Qui sommes-nous ?

L’équipe en charge du projet en 2017

Sources Chrétiennes

Logo HiSoMALogo SCAvec ses huit chercheurs et ingénieurs à plein temps, ses quatre enseignants-chercheurs en rattachement principal, Sources Chrétiennes, composante du laboratoire HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Antiques), UMR 5189 du CNRS, est la plus grosse équipe patristique française, et l’une des plus grandes au niveau international. Elle joue un rôle fédérateur des études patristiques, dans la mesure où une bonne partie des travaux des chercheurs dispersés dans les différents laboratoires ou universités d’Europe a pour aboutissement une publication dans sa collection (édition critique, traduction, annotation). Pour chacun de ces travaux d’édition, une étude approfondie des références scripturaires est menée, et un véritable réseau de collaborateurs s’est tissé en Europe et dans les pays francophones des autres continents. Corrélativement, avec ses 580 volumes publiés depuis 1943, la collection Sources Chrétiennes constitue l’ensemble le plus significatif d’occurrences bibliques dans la littérature chrétienne grecque et latine. Ces données, fusionnées avec celles issues de Biblia Patristica, constituent un corpus irremplaçable. Les membres de l’équipe sont familiers avec les bases de données et la gestion coopérative de contenu, puisque le développement de la base de données pour la gestion des projets éditoriaux de Sources Chrétiennes, qui fournit d’ailleurs un ensemble de métadonnées très conséquent à Biblindex, a commencé dès 2003.

Pour en savoir plus, voir la page de présentation de l’Institut sur le site de Sources Chrétiennes, et la page de l’équipe.

Les contributeurs

Cette liste est à jour au 06.05.2016.

Coordination : Laurence Mellerin

Corpus grec : Guillaume Bady

Corpus latin : Laurence Mellerin

Corpus syriaque et oriental : Dominique Gonnet

Ingéniérie informatique :

de juillet 2011 à décembre 2012 : P. Mellerin.
de mai à septembre 2013 : Mohsen Kihal, Ling Ding.
de juillet 2013 à avril 2016 : David Goudard.
de juin à septembre 2015 : Benjamin Freeman.

Lemmatisation, recherches informatiques sur les textes :

Post-doc pour l’analyse semi-automatique des citations (septembre 2012-août 2013) : Greek Reuse Toolkit (http://liris.cnrs.fr/dire/wiki/doku.php?id=greek_reuse_toolkit)
Samuel Gesche (LIRIS, sous la direction d’Elöd Egyed-Zsigmond et Sylvie Calabretto)
LemGreek, lemmatiseur de grec ancien : http://www.sourceschretiennes.mom.fr/outils-recherche/lemmatiseur-textes-en-grec-ancien

Henoc Khouilla, ATOS Integration (janvier-février 2015)

Correspondances bibliques : http://www.biblindex.info

L’alignement des textes bibliques a été effectué en grande partie par Clément Crosnier et Laurence Mellerin (2014-2015), complété et vérifié par Guillaume Bady, Dominique Bertrand, Isabelle Brunetière, Yasmine Ech Chael, Monique Furbacco, Camille Gerzaguet, Dominique Gonnet, Laurence Mellerin, Bernard Meunier, Jean Reynard, Blandine Sauvlet, Catherine Syre.

Le développement des interfaces de visualisation sont le résultat des travaux successifs de Ling Ding (mai-sept. 2013) et David Goudard (2014-2015).

Encodage XML-TEI : Elysabeth Hue-Gay, Emmanuelle Morlock

Yasmine Ech Chael

Visualisation spatio-temporelle des données : http://biblindex.imag.fr/biblindex/ouvrages/

Stagiaire en cartographie (mai-août 2013) préparant le post-doc : Pierre-Louis Centonze
Post-doc pour la représentation spatio-temporelle des données (septembre 2013- août 2014) : Thomas Leysens (LIG, sous la direction de Paule-Annick Davoine)
Amélioration de l’interface: A. Audouard (janv-mars 2016)

Gestionnaire :

Dominique Tinel (2011-2014) : Philippe Billoux (2015-2016)

Saisie pour import des données archivées du CADP :

De 1965 à 2000, ont travaillé au CADP : Jean Allenbach, André Benoît, Daniel A. Bertrand, Annie Hanriot-Coustet, Eric Junod, Pierre Maraval, André Pautler, Pierre Prigent, Madeleine Scopello, Françoise Vinel, Thierry Ziegler.

