Appel à contributions pour le Colloque « Les Byzantins et la Bible » (Belgrade, 22-27 août 2016)

Un appel à contributions vient d’être lancé par Reinhart Ceulemans (Leuven), Barbara Crostini (Stockholm) et Mariachiara Fincati (Milan), organisateurs du 23e Congrès international d’études byzantines qui se tiendra à Belgrade du 22 au 27 août 2916. Les réponses sont attendues avant le 30 septembre 2015.

Pour de plus amples renseignements, voici la page:

www.arts.kuleuven.be/byzantium/english

Et voici le texte de l’appel en anglais:

Recent scholarship has turned its attention to the role of the Bible in the Byzantine world, notably with two recent Dumbarton Oaks Colloquia on the Old and New Testaments respectively, but much remains to be done in bridging the gap between mainstream Byzantine studies and the activities surrounding the reading, studying and copying of the principal sacred text in Christianity. Following a successful and stimulating paper session organized within the European Association of Biblical Studies meeting in Cordoba (July 2015), we would like to continue to open a dialogue between Byzantinists and biblical scholars by proposing a broader thematic session at the International Conference.
Papers can address any period of Byzantine history but must focus on the impact and reception of the biblical text on the work of known (or unknown) scholars, writers and readers in the Greek language. Papers can be manuscript-based (e.g. work on annotations to biblical mss or their illumination), author-based (e.g. focus on a particular author’s use of the Bible), text-based (e.g. work on citations from the Bible in different authors) or period-based (e.g. intersecting the significance between a certain historical period and biblical themes). We welcome comparative contributions with respect to other languages (Latin, Hebrew, Syriac, Armenian, Arabic) and other cultures in relation to the concept of a sacred text: does its normative status encourage or impede philological study? What is the role of interpretation and what forms did it take in Byzantium? Was the Greek Bible a uniting force, or the first place of attrition between different readers, cultures and theologies?
Please send a title and short abstract (max. 3600 characters incl. spaces; no footnotes) of your proposed presentation to: barbara.crostini@gmail.com. Papers will be max. 15 mins long. We plan to publish the papers in a collected volume after peer-review. A financial contribution towards your attendance at the conference may become available.

Séance de rentrée du séminaire BIBLINDEX : Vendredi, 26 septembre 2014

La séance de rentrée du séminaire BIBLINDEX aura lieu le Vendredi 26 septembre 2014, de 11h à 13h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 1er étage, 22 rue Sala, Lyon 2e.

Christian Boudignon

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297

Nouvelles recherches sur Lucien d’Antioche et la Bible

Résumé

A la suite de D. Barthélémy en 1963 on considère que la « recension lucianique » est « une duperie relativement récente » et l’on préfère parler de texte antiochien. Mais depuis 1963, la donne a complètement changé. Les éditions du « texte antiochien » de Fernandez-Marcos et surtout  de Ziegler ont permis de mieux préciser dans certains cas la nature de la « révision lucianique ». Surtout l’attribution définitive à Jean Chrysostome du commentaire sur Isaïe conservé en arménien  oblige à reconsidérer ce qu’il dit sur l’activité de Lucien sur un passage théologiquement fondamental d’Isaïe 9,6. De plus, la découverte du commentaire de Julien l’Arien sur Job nous permet d’entrevoir une lecture moralisante de Job 2, 9-10 attribuée elle-aussi, indirectement, à Lucien. Enfin l’édition à venir de la Vie de Lucien, jusqu’à présent inédite (BHG z 996), grâce à P. Boulhol et moi-même nous conduit à un témoignage du début du Ve siècle sur un corpus biblique écrit sur trois colonnes sur un parchemin de safran conservé à Nicomédie et identifié comme copié par Lucien. Peut-on encore parler de « texte antiochien », ne doit on pas rendre à Lucien ce qui lui appartient ? Si duperie il y a, elle est relativement ancienne.

Le miel des Écritures : une image butinée chez les Pères

Comme dans une prairie couverte d’une multitude de fleurs variées, je vois celles de la lecture : que de roses, que de violettes et pas moins de lis, partout en variété et à foison se répandent le fruit et le parfum de l’Esprit ! Ou plutôt, la lecture des divines Écritures n’est pas seulement une prairie, c’est un paradis. Les fleurs n’y ont pas juste un parfum, elles portent un fruit capable de nourrir l’âme. Quelle lecture voulez-vous donc que nous exposions aujourd’hui[1] ?

Les belles métaphores des Écritures ne manquent pas chez Jean Chrysostome : havre de paix, bain raffraîchissant, source intarissable, navire de la foi, ancre sacrée, citadelle inexpugnable, tour inébranlable, armure invincible, mine inépuisable, trésor de l’âme, perles de grand prix, remède spirituel, jardin, voile tissé de fils d’or, nuée pour l’esprit, etc. Celle du parterre de fleurs est peut-être la plus appropriée pour illustrer le patient travail d’abeilles fourni par les Pères butinant les Écritures –et c’est ainsi, en tout cas, que Grégoire de Nysse déjà l’avait développée[2] :

Il convient de voler au-dessus de la prairie des paroles inspirées par Dieu, de cueillir en chacune un élément propre à l’acquisition de la sagesse, de façonner en soi des cellules de cire, en déposant dans son cœur, comme dans une ruche, cet amour du travail. Il faut aussi créer dans sa mémoire des compartiments bien séparés pour les divers enseignements, comme des alvéoles dans de la cire, et, ainsi, à l’imitation de cette sage abeille dont la cire est agréable et le dard inoffensif, sans cesse poursuivre ce saint commerce des vertus.

L’image convient assez bien à Biblindex, puisque dans une telle ruche, les rayons et les cellules sont nécessairement remplis de façon diverse : tel livre, tel chapitre, tel verset occupe un espace particulier de la mémoire. Et Biblindex a précisément pour but de mieux définir ces rayons, ces alvéoles, et de permettre de mieux goûter au miel. Car dans la Bible, tout est profitable, disent les Pères, mais est-ce que tout est vraiment mis à profit ? Chaque Père de l’Église avait sans doute sa propre Bible dans son cœur, une Bible aussi immatérielle qu’unique.

