Programme des séances

Séances passées : 20112012201320142015 – 2016
Séances à venir : 2016

Les séances ont lieu de 11h à 13h dans la salle de documentation au premier étage de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Contact : laurence.mellerin@mom.fr

Les communications faites dans le cadre de ce séminaire sont publiées, soit dans la série « Cahiers de Biblindex » des Cahiers de Biblia Patristica, soit sous forme de billets dans ce carnet de recherche.

Volume 1 : S. Badilita, L. Mellerin (dir.), Le Miel des Ecritures, Cahiers de Biblindex 1, CBI 15, Turnhout 2015.

2016-2017 (à venir)

Vendredi 23 Septembre : Sumi Shimahara, Les Carolingiens et la Bible – le cas des prophètes

Vendredi 21 Octobre : Régis Courtray, sujet à préciser (Jérôme ?)

Vendredi 25 novembre : Benoît Gain, Basile de Césarée :  auteur de testimonia ?

Vendredi 16 décembre : Sandrine Canéri, sujet à préciser (l’herméneutique des Pères)

Vendredi 13 janvier : David Pastorelli, sujet à préciser (approches statistiques des variantes textuelles)

Vendredi 10 ou 17 février : Agnès Bastit, sujet à préciser (herméneutique d’Irénée)

Vendredi 24 mars : Marie-Odile Boulnois, sujet à préciser (Pères grecs)

Vendredi 7 ou 14 ou 21 ou 28 avril : Laurence Vianès, sujet à préciser

Vendredi 5 mai : Daniel Vigne, Le traité d’Origène Sur la prière

Vendredi 9 Juin : présentation de travaux par les étudiants / bilan sur le développement du projet Biblindex

2016 (passé)

Vendredi 10 Juin : Emilie Escure-Delpeuch, fr. Thomas-Marie Gillet, o.p., Exégèse de Mt 25, 10 chez Jean Chrysostome et dans la tradition syriaque

Vendredi 29 Avril : Luce Savoye, L’utilisation de la Bible dans le livre 1 du Contre Jovinien de Jérôme

En 393,  Jérôme est sollicité pour contrer les thèses d’un certain Jovinien. La réfutation qu’il fait parvenir à Rome est aussitôt vivement critiquée, en particulier à cause du livre I dans lequel les lecteurs voient une violente attaque contre le mariage. Or pour répondre à Jovinien, qui jugeait le mariage égal à la virginité, Jérôme utilise abondamment les témoignages tirés des Écritures. Il s’agit donc de voir, à partir de quelques exemples précis, quels procédés il met en œuvre, se retrouvant ainsi accusé d’excès dans son apologie de la virginité.

Vendredi 11 Mars : Grégoire Kornprobst, Fondements scripturaires de la miséricorde chez Augustin

Vendredi 12 Février : Guillaume Bady, Les Douze ou les Onze ? Actes 1,15-26 ou l’apôtre oublié

Le récit de « l’élection » de Matthias en remplacement de Judas dans les Actes des apôtres (1,15-26) est problématique à plus d’un égard. Sorte de « bouche-trou » entre l’Ascension et la Pentecôte, à l’image de Matthias, lui-même « rustine » fantomatique du collège apostolique, n’a-t-il pas un rôle plus substantiel ? Alors que l’exégèse diachronique et les données de Biblindex semblent confirmer l’anomalie, Jean Chrysostome (v. 349 – 407), avec d’autres Pères grecs, fournit quelques éléments de réponse, notamment dans l’homélie 3 sur les Actes. Celle-ci réserve pourtant quelques surprises, et ne résout pas entièrement l’énigme que constitue le nombre des apôtres. Car si le chiffre douze a une signification scripturaire bien connue, on trouve employé dans d’autres textes le chiffre onze.

Vendredi 22 Janvier : Maxime Yévadian, Le grec de Jean Cassien

Jean Cassien est considéré à bon droit comme un auteur latin de qualité. Ses œuvres rendent témoignage d’une maîtrise bien réelle de la langue de Virgile : « Cassien est un Latin, et de grande valeur ; sa langue est de bonne source latine ; son style, remarquable à plus d’un égard », notait dans la préface son traducteur français Dom Eugène Pichery. Cette maîtrise d’une langue, le latin, ne doit pas empêcher une analyse plus fine de l’homme et de son œuvre. Nous avons tenté de montrer, dans une précédente étude, que Jean Cassien était non pas un Latin, mais probablement un homme issu de l’Orient méditerranéen. Au cours des recherches liées à cette étude, nous avons relevé de nombreux passages qui permettent de constater que Cassien avait le grec comme langue de culture.

Nous allons examiner dans un premier temps les éléments qui amènent à douter que Cassien puisse être un Latin, puis ceux qui permettent de formuler la conclusion qu’il soit un Oriental ayant le grec comme langue de culture. Nous en viendrons ensuite à l’étude des citations non-scripturaires puis de l’usage du grec dans son œuvre. Enfin, la question des citations scripturaires retiendra notre attention de manière spécifique.

2015

Vendredi 18 Décembre : Marie-Ève Geiger, L’unité et la diversité des homélies In principium Actorum de Jean Chrysostome à l’aune de leurs citations et allusions bibliques.

Les homélies de Jean Chrysostome In principium Actorum (CPG 4371) sont difficiles à circonscrire et à définir. Dans l’homélie 1, Chrysostome explique pourquoi il est important de considérer le titre d’un livre biblique, en l’occurrence celui des Actes des apôtres, avant d’en étudier le texte. L’homélie 2 est consacrée au terme « actes » (πράξεις), et l’homélie 3 au terme « apôtre ». L’homélie 4 précise pourquoi les Actes des apôtres sont lus juste après Pâques. Le titre In principium Actorum est donc très insatisfaisant : s’agit-il vraiment d’homélies sur le début des Actes ? L’analyse des versets employés et interprétés par le prédicateur éclaire cette question. Elle donne également des indications sur l’exégèse de Chrysostome dans ces textes : quels sont les exemples bibliques particulièrement commentés et comment Chrysostome construit-il son argumentation scripturaire ? Ces versets permettent-ils de mettre au jour une trame et une progression de cette série ? Quelle est la place des Actes des apôtres dans ces homélies censées introduire à la lecture de ce livre ?

Vendredi 27 Novembre: Camille Gerzaguet, Une exégèse ambrosienne inédite de Ct 4, 1?

Dans le cadre d’une recherche consacrée aux florilèges ambrosiens sur le Cantique des cantiques, le manuscrit Firenze, Biblioteca Nazionale Centrale, Conv. Soppr. J III 17, a retenu mon attention. Au milieu des plus de quatre-vingt extraits empruntés exclusivement à des œuvres dont l’authenticité ambrosienne ne fait pas de doute, un passage n’est, a priori, répertorié nulle part. Ces lignes inconnues commentent Cant. 4, 1ab (pulchra es, amica mea, pulchra es. Oculi tui colombarum absque eo quod intrinsecus latet). Pour autant que l’on puisse se former un jugement sur un texte très bref, le lexique, le style et l’exégèse d’une part, le caractère entièrement ambrosien du florilège d’autre part, constituent des indices convergents pour identifier ces lignes comme un fragment jusqu’ici inconnu d’Ambroise. S’il s’agit bien d’un fragment ambrosien, de quelle œuvre provient-il ? La question demeure ouverte. Si ces lignes ne sont pas d’Ambroise, elles ont cependant été écrites par un auteur dont l’œuvre était si couramment attribuée à l’évêque de Milan à une époque ancienne et en Italie du Nord, que le compilateur du florilège – travaillant sans doute à Milan même – s’est laissé abuser. Pseudo-Ambroise très convaincant ou Ambroise inédit, cette recherche montre qu’il y a encore bien des découvertes à faire dans les florilèges.