Les Pères Jean Duplacy, Jean Fleury, J. Pradel, Georges Valayer, collaborateurs extérieurs au CADP, ont aussi régulièrement contribué à la préparation des volumes de Biblia Patristica. Nombre de leurs analyses sont encore dans les cartons d’archives ou sur des microfiches.

574.462 références au 09.07.2017

Samaher Alhaj 1.058
Julie Allardon, Damien Biston, Pierre Guilbaut 8.306
Smaranda Badilita 4.031
Guillaume Bady 314
Camille Bézier 2.424
Bastien Bras de Fer 1.648
Isabelle Brunetière 14.873
Fabiola Caceres 622
Alexandre Canellis 21.167
Clément Crosnier 32.159
Olivier Defaux, Kossay Al-Cheikh Amine 15.985
Odile Dubreucq 3.297
Yasmine Ech Chael, Monique Furbacco 1.361
Dominique Gonnet, avec la collaboration successive de Noël Grange, Elisabeth Métayer, Catherine Bourassin 16.077
Marie-Gabrielle Guérard 2.822
Moniales de Bethléem 1.500
Moniales de Jouques 5.615
Moniales de Rosans 651
Anas Khalaf 2.491
Enguerrand Lepère 126.539
Clément Mellerin 6.402
Mathilde Mellerin 1.954
Bernard Meunier 3.389
Roger Miollan 23.778
Giorgia Paroni 35.379
Jacqueline Picard 211.014
Blandine Sauvlet 1.189
Luce et Jean-Laurent Savoye 19.313
Dominique Tinel 2.999
Romain Touron, Mariam Slimoun-Alsaleem 5.452

Conseillers extérieurs :

– pour le texte hébraïque, Daniel Stökl (Centre Paul-Albert Février, EPHE), spécialiste du judaïsme du Second Temple et de l’époque rabbinique ;

– pour les rapports entre le texte hébreu et celui de la LXX, et pour l’histoire du texte de la LXX lui-même, Cécile Dogniez, chercheure au Centre Lenain-de-Tillemont (CNRS), collaboratrice de la Bible d’Alexandrie

– pour le texte grec du Nouveau Testament, Nikolaï Kiel, de l’Institut für Neutestamentliche Forschung de Münster ;

– pour le corpus grec de la Patrologie, Athanasios Paparnakis, de la Faculté de théologie de Thessalonique ;

– pour les Vieilles Latines et la Vulgate, Jean-Claude Haelewyck, professeur à l’Institut Orientaliste de l’Université de Louvain, auteur du volume consacré à Esther dans la Vetus Latina, et Hugh Houghton, chercheur à l’Institute for Textual Scholarship and Electronic Editing de l’Université de Birmingham, spécialiste des citations de Jean ;

– pour les Bibles latines médiévales, Guy Lobrichon, professeur à l’Université d’Avignon, et Gilbert Dahan, directeur d’études à l’EPHE (histoire de l’exégèse chrétienne au Moyen Age) ;

– pour la Peshitta, Bas ter Haar Romeny (Peshitta Institute), professeur à l’Université de Leyde (Old Testament and Eastern Christian traditions) ;

– pour l’arménien, le géorgien, Bernard Outtier, directeur de recherche au CNRS, professeur de littérature arménienne à l’Université de Genève ;

– pour les textes arabes, Laurent Basanèse ;

– pour la transmission des débats méthodologiques déjà menés à Strasbourg, Jean Allenbach, ancien membre de l’équipe de Biblia Patristica.

– pour la veille bibliographique, Benoît Gain, professeur émérite de l’Université Stendhal-Grenoble III.

N.B. Pour connaître les noms des contributeurs de Biblia Patristica entre 1965 et 2000, voir l’historique.

Les partenaires biblistes du projet ANR (2011-2015)

Le Peshitta Institute

Seal LeidenLe Peshitta Institute, dirigé par le Pr. Bas ter Haar Romeny, fait partie des leaders mondiaux dans l’étude numérisée des textes syriaques. En 1959, l’Organisation internationale pour l’étude de l’Ancien Testament (IOSOT) a demandé au Prof. P.A.H de Boer d’entreprendre le Peshitta Project, dans le cadre de l’Université de Leyde. Son objectif était de procurer la première édition scientifique de la version syriaque de l’Ancien Testament, la Peshitta. Pendant de nombreuses années, le projet s’est limité à l’édition du texte biblique, mais dans les années 1990, de nouveaux objectifs ont été formulés. Aussi le Peshitta Institute coordonne-t-il à présent l’édition d’une concordance de la Peshitta, l’étude des citations bibliques dans les commentaires patristiques, ainsi qu’une traduction anglaise annotée de la Peshitta, intitulée la Bible d’Édesse. Dans le cadre du Peshitta Electronic Text Project l’institut travaille déjà à la lemmatisation du texte syriaque, et développe des outils d’analyse linguistique assistée par ordinateur (Turgama). Il est ainsi devenu le principal centre de recherches spécialisé dans les versions syriaques de la Bible.