Biblindex peut sans doute aider à la décrire, mais étant donné les milliers de données que comporte la base, le plus important est peut-être la digestion. On retrouve ainsi le fil de la métaphore – celle de la source de miel spirituel se répandant dans le cœur –, tel que l’exprime, encore une fois, Jean Bouche d’Or :

Je veux aujourd’hui encore vous mener aux sources du miel, le miel dont on n’a jamais assez. Car telle est la nature des propos de Paul (1 Co 7,1-2). Tous ceux qui emplissent leur cœur à ces sources parlent sous l’impulsion de l’Esprit saint (…). Or si le miel se dissout lors de la digestion, c’est lors de la digestion que les paroles divines procurent encore plus de plaisir et de bienfait, à soi-même si on les possède ainsi qu’à beaucoup d’autres[3].

Jean Chrysostome – ou bien devrait-on dire Mélistome[4] ? – rejoint ici l’interprétation non plus psychologique, mais spirituelle d’Origène lorsque celui-ci commente Isaïe[5]. Le mieux est peut-être de savourer ce texte tel qu’il est, avant de le mettre dans nos « rayons ». Ce billet n’est d’ailleurs pas autre chose qu’une mise en bouche…

[Le miel spirituel]

De lait et de miel il se nourrira (Is 7,15). Pourquoi la prophétie dit-elle que le Christ se nourrira de laitage et de miel ? Ce texte nous soumet un nouveau problème. Ah ! si nous savions tous, selon qu’il est écrit, scruter les Écritures (Jn 5,39) !

Il arrive souvent que la Bible nomme des nourritures charnelles pour désigner des aliments spirituels : Tels des enfants nouveaux-nés, soyez avides du lait pur et spirituel (1 P 2,2). Un lait pur et spirituel, voilà le lait que nous devons chercher. Et dans les Proverbes encore, il est écrit, à propos du miel : As-tu trouvé du miel ? Manges-en à ta faim. Garde-toi de t’en gorger, tu le vomirais (Pr 25,16). Croyez-vous que l’Esprit saint nous mette ici en garde de trop manger de miel ordinaire ? Le Saint-Esprit ne songe qu’au miel spirituel, lorsqu’il dit : As-tu trouvé du miel ? Manges-en à ta faim. Et que veut dire le Saint-Esprit lorsqu’il nous invite à manger le miel que nous avons trouvé – car ce miel chacun peut le trouver –, et d’en manger à notre faim ?

[Les prophètes sont des abeilles et leurs écrits sont des rayons]

Va voir l’abeille, dit-il, et considère son travail (Pr 6,6). Les abeilles, voit-on, ce sont les prophètes. Ils modèlent la cire, ils produisent le miel, et si je dois le dire, moi qui les entends, les écritures qu’ils ont laissées sont leurs rayons. Et je suis allé de moi-même auprès des Écritures et j’ai trouvé leur miel. Mange le miel. Et dans les Proverbes encore, on lit : Mange du miel, mon fils, car il est bon, un rayon de miel est doux à ton palais (Pr 24,13). Pensez-vous que l’Esprit saint vous dise : mange du miel ordinaire, car il est bon ? Je me garderai bien de prétendre que le Saint-Esprit parle du miel terrestre, lorsqu’il me presse : Mange du miel !

Or si je n’en ai point ou si je suis ainsi fait que je ne puisse en manger, pour quelle raison me dit-il : mange du miel et abstiens-toi de la viande, mais mange du miel, mon fils, car il est bon ?

Si vous voyez les prophètes dans les abeilles, et leurs livres en ce miel et ces rayons, alors vous découvrirez à ces mots un sens digne du Saint-Esprit : mange du miel, mon fils, car il est bon. Méditez-vous les paroles divines ? Vous nourrissez-vous de l’Écriture ? Vous accomplissez le précepte de Dieu qui vous disait : mange du miel, mon fils, et obéissant à ce conseil, vous comprenez les mots qui suivent : car il est bon. Oui, il est bon, ce miel, que l’on découvre dans l’Écriture.

 [Le Christ est le prince des abeilles]

Et l’expression : va vers l’abeille, est du même genre. Il existe, pour ainsi dire, une abeille à la tête des autres abeilles, et de même que celles-ci possèdent une sorte de roi qui porte le nom de roi, de même le prince de nos abeilles est mon Seigneur Jésus-Christ, vers qui le Saint-Esprit m’envoie, pour manger du miel. Car il est bon ; et son rayon adoucira ma gorge.

[Le miel est l’Esprit en nous-mêmes]

Et peut-être ces rayons de miel offrent-ils un sens plus subtil : le miel qui en eux est l’Esprit. Celui qui est né de la jeune fille, Emmanuel, se nourrit de lait et de miel, et désire s’en nourrir en chacun de nous. Comment prétend-il trouver en chacun de nous le laitage et le miel, mon discours va vous l’apprendre. Nos œuvres de douceur, nos paroles les plus suaves et les plus utiles, sont du miel, que mange Emmanuel, que mange le fils de la Vierge.

Aimons cette pensée de la Bible : Voici, je suis devant la porte et je frappe ; si l’on m’ouvre la porte, j’entrerai, et dînerai avec lui et lui avec moi (Ap 3,20). Ainsi, lui-même promet d’être avec nous à dîner. Il est sûr que nous dînerons avec lui si nous le goûtons lui-même. En mangeant de nos bonnes paroles, œuvres ou pensées, il nous repait de ses aliments spirituels, divins et excellentes. Pour notre bonheur, assumons donc le Sauveur, ouvrons les portes de notre cœur, préparons-lui notre miel et tout son repas, afin qu’à son tour il nous conduise au grand festin de son Père dans le royaume des cieux.


[1] Jean Chrysostome, Homélie 1 Sur les statues, traduction personnelle d’après PG 49, 17 : Καθάπερ γὰρ ἐν λειμῶνι πολλὰ καὶ ποικίλα ὁρῶ τῆς ἀναγνώσεως τὰ ἄνθη, καὶ πολλὴν μὲν τὴν ῥοδωνιάν, πολλὰ δὲ τὰ ἴα, καὶ οὐκ ἐλάττω τὰ κρίνα, ἀλλὰ ποικίλον πανταχοῦ καὶ δαψιλῆ τοῦ πνεύματος διεσπαρμένον τὸν καρπόν, καὶ πολλὴν τὴν εὐωδίαν· μᾶλλον δὲ οὐχὶ λειμὼν μόνον, ἀλλὰ καὶ παράδεισός ἐστι τῶν θείων γραφῶν ἡ ἀνάγνωσις· οὐ γὰρ εὐωδίαν ψιλὴν εχει ταῦτα τὰ ἄνθη μόνον, ἀλλὰ καὶ καρπὸν ψυχὴν τρέφειν δυνάμενον.