 15/16 Octobre (Saint-Etienne-Lyon) : Colloque, L’exégèse de saint Jérôme

Vendredi 25 Septembre : Pierre Molinié, L’utilisation de la Bible chez Jean Chrysostome : les citations externes dans les Homélies sur la Deuxième Lettre aux Corinthiens

Vendredi 12 Juin, 2015 : Marie Formarier, Citations bibliques et polyphonie énonciative dans le Grand Exorde de Conrad d’Eberbach

Vendredi 29 Mai 2015 : Jérémy Delmulle, Agar et Ismaël dans l’exégèse d’Augustin et de Bède le Vénérable.

Bède le Vénérable s’est intéressé à deux reprises à l’épisode du renvoi d’Agar et Ismaël (Gen. 21, commenté par Gal. 4) : dans son commentaire suivi du début de la Genèse (In Genesim) et dans le commentaire sur l’Apôtre qu’il a constitué à partir de fragments d’Augustin (Collectio super Apostolum). Dans le cadre de la préparation du texte critique et d’une étude de ce commentaire encore inédit, J. Delmulle présentera, à partir de l’exemple d’Agar et Ismaël, les différents apports d’une approche philologique de la Collectio, d’une lecture simultanée des différentes œuvres exégétiques de Bède et d’une recherche systématique de ses sources augustiniennes. On verra que l’étude parallèle de l’exégèse d’Augustin et de Bède permet de résoudre plusieurs problèmes textuels dans l’œuvre de Bède, voire de reconsidérer notre connaissance de l’éxégèse proprement augustinienne de cet épisode.

Vendredi 10 avril 2015 : Pierluigi Lanfranchi, Les citations bibliques dans les Discours contre les juifs de Jean Chrysostome.

Dans ses sermons contre les juifs, Jean Chrysostome cherche à persuader les chrétiens de sa communauté de ne pas participer aux fêtes juives et de ne pas fréquenter les juifs. Sa stratégie rhétorique a pour but de susciter dans son public une réaction émotionnelle hostile à l’égard des juifs. Cette communication analyse le rôle que les citations bibliques jouent dans cette stratégie.

Vendredi 20 Mars 2015 : Marie-Gabrielle Guérard, Lectures des livres historiques de l’Ancien Testament dans les écrits de Nil d’Ancyre.

La lecture de quelques textes de Nil d’Ancyre sera proposée. Il s’agit d’un auteur de la fin du IVe s. et du début du Ve (vraisemblablement), sur qui on ne sait à peu près rien, en dehors du fait qu’il est l’auteur d’ouvrages destinés à un public de moines, d’un gros volume de lettres et d’un commentaire sur le Cantique des cantiques. On a transmis sous son nom nombre d’œuvres qui doivent être rendues à Évagre le Pontique. Ses écrits sont mal édités, pour la plupart, et sont absents du TLG ; ses références bibliques sont en cours de saisie dans Biblindex. On dispose d’un vol. de la PG, le 79e, reproduisant des éditions du XVIIe s. principalement.
Ont été relus le Discours ascétique (PG 79, c. 720-809) et Peristeria, ou Au moine Agathios (PG 79, c. 812-968) en observant les abondantes citations des livres historiques de l’Ancien Testament et en particulier de textes des quatre livres des Règnes. Pour plusieurs d’entre eux, il s’agit de textes rarement cités, semble-t-il, par les Pères.
A partir d’exemples extraits de ces œuvres, sera proposé un essai de modélisation de leur usage, référé à certains modèles rhétoriques des προγυμνάσματα.
A défaut de pouvoir tirer des conclusions, il semble qu’il faille engager des études plus approfondies, en particulier à partir d’un catalogage plus fin des usages bibliques de Nil, possible lorsque les textes auront été édités de façon scientifique.

Vendredi 6 Février 2015 :  Frédéric Chapot, La Bible de Tertullien.

Dans la bibliographie scientifique les études sur l’herméneutique biblique de Tertullien sont relativement nombreuses, qu’elles envisagent d’une façon générale les principes herméneutiques mis en œuvre par Tertullien dans son exégèse, ou qu’elles étudient son interprétation d’un verset ou d’une péricope, souvent dans une démarche comparative avec d’autres auteurs chrétiens de l’Antiquité. Le texte biblique de Tertullien a donné lieu, quant à lui, ces dernières décennies, à quelques travaux très fouillés, circonscrits, le plus souvent, à un livre biblique ou une péricope particulière. Les éditions commentées des œuvres de l’auteur comportent aussi souvent des éléments d’analyse très précieux. Manque toutefois encore une synthèse sur cette question difficile. Loin de prétendre combler cette lacune, on se proposera, dans cet exposé, de recenser les problèmes posés par le texte biblique de Tertullien, ainsi que les tentatives de réponse qui ont été avancées. Seront abordés notamment les points suivants : les traces d’une interrogation de Tertullien sur le texte biblique transmis ; l’hétérogénéité du texte biblique de l’auteur ; le texte de référence employé (latin ou grec ?) ; ses traductions de la Bible.

On s’appuiera pour cela sur des exemples empruntés à l’ensemble du corpus, avec toutefois une attention particulière accordée à l’Adu. Praxean, dont l’édition est en préparation pour la collection « Sources chrétiennes ».

Vendredi, 16 janvier 2015 : Katell Berthelot, Autour de la question de l’identification des citations bibliques à partir du cas du corpus de Qumrân (points méthodologiques).

Qu’est-ce qu’une citation biblique ? Réflexions à partir du corpus de Qumrân

Au moment où naît le christianisme, le processus de formation des Écritures qui composeront la Bible hébraïque n’est pas encore totalement achevé. Plusieurs types de textes peuvent circuler au sein de la société juive pour un livre biblique donné. L’un des apports fondamentaux des manuscrits de la mer Morte a été de révéler cette fluidité textuelle. Afin de comprendre l’éventail des questions qu’elle soulève, trois types de cas seront examinés : des exemples de variantes textuelles rencontrées dans des manuscrits bibliques de Qumrân, en particulier le grand rouleau d’Isaïe ; le cas particulier des manuscrits de type “Pentateuque remanié” ; et, enfin, des citations bibliques dans des œuvres à caractère exégétique comme le Commentaire de la Genèse A (4Q252) ou les pesharim de Nahum et Habaquq.