Le Peshitta Institute fait également partie du consortium qui prépare une édition électronique des Hexaples d’Origène et a des liens très forts avec les autres centres de ce type à Oxford et à la Brigham Young University. Outre les substantielles données inédites pour l’extension du corpus de références, il apportera donc une contribution décisive à la réflexion sur les méthodes de travail sur les textes, et sur la nature des partenariats à bâtir pour Biblindex.

L’Institut für neutestamentliche Forschung de Münster (INTF)

Logo INTFL’INTF, avec qui Biblia Patristica collaborait déjà, fournit, en partenariat avec la Deutsche Bibelgesellschaft, les éditions critiques révisées, mondialement utilisées, du Nouveau Testament grec, comme le Nestle-Aland, dont la 28e édition va également être digitalisée. Ils sont accompagnés de nombreux instruments de travail (synopses, traductions, etc.). L’INTF est à la pointe dans le domaine de la numérisation, puisque il s’occupe également de procurer sur Internet, avec différentes fonctionnalités de recherche permettant la comparaison des variantes, une édition digitalisée en ligne des manuscrits les plus importants dans la transmission du texte grec du Nouveau Testament, mettant à disposition une salle virtuelle de lecture des manuscrits, avec transcription et apparats. Enfin, l’INTF développe une base de données mondialement alimentée recensant tous les manuscrits grecs connus du Nouveau Testament.

Par ailleurs, l’INTF prépare depuis 2008 un chantier directement lié à Biblindex, qui relève du programme de recherche de la Nordrhein-Westfälischen Akademie der Wissenschaften und der Künste : une nouvelle Editio Critica Maior du Nouveau Testament grec. Outre les manuscrits bibliques et les traductions anciennes, toutes les citations néotestamentaires de la littérature chrétienne des premiers siècles y seront signalées. Sur la base d’enquêtes généalogiques dans ce matériau ainsi rassemblé de façon inédite, le texte sera reconstruit à nouveaux frais. Déjà, l’INTF a tiré un grand profit de la consultation de Biblindex-β, par exemple pour les citations de Jean Chrysostome, dont l’œuvre compte à elle seule 890 écrits ; il appelle de ses vœux l’extension du corpus de Biblindex à de nouveaux Pères, car elle permettrait d’améliorer considérablement la recherche des nouvelles citations du Nouveau Testament.

L’INTF s’intéresse également à la transmission du texte dans les manuscrits syriaques et coptes. En particulier, une édition critique des Epîtres de Paul dans la Peshitta est en cours, qui recourt aux citations bibliques chez les Pères de langue syriaque, et un catalogue des manuscrits coptes des Actes des Apôtres est en cours de constitution.

Les autres institutions associées par leur participation au Comité consultatif

Image ITSEEHugh Houghton représentera l’Institute for Textual Scholarship and Electronic Editing (ITSEE) de Birmingham au Comité Consultatif. Institut de tout premier plan dans le monde de l’édition électronique, porteur d’importants projets sur le Nouveau Testament, l’ITSEE prépare des outils originaux pour identifier, éditer et étudier les manuscrits : une de ses réalisations récentes, en collaboration, a été le Codex Sinaiticus Online, qui a connu sur la toile un succès retentissant. Pour ses éditions du Nouveau Testament en grec et latin, l’ITSEE cherche à intégrer électroniquement tous les témoins (manuscrits, citations, etc.) : la collaboration avec le projet Biblindex sera donc dans l’intérêt des deux équipes. H. Houghton est aussi membre du comité de l’International Greek New Testament Project, qui coordonne depuis 1950 les travaux anglais et américains pour la réalisation d’un apparat critique complet du Nouveau Testament et possède des fichiers patristiques importants, par exemple pour Jean. L’IGNTP a signé un accord avec l’INTF de Münster pour collaborer sur l’Editio Critica Maior du Nouveau Testament.