[2] Grégoire de Nysse, hom. 9 Sur le Cantique des cantiques, trad. C. Bouchet, Les Pères dans la Foi 49-50, p. 193-194, revue daprès l’éd. de H. Langerbeck, Gregorri Nysseni Opera VI, Leyde, 1960, p. 269, l. 11-20. Merci à Albert Fandos d’avoir attiré mon attention sur ce texte: http://www.gregoiredenysse.com/html/contributions/cerfabeille.htm.

[3] Jean Chrysostome, Homélie 1 Sur le mariage, traduction personnelle d’après PG 51, 207-208 : Πρὸς τὰς τοῦ μέλιτος μηγὰς καὶ τήμερον ὑμᾶς χειραγωγῆσαι βούλομαι, μέλιτος οὐδέποτε κόρον ἔχοντος. Τοιαύτη γὰρ τῶν Παύλου ῥημάτων ἡ φύσις, καὶ πάντες δʹ, ὅσοι πληροῦσι τὰς ἑαυτῶν καρδίας ἐκ τῶν πηγῶν τούτων, διὰ τοῦ πνεύματος τοῦ ἁγίου φθέγγονται. (…) Καὶ τὸ μὲν μέλι κατὰ πέψιν διαφθείρεται, τὰ δὲ λόγια τὰ θεῖα, ὅταν πεφθῇ, τότε καὶ ἡδίω γίνεται καὶ χρησιμώτερα, αὐτοῖς τε τοῖς ἔχουσι καὶ ἑτέροις πολλοῖς.

[4] Au 8e ou au 9e s. il est qualifié par exemple de « maître qui distille le miel » par Cosmas Vestitor, Éloge de Jean Chrysostome, éd. C.I. Dyobouniotes, « Κοσμᾶ Βεστίτωρος ἀνέκδοτον ἐγκώμιον εἰς Ἰωάννην τὸν Χρυσόστομον », Ἐπετηρὶς Ἑταιρείας Βυζαντινῶν Σπουδῶν16, 1940, p. 151-155, ici p. 151, ligne 9 : μελισταγοῦς διδασκάλου.

[5] Origène, Homélie 2 sur Isaïe, PG 13,227, trad. F. Quéré, Le Mystère de Noël, coll. « Ichtus-Lettres chrétiennes » 8, Paris, 1963, p. 43-46. Cf. la traduction de J. Millet dans Isaïe expliqué par les Pères, PdF 25, Paris, 1983, p. 32-35. Voir aussi Hom. sur les Nombres, 27, 12, 12, trad. L. Doutreleau, SC 461, Paris, 2001, p. 338-341. Pour une enquête plus large sur ce thème jusqu’à Bernard de Clairvaux, voir H. de Lubac, « Doctor mellifluus », dans Exégèse médiévale. Les quatre sens de l’Écriture, 1re partie, II, coll. « Théologie » 41, Paris, 1959, p. 599-620. Voir aussi A. Goulon, « Quelques aspects du symbolisme de l’abeille et du miel à l’époque patristique : héritage antique et interprétations nouvelles, I », dans De Tertullien aux Mozarabes : mélanges offerts à Jacques Fontaine, membre de l’Institut, à l’occasion de son 70e anniversaire par ses élèves, amis et collègues, I : Antiquité tardive et christianisme ancien (IIIe – VIe siècles), coll. des Études Augustiniennes, série Antiquité 132, Paris, 1992, p. 525-535 ; M.-J. Pierre, « Lait et miel, ou la douceur du verbe », Apocrypha 10 (1999), p. 139-176 ; A. van de Bunt, « Milk and honey in the theology of Clement of Alexandria », dans H. J. auf der Maur et alii (éd.), Fides sacramenti sacramentum fidei. Studies in honour of Pieter Smulders, Assen, 1981, p. 27-39.

Les corpus et livres bibliques les plus cités chez Jean Chrysostome et les trois Cappadociens

Il s’agit ici de comparer la Bible de Jean Chrysostome à celles des trois grands Cappadociens, Basile de Césarée, Grégoire de Nysse et Grégoire de Nazianze. Ces quatre auteurs présentent plusieurs avantages – qui sont aussi des inconvénients : les corpus sont très vastes[1], assez divers, tous de la même aire linguistique et de la même époque, la deuxième moitié du 4e siècle – même si Chrysostome, mort en 407, est plus jeune d’une génération.

Avant d’aller plus loin, du moins convient-il de rappeler que les chiffres fournis par Biblindex doivent être interprétés en sachant que le corpus biblique retenu est limité au canon catholique, que les références ont été relevées par des analystes différents ayant leur propre culture et leurs propres habitudes, et qu’en cas d’ambiguïté, il y a autant de références que de passages parallèles, par exemple dans les évangiles synoptiques. Les chiffres cités ici à titre indicatif n’ont donc pas de prétention à l’exactitude ni à l’exhausitivité.

La synthèse des données par corpus biblique, que L. Mellerin a commencé à faire sur l’ensemble des données de Biblindex[2], donne des résultats intéressants pour les quatre auteurs. Voici tout d’abord ce qu’il en est de la proportion entre Ancien et Nouveau Testament :

 Fig1

Fig. 1. Proportion entre Ancien et Nouveau Testament (en %)

Comme on le voit, l’équilibre relatif[3] est loin d’être observé chez tous les auteurs. Et ces pourcentages doivent en réalité être corrigés en fonction du nombre de versets, 27485 pour l’Ancien Testament, 7954 pour le Nouveau[4] ; le rapport de l’un à l’autre étant de 1 à 3,45, il faut multiplier d’autant le nombre de références du Nouveau Testament. Proportionnellement il y a donc 7,2 fois plus de références au Nouveau Testament chez Basile, 4 fois plus chez son frère, 3,8 fois plus chez le Théologien et 7,3 fois plus chez Jean. De fait, alors que Basile et son frère ont surtout commenté l’Ancien Testament, l’Antiochien a laissé trois fois plus d’homélies sur le Nouveau Testament que sur l’Ancien[5]. Même avec ce fort déséquilibre, l’harmonie entre les deux Testaments reste plus grande, à n’en pas douter, que dans la culture d’aujourd’hui.