2014

Vendredi 12 Décembre 2014 : Michel Dujarier, Le corpus biblique du « Christ frère » dans l’exégèse patristique grecque

Les biblistes et les théologiens ont beaucoup écrit sur la « typologie du Christ ». Mais très peu se sont penchés sur l’aspect plus particulier qu’est la « typologie du Christ-frère » et son rôle dans l’Histoire du salut. Et pourtant, les Pères de L’Église l’ont beaucoup utilisée dans leurs efforts d’apologie, de catéchèse et de théologie. Nous nous pencherons donc sur ce thème précis, tel que Biblindex nous aide à le découvrir. À partir de quelques textes patristiques majeurs du IIIe au VIIe s, nous dégagerons le cheminement de cette forme de réflexion.

Vendredi 14 Novembre 2014 : Bernard Meunier, Les citations bibliques dans l’In Ioannem de Cyrille d’Alexandrie.

L’exposé s’intéressera au commentaire de Jn 1, 1-29 par Cyrille d’Alexandrie, qui correspond au livre I de son Commentaire sur Jean.
Une première partie, plus philologique, autour du texte biblique lui-même, cherchera à évaluer l’intérêt du commentaire de Cyrille – et d’une nouvelle édition critique – pour de certains lieux variants comme Jn 1, 18 Dieu monogène/Fils monogène) et Jn 1, 28 (Bethania/Bethabara).
Une deuxième partie s’intéressera à l’interprétation théologique du Prologue, en se demandant:
– d’abord dans quelle mesure la notion même de “prologue” (johannique) est pertinente pour les auteurs anciens;
– ensuite, en regardant quelle lecture est faite de certains versets d’interprétation débattue (ponctuation de Jn 1, 3-4; construction de “venant dans le monde” en Jn 1, 9);
– enfin, en s’interrogeant sur l’accroche biblique et johannique de la théologie cyrillienne, à partir de la façon dont Jn 1, 14 est intégré dans un dossier scripturaire où les versets s’interprètent mutuellement, pour structurer une christologie d’en haut.

Vendredi 17 Octobre : Présentation des travaux des étudiants du Master de Théologie et de Patristique.

David Djagba, Les Écritures dans les Sermons sur le Symbole de Quodvultdeus
Paul-Antoine Bartoli, Lecture comparée des commentaires d’Origène et de Guillaume de Saint-Thierry sur Rm 3, 21-31 (par Skype)

Vendredi 26 Septembre : Christian Boudignon, Nouvelles recherches sur Lucien d’Antioche et la Bible.

A la suite de D. Barthélémy en 1963 on considère que la “recension lucianique” est “une duperie relativement récente” et l’on préfère parler de texte antiochien. Mais depuis 1963, la donne a complètement changé. Les éditions du “texte antiochien” de Fernandez-Marcos et surtout  de Ziegler ont permis de mieux préciser dans certains cas la nature de la “révision lucianique”. Surtout l’attribution définitive à Jean Chrysostome du commentaire sur Isaïe conservé en arménien  oblige à reconsidérer ce qu’il dit sur l’activité de Lucien sur un passage théologiquement fondamental d’Isaïe 9,6. De plus, la découverte du commentaire de Julien l’Arien sur Job nous permet d’entrevoir une lecture moralisante de Job 2, 9-10 attribuée elle-aussi, indirectement, à Lucien. Enfin l’édition à venir de la Vie de Lucien, jusqu’à présent inédite (BHG z 996), grâce à P. Boulhol et moi-même nous conduit à un témoignage du début du Ve siècle sur un corpus biblique écrit sur trois colonnes sur un parchemin de safran conservé à Nicomédie et identifié comme copié par Lucien. Peut-on encore parler de “texte antiochien”, ne doit on pas rendre à Lucien ce qui lui appartient ? Si duperie il y a, elle est relativement ancienne.

Vendredi 6 Juin : Catherine SYRE, Les citations bibliques dans la notice contre les Pneumatomaques du Panarion d’Épiphane de Salamine.

La notice d’Épiphane aborde l’hérésie des Pneumatomaques tout d’abord par ses liens avec l’arianisme. Elle se distingue par une reprise d’un passage d’un des ouvrages précédents de l’auteur, l’Ancoratus, qui traite du problème de la divinité du Christ et de la place de l’Esprit. Il n’est pas le seul auteur de son époque à écrire au sujet de cette hérésie, dont Athanase un peu plus tôt appelle les membres les Tropiques, à laquelle Basile de Césarée consacre son traité Sur le Saint Esprit et que combat également — un peu plus tard — Grégoire de Nysse. Épiphane fait la part belle aux citations bibliques, comme ses contemporains. Nous verrons quel est son canon, quel traitement il inflige aux textes bibliques, dans quel contexte il les utilise et en vue de quel objectif, ce qui permettra de déterminer sa patte personnelle.

Vendredi 16 Mai : Françoise VINEL, Contourner le sens des Écritures (Origène, Augustin).

Contourner le sens des Écritures …. c’est presque en refuser le sens, impossible de porter une telle accusation contre les Pères ! À partir de deux exemples, l’un chez Origène, l’autre chez Augustin, on essaiera cependant de voir comment des réticences s’expriment, signe d’un décalage ou d’un hiatus entre exégèse et théologie.

Vendredi 11 Avril : Marie PAULIAT, Les citations bibliques dans les Sermons sur Matthieu d’Augustin.

Plus de deux mille références à l’Écriture tissent les quelques soixante-dix sermons prêchés par Augustin d’Hippone sur l’Évangile de Matthieu.

Quelles tendances se dégagent de cette bible de la prédication d’Augustin ? Quels livres cite-t-il le plus volontiers, et quelles fonctions assigne-t-il à ces citations ? La première partie de notre intervention s’attachera à dégager ces grandes orientations.

La seconde nous fera, à partir d’un exemple, pénétrer plus profondément dans le texte biblique utilisé par Augustin. Les éditeurs hésitent en effet à attribuer à l’Évangile de Matthieu le lemme des sermons Mai 25 = 63A et Morin 7 = 63B, prêchés sur la brève péricope de la femme hémorroïsse. Les citations qu’en propose le prédicateur semblent en effet composer un centon. La recherche de la version du texte biblique que connaissait Augustin et l’étude des autres centons présents dans son œuvre clarifiera la question du texte biblique de ces deux sermons.

Mises finalement en perspective avec la fin que poursuit Augustin dans sa prédication, ces deux étapes de la démonstration manifesteront la cohérence entre la manière du prédicateur et les textes théoriques qu’il a lui-même écrits.

Vendredi 21 Mars : Jean-Noël GUINOT, La Septante et les autres dans les Commentaires de Théodoret de Cyr.

Théodoret est, dans l’exégèse grecque, le dernier représentant de ce qu’il est convenu d’appeler l’« école d’Antioche ». Il est aussi le dernier grand exégète avant l’ère des caténistes. Après le rappel de sa vie et de son œuvre exégétique (et de sa transmission), on donnera brièvement une idée de la Bible qu’il utilise et de son « canon ».On s’attachera ensuite à l’utilisation qu’il fait de la Septante, au jugement qu’il porte sur cette traduction inspirée, aux divers instruments dont il use pour en comprendre ou éclairer le sens (recours à l’hébreu et au syriaque, aux traductions grecques d’Aquila, de Symmaque et de Théodotion en particulier, mais aussi à Flavius Josèphe). On essaiera surtout, à partir d’une série d’exemples, de montrer qu’il ne réserve pas le même traitement à toutes les variantes qu’il répertorie et que la « critique textuelle » remplit dans ses commentaires différentes fonctions.

