Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX : VENDREDI 21 MARS 2014

La prochaine séance du séminaire BIBLINDEX aura lieu le VENDREDI 21 MARS 2014, de 11h à 13h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22, rue Sala, 69002-LYON. Nous écouterons

 Jean-Noël Guinot

 La Septante et les autres traductions de la Bible hébraïque

dans les commentaires de Théodoret de Cyr

 Résumé :

 Théodoret est, dans l’exégèse grecque, le dernier représentant de ce qu’il est convenu d’appeler l’« école d’Antioche ».

Il est aussi le dernier grand exégète avant l’ère des caténistes. Après le rappel de sa vie et de son œuvre exégétique (et de sa transmission), on donnera brièvement une idée de la Bible qu’il utilise et de son « canon ».

On s’attachera ensuite à l’utilisation qu’il fait de la Septante, au jugement qu’il porte sur cette traduction inspirée, aux divers instruments dont il use pour en comprendre ou éclairer le sens (recours à l’hébreu et au syriaque, aux traductions grecques d’Aquila, de Symmaque et de Théodotion en particulier, mais aussi à Flavius Josèphe). On essaiera surtout, à partir d’une série d’exemples, de montrer qu’il ne réserve pas le même traitement à toutes les variantes qu’il répertorie et que la « critique textuelle » remplit dans ses commentaires différentes fonctions.

 

 

Quel texte de référence choisir pour Biblindex concernant la Septante en cas de textes alternatifs dans l’édition d’A. Rahlfs ?

L’édition de référence de la Septante pour Biblindex est celle d’A. Rahlfs (Stuttgart, 1935), notamment parce qu’elle est de loin la plus répandue: voir le billet http://biblindex.hypotheses.org/557

Celle, révisée par R. Hanhart, de 2006, encore peu répandue, ne comporte, en dehors des accents, que 2 modifications textuelles : Is 5,17 ἀπειλημμένων devient ἀπηλειμμένων et Is 53,2 ἀνηγγείλαμεν devient (par conjecture) ἀνέτειλε μέν.

Le vrai problème est le suivant : l’édition Rahlfs offre parfois 2 textes concurrents, en Jos, Jg, Tb et Dn. Le choix d’un seul texte de référence n’est pas obligé, mais en réalité il ne serait pas trop délicat à faire si l’on voulait simplifier.

JOSUÉ

Il y a 2 colonnes dans Rahlfs, B (Vaticanus) à gauche, A (Alexandrinus) à droite pour 2 passages :

• Jos 15,21-62

• Jos 18,22 – 19,45

Ces passages sont en somme des listes de toponymes. Dans l’apparat critique de l’édition de A.E. Brooke et de N. McLean (Cambridge, 1917), fondée sur B, on ne sera donc pas surpris de ne trouver, du moins à première vue, que l’Onomasticon d’Eusèbe de Césarée (abrégé en « On »), lequel a souvent des leçons différentes de B et de A et comporte, de surcroît, de nombreuses variantes (d’où les différences entre « On-ed » et « On-cod », à savoir l’édition et un ou des manuscrits).

J. Moatti-Fine, qui a publié Jos dans la Bible d’Alexandrie (vol. 6) en 1996, conformément aux principes de la collection, a traduit B, pas A.

Je propose donc que le texte de référence soit donc le seul Vaticanus, soit la colonne de gauche dans l’éd. Rahlfs.

JUGES

Deux textes alternatifs sont publiés par Rahlfs pour l’ensemble du livre, « A » en haut et B en bas. B, isolé par rapport aux autres témoins et plus proche de l’hébreu (d’après une recension du 1er siècle ap. J.-C.), appartient davantage que A à la révision kaigé; A en tant que tel témoigne de la recension origénienne, mais ce que Rahlfs édite sous le sigle « A » est en fait un texte éclectique, à savoir l’Alexandrinus mâtiné de texte antiochien et de recension hexaplaire !

P. Harlé et Th. Roqueplo, auteurs du volume 7 de la Bible d’Alexandrie paru en 1999, ont traduit les deux textes en regard, « A » à gauche, B à droite.

Dans l’Antiquité grecque, les 3 auteurs principaux citant Jg sont :

• Flavius Josèphe, Antiquités juives V,120-137, témoin d’un texte peut-être antiochien

• Origène et ses 9 homélies transmises dans la version de Rufin et commentant une sorte d’« Alexandrinus qui n’aurait pas été retouché par la recension hexaplaire » (BA 7, p. 46)

• Théodoret de Cyr enfin, dans ses 28 Questions, est l’un des représentants du texte antiochien.

Dans ces conditions, pour éviter d’avoir à noter trop de différences par rapport au texte, isolé, de B, je propose que le texte de référence soit le texte « A » en haut de l’édition Rahlfs, surtout si celui-ci tient compte du texte antiochien.

TOBIT

Deux textes alternatifs sont publiés par Rahlfs pour l’ensemble du livre, BA en haut et S (Sinaiticus) en bas ; cela correspond respectivement à GI en haut et à GII en bas de l’édition de R. Hanhart (Göttingen, 1983). BA s’accordent avec presque tous les autres manuscrits grecs, S avec la Vieille Latine.

Au vu de la représentativité du texte de BA, je propose de le retenir. Les auteurs qui citeront un texte proche de S, en effet, seront en majorité latins : leur texte sera comparé non à la Septante, mais à la Vulgate.

DANIEL ET SES SUPPLÉMENTS

Deux textes alternatifs sont publiés par Rahlfs pour l’ensemble du livre et de ses suppléments, la LXX en haut et Θ (Théodotion) en bas. L’édition de J. Ziegler (Göttingen, 1939) a été refaite en 1999 par O. Munnich pour la Septante (pages de gauche), Théodotion étant sur les pages de droite.

On trouvera sur la page http://www.sources-chretiennes.mom.fr/upload/doc/DanielTheodotionGoettingen.pdf le texte grec de Göttingen soit isolé soit comparé à celui de Rahlfs.

Les témoins de la LXX sont rarissimes, tant Théodotion s’est imposé. Il me paraît donc raisonnable de retenir le texte de Théodotion.