Voici à présent, représentée sous forme de « radar » comme les figures 4 et 5 de L. Mellerin[6], reproduites ci-dessous (fig. 2 et 3), la part des différents corpus[7] chez chacun des Pères :

Fig2Fig3
Fig. 2 et 3. Part des corpus bibliques d’après l’ensemble des données de Biblindex (L. Mellerin)

Fig4Fig5

Fig. 4 et 5. Part des corpus bibliques chez Basile de Césarée

Les figures montrent bien ici la présence surabondante des Psaumes chez leur commentateur, la place réduite réservée à la Torah et surtout aux prophètes, ainsi que l’importance des épîtres pauliniennes.

Fig6Fig7

Fig. 6 et 7. Part des corpus bibliques chez Grégoire de Nysse

Ces figures témoignent d’un quasi absence des prophètes[8] chez le Nyssène et de la part belle faite aux écrits de sagesse, ce qui n’est guère étonnant chez un commentateur de l’Ecclésiaste et du Cantique ; pour le Nouveau Testament, l’évêque de Nysse est dans la norme.

Fig8Fig9

Fig. 8 et 9. Part des corpus bibliques chez Grégoire de Nazianze

Il est manifeste en l’occurrence que le Nazianzène privilégie le Pentateuque au détriment des prophètes et même des Psaumes ; le poids des évangiles se voit aussi assez nettement.

  Fig10Fig11

Fig. 10 et 11. Part des corpus bibliques chez Jean Chrysostome

D’après ces figures, Jean Chrysostome à son tour cite moins les prophètes et les Psaumes que la Torah[9] ; la part des évangiles est plus forte que celle de Paul, ce qui n’est pas négligeable chez cet auteur, qui a par ailleurs – le fait est rare – commenté et cité abondamment les Actes.

La synthèse de ces données peut être visualisée dans les figures suivantes :

Figure12

Fig. 12. Part des corpus de l’Ancien Testament chez les quatre Pères (en %)

 Figure13

Fig. 13. Part des corpus du Nouveau Testament chez les quatre Pères (en %)

Ces constats peuvent être confirmés et affinés par l’examen des livres les plus cités (en gras ceux qui dérogent à la moyenne) :

Tableau livres

Comme on le voit, Basile a un penchant pour les Proverbes, auxquels il a consacré une homélie, et pour les épîtres pauliniennes, notamment celle aux Philippiens, si importante en christologie ; les deux Grégoire la citent pareillement. Le Nyssène, qui a commenté, on l’a dit, le Cantique et l’Ecclésiaste, mais aussi l’Exode, en particulier dans La Vie de Moïse, place très nettement Jn avant Mt : c’est peut-être là un indice de son penchant pour la théologie. Le Nazianzène, qui a une prédilection marquée pour la Genèse et l’Exode – moins nette pour 1 S –, aime à citer un peu plus la Sagesse que le Deutéronome. Jean Bouche d’Or lui aussi invoque bien moins les Psaumes, cite volontiers Daniel et les jeunes gens dans la fournaise, l’histoire de Samuel et de David et, fait plus surprenant, le Siracide, dans des œuvres très diverses.

Tous les auteurs n’ont donc pas les mêmes « tropismes » bibliques et, en termes d’équilibre, leurs bibles sont loin d’être identiques. A ce titre, Biblindex aide grandement à préciser le « profil » scripturaire de chaque auteur et laisse toute latitude pour l’interpréter au cas par cas.

 


[1] Seules les œuvres dont l’authenticité n’est pas mise en doute ont été retenues ici. Pour les Cappadociens, le CADP donne une liste des œuvres retenues comme authentiques dans Biblia Patristica 5, 1991, p. 9-12 et 16-33. Pour Chrysostome, j’ai retenu les écrits répertoriés dans la Clavis Patrum Graecorum sous les nos 4305, 4307-4321, 4323-4325, 4327-4343.1, 4344-4354.2, 4355, 4357-4365, 4367-4407, 4409-4441, 44434450, 4460-4472 ; ce qui ne signifie pas que je tiens les œuvres non retenues pour inauthentiques.

[2] L. Mellerin, New Ways of Searching with Biblindex, the online Index of Biblical Quotations in Early Christian Literature, chapter 11, in Claire Clivaz, Andrew Gregory, David Hamidovic (eds.), Digital Humanities in Biblical, Early Jewish and Early Christian Studies, Brill, Leiden 2013, p. 175-192. Voir aussi dans la version anglaise de ce carnet: http://biblindex-en.hypotheses.org/?p=97

[3] Tel était le constat global que je faisais au séminaire Biblindex le 9 janvier 2012 lors d’un exposé intitulé « Quel est le verset biblique le plus cité par les Pères ? » ; L. Mellerin, « New ways… », p. 182-183, l’a confirmé avec un pourcentage de 48 à 52%, tout en rappelant la différence d’ampleur des deux Testaments.

[4] Je remercie Laurence Mellerin de m’avoir communiqué ces chiffres, qui sont plus exacts que ceux que j’avais relevés manuellement en premier lieu.

[5] On peut estimer que ses homélies vétérotestamentaires sont au moins 160 et ses homélies néotestamentaires sont plus de 500.

[6] L. Mellerin, « New ways… », p. 183-184 ou http://biblindex-en.hypotheses.org/?p=97. Les chiffres, d’ampleur diverse chez les quatre Pères, ont subi ici un redimensionnement proportionnel pour apparaître de façon significative.

[7] Les livres dits « historiques » comprennent ici, comme dans l’article de L. Mellerin, Jos, Jg, Rt, Jdt, Est, Tb, 1-4  Rg, 1-2 Par, 1-2 M, Esd-Ne, les « Écrits de sagesse » Jb, Pr, Qo, Ct, Sg, Si, les « prophètes » Jr, Lm, Ba, Is, Ez, Dn et les 12 petits prophètes.

[8] Comme Smaranda Badilita me l’a fait remarquer – et je l’en remercie vivement –, cette part minime des prophètes, conjuguée à une forte présence du Pentateuque, est comparable aux usages de Philon, que Grégoire de Nysse prend parfois pour modèle.

[9] Les proportions changeraient certainement si les commentaires de Daniel, de Jérémie, de Job, des Proverbes, de l’Ecclésiaste étaient pris en compte.

Jean Chrysostome cite-t-il l’Apocalypse?

