Conférence du Professeur Lorenzo Perrone, Mardi 4 février 2014

Un ressourcement inattendu :

Les Homélies d’Origène sur les Psaumes dans le Cod. 314 de Munich

Conférence

du Professeur Lorenzo Perrone

« Alma Mater Studiorum » — Università di Bologna

Dipartimento di Filologia Classica e Italianistica

co-organisée par l’Institut des Sources Chrétiennes et la Faculté de Théologie de l’UCLy

Mardi 4 février 2014

18h30

Salle Burret

Université Catholique de Lyon – 25 rue du Plat – 69002 Lyon

Contacts:

Institut des Sources Chrétiennes Tél : 04 72 77 73 50 – Mail : sources.chretiennes@mom.fr Faculté de Théologie Tél : 04 72 32 50 63 – Mail : theo@univ-catholyon.fr

Résumé :

Les 29 Homélies sur les Psaumes dans le Codex Graecus 314 de la Staatsbibliothek de Munich doivent sans doute être attribuées à Origène, comme l’a suggéré Marina Molin Pradel dès sa découverte en Avril 2012. L’attribution se trouve confirmée, pour plusieurs des nouveaux textes, par une série de témoins externes, à commencer par les traductions latines de Rufin (un important fragment de la deuxième Homélies sur le Psaume 15 et les quatre Homélies sur le Psaume 36). Des nombreux fragments, qui jusqu’à présent étaient connus grâce aux chaînes, peuvent maintenant être situés dans leur contexte originel en dévoilant toute leur richesse cachée. On entrevoit aussi les échos de ces homélies à travers la réception dont elles ont joui, d’abord grâce à leur reprise plus ou moins directe dans les Tractatus in Psalmos de Jérôme. En plus de ces critères externes, il faut ajouter l’ensemble d’éléments typiquement origéniens qu’apporte l’étude des textes eux-mêmes. La personnalité de l’auteur en tant que maître de l’Ecriture se laisse reconnaître sans difficulté par son traitement complexe du texte biblique. Celui-ci implique l’analyse philologique et grammaticale, la discussion approfondie des problèmes exégétiques et doctrinaux ainsi que la perspective continuellement renouvelée du progrès spirituel vers lequel le prédicateur pousse ses auditeurs. Ces nouvelles homélies, à présent la plus vaste collection de sermons en grec, enrichissent de façon remarquable notre connaissance d’Origène et de son entreprise exégétique autour des Psaumes, l’un des chapitres les plus importants de toute son énorme activité littéraire

Colloque : «L’édition du Nouveau Testament et des manuscrits grecs dans la culture digitale»

Organisateurs : C. Clivaz (Unil), A. Dettwiler (Unige), L. Devillers (Unifr)
La culture digitale entraîne de nombreuses transformations dans le savoir-faire centennaire de l’édition critique. Qu’advient-il aux manuscrit grecs anciens édités online?
Quelles transformations du statut du texte ce support d’écriture entraîne-t-il pour le corpus du Nouveau Testament? Ce colloque abordera ces questions, et permettra en ouverture de découvrir le projet EPFL-Venise en Digital Humanities (F. Kaplan, EPFL). Avec D. Bouvier (Unil), Juan Garces (Göttingen), Jan Krans (Amsterdam) et Ulrich Schmid (Münster).
Salle 515 de la BCU, vendredi 12 avril de 14h à 18h45 et samedi 13 avril de 9h à 12h30.
Programme complet ici.

Événement : découverte d’homélies originales d’Origène en grec (Bayerische Staatsbibliothek, Cod. graec. 314).

Dans un communiqué de presse daté du 11 juin, la Bayerische Staatsbibliothek de Munich annonce l’extraordinaire découverte, dans un manuscrit datant du XIIe siècle, des textes en grec d’homélies sur les Psaumes d’Origène :