Logo Vetus LatinaJean-Claude Haelewyck représente la Vetus Latina de Beuron : c’est le centre de recherche dont les activités sont les plus proches de Biblindex dans le domaine latin, dans la mesure où il s’occupe de collecter les citations patristiques de la Bible antérieures au viiie siècle. Les jalons d’un partenariat plus développé seront posés.

Enfin, notamment pour réfléchir aux liens à tisser entre Biblindex et les traductions françaises de la Septante, l’équipe de la Bible d’Alexandrie sera représentée au Comité Consultatif. Ce sera également le cas du Centre Paul-Albert Février d’Aix-en Provence, dans la perspective de l’élargissement du corpus au judaïsme.

Les partenaires informatiques du projet ANR (2011-2015)

Grâce au Cluster de la Région Rhône-Alpes, Sources Chrétiennes a pu nouer des rapports fructueux avec deux laboratoires d’informatique dont les compétences sont complémentaires pour Biblindex : lemmatisation et enrichissement sémantique collaboratif pour le LIRIS, visualisation spatio-temporelle pour le LIG.

L’équipe DRIM du LIRIS (UMR 5205)

Logo LIRISLe LIRIS (Laboratoire d’InfoRmatique en Image et Systèmes d’information) est né début 2003 à la suite du regroupement de plusieurs laboratoires de recherche lyonnais travaillant dans le domaine des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication. Regroupant environ 280 personnes, dont près de 110 chercheurs et enseignants-chercheurs, le LIRIS a quatre tutelles : l’INSA de Lyon, l’Université Claude Bernard Lyon 1, l’École Centrale de Lyon et l’Université Lumière Lyon 2, et des sites à La Doua, Ecully et Bron. Les activités du laboratoire sont regroupées dans deux départements thématiques : « Image » et « Données, Connaissances, Services ».

L’équipe DRIM du LIRIS appartient au Département Données, Connaissances, Services ». Elle est née en mai 2008 de la réunion de deux groupes de recherche spécialisés respectivement en systèmes d’information multimédia distribués et en recherche d’information multimédia. Son projet scientifique est centré sur la problématique générale de la gestion, de l’annotation collaborative, de la lemmatisation, de l’indexation sémantique et de la recherche d’informations multimédias réparties.

L’équipe STEAMER du LIG (UMR 5217)

Logo LIGCréé en 2007, le LIG rassemble 165 chercheurs et enseignants chercheurs, 240 doctorants et post-doctorants, et 65 ITA/IATOS, structurés en 24 équipes autonomes et visibles au plan international, autour de 4 grandes thématiques : infrastructures (des réseaux aux données), logiciels (fondements, modèles de conception), interaction (perception, action, dialogue), connaissances (ontologies, agents, apprentissage).

L’équipe STEAMER, créée en même temps que le LIG, s’intéresse plus particulièrement aux thèmes de recherche « infrastructures » et « connaissances ». Ses travaux portent sur les systèmes d’information sur le Web et plus particulièrement sur le traitement et la diffusion d’informations spatio-temporelles et multimédia. L’objectif de ces recherches est de proposer des formalismes, des méthodes et des outils permettant de progresser dans la conception, la mise en œuvre et l’utilisation de systèmes d’information spatio-temporelle. Il s’agit de proposer des solutions novatrices pour les applications qui requièrent à la fois la manipulation de données imprécises, incomplètes voire multimédia et l’utilisation intensive de la sémantique (métadonnées, ontologies spatiales, règles, modèles) pour représenter les connaissances sous différentes formes, optimiser les traitements et proposer une information adaptée au contexte (dispositif d’accès utilisé, profil utilisateur, etc.). L’idée est de prendre en compte la diversité des utilisateurs (en termes de besoins, de préférences, de niveau de connaissances, etc.) et des contextes d’utilisation (stations de travail ou dispositifs légers de type téléphone mobile, localisation fixe ou variable, Web…) de ces SIST ubiquitaires et multimédias, afin de proposer un service ou une information adaptée en termes de contenus et de présentation. Ses contributions visent la modélisation de l’information spatio-temporelle en conformité avec les standards ISO/OpenGIS, la cartographie dynamique, interactive et adaptée, et la génération de SISTW. Les travaux de recherches de l’équipe s’inscrivent systématiquement dans une démarche interdisciplinaire et opérationnelle.