L’un des plus grands services que puisse rendre Biblindex concerne le « canon » biblique des Pères et surtout l’usage réel qu’ils faisaient des livres, qu’ils soient ou non dans leur canon. C’est en tout cas ce qui peut être tenté concernant Jean Chrysostome et un livre normalement absent chez les auteurs antiochiens: l’Apocalypse johannique.

Appuyées sur l’index scripturaire de la traduction latine de l’édition de Montfaucon[1], les conclusions de Ch. Baur[2], complétées par celles de R. E. Carter[3], confirmaient que le canon antiochien observé par Jean Bouche d’Or ne comportait pas l’Apocalypse. Les résultats de Biblindex, issus des travaux du CADP, permettent peut-être de pondérer ces conclusions.

Avant d’y venir, il convient de consulter l’index biblique de Chrysostome dressé par R. A. Krupp[4]. Des 9 références à l’Apocalypse qu’il a relevées[5], seule une est à retenir : « Les anges nous apparaissent ceints, écrit l’Antiochien commentant la ceinture de vérité d’Ep 6,14, car ce sont des soldats ; du fait qu’on est ceint, on se tient ferme[6] » ; or, sauf erreur, la seule occurrence biblique où les anges soient ceints est Ap 15,6 : οἱ ἄγγελοι… περιεζωσμένοι. L’image, toutefois, est trop banale pour que l’occurrence soit probante.

Venons-en maintenant aux 11 références à l’Apocalypse dans Biblindex : si l’on excepte les occurrences contestables[7] il en reste 5 de valables, qu’on peut réduire à 3. La « seconde mort » (ὁ δεύτερος θάνατος, Ap 2,11 ; 20,6.14 ; 21,8) ne se trouve pas textuellement dans le traité À Théodore, 11, mais bien l’idée : « Il n’y a point à craindre le Diable, ni les embûches des Démons, ni la Géhenne, ni la mort, celle du temps présent ou cette autre mort beaucoup plus terrible[8] » – et de façon un peu plus nette qu’en Mt 10,28. Dans l’homélie 49, 3 Sur Jean, Satan désigné comme « serpent et dragon[9] » peut renvoyer à Is 27,1 (δράκοντα ὄφιν, c’est-à-dire le Léviathan), mais plus encore à Ap 12,9 (ὁ δράκων ὁ μέγας, ὁ ὄφις ὁ ἀρχαῖος). L’occurrence la plus étoffée est au début du 3e livre Contre les détracteurs de la vie monastique[10], où l’ample tableau du Jugement dernier doit beaucoup à la « petite apocalypse » de Matthieu et à Dn 7,9-10 – que Chrysostome cite très volontiers –, mais peut-être aussi à certains passages de l’Apocalypse. Dans le tableau suivant, on trouvera en gras les références qui viennent probablement d’autres livres que l’Apocalypse, soulignées celles qui pourraient être de l’Apocalypse, sans mise en forme celles qui sont ambiguës:

Tableau Apocalypse

En dehors des cinq cas ambigus, il y a trois occurrences troublantes : la mention de trompettes au pluriel en contexte apocalyptique, les anges envoyés à travers le monde, les armées d’anges aux côtés du juge, ne semblent pouvoir correspondre qu’à l’Apocalypse. Le livre, bien entendu, n’est pas cité explicitement, et il n’est pas impossible que Chrysostome ait plutôt en tête des représentations iconographiques, soit d’anges soldats, soit de tableaux eschatologiques, ou encore – mais c’est peu vraisemblable – d’autres livres apocalyptiques non canoniques. Néanmoins, le simple recours à une sorte d’imagerie populaire, à laquelle l’Apocalypse johannique contribuerait lointainement, ne suffit pas à expliquer la précision de certains éléments. Le livre, en tout cas, devait faire partie non seulement de la culture de l’Antiochien, mais aussi de celle de ses auditeurs et l’on peut se demander si, à défaut d’être inclus dans le ou les volumes constituant la « bible » courante des Antiochiens, il ne circulait pas assez largement malgré tout.

Certes, la présence de références n’implique pas forcément qu’un livre cité soit canonique – l’Apocalypse ne l’était certainement pas au premier degré –, mais démontre tout de même qu’il est en usage d’une façon ou d’une autre. Si cet usage était avéré concernant Chrysostome – les occurrences ici présentées ne suffisent sans doute pas l’affirmer catégoriquement –, cela signifierait que l’Apocalypse aurait appartenu en pratique à un second degré du canon.


[1] B. de Montfaucon, S. P. N. Joannis Chrysostomi archiespiscopi Constantinopolitani opera omnia quæ exstant, t. 13, Paris, 1738, index locum scripturae sacrae, p. i-lj (à la fin du tome).

[2] Ch. Baur, « Der Kanon des hl. Joh. Chrysostomus », Theologische Quartalschrift 105, 1924, p. 258-271.

[3] R. E. Carter, « The Antiochene Biblical Canon 400 A.D. », Orientalia Christiana Periodica 72, 2006, p. 417-431.

[4] R. A. Krupp, Saint John Chrysostom. A Scripture Index, Lanham – New York – Londres, 1984.

[5] Ibid, p. 253.

[6] Hom. 23 Sur l’Épître aux Éphésiens, 2, PG 62, 166 : Οἱ ἄγγελοι ἡμῖν ἐζωσμένοι φαίνονται, ἅτε στρατιῶται ὄντες. Ἀπὸ τοῦ περιζώσασθαι, τὸ στῆναι γίνεται γενναίως.

[7] Ap 4,5 et 14,4 dans Comment observer la virginité, 9, éd. J. Dumortier, CUF, Paris, 1955, p. 125 et 127, sans aucun rapport textuel (quant à φῶς ἀπρόσιτον p. 125, Ap 21,10-11 est bien moins indiqué qu’1 Tm 6,16) ; le livre au goût de miel d’Ap 10,10 en PG 55,183.43 n’est qu’un parallèle d’Ez 3,3 cité explicitement, et les cieux nouveaux et la terre nouvelle d’Is 65,17 sont cités explicitement aussi en PG 60, 157.24 et 63, 114.18 sans qu’il soit nécessaire d’y ajouter Ap 21,1.

[8] Οὐκ ἔστιν ἐκεῖ διάϐολον δεῖσαι καὶ δαιμόνων ἐπιϐουλάς, οὐ γεέννης ἀπειλήν, οὐ θάνατον, οὐ τοῦτον τὸν νῦν, οὐ τὸν πολλῷ τούτου χαλεπώτερον ἐκεῖνον : éd. J. Dumortier, SC 117, Paris, 1966, p. 138-139.