Vendredi 14 Février : Rémi GOUNELLE, La Septante dans les littératures apocryphes et gnostiques

De par leur genre littéraire, souvent narratif ou poétique, les textes apocryphes et gnostiques contiennent peu de citations explicites de l’Ancien Testament et encore moins de  comparaisons entre diverses formes du texte biblique. L’influence de la Septante sur cette littérature ne peut dès lors être évaluée qu’au terme d’une analyse poussée des quelques citations et allusions conservées dans chaque écrit. Même si la recherche n’a encore que peu progressé sur ces questions, je tenterai de proposer une vue d’ensemble sur  l’utilisation de la Septante dans cette littérature et sur les usages qui en ont été faits. Ce panorama, illustré d’exemples, témoignera de la complexité du rapport des chrétiens des quatre premiers siècles à l’égard de la Septante.

Mardi 4 février, 18h30 : conférence grand public de Lorenzo PERRONE, Un ressourcement inattendu: Les Homélies d’Origène sur les Psaumes dans le Cod. 314 de Munich  (à l’Université Catholique de Lyon, 25, rue du Plat, 69002- Lyon, Salle Burret).

Les 29 Homélies sur les Psaumes dans le Codex Graecus 314 de la Staatsbibliothek de Munich doivent sans doute être attribuées à Origène, comme l’a suggéré Marina Molin Pradel dès sa découverte en Avril 2012. L’attribution se trouve confirmée, pour plusieurs des nouveaux textes, par une série de témoins externes, à commencer par les traductions latines de Rufin (un important fragment de la deuxième Homélies sur le Psaume 15 et les quatre Homélies sur le Psaume 36). Des nombreux fragments, qui jusqu’à présent étaient connus grâce aux chaînes, peuvent maintenant être situés dans leur contexte originel en dévoilant toute leur richesse cachée. On entrevoit aussi les échos de ces homélies à travers la réception dont elles ont joui, d’abord grâce à leur reprise plus ou moins directe dans les Tractatus in Psalmos de Jérôme. En plus de ces critères externes, il faut ajouter l’ensemble d’éléments typiquement origéniens qu’apporte l’étude des textes eux-mêmes. La personnalité de l’auteur en tant que maître de l’Ecriture se laisse reconnaître sans difficulté par son traitement complexe du texte biblique. Celui-ci implique l’analyse philologique et grammaticale, la discussion approfondie des problèmes exégétiques et doctrinaux ainsi que la perspective continuellement renouvelée du progrès spirituel vers lequel le prédicateur pousse ses auditeurs. Ces nouvelles homélies, à présent la plus vaste collection de sermons en grec, enrichissent de façon remarquable notre connaissance d’Origène et de son entreprise exégétique autour des Psaumes, l’un des chapitres les plus importants de toute son énorme activité littéraire.

Vendredi 17 Janvier : Elie AYROULET, La Bible de Maxime le Confesseur.

Cette séance se déroulera en deux temps. Tout d’abord, on présentera l’exégèse maximienne en la situant par rapport à l’exégèse patristique antérieure et en soulignant à partir de certains passages ce qui fait sa spécificité. Dans un second temps, plus technique et interactif, nous jetterons un regard sur des tableaux statistiques relatifs aux citations bibliques que l’on trouve dans les œuvres de Maxime. En particulier, l’analyse sera menée sur la base d’une comparaison avec les données statistiques publiées dans l’article de Laurence Mellerin : « New Ways of Searching with Biblindex, the Online Index of Biblical Quotations in Early Christian Littérature » in Digital Humanities in Biblical, Early Jewish and Early Christian Studies, ed. C. Clivaz, A. Gregory & D. Hamidovic, Brill, Leiden-Boston, 2014, pp.170-190.

2013

Jeudi 19 Décembre : Michel STAVROU, Le renouveau de la pneumatologie byzantine dans l’oeuvre de Nicéphore Blemmydès (XIIIe s.).

Moine philosophe de l’Empire de Nicée, Nicéphore Blemmydès (1197-1269) a laissé, parmi ses œuvres théologiques éditées récemment en un corpus (SC 517 et SC 558), deux courts traités sur le Saint-Esprit, dans lesquels il entreprend d’expliquer le sens de la formule de plusieurs Pères grecs selon laquelle l’Esprit Saint « procède du Père par le Fils » (Per Filium). Cette doctrine qui s’appuie sur Jn 15,26 signifie, selon Nicéphore, que l’Esprit tient son existence du Père seul et « resplendit éternellement » par le Fils sur qui il repose. Désireux de concilier le Per Filium avec la procession de l’Esprit à partir du Père seul (Photius) et l’intuition initiale du Filioque qui valorise la relation éternelle entre le Fils et l’Esprit, Blemmydès a œuvré à la réconciliation des Églises latine et grecque

Vendredi 29 Novembre : Michel FEDOU, Le Commentaire d’Origène sur l’Epître aux Romains : variations sur le concept de loi et sur la thématique Israël-nations.

Le Commentaire d’Origène sur l’épître aux Romains fut composé à Césarée de Palestine vers 243, et traduit par Rufin d’Aquilée dans les années 405-406.

L’étude des citations et allusions bibliques est particulièrement complexe dans ce Commentaire. Une telle complexité tient d’abord au fait que le traducteur Rufin est tributaire, pour le texte même de l’épître, de deux sources différentes : d’une part une version de la Vetus latina, d’autre part le texte grec cité par Origène lui-même. La complexité tient aussi à l’usage que fait Paul de certains termes : ainsi le mot « loi » (nomos), dont Origène montre qu’il doit être diversement interprété selon les passages de l’épître ; ainsi encore le nom d’ « Israël » et les expressions « Juifs – Grecs » (ou expressions apparentées), qui tiennent une place importante dans l’ensemble du Commentaire. Une recherche sur ces termes permettra de saisir quelques caractéristiques essentielles de l’interprétation développée par Origène à propos de l’épître aux Romains.

17-19 octobre : colloque « La réception du livre de Qohélet (Ier-XIIIe s.) (à l’Université Catholique de Lyon).

voir le programme du colloque

Vendredi 20 Septembre : Laetitia CICCOLINI, Les citations bibliques chez les contemporains de Cyprien de Carthage : à propos de quelques pseudo-Cypriens.

Le corpus des textes indûment mis sous le nom de Cyprien de Carthage a partiellement été traité dans Biblindex. Compte tenu de cette situation, il semble intéressant d’adopter une double perspective :

a) partir des instruments de travail existants pour en tirer quelques réflexions sur l’inclusion dans Biblindex d’un corpus d’écrits pseudépigraphes ;

b) voir quelles sont les perspectives offertes, pour l’étude d’un tel corpus, par un index biblique exhaustif.

