Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX : VENDREDI 21 MARS 2014

La prochaine séance du séminaire BIBLINDEX aura lieu le VENDREDI 21 MARS 2014, de 11h à 13h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22, rue Sala, 69002-LYON. Nous écouterons

 Jean-Noël Guinot

 La Septante et les autres traductions de la Bible hébraïque

dans les commentaires de Théodoret de Cyr

 Résumé :

 Théodoret est, dans l’exégèse grecque, le dernier représentant de ce qu’il est convenu d’appeler l’« école d’Antioche ».

Il est aussi le dernier grand exégète avant l’ère des caténistes. Après le rappel de sa vie et de son œuvre exégétique (et de sa transmission), on donnera brièvement une idée de la Bible qu’il utilise et de son « canon ».

On s’attachera ensuite à l’utilisation qu’il fait de la Septante, au jugement qu’il porte sur cette traduction inspirée, aux divers instruments dont il use pour en comprendre ou éclairer le sens (recours à l’hébreu et au syriaque, aux traductions grecques d’Aquila, de Symmaque et de Théodotion en particulier, mais aussi à Flavius Josèphe). On essaiera surtout, à partir d’une série d’exemples, de montrer qu’il ne réserve pas le même traitement à toutes les variantes qu’il répertorie et que la « critique textuelle » remplit dans ses commentaires différentes fonctions.

 

 

Jean Chrysostome cite-t-il l’Apocalypse?

L’un des plus grands services que puisse rendre Biblindex concerne le « canon » biblique des Pères et surtout l’usage réel qu’ils faisaient des livres, qu’ils soient ou non dans leur canon. C’est en tout cas ce qui peut être tenté concernant Jean Chrysostome et un livre normalement absent chez les auteurs antiochiens: l’Apocalypse johannique.

Appuyées sur l’index scripturaire de la traduction latine de l’édition de Montfaucon[1], les conclusions de Ch. Baur[2], complétées par celles de R. E. Carter[3], confirmaient que le canon antiochien observé par Jean Bouche d’Or ne comportait pas l’Apocalypse. Les résultats de Biblindex, issus des travaux du CADP, permettent peut-être de pondérer ces conclusions.

Avant d’y venir, il convient de consulter l’index biblique de Chrysostome dressé par R. A. Krupp[4]. Des 9 références à l’Apocalypse qu’il a relevées[5], seule une est à retenir : « Les anges nous apparaissent ceints, écrit l’Antiochien commentant la ceinture de vérité d’Ep 6,14, car ce sont des soldats ; du fait qu’on est ceint, on se tient ferme[6] » ; or, sauf erreur, la seule occurrence biblique où les anges soient ceints est Ap 15,6 : οἱ ἄγγελοι… περιεζωσμένοι. L’image, toutefois, est trop banale pour que l’occurrence soit probante.

Venons-en maintenant aux 11 références à l’Apocalypse dans Biblindex : si l’on excepte les occurrences contestables[7] il en reste 5 de valables, qu’on peut réduire à 3. La « seconde mort » (ὁ δεύτερος θάνατος, Ap 2,11 ; 20,6.14 ; 21,8) ne se trouve pas textuellement dans le traité À Théodore, 11, mais bien l’idée : « Il n’y a point à craindre le Diable, ni les embûches des Démons, ni la Géhenne, ni la mort, celle du temps présent ou cette autre mort beaucoup plus terrible[8] » – et de façon un peu plus nette qu’en Mt 10,28. Dans l’homélie 49, 3 Sur Jean, Satan désigné comme « serpent et dragon[9] » peut renvoyer à Is 27,1 (δράκοντα ὄφιν, c’est-à-dire le Léviathan), mais plus encore à Ap 12,9 (ὁ δράκων ὁ μέγας, ὁ ὄφις ὁ ἀρχαῖος). L’occurrence la plus étoffée est au début du 3e livre Contre les détracteurs de la vie monastique[10], où l’ample tableau du Jugement dernier doit beaucoup à la « petite apocalypse » de Matthieu et à Dn 7,9-10 – que Chrysostome cite très volontiers –, mais peut-être aussi à certains passages de l’Apocalypse. Dans le tableau suivant, on trouvera en gras les références qui viennent probablement d’autres livres que l’Apocalypse, soulignées celles qui pourraient être de l’Apocalypse, sans mise en forme celles qui sont ambiguës:

Tableau Apocalypse

En dehors des cinq cas ambigus, il y a trois occurrences troublantes : la mention de trompettes au pluriel en contexte apocalyptique, les anges envoyés à travers le monde, les armées d’anges aux côtés du juge, ne semblent pouvoir correspondre qu’à l’Apocalypse. Le livre, bien entendu, n’est pas cité explicitement, et il n’est pas impossible que Chrysostome ait plutôt en tête des représentations iconographiques, soit d’anges soldats, soit de tableaux eschatologiques, ou encore – mais c’est peu vraisemblable – d’autres livres apocalyptiques non canoniques. Néanmoins, le simple recours à une sorte d’imagerie populaire, à laquelle l’Apocalypse johannique contribuerait lointainement, ne suffit pas à expliquer la précision de certains éléments. Le livre, en tout cas, devait faire partie non seulement de la culture de l’Antiochien, mais aussi de celle de ses auditeurs et l’on peut se demander si, à défaut d’être inclus dans le ou les volumes constituant la « bible » courante des Antiochiens, il ne circulait pas assez largement malgré tout.

Certes, la présence de références n’implique pas forcément qu’un livre cité soit canonique – l’Apocalypse ne l’était certainement pas au premier degré –, mais démontre tout de même qu’il est en usage d’une façon ou d’une autre. Si cet usage était avéré concernant Chrysostome – les occurrences ici présentées ne suffisent sans doute pas l’affirmer catégoriquement –, cela signifierait que l’Apocalypse aurait appartenu en pratique à un second degré du canon.


[1] B. de Montfaucon, S. P. N. Joannis Chrysostomi archiespiscopi Constantinopolitani opera omnia quæ exstant, t. 13, Paris, 1738, index locum scripturae sacrae, p. i-lj (à la fin du tome).

[2] Ch. Baur, « Der Kanon des hl. Joh. Chrysostomus », Theologische Quartalschrift 105, 1924, p. 258-271.

[3] R. E. Carter, « The Antiochene Biblical Canon 400 A.D. », Orientalia Christiana Periodica 72, 2006, p. 417-431.

[4] R. A. Krupp, Saint John Chrysostom. A Scripture Index, Lanham – New York – Londres, 1984.

[5] Ibid, p. 253.

[6] Hom. 23 Sur l’Épître aux Éphésiens, 2, PG 62, 166 : Οἱ ἄγγελοι ἡμῖν ἐζωσμένοι φαίνονται, ἅτε στρατιῶται ὄντες. Ἀπὸ τοῦ περιζώσασθαι, τὸ στῆναι γίνεται γενναίως.

[7] Ap 4,5 et 14,4 dans Comment observer la virginité, 9, éd. J. Dumortier, CUF, Paris, 1955, p. 125 et 127, sans aucun rapport textuel (quant à φῶς ἀπρόσιτον p. 125, Ap 21,10-11 est bien moins indiqué qu’1 Tm 6,16) ; le livre au goût de miel d’Ap 10,10 en PG 55,183.43 n’est qu’un parallèle d’Ez 3,3 cité explicitement, et les cieux nouveaux et la terre nouvelle d’Is 65,17 sont cités explicitement aussi en PG 60, 157.24 et 63, 114.18 sans qu’il soit nécessaire d’y ajouter Ap 21,1.

[8] Οὐκ ἔστιν ἐκεῖ διάϐολον δεῖσαι καὶ δαιμόνων ἐπιϐουλάς, οὐ γεέννης ἀπειλήν, οὐ θάνατον, οὐ τοῦτον τὸν νῦν, οὐ τὸν πολλῷ τούτου χαλεπώτερον ἐκεῖνον : éd. J. Dumortier, SC 117, Paris, 1966, p. 138-139.

[9] Οὗτος καὶ ὄφις καὶ δράκων ἐστι, PG 59, 326.22.

[10] Jean Chrysostome, Contre les détracteurs de la vie monastique, III, 1, PG 47, 349-350.

Prochaine séance du Séminaire Biblindex : Vendredi, le 7 juin 2013

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le Vendredi 7 Juin 2013, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e.