[9] Οὗτος καὶ ὄφις καὶ δράκων ἐστι, PG 59, 326.22.

[10] Jean Chrysostome, Contre les détracteurs de la vie monastique, III, 1, PG 47, 349-350.

Prochaine séance du Séminaire Biblindex : Vendredi, le 7 juin 2013

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le Vendredi 7 Juin 2013, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e.

L’intérvention de Rémi Gounelle, initialement prévue dans le programme, ayant été reportée au 14 Février 2014, c’est Guillaume Bady que nous aurons le plaisir d’écouter vendredi:

Guillaume Bady

« Le miel des Écritures: la fréquence des références bibliques chez Jean Chrysostome et les trois Cappadociens »

Résumé:
Chaque Père de l’Église avait sans doute sa propre Bible dans son cœur, une Bible aussi immatérielle qu’unique. Biblindex peut-il aider à la décrire? Quatre auteurs de la deuxième moitié du 4e siècle se prêtent ici en tout cas à une comparaison. Tout d’abord, la configuration de leurs œuvres respectives modifie-t-elle la densité ou les proportions de leur usage des Écritures? Ensuite, Biblindex permet-il de préciser sinon leur canon, du moins les livres manquants? Enfin et surtout, quels sont, livre par livre, les passages préférés de chacun? L’image obtenue sera loin de la Bible spirituelle de ces grands exégètes, du moins tentera-t-elle d’être assez proche de leurs textes.

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX : le 12 Avril 2013

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le Vendredi  12 Avril 2013, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e :

Sébastien Grignon

L’Écriture dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille de Jérusalem

Résumé :

L’Écriture possède dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille de Jérusalem un statut contradictoire, au moins en apparence. On peut en effet, négativement, considérer que Cyrille n’est pas un exégète ; en revanche, sa prédication est saturée de citations et allusions scripturaires comme peut-être aucune autre oeuvre patristique. Mais la contradiction se résout aisément si l’on replace cette utilisation de l’Écriture dans le contexte spécifique de la catéchèse : en tant que prédication pastorale, celle-ci doit assumer une triple charge : conforter les auditeurs dans le choix qu’ils ont fait de recevoir le baptême, expliquer les articles de foi, et incarner ceux-ci dans un texte, le texte biblique précisément ; celui-ci est à son tour investi d’un double statut : en tant que texte sacré, il doit être entendu et retenu pour lui-même ; en tant que vecteur de l’histoire sainte, il sert de support à la démonstration des vérités de la foi. Ainsi l’Écriture est-elle toujours, dans ce type de prédication, susceptible d’usages divers qui ne s’excluent évidemment pas les uns les autres : usages normatif, parénétique ou argumentatif en particulier pour n’en citer que trois ; c’est à partir de ces trois axes principaux que l’on abordera, en abandonnant toute prétention à l’exhaustivité, quelques-unes des innombrables épiphanies de l’Écriture dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille. On essaiera donc, à partir d’une exemplier fourni, d’appréhender successivement trois questions : comment, vis à vis de candidats au baptême issus de divers horizons religieux, le prédicateur défend l’autorité de l’Écriture en tant que texte sacré ; ensuite comment, dans le cadre spécifique de la catéchèse, il tire de cette autorité des enseignement moraux destinés à accompagner les fidèles dans leur processus de conversion ; enfin comment s’articulent les affirmations dogmatiques qui constituent l’épine dorsale de la prédication et leur démonstration par l’Écriture.

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le vendredi  15 Mars 2013, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e :

Bernard OUTTIER

Transmission des textes bibliques dans l’Antiquité et au Moyen Âge et information sur la situation de l’édition biblique et patristique actuelle, en Arménie et en Géorgie

Résumé :

On évoquera les circonstances, quand elles sont connues, de la traduction de la Bible, le canon, le problème discuté des modèles, l’histoire du texte et on présentera les principales éditions en cours. Un rapide aperçu des récentes éditions patristiques en Arménie et en Géorgie complètera l’exposé.

Parution récente : C. Clivaz et alii, Ecritures et réécritures. La reprise interprétative des traditions fondatrices par la littérature biblique et extra-biblique. Cinquième Colloque International du RRENAB

C. Clivaz, C. Combet-Galland, J.-D.Macchi et C. Nihan (éds), Ecritures et réécritures. La reprise interprétative des traditions fondatrices par la littérature biblique et extra-biblique. Cinquième Colloque International du RRENAB, Universités de Genève et Lausanne, 10-12 juin 2010 (BEThL 248), Leuven, Paris et Walpole MA, Peeters, 2012. ISBN: 978-90-429-2636-3″ consulter la Table des Matières

Résumé (cf. site des éditions Peeters) :

« La manière dont la littérature biblique et extra-biblique se construit à travers la réception et la réinterprétation de textes et de traditions considérés comme fondateurs et investis d’une autorité est au cœur de ce volume. Cette problématique est abordée de manière à mettre en dialogue les lectures synchroniques et diachroniques des textes. Il s’agit d’une part de s’interroger sur les techniques littéraires qui permettent de construire et analyser une référence intertextuelle dans les récits des deux testaments et de la littérature extra-biblique; cela implique d’évaluer l’impact narratif de ces reprises intertextuelles sur la conduite de l’intrigue et la caractérisation des personnages, ainsi que leurs effets possibles sur le lecteur. Il s’agit d’autre part d’examiner la relation entre réception, autorité textuelle et processus de formation canonique; en effet, les textes bibliques qui se construisent par référence à d’autres textes affirment le caractère autorisé et fondateur de ces sources, tout en les réinterprétant de manière parfois radicale. Selon cette perspective, c’est cette relation dialectique entre ces traditions fondatrices et leurs reprises qu’il s’agit de mieux comprendre, en tenant compte non seulement des écrits bibliques mais également de la littérature extra-biblique juive et chrétienne. « 

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le vendredi  16 Novembre 2012, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e :

Smaranda BADILITA

La figure de Noé entre réécriture et citations bibliques chez Philon et Flavius Josèphe

Résumé :

Dans un premier temps, j’aborderai la problématique de l’intégration de l’œuvre de Flavius Josèphe et en particulier des Antiquités juives dans Biblindex, tout en rappelant au préalable les questions liées à la Bible utilisée par Josèphe. Dans le cas d’une œuvre comme les AJ, le travail de repérage des citations scripturaires est directement lié à la compréhension des choix de l’historien, de ses partis-pris, de ses écarts (omissions, ajouts, etc.) par rapport au récit biblique. Afin d’illustrer la manière dont Josèphe reformule les données scripturaires, je prendrai dans un deuxième temps pour exemple des éléments constituant l’épisode de Noé, en comparant la démarche joséphienne avec l’approche exégétique et philosophique de Philon et en essayant de déceler des influences possibles de ce dernier sur la figure de Noé telle qu’elle apparaît chez l’auteur des AJ.