« Le catalogage des manuscrits grecs de la bibliothèque de Johann Jakob Fugger a donné lieu à une découverte spectaculaire à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich. Dans un de ces manuscrits, Madame Marina Molin Pradel, philologue helléniste, a trouvé et identifié de nombreux sermons sur les Psaumes d’Origène (185 – 253/54), un des plus grands théologiens de l’école d’Alexandrie, dont le texte original était inconnu jusqu’alors. Cette découverte, qui entre temps a été confirmée par Monsieur Lorenzo Perrone de l’Université de Bologne, le grand spécialiste de l’oeuvre d’Origène, est d’une importance inestimable pour les chercheurs.[…] Philosophe, théologien, philologue et prédicateur, Origène a fortement influencé l’histoire des idées de l’Antiquité tardive jusqu’à nos jours. Ses sermons et ses commentaires sur les Psaumes ne subsistaient jusqu’à maintenant que sous forme de fragments ou en traduction latine. Le volumineux manuscript grec, d’aspect fort modeste, dont le véritable contenu a été identifié, date du XIIe siècle. Cette découverte est d’une importance capitale, qu’il s’agisse de la date de ces textes ou de leur ampleur. Elle va faire l’objet de vives discussions de la part des chercheurs et spécialistes et va permettre d’acquérir de nouvelles connaissances sur le texte de la version grecque de la bible. Tous les Pères de l’Eglise avaient lu Origène et ont subi son influence. Cette découverte va permettre d’étudier des textes jusqu’alors inconnus, constate Monsieur Rolf Griebel, Directeur général de la Bayerische Staatsbibliothek.

« Après avoir été restauré, le manuscript sera présenté pour la première fois au public dans le cadre d’un symposium le 5 décembre 2012 à la Bayerische Staatsbibliothek. Un colloque consacré à l’analyse des textes réunissant les spécialistes se réunira le 25 juin 2012 à l’université de Padoue dans le cadre de journées d’études de paléographie grecque. La publication d’une étude critique des textes, sous la direction de Monsieur Lorenzo Perrone est prévue. »

Déjà numérisé par la bibliothèque, le manuscrit peut être consulté en ligne ICI : (www.digitale-sammlungen.de -> “Homiliae in psalmos”)

Contact:
Dr. Claudia Fabian
Bayerische Staatsbibliothek, Ludwigstr. 16, 80539 München, Allemagne
Tel. +49-89-28638-2255
claudia.fabian@bsb-muenchen.de

Comment le Livre s’est fait livre. La fabrication des manuscrits bibliques (IVe-XVe siècle) : Bilan, résultats, perspectives de recherche

Colloque international,

23-25 mai 2012

Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix,

Namur

Département d’histoire

Centre de recherche « Pratiques médiévales de l’écrit »

 

« Tout au long du Moyen Âge, la Bible a été l’un des textes les plus reproduits dans le monde chrétien. Texte sacré par définition, elle a été très largement commentée, remaniée, utilisée dans des contextes variés et avec diverses finalités. C’est pourquoi, en tous lieux et à toute époque, elle constitue l’une des expressions les plus achevées du professionnalisme artisanal dans le domaine du livre médiéval. Si le texte de la Bible et sa tradition manuscrite ont été depuis longtemps l’objet d’une attention soutenue et continue de la part des philologues, des exégètes et des historiens, il en va tout autrement de son « incarnation » dans un objet matériel. Ce colloque est à la fois une première occasion de faire le point sur les connaissances déjà acquises sur la fabrication de la Bible de l’Antiquité tardive au XVe siècle, et d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche. Il se place dans une perspective globale et comparative, en s’efforçant de mettre en évidence la manière dont les problèmes posés par la réalisation matérielle du texte sacré ont été résolus aux différentes époques et dans les différents pays. »
MERCREDI 23 MAI 2012
14h30 Accueil des participants
15h00 Xavier Hermand (FUNDP, Namur)
Introduction
LES PLUS ANCIENNES PANDECTES DE LA BIBLE
Président : Pierre-Maurice Bogaert (Abbaye de Maredsous / Université Catholique de Louvain)
15h15 Patrick Andrist (Université de Fribourg)
Paul Canart (Biblioteca Apostolica Vaticana)
« Contenu, ordre et structure matérielle des bibles byzantines du IVe au Xe siècle »
16h15 Pause-café
16h30 Dan Batovici (University of St Andrews)
« The Less-expected Books in the Great Uncial Biblical Manuscripts »
17h00 David Ganz (King’s College, London)
« La plus ancienne pandecte latine? La bible palimpseste de León »
17h30 Discussion
18h00 Présentation de la Réserve précieuse de la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin, par Céline Van Hoorebeeck (Conservatrice)