L’intérvention de Rémi Gounelle, initialement prévue dans le programme, ayant été reportée au 14 Février 2014, c’est Guillaume Bady que nous aurons le plaisir d’écouter vendredi:

Guillaume Bady

« Le miel des Écritures: la fréquence des références bibliques chez Jean Chrysostome et les trois Cappadociens »

Résumé:
Chaque Père de l’Église avait sans doute sa propre Bible dans son cœur, une Bible aussi immatérielle qu’unique. Biblindex peut-il aider à la décrire? Quatre auteurs de la deuxième moitié du 4e siècle se prêtent ici en tout cas à une comparaison. Tout d’abord, la configuration de leurs œuvres respectives modifie-t-elle la densité ou les proportions de leur usage des Écritures? Ensuite, Biblindex permet-il de préciser sinon leur canon, du moins les livres manquants? Enfin et surtout, quels sont, livre par livre, les passages préférés de chacun? L’image obtenue sera loin de la Bible spirituelle de ces grands exégètes, du moins tentera-t-elle d’être assez proche de leurs textes.

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le vendredi  15 Mars 2013, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e :

Bernard OUTTIER

Transmission des textes bibliques dans l’Antiquité et au Moyen Âge et information sur la situation de l’édition biblique et patristique actuelle, en Arménie et en Géorgie

Résumé :

On évoquera les circonstances, quand elles sont connues, de la traduction de la Bible, le canon, le problème discuté des modèles, l’histoire du texte et on présentera les principales éditions en cours. Un rapide aperçu des récentes éditions patristiques en Arménie et en Géorgie complètera l’exposé.

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le LUNDI 23 Avril, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes :

Jacques ELFASSI

parlera de

« La Bible d’Isidore de Séville »

Résumé :

Les travaux sur la Bible d’Isidore de Séville ont porté jusqu’à présent sur trois questions : le canon scripturaire d’Isidore ; la part d’Isidore dans la constitution du texte du psautier wisigothico-mozarabe ; le texte biblique utilisé par Isidore. Après avoir résumé l’état actuel des connaissances sur les deux premiers points, je me concentrerai sur le troisième. Les conclusions de cette enquête sont les suivantes : 1° Isidore utilise très majoritairement la Vulgate. 2° Parfois, il utilise un autre texte que celui de la Vulgate, mais il s’agit alors d’une citation de seconde main, par l’intermédiaire de Cyprien, Augustin, Jérôme et beaucoup d’autres. 3° Il manifeste une grande liberté vis-à-vis du texte biblique, depuis la copie pure et simple d’un ou plusieurs versets jusqu’à l’adaptation libre. Dans certains cas (rares, mais d’autant plus intéressants), il n’hésite pas à s’écarter de la Vulgate et à chercher chez les Pères une autre version de la Bible quand elle colle davantage à son propos. Il peut aussi combiner le texte de la Vulgate avec celui de sa source pour créer un texte qui lui est propre.

Les textes bibliques et leurs abréviations dans Biblia Patristica

N.B. Ce document de travail, rédigé le 14 avril 2001, a été présenté lors de la réunion du Comité consultatif de Biblindex le 19 avril 2011. Une 2e partie, traitant du corpus biblique et des abréviations pour Biblindex, a été reprise par morceaux dans la Version β des directives de Biblindex : elle a donc été supprimée ici.

Au moment où vient à l’ordre du jour l’extension du corpus biblique ou apocryphe de Biblindex, une enquête rapide peut être utile pour vérifier la pratique du CADP concernant le corpus retenu initialement et les abréviations utilisées.

1. Textes bibliques et abréviations dans les Principes et directives pour un relevé des citations bibliques chez les Pères, 2e édition :

On lit dans ce document, non daté, du CADP, plusieurs passages, dont au moins un où la référence aux canons hébraïque et latin [catholique] est explicite. La justification de ce choix, malheureusement, n’est pas développée, mais on devine qu’il a été plus pragmatique que religieux: il était sans doute plus pratique de s’en tenir au type de bible moderne le plus couramment diffusé en France. Le terme « apocryphe » est dès lors utilisé par rapport à ces canons,  avec une attention, du moins au début, vis-à-vis des apocryphes « les plus fréquemment utilisés »:

PRINCIPES

III – Le texte biblique

A – Le canon.

