Vient de paraître : Manuel de critique textuelle du Nouveau Testament

Manuel de critique textuelle du Nouveau TestamentCollection « Langues et cultures anciennes », n° 22

Manuel de critique textuelle du Nouveau Testament
Introduction générale

Sous la direction de Ch.-B. AMPHOUX
(Université d’Aix-Marseille)

La critique textuelle est l’étude des documents à partir desquels on établit le texte d’une œuvre transmise par des manuscrits.
Le Nouveau Testament nous est parvenu à travers de nombreux m anuscrits entre lesquels il existe d’innombrables variantes. Certaines, les plus nombreuses, sont de simples fautes de copie ; mais des milliers d’autres sont les indices de l’évolution du texte des évangiles et des autres écrits du recueil. Le texte du Nouveau Testament a donc une histoire et, par cette histoire, une diversité dans sa transmission.

Ce manuel propose une introduction générale qui rassemble les informations principales concernant le matériau dont nous disposons (manuscrits grecs, versions anciennes et citations patristiques), la méthode de traitement de ce matériau et ce que nous savons de l’histoire du texte du Nouveau Testament, d’abord manuscrit, puis imprimé à partir du XVIe siècle.

SOMMAIRE

AVANT-PROPOS

INTRODUCTION
Qu’est-ce que la critique textuelle ?

Première partie. Les sources

CHAPITRE 1. Les manuscrits grecs (Christian-B. AMPHOUX)

La notion de manuscrit; Le répertoire des manuscrits grecs; Le classement par type de texte; Liste des manuscrits grecs; Bibliographie

CHAPITRE 2. Les versions anciennes (Jean-Claude HAELEWYCK)

Les versions latines (Vetus latina et Vulgate); Les versions syriaques; Une version christo-palestinienne; Les versions coptes; Les versions arméniennes; Les versions géorgiennes; Les autres versions; Bibliographie

CHAPITRE 3. Les citations patristiques (Jean REYNARD)

Les auteurs grecs; Les auteurs latins; Les auteurs syriaques (avec la collaboration de D. GONNET); Les auteurs coptes (par A. BOUD’HORS)

CHAPITRE 4. L’Ancien Testament du Nouveau Testament (Gilles DORIVAL)

Les instruments de travail; Le texte de la LXX dans le Nouveau Testament; Le rôle déterminant de la LXX; Indications bibliographiques

Deuxième partie. La méthode

CHAPITRE 5. Le traitement des variantes (David PASTORELLI)

La critique verbale; La critique externe; La critique interne; La méthode éclectique; Bibliographie

Annexe : Le traitement d’un lieu variant
(Christian-B. AMPHOUX)

Critique verbale; Critique externe; Critique interne; Application : Marc 1,40-45 (Jean-Claude HAELEWYCK)

Troisième partie. L’histoire du texte

CHAPITRE 6. Histoire du texte grec manuscrit (Christian-B. AMPHOUX)

Les hypothèses historiques; La question du texte «occidental»; La période primitive; La période du texte alexandrin; Le texte byzantin; Conclusion; Annexe : Du texte « occidental » aux sources des évangiles; Bibliographie

CHAPITRE 7. Histoire du texte grec imprimé
(J. Keith ELLIOTT, avec la collaboration de C.-B. AMPHOUX et D. LAFLEUR)

L’ère du «texte reçu»; L’ère du texte alexandrin; Bibliographie; Annexe 1 : Liste des manuscrits de Mill et Wettstein; Annexe 2 : Le répertoire des manuscrits grecs du NT

INDEX

Index scripturaire; Index des textes et auteurs anciens; Index des auteurs modernes; Index des manuscrits

LES AUTEURS

Christian-B. AMPHOUX
Chercheur au CNRS (1974-2008), membre du Centre Paul-Albert Février, de l’Université d’Aix-Marseille, et responsable de l’ensemble du projet de manuel

Anne BOUD’HORS
Chercheuse au CNRS, membre de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT), à Paris

Gilles DORIVAL
Directeur du Centre Paul-Albert Février, de l’Université d’Aix- Marseille (1995-2010), professeur émérite à l’Institut universitaire de France (IUF).