La communication abordera les trois points suivants : les problèmes de définition du corpus et de référencement des textes ; la question des citations bibliques interpolées, dont le corpus des œuvres de Cyprien fournit des exemples intéressants ; la culture biblique des contemporains de Cyprien, à partir de l’Ad Nouatianum et du De laude martyrii.

Vendredi 7 Juin : Guillaume Bady, Le miel des Écritures: la fréquence des références bibliques chez Jean Chrysostome et les trois Cappadociens

Chaque Père de l’Église avait sans doute sa propre Bible dans son cœur, une Bible aussi immatérielle qu’unique. Biblindex peut-il aider à la décrire? Quatre auteurs de la deuxième moitié du 4e siècle se prêtent ici en tout cas à une comparaison. Tout d’abord, la configuration de leurs œuvres respectives modifie-t-elle la densité ou les proportions de leur usage des Écritures? Ensuite, Biblindex permet-il de préciser sinon leur canon, du moins les livres manquants? Enfin et surtout, quels sont, livre par livre, les passages préférés de chacun? L’image obtenue sera loin de la Bible spirituelle de ces grands exégètes, du moins tentera-t-elle d’être assez proche de leurs textes.

Vendredi 24 Mai : Dominique GONNETL’homélie Cathédrale 77 de Sévère d’Antioche conservée en grec sur les divergences entre les récits de la Résurrection

Plusieurs Pères grecs cherchent à réconcilier les quatre Évangiles entre eux, en particulier leurs récits respectifs de la Résurrection. Sévère d’Antioche en est un représentant d’autant plus intéressant que ses écrits ont été condamnés par Justinien et qu’il ne subsiste le texte grec que de l’une de ses homélies, alors qu’elles sont toutes conservées en syriaque. Je réfléchirai au pourquoi de cette conservation à partir de son attribution à Hésychius de Jérusalem et à Grégoire de Nysse. L’une des raisons pourrait être le génie propre de Sévère dans l’art de cette réconciliation, art que l’on ne peut soupçonner d’hétérodoxie. Mais en même temps, ses positions dogmatiques transparaissent dans sa manière d’interpréter les Évangiles, manifestant ainsi comment exégèse et dogme sont intrinsèquement liés.

Vendredi 12 Avril : Sébastien GRIGNON, L’Écriture dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille de Jérusalem

L’Écriture possède dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille de Jérusalem un statut contradictoire, au moins en apparence. On peut en effet, négativement, considérer que Cyrille n’est pas un exégète ; en revanche, sa prédication est saturée de citations et allusions scripturaires comme peut-être aucune autre oeuvre patristique. Mais la contradiction se résout aisément si l’on replace cette utilisation de l’Écriture dans le contexte spécifique de la catéchèse : en tant que prédication pastorale, celle-ci doit assumer une triple charge : conforter les auditeurs dans le choix qu’ils ont fait de recevoir le baptême, expliquer les articles de foi, et incarner ceux-ci dans un texte, le texte biblique précisément ; celui-ci est à son tour investi d’un double statut : en tant que texte sacré, il doit être entendu et retenu pour lui-même ; en tant que vecteur de l’histoire sainte, il sert de support à la démonstration des vérités de la foi. Ainsi l’Écriture est-elle toujours, dans ce type de prédication, susceptible d’usages divers qui ne s’excluent évidemment pas les uns les autres : usages normatif, parénétique ou argumentatif en particulier pour n’en citer que trois ; c’est à partir de ces trois axes principaux que l’on abordera, en abandonnant toute prétention à l’exhaustivité, quelques-unes des innombrables épiphanies de l’Écriture dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille. On essaiera donc, à partir d’une exemplier fourni, d’appréhender successivement trois questions : comment, vis à vis de candidats au baptême issus de divers horizons religieux, le prédicateur défend l’autorité de l’Écriture en tant que texte sacré ; ensuite comment, dans le cadre spécifique de la catéchèse, il tire de cette autorité des enseignement moraux destinés à accompagner les fidèles dans leur processus de conversion ; enfin comment s’articulent les affirmations dogmatiques qui constituent l’épine dorsale de la prédication et leur démonstration par l’Écriture.

Vendredi 15 Mars : Bernard OUTTIER, Transmission des textes bibliques dans l’Antiquité et au Moyen Age et  information sur la situation de l’édition biblique et patristique actuelle, en Arménie et en Géorgie.

On évoquera les circonstances, quand elles sont connues, de la traduction de la Bible, le canon, le problème discuté des modèles, l’histoire du texte et on présentera les principales éditions en cours. Un rapide aperçu des récentes éditions patristiques en Arménie et en Géorgie complètera l’exposé.

Vendredi 8 Février : Marie-Laure CHAIEB, Les enjeux d’une utilisation de Biblindex  au cours des études de théologie

Depuis 4 ans, à la faculté de théologie de l’UCO – Angers, un atelier est proposé aux étudiants de second cycle intitulé « Formation de la Tradition ». Les compétences visées sont de faire rechercher aux étudiants des sources précises dans la littérature patristique et de rendre compte d’une éventuelle formation de la Tradition en suivant chronologiquement les interprétations d’une péricope donnée (le baptême de Jésus, les tentations  de Jésus au désert, la Samaritaine, la résurrection de Lazare). Travaillant essentiellement à partir de Biblindex, ils font l’apprentissage de nouvelles méthodes de travail et sont confrontés à des interrogations de fond.

A partir d’exemples précis issus de l’expérience de ces ateliers, je propose de développer quelques uns des questionnements, essentiels au cours des études de théologie,  dont  ce travail donne l’occasion de faire l’expérience : que signifie l’idée d’une Tradition au singulier lorsque, sur une même péricope, c’est plutôt l’éclatement et la diversité des interprétations dont on fait l’expérience ? Que se passe-t-il lorsqu’on constate que telle interprétation adoptée par la Tradition provient d’une littérature déviante ? Quelle(s) réaction(s) lorsqu’il s’avère que l’interprétation d’un Père s’appuie sur une version « différente » du texte biblique ?

2012

Vendredi 16 Novembre : Smaranda BADILITA, La figure de Noé entre réécriture et citations bibliques chez Philon et Flavius Josèphe

Dans un premier temps, j’aborderai la problématique de l’intégration de l’œuvre de Flavius Josèphe et en particulier des Antiquités juives dans Biblindex, tout en rappelant au préalable les questions liées à la Bible utilisée par Josèphe. Dans le cas d’une œuvre comme les AJ, le travail de repérage des citations scripturaires est directement lié à la compréhension des choix de l’historien, de ses partis-pris, de ses écarts (omissions, ajouts, etc.) par rapport au récit biblique. Afin d’illustrer la manière dont Josèphe reformule les données scripturaires, je prendrai dans un deuxième temps pour exemple des éléments constituant l’épisode de Noé, en comparant la démarche joséphienne avec l’approche exégétique et philosophique de Philon et en essayant de déceler des influences possibles de ce dernier sur la figure de Noé telle qu’elle apparaît chez l’auteur des AJ.