Colloque Strasbourg, 9-12 septembre 2012 :

LA LEXICOGRAPHIE BIBLIQUE :

HÉBREU ET GREC

Sémantique – exégèse – traduction

Ce colloque, organisé par Eberhard Bons, Regine Hunziker-­Rodewald et Jan Joosten, tous les trois enseignants à l’Université de Strasbourg, « se veut un forum où de nouvelles méthodes et de nouveaux résultats pourront être présentés et discutés. Comment le sens
s’énonce-­t-­il au moyen du langage ? Comment se rapporte-­t-­il aux mots ?
Comment les mots peuvent-­ils être traduits en une autre langue, dans l’Antiquité comme à notre époque ? Voilà quelques questions qui figureront à l’ordre du jour. L’étymologie,
les champs sémantiques, les relations syntagmatiques, l’histoire des mots, les néologismes
tout cela est pertinent. En même temps, le colloque s’ouvrira sur des questions plus larges d’interprétation. La signification des textes interagit, sans s’y réduire, avec le sens des mots. » (extrait de la présentation du colloque)
Renseignements et inscriptions :
Phoebe Woods [woods@unistra.fr].
Participation aux
frais : 20 €.
Le colloque se déroulera au palais universitaire, en salle Fustel, à l’exception du dimanche 9 septembre où l’accueil et l’ouverture auront lieu en l’église saint Guillaume ; voir plan d’accès ci-­‐dessous. Palais universitaire 9 place de l’université, BP 90020, F-­‐67084
Strasbourg Cedex France

Programme colloque lexicographie-1

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le LUNDI 11 Juin, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22, rue Sala, 69002 – Lyon

Marc MILHAU

parlera d’Hilaire de Poitiers et l’Écriture

Résumé : 

Dans le cadre d’une réflexion sur « Hilaire de Poitiers et l’Écriture », je présenterai deux exposés. Le premier aura pour point de départ le passage de l’Instructio Psalmorum, au début des Tractatus super Psalmos, dans lequel Hilaire énumère, à la suite d’Origène, les « vingt-deux livres » de l’Ancien Testament. À partir de là, nous observerons les citations des livres deutérocanoniques et serons attentifs à la manière dont Hilaire les introduit. Chemin faisant, nous verrons quelques difficultés d’identification du texte cité. De cette enquête limitée et émiettée on essaiera cependant de dégager quelques observations plus générales. Le second exposé portera sur les « cinq livres de Moïse » et la connaissance qu’Hilaire en avait. Que nous montrent les statistiques que permet d’établir le volume de Biblia Patristica 6 ? Que nous apprend la confrontation de ces résultats à l’utilisation faite par Hilaire des mêmes livres dans le livre 4 du De Trinitate ? (Marc MILHAU)

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le LUNDI 14 Mai, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22, rue Sala, 69002 – Lyon

Marie RÉBEILLÉ-BORGELLA

parlera du

« Latin biblique et latin chrétien : quelques réflexions sur l’usage du texte biblique dans une recherche sémantique sur le latin des auteurs chrétiens »

Résumé :

Les travaux portant sur la comparaison entre le latin des Bibles latines et le latin des Pères ont mis en évidence les différences et les points de convergence entre les deux. Certaines ont mis en évidence les différences entre les deux, qui sont aussi bien stylistiques que syntaxiques ou sémantiques, pendant que d’autres insistent sur l’apport du latin biblique à la langue des auteurs chrétiens. L’étude de certaines familles de mots (uocare et uocatio ; sanctus et sanctitas, entre autres exemples) montre que l’usage des traductions latines de la Bible a permis un enrichissement du vocabulaire : des termes peu ou très peu usités à l’âge classique sont fréquemment attestés dans les œuvres des Pères; des termes d’usage courant en latin dit classique ont vu leur sémantisme entièrement remodelé pour intégrer les sens attestés dans les traductions latines de la Bible. À partir d’exemples, nous proposerons quelques réflexions sur la place à donner au texte des Bibles latines dans une étude sémantique sur les textes patristiques pour rendre compte des apports des bibles latines au vocabulaire latin.

Comment le Livre s’est fait livre. La fabrication des manuscrits bibliques (IVe-XVe siècle) : Bilan, résultats, perspectives de recherche

Colloque international,

23-25 mai 2012

Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix,

Namur

Département d’histoire

Centre de recherche « Pratiques médiévales de l’écrit »

 

« Tout au long du Moyen Âge, la Bible a été l’un des textes les plus reproduits dans le monde chrétien. Texte sacré par définition, elle a été très largement commentée, remaniée, utilisée dans des contextes variés et avec diverses finalités. C’est pourquoi, en tous lieux et à toute époque, elle constitue l’une des expressions les plus achevées du professionnalisme artisanal dans le domaine du livre médiéval. Si le texte de la Bible et sa tradition manuscrite ont été depuis longtemps l’objet d’une attention soutenue et continue de la part des philologues, des exégètes et des historiens, il en va tout autrement de son « incarnation » dans un objet matériel. Ce colloque est à la fois une première occasion de faire le point sur les connaissances déjà acquises sur la fabrication de la Bible de l’Antiquité tardive au XVe siècle, et d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche. Il se place dans une perspective globale et comparative, en s’efforçant de mettre en évidence la manière dont les problèmes posés par la réalisation matérielle du texte sacré ont été résolus aux différentes époques et dans les différents pays. »
MERCREDI 23 MAI 2012
14h30 Accueil des participants
15h00 Xavier Hermand (FUNDP, Namur)
Introduction
LES PLUS ANCIENNES PANDECTES DE LA BIBLE
Président : Pierre-Maurice Bogaert (Abbaye de Maredsous / Université Catholique de Louvain)
15h15 Patrick Andrist (Université de Fribourg)
Paul Canart (Biblioteca Apostolica Vaticana)
« Contenu, ordre et structure matérielle des bibles byzantines du IVe au Xe siècle »
16h15 Pause-café
16h30 Dan Batovici (University of St Andrews)
« The Less-expected Books in the Great Uncial Biblical Manuscripts »
17h00 David Ganz (King’s College, London)
« La plus ancienne pandecte latine? La bible palimpseste de León »
17h30 Discussion
18h00 Présentation de la Réserve précieuse de la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin, par Céline Van Hoorebeeck (Conservatrice)