JEUDI 24 MAI 2012
9h00 Accueil des participants
LA FABRICATION DES BIBLES AUX XIe ET XIIe SIÈCLES
Président : Paul Canart (Biblioteca Apostolica Vaticana)
9h30 Nadia Togni (Université de Genève)
« Les bibles atlantiques italiennes. Production et diffusion d’un type de manuscrit biblique au service de la réforme ecclésiastique du XIe et du XIIe siècle »
10h00 Lila Yawn (The American Academy in Rome / John Cabot University, Rome)
« Scribi-pittori e produzione raggruppata di codici. Il manoscritto dei Moralia in Job di Bamberga e la sua famiglia di Bibbie atlantiche e codici patristici (secolo XI) »
10h30 Guy Lobrichon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
« L’incarnation du Livre. Expérimentations et fabrication de bibles géantes dans l’Ouest européen au XIe siècle »
11h00 Pause-café
11h15 Geneviève Mariéthoz (Université de Genève)
« Les initiales et monogrammes historiés de la Genèse dans les bibles romanes »
11h45 Laura Albiero, Roberta Casavecchia, Erica Orezzi, Leda Ruggiero, Gaia
Elisabetta Unfer Verre (Università di Cassino)
« Modelli della Bibbia tra tradizione e innovazione : il caso di Montecassino »
12h15 Discussion
12h30-14h30 Pause déjeuner
LA FABRICATION DES BIBLES AU XIIIe SIECLE
Président : Ezio Ornato (CNRS – Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris)
14h30 Chiara Ruzzier (FUNDP, Namur)
« Continuité et rupture dans la production des bibles au XIIIe siècle »
15h00 Giovanna Murano (Firenze)
« L’exemplar del Libro di Giobbe (Reims, BM, 193) »
15h30 Maria Alessandra Bilotta (Université Lille 3 / Universidade Nova de Lisboa)
« La fabrication des manuscrits bibliques à Gênes dans la seconde moitié du XIIIe siècle : l’exemple de l’atelier du Maître de la Bible lat. 42 conservée à la Bibliothèque
nationale de France »
16h00 Pause-café
LE TEXTE ET SA RÉALISATION MATÉRIELLE
Président : Ezio Ornato (CNRS – Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris)
16h15 Martin Morard (CNRS – Laboratoire d’Études sur les Monothéismes, Paris)
« Le psautier et la bible : histoire et raisons d’une relation instable »
16h45 Pierre-Maurice Bogaert (Abbaye de Maredsous / Université Catholique de Louvain)
« Les préfaces dans les bibles latines. Essai de typologie et application à Job »
17h15 Discussion

VENDREDI 25 MAI 2012
LES BIBLES EN LANGUE VERNACULAIRE
Président : Guy Lobrichon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
9h30 Sabrina Corbellini (Rijksuniversiteit Groningen)
« The Domestication of the Holy Writ. Material Culture of Italian Vernacular Bible Translations »
10h00 Lino Leonardi (Università di Siena)
Sara Natale (Fondazione Ezio Franceschini, Firenze)
« Les manuscrits de la Bible en italien (XIVe-XVe siècles). Milieux de production et d’utilisation, typologies codicologiques »
11h00 Pause-café
11h15 Margriet Hoogvliet (Rijksuniversiteit Groningen)
« Scribal Interventions in Manuscripts with French Bible Translations from the Late Middle Ages : Creating the Ideal Reader »
11h45 Suzan Folkerts (Rijksuniversiteit Groningen)
« Drawing up a Typology of Middle Dutch Bible Manuscripts : A Matter of Perspective »
12h30-14h30 Pause déjeuner
LES BIBLES INCUNABLES
Président : Xavier Hermand (FUNDP, Namur)
14h30 Renaud Adam (Bibliothèque royale de Belgique)
« Le Livre et l’Imprimerie : étude sur la production des bibles latines au XVe siècle »
15h00 Olivier Deloignon (Université de Strasbourg – EA 3400 ARCHE Arts, civilisation et histoire de l’Europe)
« Voir le texte saint. Aspects bibliologiques et iconographiques de l’édition incunable, l’exemple de la Bible de Grüninger, 1485 »
PRÉSENTATION DE PROGRAMMES DE RECHERCHE
15h30 Eyal Poleg (University of Edinburgh – The Centre for the History of the Book)
« The Medieval Bible : The View from Scotland »
16h00 Discussion
16h15 Ezio Ornato (CNRS – Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris)
Conclusions