Vendredi 19 Octobre : Dominique BERTRAND, L’Apocalypse dans l’oeuvre d’Irénée de Lyon

De par sa position de chef de file dans la controverse contre la « fausse gnose », Irénée est surtout attendu, consulté et étudié sur les deux grands axes de sa « dénonciation et réfutation » : le Dieu créateur et le Verbe fait chair. Un seul point de son enseignement ecclésiastique sur les « derniers temps » est vivant, et même brûlant, de façon rémanente, celui du millénarisme. Cette présentation peu cohérente de l’irénéisme doit être reprise d’une façon à la fois plus large et plus précise : d’une part, la thèse des « mille ans » de l’achèvement de l’histoire a besoin d’être replacée dans plus vaste qu’elle ; d’autre part, les deux axes qui structurent le grand œuvre non seulement gagnent à ne pas être amputés de leur développement eschatologique, ils restent béants sans lui.

Irénée donne une place structurellement beaucoup plus large que ses prédécesseurs à l’Apocalypse de Jean: le Contre les Hérésies compte 57 références, dont seulement vingt allusives , à ce livre. Il y avait aux Ier et IIe siècles un climat culturel et spirituel où étaient ressenties des connivences entre l’eschatologie et le livre de Jean intitulé Apocalypse: Irénée reprend ce pressentiment et en fait un nœud théologique. »

Jeudi 20 Septembre : Aline CANELLIS, Citations et allusions scripturaires dans le De Helia d’Ambroise de Milan

Probablement rédigé entre 387 et 390, le De Helia et ieiunio a été élaboré à partir d’homélies réellement prononcées par l’évêque de Milan au début du Carême. Ce petit traité sur le jeûne s’inspire de sources grecques, en particulier de quatre homélies de Basile, l’évêque de Césarée : deux Homélies sur le jeûne, l’Homélie contre les ivrognes et l’Homélie d’exhortation au saint baptême, qui soustendent respectivement les §§ 1 à 40, 41 à 68, et 79 à 85 du traité latin. Mais, selon le procédé de l’aemulatio, Ambroise retravaille, adapte et imbrique ses sources multiples, plus encore que ne l’ont signalé les commentateurs ou éditeurs antérieurs. Cette méthode a des conséquences sur le texte biblique auquel recourt Ambroise : il utilise aussi bien des citations latines provenant de sa Vieille Latine que des citations reprises à Basile. Mais les citations sont peu nombreuses eu égard à la très grande quantité d’allusions scripturaires, parfois de simples ou vagues réminiscences. Enfin, semblable marqueterie biblique, où sont également incrustés des souvenirs d’auteurs païens, a un impact non négligeable sur la méthode exégétique du pasteur milanais…

Lundi 11 Juin : Marc MILHAU, La Bible d’Hilaire de Poitiers

Dans le cadre d’une réflexion sur « Hilaire de Poitiers et l’Écriture », deux exposés sont présentés. Le premier a pour point de départ le passage de l’Instructio Psalmorum, au début des Tractatus super Psalmos, dans lequel Hilaire énumère, à la suite d’Origène, les « vingt-deux livres » de l’Ancien Testament. À partir de là sont observées les citations des livres deutérocanoniques et la manière dont Hilaire les introduit, ainsi que quelques difficultés d’identification du texte cité. De cette enquête limitée et émiettée on essaiera cependant de dégager quelques observations plus générales. Le second exposé porte sur les « cinq livres de Moïse » et la connaissance qu’Hilaire en avait. Que nous montrent les statistiques que permet d’établir le volume de Biblia Patristica 6 ? Que nous apprend la confrontation de ces résultats à l’utilisation faite par Hilaire des mêmes livres dans le livre 4 du De Trinitate ?

Lundi 14 Mai : Marie RÉBEILLÉ-BORGELLA, Latin biblique et latin chrétien : quelques réflexions sur l’usage du texte biblique dans une recherche sémantique sur le latin des auteurs chrétiens

Les travaux portant sur la comparaison entre le latin des Bibles latines et le latin des Pères ont mis en évidence les différences et les points de convergence entre les deux. Certaines ont mis en évidence les différences entre les deux, qui sont aussi bien stylistiques que syntaxiques ou sémantiques, pendant que d’autres insistent sur l’apport du latin biblique à la langue des auteurs chrétiens. L’étude de certaines familles de mots (uocare et uocatio ; sanctus et sanctitas, entre autres exemples) montre que l’usage des traductions latines de la Bible a permis un enrichissement du vocabulaire : des termes peu ou très peu usités à l’âge classique sont fréquemment attestés dans les œuvres des Pères; des termes d’usage courant en latin dit classique ont vu leur sémantisme entièrement remodelé pour intégrer les sens attestés dans les traductions latines de la Bible. À partir d’exemples, nous proposerons quelques réflexions sur la place à donner au texte des Bibles latines dans une étude sémantique sur les textes patristiques pour rendre compte des apports des bibles latines au vocabulaire latin.

Lundi 23 Avril : Jacques ELFASSI, La Bible d’Isidore de Séville

Les travaux sur la Bible d’Isidore ont porté jusqu’à présent sur trois questions : le canon scripturaire d’Isidore ; la part d’Isidore dans la constitution du texte du psautier wisigothico-mozarabe ; le texte biblique utilisé par Isidore. Après avoir résumé l’état actuel des connaissances sur les deux premiers points, je me concentrerai sur le troisième. Les conclusions de cette enquête sont les suivantes : 1° Isidore utilise très majoritairement la Vulgate. 2° Parfois, il utilise un autre texte que celui de la Vulgate, mais il s’agit alors d’une citation de seconde main, par l’intermédiaire de Cyprien, Augustin, Jérôme et beaucoup d’autres. 3° Il manifeste une grande liberté vis-à-vis du texte biblique, depuis la copie pure et simple d’un ou plusieurs versets jusqu’à l’adaptation libre. Dans certains cas (rares, mais d’autant plus intéressants), il n’hésite pas à s’écarter de la Vulgate et à chercher chez les Pères une autre version de la Bible quand elle colle davantage à son propos. Il peut aussi combiner le texte de la Vulgate avec celui de sa source pour créer un texte qui lui est propre.

Lundi 12 Mars : Laurence VIANES, Le sens éthique comme prolongement du sens historique chez Apollinaire de Laodicée dans le commentaire des Psaumes : un point commun avec Théodore de Mopsueste ?

Apollinaire de Laodicée, né à Antioche avant 310 et mort après 390, est surtout connu pour sa théologie déviante : après avoir été un nicéen convaincu, il proposa une christologie selon laquelle le Logos tenait lieu d’âme pour l’homme Jésus dans un corps reçu de la Vierge. Ses écrits, tout en étant combattus par les Cappadociens et par tous les autres partis théologiques, ont influencé fortement le courant alexandrin de la christologie jusqu’aux monophysites mêmes. Les commentaires bibliques d’Apollinaire ne nous sont accessibles qu’à l’état fragmentaire : ils ont été récupérés par de minutieux travaux sur les chaînes exégétiques. Leur contenu a été très peu étudié jusqu’ici.

