations ou des raretés : 100% de Josué-Jg, 89% de Sam-Rois.

Seulement 45% de Jean et 50% de Marc et 40% des Actes, mais les échantillons sont trop petits pour être représentatifs.

Fait remarquable : Alors même que le pourcentage des textes psalmiques dans les Paraboles est proche du pourcentage général dans l’œuvre de Bernard, presque la moitié (44%) des 66 versets de Ps cités dans les Par apparaissent moins de 2 fois ailleurs dans l’œuvre de Bernard. Les Paraboles vont donc puiser dans un répertoire psalmique différent de celui des grands sermons et des traités : à vérifier, mais correspond sans doute à la liturgie que connaissait les auditeurs de Bernard.

Utilisation des textes historiques

Pas du tout recours à de grands épisodes, pas de références à des faits pour eux-mêmes. A une notable exception près : le récit du sac de Jérusalem et la seconde déportation, à l’extrême fin du 2e livre des Rois, en 587. Allusion à tout l’épisode en Par 5, 4. Parce que scène initiale de la situation de l’homme aujourd’hui.

Souvent de très courtes allusions.

–          mélange de scènes et de personnages bibliques d’époques différentes : par ex le début de la Parabole IV : l’Eglise est captive en Egypte sous le joug de Pharaon, David accourt pour la délivrer, et Isaïe, puis en 2 les patriarches et les prophètes

–          mélange de livres historiques, de psaumes, d’épîtres pauliniennes pour exprimer un sentiment de détresse. Ex. la Prière résume la situation au Roi :

Et Oratio : « Recte[5], mi Domine, vestri gratia. Porro unum est necessarium[6]. Servus ille vester a cornibus unicornium[7] ad imperium regis ereptus, divertit ad militem vestrum et dominum meum ; et, Domine mi, terra illa australis et arens est, et cibum non habet. Det Dominus benedictionem[8] et terra nostra dabit fructum suum[9]. Sed et congregati hostes in multitudine, ut dimicent contra nos, et ignoramus quid agere debemus, et cetera[10]. Da nobis auxilium de tribulatione[11], quia non est alius qui pugnet pro nobis, nisi tu Deus noster[12].

« Tout est en ordre, mon Seigneur,  grâce à votre bienveillance. Cependant une chose est nécessaire. Ce vôtre serviteur, arraché sur ordre du roi aux cornes des licornes, a fait un détour pour venir chez votre soldat, mon maître ; mais, mon Seigneur, cette terre est méridionale et desséchée, elle n’a pas de nourriture. Que le Seigneur donne sa bénédiction et notre terre donnera son fruit. Mais il y a plus : les ennemis se sont rassemblés en foule pour lutter contre nous, et nous ignorons ce que nous devons faire, etc. Apporte-nous ton aide dans la tribulation, car personne ne combat pour nous, si ce n’est toi, notre Dieu »

Plutôt dessiner un contexte de lutte entre puissances du bien et du mal, recréer une atmosphère où combat spirituel et combat armé coïncident :

–          Expressions guerrières : renforcement de la description de l’endurcissement du Pharaon en Ex par Jg 1, 35 (sa main s’est appesantie sur l’Eglise) ; « nova bella » de Jg 5, 8 ; le dard cruel de la crainte (2 S 2, 26 en Par 2, 6)

–          Demande de discernement entre combattants : Jg 5, 3 en Par 2, 2 :  es-tu des nôtres, ou un adversaire ? Discours direct ; Tristesse qui se fait « esprit de mensonge » pour se faire passer pour un ami du fils

–          Demande de bénédiction à un adjuvant de combat : Prière au Père en Par 2, 7 (Jg 5, 19) ; formules d’encouragement : à 2 reprises, plures enim nobiscum sunt quam cum illis

–          Description du camp des Hébreux en liesse : 1 S 4, 6-8 à 6 reprises dans Par 1, 6 et 2, 7, ie à la fin du combat

–          Personnages évoqués par leur nom et une citation pour servir de modèle à méditer : ex. Abigaïl demandant à servir, 1 S25, 414-42, image de l’Eglise qui sort de sa captivité / David pleurant sur Absalon comme (Par 3, 3) comme le roi de la parabole sur son fils captif à Babylone ; Elie dans sa confrontation à la nourriture, à la fois nécessaire pour se resassir (surge) et très fruste pour mieux lutter contre l’adversaire (Par 2, 4 et 5)

–          Interprétations allégoriques : La crainte de Dieu (Saül et ses 1000), la charité (David et ses 10000), 1 S 18, 7 en Par 2, 7

–          Opposition entre vie terrestre et vie céleste : comme en Lab 2, 3, les sources d’en haut et d’en bas de Jg 1, 15 présentées par le moine négociant sont des sources des pleurs: d’abord pour les souffrances du temps présent, ensuite parce qu’on aspire à ce qu’on a entrevu du Paradis.

 


[1] Préface 2, SC 378, p. 53-54.

[2] Ps 82, 13 ≠           Vg: qui dixerunt hereditate possideamus sanctuarium Dei

[3] Ps 73, 7 ≠             Vg :incenderunt igni sanctuarium tuum in terra polluerunt tabernaculum nominis tui.

[4] Cf. Tt 3, 3             Vg : increduli errantes, servientes desideriis et voluptatibus variis, in malitia et invidia agentes

[5] 2 R 4, 26 ¹           Vg : quae respondit recte

[6] Lc 10, 42               Vg : porro unum est necessarium

[7] Ps 21, 22              Vg : salva me ex ore leonis et a cornibus unicornium humilitatem meam

[8] Jos 15, 19 ¹          Vg : da mihi benedictionem  terram australem et arentem dedisti mihi

[9] Ps 84, 13              Vg : et terra nostra dabit fructum suum

[10] 2 Ch 20, 12 ¹      Vg : sed cum ignoremus quid agere debeamus hoc solum habemus residui ut oculos nostros dirigamus ad te

[11] Ps 59, 13             Vg : Da nobis auxilium de tribulatione

[12] Ne 4, 20  ¹          Vg : Deus noster pugnavit pro nobis.

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le lundi 27 juin 2011, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Laurence Mellerin

parlera des

« Références scripturaires dans les Paraboles de Bernard de Clairvaux »