ISCAL 2 (2014) : Deuxième école d’été sur la littérature apocryphe chrétienne (Second International Summer School on Christian Apocryphal Literature)

La Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg consacre sa deuxième « Summer School » à l’Évangile de Nicodème, à ses traductions et réécritures médiévales. Cette école d’été internationale, qui aura lieu du 9 au 12 juin 2014, est accessible aux étudiants de Master II, « aux doctorants et aux post-doctorants, enseignants et chercheurs en histoire du christianisme histoire médiévale, histoire de la littérature, histoire de l’art, en théologie et en sciences  religieuses ». « L’Iscal (Second International Summer School on Christian Apocryphal Literature 2014) — lit-on dans la présentation — est l’occasion de prendre connaissance des plus récents développements de la recherche sur l’Évangile de Nicodème et sur les phénomènes de traduction et de réécriture au Moyen-Âge, sous la direction des meilleurs spécialistes actuels, qui donneront des conférences et animeront des ateliers sur des documents inédits. » On peut consulter le programme complet ici.

Contact:

Gabriella Aragione
Faculté de théologie protestante
BP 90020
9 place de l’Université
F-67084 Strasbourg Cedex
gabriella.aragione@unistra.fr

Rursus n°11 – Réécritures bibliques

Appel à contributions
Date limite : 31 janvier 2014

Photios signale une transposition (metaphrasis) en vers épiques, de l’Octateuque, comptant huit livres, comme le recueil biblique original, réalisé par la reine Eudocie (Bibl., cod. 183, 128 a 9-20), auteur également d’une adaptation des livres prophétiques. Ces versifications chrétiennes, acculturation savante du legs hébraïque, ne sont pas les seuls témoins, loin s’en faut, de la réécriture des livres de la Bible qui, outre les imitations et les faux, embrasse à la fois les paraphrases, les commentaires, les chaînes exégétiques, les emprunts poétiques ou les traductions. De manière ponctuelle ou dans le cadre de projets explicites de reprise étendue, les auteurs anciens et médiévaux, dans toutes les langues de la chrétienté, se sont constamment attachés à réitérer ou faire résonner les Écritures.

Ce numéro entend rassembler des études sur les modalités, les formes exégétiques nouvelles, et les motivations théologiques de la reprise assidue des textes de l’ancien et du nouveau testaments, par les auteurs chrétiens principalement mais non exclusivement. Si la littérature chrétienne est tout entière, de l’Antiquité au Moyen Âge, un écho prolongé de la lettre et de l’esprit bibliques, celui-ci prend des tours variés, du point de vue littéraire, rhétorique et intellectuel, permettant sur une base scripturaire stable de susciter une évolution réelle et des mutations qui le dépassent.
Les consignes aux auteurs sont disponibles ici.

Organisation : Arnaud Zucker
Contact : zucker@unice.fr

Source : Rursus

Parution récente : C. Clivaz et alii, Ecritures et réécritures. La reprise interprétative des traditions fondatrices par la littérature biblique et extra-biblique. Cinquième Colloque International du RRENAB

C. Clivaz, C. Combet-Galland, J.-D.Macchi et C. Nihan (éds), Ecritures et réécritures. La reprise interprétative des traditions fondatrices par la littérature biblique et extra-biblique. Cinquième Colloque International du RRENAB, Universités de Genève et Lausanne, 10-12 juin 2010 (BEThL 248), Leuven, Paris et Walpole MA, Peeters, 2012. ISBN: 978-90-429-2636-3″ consulter la Table des Matières

Résumé (cf. site des éditions Peeters) :

« La manière dont la littérature biblique et extra-biblique se construit à travers la réception et la réinterprétation de textes et de traditions considérés comme fondateurs et investis d’une autorité est au cœur de ce volume. Cette problématique est abordée de manière à mettre en dialogue les lectures synchroniques et diachroniques des textes. Il s’agit d’une part de s’interroger sur les techniques littéraires qui permettent de construire et analyser une référence intertextuelle dans les récits des deux testaments et de la littérature extra-biblique; cela implique d’évaluer l’impact narratif de ces reprises intertextuelles sur la conduite de l’intrigue et la caractérisation des personnages, ainsi que leurs effets possibles sur le lecteur. Il s’agit d’autre part d’examiner la relation entre réception, autorité textuelle et processus de formation canonique; en effet, les textes bibliques qui se construisent par référence à d’autres textes affirment le caractère autorisé et fondateur de ces sources, tout en les réinterprétant de manière parfois radicale. Selon cette perspective, c’est cette relation dialectique entre ces traditions fondatrices et leurs reprises qu’il s’agit de mieux comprendre, en tenant compte non seulement des écrits bibliques mais également de la littérature extra-biblique juive et chrétienne. « 

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le vendredi  16 Novembre 2012, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e :

Smaranda BADILITA

La figure de Noé entre réécriture et citations bibliques chez Philon et Flavius Josèphe

Résumé :

Dans un premier temps, j’aborderai la problématique de l’intégration de l’œuvre de Flavius Josèphe et en particulier des Antiquités juives dans Biblindex, tout en rappelant au préalable les questions liées à la Bible utilisée par Josèphe. Dans le cas d’une œuvre comme les AJ, le travail de repérage des citations scripturaires est directement lié à la compréhension des choix de l’historien, de ses partis-pris, de ses écarts (omissions, ajouts, etc.) par rapport au récit biblique. Afin d’illustrer la manière dont Josèphe reformule les données scripturaires, je prendrai dans un deuxième temps pour exemple des éléments constituant l’épisode de Noé, en comparant la démarche joséphienne avec l’approche exégétique et philosophique de Philon et en essayant de déceler des influences possibles de ce dernier sur la figure de Noé telle qu’elle apparaît chez l’auteur des AJ.