La communication montrera qu’Apollinaire se montre non-alexandrin en exégèse, puisqu’il retient pour chaque texte un seul sens et refuse la superposition de type origénien. Pourtant il ne répudie aucunement la valeur des psaumes pour les chrétiens, il l’accentue même au contraire, en considérant très souvent que le sens historique du texte concerne sa propre époque, le IVe siècle. La clé de son interprétation semble résider dans l’idée que le Psalmiste, en bon écrivain, s’identifie aux personnages les plus divers et cherche à résumer dans ses paroles toute l’expérience humaine. On recherchera la paternité de cette idée, et on proposera qu’elle ait inspiré Théodore de Mopsueste pour son traitement des citations vétérotestamentaires dans le Nouveau Testament.

Mercredi 8 Février : Hélène GRELIER-DENEUX, L’exploitation de la Bible par Apolinaire de Laodicée dans ses controverses doctrinales

Apolinaire de Laodicée, connu surtout par sa christologie, fut aussi un exégète célèbre à son époque d’après quelques témoignages. Un tel fait laisse supposer que ses principes herméneutiques méritent attention, dans la mesure toutefois où son corpus fragmentaire, et donc limité, permet d’en apprécier les composantes. Dans les fragments doctrinaux, pour la plupart, édités par H. Lietzmann, Apolinaire revient sur des passages bibliques amplement débattus avant et après lui dans les controverses christologiques. Notre enquête visera donc à élucider les versets importants pour l’élaboration de sa doctrine en fonction des enjeux propres à chaque controverse, dans la mesure où ils sont identifiables. Il s’agira aussi de voir si l’interprétation d’Apolinaire constitue un nouveau jalon dans la réflexion christologique du milieu et de la fin du IVe siècle, et dans quelle mesure on peut dire qu’elle ouvre à des problèmes nouveaux face auxquels ses successeurs doivent se positionner. Ce faisant, peut-on repérer des matrices et techniques de lecture récurrentes qui permettraient de qualifier son exégèse doctrinale ?

Lundi 9 Janvier : Guillaume BADY, Quel est le verset biblique le plus cité chez les Pères?

Quel est le verset biblique le plus cité chez les Pères? Et le livre le plus cité? Quelle évolution dans les premiers siècles? Quelle répartition géographique? Une première tentative d’exploration statistique globale des quelque 447714 données de Biblindex ne répondra peut-être pas à toutes les questions, mais pourra aboutir à quelques remarques et à quelques chiffres. Des chiffres donc, mais pour quoi faire? Peut-on, par exemple, les utiliser comme critère d’authenticité pour le corpus d’un auteur donné? Essai d’application au cas de Jean Chrysostome.

2011

 

Vendredi 9 Décembre : Jean Reynard, La Bible de Grégoire de Nysse

Examen de la présence et de l’importance des différents livres bibliques dans l’œuvre de Grégoire de Nysse et étude de quelques citations scripturaires et des problèmes textuels qu’elles soulèvent.

Lundi 14 Novembre : Guy Lobrichon, Le Cantique des Cantiques dans l’exégèse médiévale

I. L’histoire paisible du Cantique des Cantiques

  1. Formes de la diffusion manuscrite

–        Un livre dans le Livre : stabilité du contexte

–        Un livre vagabond : associations hors-nature

–        Formes de la diffusion manuscrite

  1. Le terreau des lecteurs
  2. Les grands médiateurs : brève histoire de l’exégèse

II. L’histoire des différentes versions du texte

  1. L’affranchissement des Latins

Versions du IXe siècle

  1. Autour de 1100
  2. La génération de Bernard de Clairvaux et de ses successeurs : Bernard à Geoffroy d’Auxerre
  3. Du latin à l’ancien français

III. Détours et détournements de l’exégèse

  1. Dramatis ordo
  2. Histoires singulières : interprétations de Ct 2,15 et 3,1. Enjeux ecclésiologiques

Bibliographie sommaire

Le Moyen Âge et la Bible, sous la direction de Pierre Riché et Guy Lobrichon, Paris, Beauchesne 1984 ( Bible de Tous les Temps,4 ).

La Bibbia nel Medioevo, a cura di Giuseppe Cremascoli e Claudio Leonardi, Bologna, Edizioni Dehoniane, 1996.

The Bible in the Medieval World. Essays in Memory of Beryl Smalley, ed. Katherine Walsh and Diana Wood, Oxford, Basil Blackwell, 1985.

The Bible in the Twelfth Century. An Exhibition of Manuscripts at the Houghton Library, by Laura Light, Cambridge, Mass., The Harvard College Library, 1988 (reprint 2005).

Gilbert Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIe-XIVe siècles, Paris, Ed. du Cerf, 1999.

Gilbert Dahan, Les voies nouvelles de l’exégèse. En lisant le Cantique des Cantiques. XIXe Congrès de l’ACFEB, Paris, Cerf, 2002.

Ann Matter, The Voice of My Beloved. The “Song of Songs” in Western Medieval Christianity, Philadelphia, University of Philadelphia Press, 1990.

Il Cantico dei Cantici nel Medioevo. Atti del Convegno Internazionale dell’Università degli Studi di Milano e delle Società Internazionale per lo studio del Medioevo Latino (S.I.S.M.E.L.), Gargnano sul Garda, 22-24 maggio 2006, a cura di Rossana E. Guglielmetti, Firenze, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2008.

Rossana E. Guglielmetti, La Tradizione manoscritta dei commenti latini al Cantico dei Cantici (origini-XII secolo). Repertorio dei codici contenenti testi inediti o editi solo nella « Patrologia latina », Firenze, SISMEL – Edizioni del Galluzzo, 2006.

La Bibbia in italiano tra Medioevo e Rinascimento (Firenze, Certosa del Galluzzo, 8-9 novembre 1996), Firenze, SISMEL, 1998.

La Scrittura infinita. Bibbia e poesia in età medievale e umanistica. Atti del Convegno di Firenze, 26-28 giugno 1997, a cura di F. Stella, Firenze, SISMEL, 2001

Guy Lobrichon, « Making Sense of the Bible », The Cambridge History of Christianity, vol. 3 : Early Medieval Christianities, c. 600-c. 1100, ed. Thomas F. X. Noble and Julia M. H. Smith, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 531-553.

Guy Lobrichon, « Le texte des bibles alcuiniennes », dans Alcuin, de York à Tours. Ecriture, pouvoir et réseaux dans l’Europe du haut Moyen Âge, éd. Philippe Depreux et Bruno Judic, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004 (= Annales de Bretagne, 111, 2004), p. 209-219.

Guy Lobrichon, « Riforma ecclesiastica e testo della Bibbia », dans Le Bibbie atlantiche. Il libro delle Scritture tra monumentalità e rappresentazione. Abbazia di Montecassino, 11 luglio-11 ottobre 2000, Milano, Centro Tibaldi, 2000, p.15-26.

Guy Lobrichon, « Les traductions médiévales de la Bible dans l’Occident latin », Biblia. Les Bibles en latin au temps des Réformes, dir. Marie-Christine Gomez-Géraud, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2008, p. 19-36.

Guy Lobrichon, « Les paraphrases bibliques comme instruments théologiques dans l’espace roman des XIIe et XIIIe siècle », dans La Scrittura infinita, o.c., p. 155-176.