Contact : Chiara Ruzzier – +32 (0)81 72 41 92 – chiara.ruzzier[at]fundp.ac.be

Université de Namur (FUNDP)
Rue de Bruxelles 61
5000 – Namur
Belgique

Source : Compitum

La Bible Furtmeyr accessible en ligne

La Bible Furtmeyr de la Bibliothèque de l’Université d’Augsburg est désormais intégralement accessible en ligne. La version numérique, en deux tomes, a été mise à la disposition du public à l’occasion de l’exposition de Ratisbonne, consacrée à la vie et à l’oeuvre de Berhold Furtmeyr, l’un des derniers grands enlumineurs de la fin du Moyen Âge. Furtmeyr a conçu les deux tomes de cet Ancient Testament comme une édition de luxe, destinée à de nobles laïcs, à la demande de Hans III von Stauff zu Ehrenfels et de son épouse, Kunigunde Schenk von Geyern. Hans von Stauff occupait alors une haute position à la cour du duc de Bavière. Un peu avant 1500, les deux volumes entrèrent en la possession d’Albrecht IV, duc de Bavière. Après la mort du duc, Kunigunde se retira au monastère Pütrich de Munnich en emportant avec elle les deux tomes de la Bible ainsi qu’un chronographe, dont les miniatures étaient également l’oeuvre de Furtmeyr. Dès 1800, les trois manuscrits rejoignent la collection du prince von Oettingen-Wallerstein. Mais, alors que le chronographe fut vendu aux enchères à Munnich en 1933 et récemment redécouvert au musée Paul Getty de Los Angeles, le fond de la bibliothèque ducale Oettingen-Wallerstein, y compris la Bible de Furtmeyr, fut transféré à la bibliothèque de l’Université d’Augsburg. Véritable festin pour les yeux, les deux tomes de la Bible de Furtmeyr comptent parmi les manuscrits les plus précieux du fond Oettingen-Wallerstein. La numérisation a été réalisée par un photographe autrichien, selon une technique permettant de garder intacte la reliure du manuscrit (pour plus de détails, voir http://de.wikipedia.org/wiki/Grazer_Buchtisch).

La Bible de Furtmeyr comprend :

Tome I : De Genèse à Ruth (Ratisbonne, approx. 1468-1470)

Tome II : Des Psaumes à  Malachie (Ratisbonne, approx. 1468 – 1472)

La présentation fait partie de la collection digitale de la Bibliothèque de l’Université d’Augsburg et est accessible aux adresses suivantes :

via la page de la Bibliothèque (http://www.bibliothek.uni-augsburg.de/dda)

via la page de l’Université d’Augsburg (http://www.bibliothek.uni-augsburg.de)

ou directement à l’adresse : http://www.bibliothek.uni-augsburg.de/dda/urn/urn_uba002000-uba002199/uba002001-

A l’occasion de l’exposition « Berthold Furtmeyr. Meisterwerke der Buchmalerei. Aufbruch zur Renaissance in Regensburg » („Chefs d’oeuvre de l’enluminure. Les débuts de la Renaissance à Ratisbonne ») au Musée d’histoire de la ville de Ratisbonne est également sorti un catalogue avec une description détaillée des deux volumes de la Bible :

Berthold Furtmeyr, Meisterwerke der Buchmalerei und die Regensburger Kunst in Spätgotik und Renaissance, hrsg. von Christoph Wagner und Klemens Unger, Regensburg: Schnell&  Steiner, 2010. 544 Seiten, 700 Abbildungen, 224 Farbtafeln, 39,00 Euro, ISBN: 978-3-7954-2313-1

Pour d’autres renseignements  sur le manuscrit: Dr. Günter Hägele

Leiter Abteilung Handschriften, Alte Drucke, Sondersammlungen
Telefon 082/598-5350
guenter.haegele@bibliothek.uni-augsburg.de

… sur la numérisation:
Katharina Urch M.A.
Leiterin Referat Medien- und Publikationsserver – Digitalisierung
Telefon 0821/598-5364
katharina.urch@bibliothek.uni-augsburg.de

Universitätsbibliothek Augsburg
86135 Augsburg

D’autres infos sur le site : http://www.bibliothek.uni-augsburg.de/dda/urn/urn_uba002000-uba002199/uba002001-uba002002/


Des manuscrits antiques à l’ère digitale. Lectures et littératies

C’est le titre du colloque international de sciences humaines qui aura lieu à Lausanne, du 23-25 août 2011. Initié et organisé par Claire Clivaz (IRSB, FTSR), Jérôme Meizoz (FDi, Lettres) et François Vallotton (SHC, Lettres), ce colloque pluridisciplinaire se propose – précisent les organisateurs – de « montrer l’impact majeur de l’ère digitale sur nos rapports aux savoirs, via une réflexion sur l’histoire des technologies de la culture. Le devenir du manuscrit antique permet de prendre la mesure de ce tournant, notamment à travers les éditions digitales d’Homère et du Nouveau Testament. Les notions tant d’auctorialité que d’édition critique sont désormais bousculées : l’histoire moderne et l’analyse contemporaine peuvent prendre appui avec profit sur la mémoire antique pour penser le digital turn. »

Le colloque se conclura par une soirée grand public le 25 août et sera préparé par trois rencontres «Humanités digitales@Unil» au printemps 2011.

