Colloque : L’exégèse des Écritures à l’heure de l’histoire de la réception

Au Collège des Bernardins à Paris
Jeudi 6 juin 2013 à 20h
Vendredi 7 juin 2013 de 9h30 à 12h15 et de 14h30 à 19h30
Voir : http://www.collegedesbernardins.fr/index.php/rencontres-a-debats/colloques/colloque-lexegese-des-ecritures-a-lheure-de-lhistoire-de-la-reception.html

Colloque dans le cadre du Festival Biblique.

Le monde des lettres et des sciences humaines bruit aujourd’hui d’« histoire de la réception. » Plusieurs éditeurs d’ouvrages en sciences bibliques y consacrent de nouvelles collections. L’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem promeut depuis plusieurs années une exégèse biblique enrichie par un nouveau regard sur les lectures anciennes des Écritures ; sous le titre de La Bible en ses Traditions, elle a ouvert un chantier scientifique visant à constituer progressivement une base de données consacrée aux Écritures et à leur réception.
Que visent ces entreprises ? S’agit-il seulement de satisfaire une (légitime) curiosité et d’établir un catalogue des opinions du passé concernant le texte sacré ? Et ne risque-t-on pas de perdre de vue l’essentiel, de dissoudre l’autorité de la Tradition dans des traditions trop humaines voire de simples opinions, ou encore d’effacer la lumière du Verbe dans les scintillements de paroles trop humaines ? Ne risque-t-on pas de relativiser l’étude scientifique de la Bible avec les lectures parfois fantaisistes qu’ont pu en faire les siècles passés ?
Le but du colloque est d’explorer, à partir de quelques exemples, la relation entre l’étude du texte biblique et celle de sa réception à travers les âges et les disciplines.

Colloque organisé par :

Abbé Alexis Leproux, Faculté Notre-Dame, Paris ;
Hervé Ponsot, directeur délégué pour le développement du chantier « La Bible en ses Traditions » ;
Père Olivier-Thomas Venard, École biblique et archéologique française de Jérusalem.

Jeudi 6 juin 2013 à 20h
Lire la Bible et l’écrire, L’étude des Écritures dans la vie de l’Église et dans la culture aujourd’hui

Table ronde animée par Régis Burnet
Conversation amicale approfondissant la problématique du colloque dans les domaines pastoral et culturel ; à partir du chantier scientifique et du projet éditorial B.e.s.t., sous forme de remarques, avertissements, propositions, objections constructives, etc.

Avec :
Abbé Olivier Artus, Commission Biblique Pontificale ;
Cardinal Philippe Barbarin, Primat des Gaules ;
M. Régis Burnet, université de Louvain ;
Monsieur Gilbert Dahan, CNRS, EPHE, Collège des Bernardins;
Abbé Alexis Leproux, Faculté Notre-Dame, Paris;
Père Olivier-Thomas Venard, École biblique et archéologique française de Jérusalem.

Vendredi 7 juin 2013
Programme :

9h : Accueil
9h15 – 9h20 : Marcel Sigrist Prologue
9h20 – 9h30 : Olivier-Thomas Venard Introduction de la journée

9h30 – 10h50
Le cas du Cantique des Cantiques : L’interprétation chrétienne du Cantique est-elle extrinsèque au texte biblique?

Guy Lobrichon, université d’Avignon : « In lectulo meo per noctes quaesiui » (Ct 3,1). Le Cantique, dialogue amoureux, trilogue invectif ou drame à six personnages ? Les embarras de l’exégèse occidentale, v. 710 – v. 1550.
Jean-Marie Auwers, université Catholique de Louvain : Annoter le Cantique des Cantiques pour La Bible en ses Traditions ou l’exercice quotidien du grand écart

10h50 – 11h
Pause

11h – 11h35
(Cantique continué)
Geneviève Fabry ; université Catholique de Louvain : Le Cantique des Cantiques dans la littérature contemporaine de langue espagnole: étude de trois cas paradigmatiques.

11h35 – 12h20
En guise d’apéritif
Régis Burnet, université Catholique de Louvain : « Que celui qui ne travaille pas ne mange pas » : petit exercice de réception dans 2 Thessaloniciens.

12h20 – 14h30 : Pause

14h30 – 15h40
Le cas de Job
Françoise Mies, FNRS – FUNDP Namur : Exégèse critique et histoire de la réception de Job : « Je sais que mon Rédempteur est vivant. »
Grégoire Quevreux, IPT- université de Nantes : Lire Job, analyse d’un désaccord entre Maïmonide et Saint-Thomas d’Aquin.

15h50 – 16h : Pause

16h – 17h10 :
La Bible en ses traditions à l’intérieur de la Bible : dynamique et diversité dans le texte biblique lui-même
Patrick Faure, Faculté Notre-Dame, Paris : En quoi la reconstitution critique du Texte Occidental des Actes manifeste-t-elle un moment authentique de leur transmission ?
Renaud Silly, E.B.A.F. : Pertinence du recours aux Pères pour l’exégèse de la Septante : Clément d’Alexandrie lecteur des Proverbes

17h10 – 17h20
Pause

17h20 – 18h30
L’importance de la réception littéraire de la Bible
Madeleine Bazin de Jessey, E.N.S. : Reflets et fulgurances de Bethsabée dans la littérature et les arts
Sylvie Parizet, université Paris Ouest Nanterre La Défense : La Bible dans la littérature mondiale: un projet éditorial

18h30 – 19h10
Conclusions
Justin Taylor, DD, Cambridge et E.B.A.F. : Peut-on encore lire la Bible comme un seul livre ?
Olivier-Thomas Venard : Synthèse

Partenaire
EBAF : Ecole biblique et archéologique Française de Jérusalem.

Parution récente : C. Clivaz et alii, Ecritures et réécritures. La reprise interprétative des traditions fondatrices par la littérature biblique et extra-biblique. Cinquième Colloque International du RRENAB

C. Clivaz, C. Combet-Galland, J.-D.Macchi et C. Nihan (éds), Ecritures et réécritures. La reprise interprétative des traditions fondatrices par la littérature biblique et extra-biblique. Cinquième Colloque International du RRENAB, Universités de Genève et Lausanne, 10-12 juin 2010 (BEThL 248), Leuven, Paris et Walpole MA, Peeters, 2012. ISBN: 978-90-429-2636-3″ consulter la Table des Matières

Résumé (cf. site des éditions Peeters) :

« La manière dont la littérature biblique et extra-biblique se construit à travers la réception et la réinterprétation de textes et de traditions considérés comme fondateurs et investis d’une autorité est au cœur de ce volume. Cette problématique est abordée de manière à mettre en dialogue les lectures synchroniques et diachroniques des textes. Il s’agit d’une part de s’interroger sur les techniques littéraires qui permettent de construire et analyser une référence intertextuelle dans les récits des deux testaments et de la littérature extra-biblique; cela implique d’évaluer l’impact narratif de ces reprises intertextuelles sur la conduite de l’intrigue et la caractérisation des personnages, ainsi que leurs effets possibles sur le lecteur. Il s’agit d’autre part d’examiner la relation entre réception, autorité textuelle et processus de formation canonique; en effet, les textes bibliques qui se construisent par référence à d’autres textes affirment le caractère autorisé et fondateur de ces sources, tout en les réinterprétant de manière parfois radicale. Selon cette perspective, c’est cette relation dialectique entre ces traditions fondatrices et leurs reprises qu’il s’agit de mieux comprendre, en tenant compte non seulement des écrits bibliques mais également de la littérature extra-biblique juive et chrétienne. «