Il comprend le Nouveau Testament et, pour l’Ancien Testament, les livres de la Septante, y compris 1 Esdras – canonique chez les Grecs – qui correspond à 3 Esdras, apocryphe chez les Latins. À noter que 2 Esdras des Septante = Esdras + Néhémie du canon hébraïque et latin.

Les citations des apocryphes les plus fréquemment utilisés (Psaume 151 ; Or. Man. ; 3-4 Esdras) doivent également être retenues, ainsi que les citations explicites qui ne peuvent être identifiées ou les agrapha.

B – Les références au texte biblique

Les titres des livres bibliques seront abrégés selon l’un des deux systèmes indiqués plus loin (DIRECTIVES, Les fiches, C 2 ; Les listes, D 1 et modèle de liste).

(…)

Pour indiquer les livres, on emploiera les abréviations suivantes :

Gn, Ex, Lv, Nm, Dt, Jos, Jdo, Ru, 1-2 Sm, 3-4 Rg, 1-2 Par, Esr, Ne, Tb, Jdt, Est, Jb, Ps, Prv, Ecl, Ct, Sap, Sir, Is, Jr, Lam, Bar, Ez, Dn, Os, Jl, Am, Abd, Jon, Mi, Na, Hab, So, Agg, Za, Mal, 1-2 Mcc ; Mt, Mc, Lc, Jo, Act, Rm, 1-2 Cor, Gal, Eph, Phil, Col, 1-2 Th, 1-2 Tm, Tt, Phlm, Hbr, Jac, 1-2 Pt, 1-3 Jo, Jud, Apc ; livres apocryphes OrMan, Ps 151, 3-4 Esr

(…) Noter que Daniel, Suzanne = DA SZ ; Daniel, Bel et le Dragon = DA Bel ; prologue du Siracide = SI Prol.

MODÈLE POUR LISTES

GN, EX, LV, NB, DT, JS, JG, 1 S, 2 S, 1 R, 2 R, ES, JR, EZ, OS, JL, AM, AB, JO, MI, NA, HA, SO, AG, ZA, ML, PS, JB, PR, RT, CT, QO, LM, Est, DA, Esd, NE, 1 Ch, 2 Ch, TB, Jdt, 1 M, 2 M, SP, SI, BA, OrMan, PS 151, 3 Esd, 4 Esd ; MT, MC, LC, JN, AC, RM, 1 C, 2 C, GA, EP, PH, CO, 1 T, 2 T, 1 Ti, 2 Ti, TI, PM, HB, JQ, 1 P, 2 P, 1 Jn, 2 Jn, 3 Jn, JU, AP

2. Dans les Étapes, moyens et méthode d’analyse

Cette liste d’abréviations est identique à celle fournie dans les Étapes, moyens et méthode d’analyse pour la constitution du Fichier microphotographique des citations de l’Écriture chez les Pères présenté par Jean Allenbach, Strasbourg, 1967, p. 65, à l’exception de OrMan, PS 151, 3 Esd, 4 Esd, qui en sont absents. Cela revient à accepter les seuls deutérocanoniques de la Septante lus par les catholiques et les orthodoxes et à écarter ceux lus par les seuls orthodoxes.

Les Étapes comportent p. 30 la remarque suivante sur « les apocryphes de la Bible » :

L’attribution à des évangélistes, des apôtres ou des prophètes de nombreux ouvrages datant des trois premiers siècles ne cache généralement pas un auteur unique mais une collectivité, groupe plus ou moins hétérodoxe produisant une littérature qui reflète et oriente la vie ou la pensée de la communauté.

Ces productions littéraires sont toutes codées comme des œuvres anonymes.

3. Dans les volumes de Biblia Patristica

Le 1er volume de Biblia Patristica, Paris, 1975, p. 5, précise :

Le texte biblique de référence est celui des éditions modernes de l’Ancien Testament en hébreu et du Nouveau Testament en grec. Cependant l’Index comprend également les citations de livres ne figurant que dans la Bible grecque. (…) Faute d’un accord international préalable, les abréviations des titres des livres bibliques sont celles qui ont été retenues par le CADP. La liste ci-dessous suit, pour l’Ancien Testament, l’ordre canonique massorétique auquel sont ajoutés les livres propres à la version des Septante.