J. Keith ELLIOTT
Professeur émérite à l’Université de Leeds

Dominique GONNET, s.j.
Ingénieur de recherche au CNRS et membre de l’Institut des Sources chrétiennes

Jean-Claude HAELEWYCK
Professeur à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve et maître de recherches au FNRS, président de l’Académie belge pour l’étude des langues anciennes orientales (ABELAO) et directeur de son bulletin (BABELAO), revue en ligne

Didier LAFLEUR
Membre de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT), à Paris

David PASTORELLI
Agrégé de mathématiques, membre du Centre Paul-Albert Février, de l’Université d’Aix-Marseille et chargé de cours en critique textuelle à Lyon et Montpellier

Jean REYNARD
Ingénieur de recherche au CNRS, membre de l’Institut des Sources chrétiennes, de l’Université catholique de Lyon
ISBN 978-2-87457-080-3 | 416 pages | 39 € (+ frais d’envoi) | Acheter en ligne >>>
Comment se procurer cet ouvrage ?

Soit chez votre libraire, soit en payant en ligne ou tout simplement :

France : il suffit d’envoyer un chèque de 45,50 €, en mentionnant « Critique textuelle »,
à Safran Éditions, Rue des genévriers, 32 | B – 1020 Bruxelles, Belgique.

Belgique : en versant la somme de 45,50 €
sur le compte BE 86 3101 4641 7950 en mentionnant « Critique textuelle ».

Autres pays européens : versez la somme de 45,50 €
sur le compte IBAN BE 86 3101 4641 7950 | SWIFT : BBRU BE BB en mentionnant « Critique textuelle « .
É d i t i o n s S a f r a n
Rue des genévriers, 32 | B – 1020 Bruxelles, Belgique

editions@safran.be | www.safran.be

Les corpus et livres bibliques les plus cités chez Jean Chrysostome et les trois Cappadociens

Il s’agit ici de comparer la Bible de Jean Chrysostome à celles des trois grands Cappadociens, Basile de Césarée, Grégoire de Nysse et Grégoire de Nazianze. Ces quatre auteurs présentent plusieurs avantages – qui sont aussi des inconvénients : les corpus sont très vastes[1], assez divers, tous de la même aire linguistique et de la même époque, la deuxième moitié du 4e siècle – même si Chrysostome, mort en 407, est plus jeune d’une génération.

Avant d’aller plus loin, du moins convient-il de rappeler que les chiffres fournis par Biblindex doivent être interprétés en sachant que le corpus biblique retenu est limité au canon catholique, que les références ont été relevées par des analystes différents ayant leur propre culture et leurs propres habitudes, et qu’en cas d’ambiguïté, il y a autant de références que de passages parallèles, par exemple dans les évangiles synoptiques. Les chiffres cités ici à titre indicatif n’ont donc pas de prétention à l’exactitude ni à l’exhausitivité.

La synthèse des données par corpus biblique, que L. Mellerin a commencé à faire sur l’ensemble des données de Biblindex[2], donne des résultats intéressants pour les quatre auteurs. Voici tout d’abord ce qu’il en est de la proportion entre Ancien et Nouveau Testament :

 Fig1

Fig. 1. Proportion entre Ancien et Nouveau Testament (en %)

Comme on le voit, l’équilibre relatif[3] est loin d’être observé chez tous les auteurs. Et ces pourcentages doivent en réalité être corrigés en fonction du nombre de versets, 27485 pour l’Ancien Testament, 7954 pour le Nouveau[4] ; le rapport de l’un à l’autre étant de 1 à 3,45, il faut multiplier d’autant le nombre de références du Nouveau Testament. Proportionnellement il y a donc 7,2 fois plus de références au Nouveau Testament chez Basile, 4 fois plus chez son frère, 3,8 fois plus chez le Théologien et 7,3 fois plus chez Jean. De fait, alors que Basile et son frère ont surtout commenté l’Ancien Testament, l’Antiochien a laissé trois fois plus d’homélies sur le Nouveau Testament que sur l’Ancien[5]. Même avec ce fort déséquilibre, l’harmonie entre les deux Testaments reste plus grande, à n’en pas douter, que dans la culture d’aujourd’hui.