JEUDI 24 MAI 2012
9h00 Accueil des participants
LA FABRICATION DES BIBLES AUX XIe ET XIIe SIÈCLES
Président : Paul Canart (Biblioteca Apostolica Vaticana)
9h30 Nadia Togni (Université de Genève)
« Les bibles atlantiques italiennes. Production et diffusion d’un type de manuscrit biblique au service de la réforme ecclésiastique du XIe et du XIIe siècle »
10h00 Lila Yawn (The American Academy in Rome / John Cabot University, Rome)
« Scribi-pittori e produzione raggruppata di codici. Il manoscritto dei Moralia in Job di Bamberga e la sua famiglia di Bibbie atlantiche e codici patristici (secolo XI) »
10h30 Guy Lobrichon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
« L’incarnation du Livre. Expérimentations et fabrication de bibles géantes dans l’Ouest européen au XIe siècle »
11h00 Pause-café
11h15 Geneviève Mariéthoz (Université de Genève)
« Les initiales et monogrammes historiés de la Genèse dans les bibles romanes »
11h45 Laura Albiero, Roberta Casavecchia, Erica Orezzi, Leda Ruggiero, Gaia
Elisabetta Unfer Verre (Università di Cassino)
« Modelli della Bibbia tra tradizione e innovazione : il caso di Montecassino »
12h15 Discussion
12h30-14h30 Pause déjeuner
LA FABRICATION DES BIBLES AU XIIIe SIECLE
Président : Ezio Ornato (CNRS – Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris)
14h30 Chiara Ruzzier (FUNDP, Namur)
« Continuité et rupture dans la production des bibles au XIIIe siècle »
15h00 Giovanna Murano (Firenze)
« L’exemplar del Libro di Giobbe (Reims, BM, 193) »
15h30 Maria Alessandra Bilotta (Université Lille 3 / Universidade Nova de Lisboa)
« La fabrication des manuscrits bibliques à Gênes dans la seconde moitié du XIIIe siècle : l’exemple de l’atelier du Maître de la Bible lat. 42 conservée à la Bibliothèque
nationale de France »
16h00 Pause-café
LE TEXTE ET SA RÉALISATION MATÉRIELLE
Président : Ezio Ornato (CNRS – Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris)
16h15 Martin Morard (CNRS – Laboratoire d’Études sur les Monothéismes, Paris)
« Le psautier et la bible : histoire et raisons d’une relation instable »
16h45 Pierre-Maurice Bogaert (Abbaye de Maredsous / Université Catholique de Louvain)
« Les préfaces dans les bibles latines. Essai de typologie et application à Job »
17h15 Discussion

VENDREDI 25 MAI 2012
LES BIBLES EN LANGUE VERNACULAIRE
Président : Guy Lobrichon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
9h30 Sabrina Corbellini (Rijksuniversiteit Groningen)
« The Domestication of the Holy Writ. Material Culture of Italian Vernacular Bible Translations »
10h00 Lino Leonardi (Università di Siena)
Sara Natale (Fondazione Ezio Franceschini, Firenze)
« Les manuscrits de la Bible en italien (XIVe-XVe siècles). Milieux de production et d’utilisation, typologies codicologiques »
11h00 Pause-café
11h15 Margriet Hoogvliet (Rijksuniversiteit Groningen)
« Scribal Interventions in Manuscripts with French Bible Translations from the Late Middle Ages : Creating the Ideal Reader »
11h45 Suzan Folkerts (Rijksuniversiteit Groningen)
« Drawing up a Typology of Middle Dutch Bible Manuscripts : A Matter of Perspective »
12h30-14h30 Pause déjeuner
LES BIBLES INCUNABLES
Président : Xavier Hermand (FUNDP, Namur)
14h30 Renaud Adam (Bibliothèque royale de Belgique)
« Le Livre et l’Imprimerie : étude sur la production des bibles latines au XVe siècle »
15h00 Olivier Deloignon (Université de Strasbourg – EA 3400 ARCHE Arts, civilisation et histoire de l’Europe)
« Voir le texte saint. Aspects bibliologiques et iconographiques de l’édition incunable, l’exemple de la Bible de Grüninger, 1485 »
PRÉSENTATION DE PROGRAMMES DE RECHERCHE
15h30 Eyal Poleg (University of Edinburgh – The Centre for the History of the Book)
« The Medieval Bible : The View from Scotland »
16h00 Discussion
16h15 Ezio Ornato (CNRS – Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris)
Conclusions

Contact : Chiara Ruzzier – +32 (0)81 72 41 92 – chiara.ruzzier[at]fundp.ac.be

Université de Namur (FUNDP)
Rue de Bruxelles 61
5000 – Namur
Belgique

Source : Compitum

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le LUNDI 23 Avril, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes :

Jacques ELFASSI

parlera de

« La Bible d’Isidore de Séville »

Résumé :

Les travaux sur la Bible d’Isidore de Séville ont porté jusqu’à présent sur trois questions : le canon scripturaire d’Isidore ; la part d’Isidore dans la constitution du texte du psautier wisigothico-mozarabe ; le texte biblique utilisé par Isidore. Après avoir résumé l’état actuel des connaissances sur les deux premiers points, je me concentrerai sur le troisième. Les conclusions de cette enquête sont les suivantes : 1° Isidore utilise très majoritairement la Vulgate. 2° Parfois, il utilise un autre texte que celui de la Vulgate, mais il s’agit alors d’une citation de seconde main, par l’intermédiaire de Cyprien, Augustin, Jérôme et beaucoup d’autres. 3° Il manifeste une grande liberté vis-à-vis du texte biblique, depuis la copie pure et simple d’un ou plusieurs versets jusqu’à l’adaptation libre. Dans certains cas (rares, mais d’autant plus intéressants), il n’hésite pas à s’écarter de la Vulgate et à chercher chez les Pères une autre version de la Bible quand elle colle davantage à son propos. Il peut aussi combiner le texte de la Vulgate avec celui de sa source pour créer un texte qui lui est propre.