Pour de plus amples informations, rendez-vous à l’adresse :

http://www3.unil.ch/wpmu/digitalera2011/



Parution récente : P. ANDRIST, éd., Le manuscrit B de la Bible (Vaticanus gr. 1209). Introduction au fac-similé

P. ANDRIST, éd., Le manuscrit B de la Bible (Vaticanus gr. 1209). Introduction au fac-similé, Actes du Colloque de Genève (11 juin 2001), Contributions supplémentaires, 2009, ISBN 2-940351-05-8, 310 p., 8 pl. hors texte, € 39.

« Le Vaticanus graecus 1209, bien connu des biblistes sous le sigle B, est, depuis quelques années, l’objet d’un regain d’intérêt, comme en témoigne la publication, en 1999, d’un nouveau fac-similé d’une qualité exceptionnelle. En effet, quelque 400 ans après être sortie de l’ombre, celle qui pourrait être la plus ancienne des Bibles chrétiennes en un volume conservées n’a de loin pas encore livré tous ses secrets ; elle continue d’alimenter des débats importants, tant pour l’histoire du texte biblique que pour la reconstruction du contexte religieux du IVe siècle et la connaissance des techniques de production des livres à cette époque.
Pour qu’un large public ait facilement accès aux dernières recherches sur B et pour encourager la poursuite de ces travaux, le présent volume réunit les études introductives accompagnant le fac-similé, les exposés présentés au Colloque de Genève (Vandœuvres, 11 juin 201) ainsi que deux contributions complémentaires :

Ière partie : Prolégomènes. Un état de la recherche complet sur le manuscrit B a été publié comme prolégomènes au nouveau fac-similé. Cette introduction, diffusée de manière très limitée, puisqu’elle ne circule pas indépendamment du fac-similé, est ici rééditée et mise à jour.
IIe partie : Actes du colloque. Plusieurs des meilleurs spécialistes du Codex Vaticanus se sont retrouvés le 11 juin 2001, à la Fondation Hardt de Vandoeuvres (Genève) pour débattre de l’origine disputée du manuscrit, diversement situé :e à Césarée, à Alexandrie ou à Rome. Ce fut également l’occasion de rappeler l’importance de B pour l’histoire du texte biblique et les longs détours de la recherche jusqu’à ce qu’elle en prenne pleinement conscience.
IIIe partie : Suppléments. Que signifient les nombreux signes en forme de tréma dans les marges de B ? Selon le premier article de cette partie, ces « distigmai » désignent des variantes textuelles ; elles témoignent d’un travail philologique ancien, encore utile aujourd’hui pour l’établissement du texte biblique. La dernière contribution propose quelques pistes nouvelles pour mieux situer, dans leur contexte historique, la confection de B au IVe siècle, le travail d’annotation des « distigmai » et la restauration du manuscrit au XVe siècle. » (Présentation du livre par les Éditions du Zèbre, http://www.zebre.ch, site où se trouvent également la table des matières et le bulletin de commande).

Codex Sinaiticus: A Facsimile

Codex Sinaiticus: A Facsimile, ed. The British Library Publishing, 2011, ISBN: 9780712349987 ; 832 pages, 340 x 420mm, 822 ill. coul., EUR 618,13.

Le fac-similé imprimé du Codex Sinaiticus, le manuscrit biblique du IVème sièlce contenant la plus ancienne version complète du Nouveau Testament, vient d’être publié par la British Library Publishing . C’est la dernière production majeure du Codex Sinaiticus Project , entreprise internationale commencée en novembre 2002, qui a impliqué une active collaboration entre la British Library et les trois autres institutions détenant des parties du manuscrit : la Bibliothèque Universitaire de Leipzig, le Monastère St. Catherine du Mont Sinaï et la Bibliothèque nationale de Russie. Le fac-similé imprimé réunit les parties conservées du manuscrit, telles qu’on les retrouve depuis juillet 2009 sur le site web du projet,  www.codexsinaiticus.org <http://www.codexsinaiticus.org/en/>. La récente numérisation photographique de l’intégralité du manuscrit a fourni les images tant pour le site web, avec sa nouvelle transcription électronique du texte, que pour le fac-similé.