Voici à présent, représentée sous forme de « radar » comme les figures 4 et 5 de L. Mellerin[6], reproduites ci-dessous (fig. 2 et 3), la part des différents corpus[7] chez chacun des Pères :

Fig2Fig3
Fig. 2 et 3. Part des corpus bibliques d’après l’ensemble des données de Biblindex (L. Mellerin)

Fig4Fig5

Fig. 4 et 5. Part des corpus bibliques chez Basile de Césarée

Les figures montrent bien ici la présence surabondante des Psaumes chez leur commentateur, la place réduite réservée à la Torah et surtout aux prophètes, ainsi que l’importance des épîtres pauliniennes.

Fig6Fig7

Fig. 6 et 7. Part des corpus bibliques chez Grégoire de Nysse

Ces figures témoignent d’un quasi absence des prophètes[8] chez le Nyssène et de la part belle faite aux écrits de sagesse, ce qui n’est guère étonnant chez un commentateur de l’Ecclésiaste et du Cantique ; pour le Nouveau Testament, l’évêque de Nysse est dans la norme.

Fig8Fig9

Fig. 8 et 9. Part des corpus bibliques chez Grégoire de Nazianze

Il est manifeste en l’occurrence que le Nazianzène privilégie le Pentateuque au détriment des prophètes et même des Psaumes ; le poids des évangiles se voit aussi assez nettement.

  Fig10Fig11

Fig. 10 et 11. Part des corpus bibliques chez Jean Chrysostome

D’après ces figures, Jean Chrysostome à son tour cite moins les prophètes et les Psaumes que la Torah[9] ; la part des évangiles est plus forte que celle de Paul, ce qui n’est pas négligeable chez cet auteur, qui a par ailleurs – le fait est rare – commenté et cité abondamment les Actes.

La synthèse de ces données peut être visualisée dans les figures suivantes :

Figure12

Fig. 12. Part des corpus de l’Ancien Testament chez les quatre Pères (en %)

 Figure13

Fig. 13. Part des corpus du Nouveau Testament chez les quatre Pères (en %)

Ces constats peuvent être confirmés et affinés par l’examen des livres les plus cités (en gras ceux qui dérogent à la moyenne) :

Tableau livres

Comme on le voit, Basile a un penchant pour les Proverbes, auxquels il a consacré une homélie, et pour les épîtres pauliniennes, notamment celle aux Philippiens, si importante en christologie ; les deux Grégoire la citent pareillement. Le Nyssène, qui a commenté, on l’a dit, le Cantique et l’Ecclésiaste, mais aussi l’Exode, en particulier dans La Vie de Moïse, place très nettement Jn avant Mt : c’est peut-être là un indice de son penchant pour la théologie. Le Nazianzène, qui a une prédilection marquée pour la Genèse et l’Exode – moins nette pour 1 S –, aime à citer un peu plus la Sagesse que le Deutéronome. Jean Bouche d’Or lui aussi invoque bien moins les Psaumes, cite volontiers Daniel et les jeunes gens dans la fournaise, l’histoire de Samuel et de David et, fait plus surprenant, le Siracide, dans des œuvres très diverses.

Tous les auteurs n’ont donc pas les mêmes « tropismes » bibliques et, en termes d’équilibre, leurs bibles sont loin d’être identiques. A ce titre, Biblindex aide grandement à préciser le « profil » scripturaire de chaque auteur et laisse toute latitude pour l’interpréter au cas par cas.