GN, EX, LV, NB, DT, JS, JG, 1 S, 2 S, 1 R, 2 R, ES, JR, EZ, OS, JL, AM, AB, JO, MI, NA, HA, SO, AG, ZA, ML, PS, JB, PR, RT, CT, QO, LM, EST, DA, ESD, NE, 1 CH, 2 CH, TB, JDT, 1 M, 2 M, SP, SI, BA ; MT, MC, LC, JN, AC, RM, 1 C, 2 C, GA, EP, PH, CO, 1 T, 2 T, 1 TI, 2 TI, TI, PM, HB, JQ, 1 P, 2 P, 1 JN, 2 JN, 3 JN, JU, AP

Cette liste exclut sans le dire les deutérocanoniques de la Septante lus par les seuls orthodoxes (OrMan, Ps 151, 3 Esd, 4 Esd) ; cette fois-ci il n’y a que des majuscules dans les abréviations.

Il en va de même dans le 2e volume de Biblia Patristica, Paris, 1977. Ces deux premiers volumes ne comportent pas en titre courant le titre du livre biblique concerné : contrairement aux volumes suivants, les abréviations sont donc précisées avant la mention du chapitre et/ou du ou des versets.

Les volumes suivants utilisent les mêmes abréviations, mais seulement pour les intégrer aux abréviations des œuvres patristiques (le titre des livres bibliques étant en titre courant, seules les numéros de chapitres et de versets sont précisés dans la colonne de gauche).

Les cas particuliers sont explicités à la suite de la liste des livres bibliques :

DA 13 = Le livre de Suzanne

DA 14 = Bel et le dragon

BA 6 = Epitre de Jérémie

Concrètement, les ajouts grecs à Esther sont pris en compte, mais le prologue du Siracide ne figure dans aucun volume de Biblia Patristica.

*

En conclusion, on peut retenir deux points: d’une part, à l’origine, OrMan, Ps 151, 3 Esd, 4 Esd devaient être pris en compte, mais en 1975, et peut-être avant, ils ont été exclus. D’autre part, en l’absence de standard international, les abréviations ont subi des variations; toujours utilisées pour les fiches d’analyse, elles se sont avérées inutiles dans les publications à partir du 3e volume de Biblia Patristica. La situation est un peu la même dans Biblindex, puisque les abréviations ne servent que dans le travail des analystes. On peut simplement remarquer le succès des abréviations modernes de la Bible de Jérusalem dans le monde francophone, peut-être favorisé par la diffusion de la Traduction Œcuménique de la Bible, qui les a reprises; ce sont en tout cas celles retenues in fine dans la collection des Sources Chrétiennes, surtout à partir du n° 453 imprimé en septembre 2000 (Grégoire de Nysse, Discours catéchétique), car il y a eu des exceptions depuis. Plus généralement, on peut douter qu’il y ait un jour une norme internationale, étant donné la diversité des langues. La base Biblindex n’est-elle pas liée à la base Babel? L’extension du corpus biblique, en tout cas, peut donner le vertige aux ouvriers de la tour en construction.

Séminaire Biblindex : prochaine séance

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le LUNDI 16 MAI, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22, rue Sala, 69002 – Lyon.

Guillaume BADY parlera de 3 Esdras: les conditions d’intégration d’un “apocryphe” dans Biblindex

Résumé:

La définition du corpus biblique pris en compte par le CADP pour Biblia Patristica correspond à des critères en partie inadéquats par rapport au corpus biblique utilisé par les auteurs anciens. Ces derniers citaient volontiers comme scripturaires des livres plus tard jugés “apocryphes”: ainsi le 3e livre d’Esdras, pendant longtemps cité de préférence aux deux premiers livres qui ont fini par le supplanter dans le judaïsme et dans le christianisme latin, à savoir Esdras et Néhémie. 3 Esdras a donc toute légitimité pour être intégré à Biblindex, du moins avec la  prudence qui s’impose en particulier pour les auteurs latins postérieurs à Jérôme. Or 3 Esdras a, dans une très large proportion, un texte comparable à 2 Chroniques ainsi qu’à Esdras et Néhémie. Dans un premier temps pourraient être mises au point une “simple” concordance verset par verset et une isolation “étanche” des passages propres à 3 Esdras. Dans un deuxième temps, il sera difficile d’éluder l’analyse au cas par cas…

Contact : Laurence.Mellerin@mom.fr