 


[1] Seules les œuvres dont l’authenticité n’est pas mise en doute ont été retenues ici. Pour les Cappadociens, le CADP donne une liste des œuvres retenues comme authentiques dans Biblia Patristica 5, 1991, p. 9-12 et 16-33. Pour Chrysostome, j’ai retenu les écrits répertoriés dans la Clavis Patrum Graecorum sous les nos 4305, 4307-4321, 4323-4325, 4327-4343.1, 4344-4354.2, 4355, 4357-4365, 4367-4407, 4409-4441, 44434450, 4460-4472 ; ce qui ne signifie pas que je tiens les œuvres non retenues pour inauthentiques.

[2] L. Mellerin, New Ways of Searching with Biblindex, the online Index of Biblical Quotations in Early Christian Literature, chapter 11, in Claire Clivaz, Andrew Gregory, David Hamidovic (eds.), Digital Humanities in Biblical, Early Jewish and Early Christian Studies, Brill, Leiden 2013, p. 175-192. Voir aussi dans la version anglaise de ce carnet: http://biblindex-en.hypotheses.org/?p=97

[3] Tel était le constat global que je faisais au séminaire Biblindex le 9 janvier 2012 lors d’un exposé intitulé « Quel est le verset biblique le plus cité par les Pères ? » ; L. Mellerin, « New ways… », p. 182-183, l’a confirmé avec un pourcentage de 48 à 52%, tout en rappelant la différence d’ampleur des deux Testaments.

[4] Je remercie Laurence Mellerin de m’avoir communiqué ces chiffres, qui sont plus exacts que ceux que j’avais relevés manuellement en premier lieu.

[5] On peut estimer que ses homélies vétérotestamentaires sont au moins 160 et ses homélies néotestamentaires sont plus de 500.

[6] L. Mellerin, « New ways… », p. 183-184 ou http://biblindex-en.hypotheses.org/?p=97. Les chiffres, d’ampleur diverse chez les quatre Pères, ont subi ici un redimensionnement proportionnel pour apparaître de façon significative.

[7] Les livres dits « historiques » comprennent ici, comme dans l’article de L. Mellerin, Jos, Jg, Rt, Jdt, Est, Tb, 1-4  Rg, 1-2 Par, 1-2 M, Esd-Ne, les « Écrits de sagesse » Jb, Pr, Qo, Ct, Sg, Si, les « prophètes » Jr, Lm, Ba, Is, Ez, Dn et les 12 petits prophètes.

[8] Comme Smaranda Badilita me l’a fait remarquer – et je l’en remercie vivement –, cette part minime des prophètes, conjuguée à une forte présence du Pentateuque, est comparable aux usages de Philon, que Grégoire de Nysse prend parfois pour modèle.

[9] Les proportions changeraient certainement si les commentaires de Daniel, de Jérémie, de Job, des Proverbes, de l’Ecclésiaste étaient pris en compte.

Colloque : «L’édition du Nouveau Testament et des manuscrits grecs dans la culture digitale»

Organisateurs : C. Clivaz (Unil), A. Dettwiler (Unige), L. Devillers (Unifr)
La culture digitale entraîne de nombreuses transformations dans le savoir-faire centennaire de l’édition critique. Qu’advient-il aux manuscrit grecs anciens édités online?
Quelles transformations du statut du texte ce support d’écriture entraîne-t-il pour le corpus du Nouveau Testament? Ce colloque abordera ces questions, et permettra en ouverture de découvrir le projet EPFL-Venise en Digital Humanities (F. Kaplan, EPFL). Avec D. Bouvier (Unil), Juan Garces (Göttingen), Jan Krans (Amsterdam) et Ulrich Schmid (Münster).
Salle 515 de la BCU, vendredi 12 avril de 14h à 18h45 et samedi 13 avril de 9h à 12h30.
Programme complet ici.

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le lundi 12 septembre 2011, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Camille Gerzaguet

Ambroise face au texte de la Bible. Réflexions sur la méthode ambrosienne et conséquences pour l’éditeur moderne

 Résumé : Que ce soit sous forme de citations, d’allusions ou de réminiscences fondées sur un seul terme, les Écritures irriguent l’œuvre ambrosienne. Pourtant, si l’importance de la Bible chez Ambroise a très souvent retenu l’attention, plus rares sont les études à avoir abordé la question de l’attitude de celui-ci face au texte biblique en s’attachant à l’étape première qu’est l’utilisation, voire la sélection, d’une source particulière latine ou grecque. En effet, la très bonne connaissance qu’Ambroise avait du grec lui permettait d’avoir accès non seulement à la Septante et à ses réviseurs mais aussi aux textes du Nouveau Testament dans leur langue originale. C’est la raison pour laquelle le texte des citations scripturaires des œuvres ambrosiennes apparaît souvent comme le fruit d’un travail personnel et original mené sur le texte même des Écritures ou sur les citations reprises à des devanciers (Origène, Basile, Hilaire). Les citations ou allusions scripturaires chez Ambroise doivent donc retenir tout particulièrement l’attention de l’éditeur de texte et faire l’objet de recherches et de comparaisons, sous peine de subir les déformations que l’on constate dans les anciennes éditions des mauristes ou du CSEL. Une étude de cas sera proposée à partir de l’édition en cours du De fuga saeculi.

Des manuscrits antiques à l’ère digitale. Lectures et littératies

C’est le titre du colloque international de sciences humaines qui aura lieu à Lausanne, du 23-25 août 2011. Initié et organisé par Claire Clivaz (IRSB, FTSR), Jérôme Meizoz (FDi, Lettres) et François Vallotton (SHC, Lettres), ce colloque pluridisciplinaire se propose – précisent les organisateurs – de « montrer l’impact majeur de l’ère digitale sur nos rapports aux savoirs, via une réflexion sur l’histoire des technologies de la culture. Le devenir du manuscrit antique permet de prendre la mesure de ce tournant, notamment à travers les éditions digitales d’Homère et du Nouveau Testament. Les notions tant d’auctorialité que d’édition critique sont désormais bousculées : l’histoire moderne et l’analyse contemporaine peuvent prendre appui avec profit sur la mémoire antique pour penser le digital turn. »

Le colloque se conclura par une soirée grand public le 25 août et sera préparé par trois rencontres «Humanités digitales@Unil» au printemps 2011.

Pour de plus amples informations, rendez-vous à l’adresse :

http://www3.unil.ch/wpmu/digitalera2011/



Codex Sinaiticus: A Facsimile

Codex Sinaiticus: A Facsimile, ed. The British Library Publishing, 2011, ISBN: 9780712349987 ; 832 pages, 340 x 420mm, 822 ill. coul., EUR 618,13.

Le fac-similé imprimé du Codex Sinaiticus, le manuscrit biblique du IVème sièlce contenant la plus ancienne version complète du Nouveau Testament, vient d’être publié par la British Library Publishing . C’est la dernière production majeure du Codex Sinaiticus Project , entreprise internationale commencée en novembre 2002, qui a impliqué une active collaboration entre la British Library et les trois autres institutions détenant des parties du manuscrit : la Bibliothèque Universitaire de Leipzig, le Monastère St. Catherine du Mont Sinaï et la Bibliothèque nationale de Russie. Le fac-similé imprimé réunit les parties conservées du manuscrit, telles qu’on les retrouve depuis juillet 2009 sur le site web du projet,  www.codexsinaiticus.org <http://www.codexsinaiticus.org/en/>. La récente numérisation photographique de l’intégralité du manuscrit a fourni les images tant pour le site web, avec sa nouvelle transcription électronique du texte, que pour le fac-similé.