Guy Lobrichon, « Un nouveau genre pour un public novice: la paraphrase biblique dans l’espace roman du XIIe siècle », dans The Church and Vernacular Literature in Medieval France, éd. Dorothea Kullmann, Toronto: Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 2009 (Toronto Studies in Romance Philology 1), p. 77-95.

– GL,  « Espaces de lecture du Cantique des Cantiques dans l’Occident médiéval (IXe-XVe siècles) », Les voies nouvelles de l’exégèse. En lisant le Cantique des Cantiques. XIXe Congrès de l’ACFEB, Paris, Cerf, 2002, p. 197-216.

Lundi 10 Octobre : Dominique Gonnet, La Bible d’Athanase

Trois modes d’utilisation de l’Écriture sont employés par Athanase dans les Lettres à Sérapion : polémique, dogmatique et exégétique à proprement parler. Il semblerait que dogmatique et exégétique s’opposent, et pourtant, la recherche d’une cohérence de l’ensemble de l’Écriture n’est pas incompatible avec la rigueur d’une analyse grammaticale et contextuelle d’un verset particulier. Les Lettres à Sérapion se prêtent bien à une telle comparaison. En effet, les « Tropiques », désignés ainsi parce qu’ils considèrent que « l’Esprit » n’est qu’une manière de parler, choisissent précisément un angle d’attaque linguistique pour argumenter avec l’Écriture. Par sa manière de procéder, par son caractère systématique, Athanase va influencer les théologiens ultérieurs qui traiteront de l’Esprit saint, Basile de Césarée par exemple.

Lundi 12 Septembre : Camille Gerzaguet, La Vetus Latina d’Ambroise de Milan

Que ce soit sous forme de citations, d’allusions ou de réminiscences fondées sur un seul terme, les Écritures irriguent l’œuvre ambrosienne. Pourtant, si l’importance de la Bible chez Ambroise a très souvent retenu l’attention, plus rares sont les études à avoir abordé la question de l’attitude de celui-ci face au texte biblique en s’attachant à l’étape première qu’est l’utilisation, voire la sélection, d’une source particulière latine ou grecque. En effet, la très bonne connaissance qu’Ambroise avait du grec lui permettait d’avoir accès non seulement à la Septante et à ses réviseurs mais aussi aux textes du Nouveau Testament dans leur langue originale. C’est la raison pour laquelle le texte des citations scripturaires des œuvres ambrosiennes apparaît souvent comme le fruit d’un travail personnel et original mené sur le texte même des Écritures ou sur les citations reprises à des devanciers (Origène, Basile, Hilaire). Les citations ou allusions scripturaires chez Ambroise doivent donc retenir tout particulièrement l’attention de l’éditeur de texte et faire l’objet de recherches et de comparaisons, sous peine de subir les déformations que l’on constate dans les anciennes éditions des mauristes ou du CSEL. Une étude de cas sera proposée à partir de l’édition en cours du De fuga saeculi.

Mercredi 6 Juillet : Jérémy Delmulle, Augustin dans Biblindex : un premier test, le traitement du De Magistro (CPL 259)

Avant de commencer l’analyse des citations scripturaires dans l’œuvre d’Augustin, il semblait nécessaire de faire le point sur les données déjà à notre disposition (seulement 7 œuvres traitées par le CADP, sur un total de 160) et surtout sur les outils spécifiques à prendre en compte au cours du travail préparatoire. Il s’agit avant tout de mettre en place certaines règles méthodologiques.

J’ai tenté de donner, à partir du traitement intégral d’une œuvre courte (le De magistro), un aperçu des différents problèmes qui se poseront sans doute à tout analyste et d’évaluer dans quelle mesure les informations contenues dans les différentes éditions, divers indices scripturaires, les archives d’Anne-Marie La Bonnardière ou le CAG doivent être mises à profit dans ce cadre.

Lundi 27 Juin : Laurence Mellerin, Les références scripturaires dans les Paraboles de Bernard de Clairvaux

Après une présentation d’ensemble du projet d’intégration des quelque 40.000 références bibliques de saint Bernard dans Biblindex à partir des index déjà disponibles (Sancti Bernardi Opera, Sources Chrétiennes), est étudié l’exemple concret de la préparation de l’apparat scripturaire des Paraboles de Bernard pour la collection Sources Chrétiennes. Deux lignes de réflexion sont envisagées : les références bibliques peuvent fournir des arguments pour défendre l’authenticité d’un texte ou l’antériorité d’une recension ; la spécificité du genre littéraire des Paraboles implique un recours au texte biblique qui diffère sensiblement de celui des grandes œuvres éditées par Bernard, les faits les plus saillants étant l’importance des textes historiques et la présence d’un corpus psalmique plus étendu.

Lundi 6 juin : Jérôme Moreau, Différents modes de citations scripturaires et la question de l’allégorie chez Philon d’Alexandrie. L’exemple du De migratione Abrahami, 1-12

À partir des trois premiers temps de l’exégèse proposée par Philon de Gn 12,1 dans le De migratione Abrahami (Migr. 2-6 ; 7-8 ; 9-12), nous montrerons l’insuffisance de la qualification « allégorique » appliquée à la démarche effectivement embrassée par Philon.

En effet, seuls les tout premiers paragraphes, qui expliquent le sens de la terre, de la parenté et de la maison paternelle qu’Abraham doit quitter, paraissent pouvoir relever au sens propre d’une exégèse allégorique : ils transposent effectivement la lettre scripturaire dans un registre philosophique, pour illustrer la vie de l’intellect, deux des trois transpositions étant appuyées sur une citation scripturaire qui les justifie. En revanche, l’usage que fait ensuite Philon des citations scripturaires, lesquelles deviennent même, dans le troisième temps, des références implicites qu’il faut pouvoir déchiffrer, appelle l’élaboration d’un modèle plus complexe que celui que recouvre généralement le seul terme d’allégorie, laquelle désigne ou bien un principe trop général, ou bien une technique trop circonscrite.

Lundi 16 Mai : Guillaume Bady, 3 Esdras : les conditions d’intégration d’un “apocryphe” dans Biblindex

La définition du corpus biblique pris en compte par le CADP pour Biblia Patristica correspond à des critères en partie inadéquats par rapport au corpus biblique utilisé par les auteurs anciens. Ces derniers citaient volontiers comme scripturaires des livres plus tard jugés “apocryphes”: ainsi le 3e livre d’Esdras, pendant longtemps cité de préférence aux deux premiers livres qui ont fini par le supplanter dans le judaïsme et dans le christianisme latin, à savoir Esdras et Néhémie. 3 Esdras a donc toute légitimité pour être intégré à Biblindex, du moins avec la  prudence qui s’impose en particulier pour les auteurs latins postérieurs à Jérôme.

Or 3 Esdras a, dans une très large proportion, un texte comparable à 2 Chroniques ainsi qu’à Esdras et Néhémie. Dans un premier temps pourraient être mises au point une “simple” concordance verset par verset et une isolation “étanche” des passages propres à 3 Esdras. Dans un deuxième temps, il sera difficile d’éluder l’analyse au cas par cas…

Lundi 21 Février : José Paumard, Le Projet « Open Melodie »

Open melodie est une plateforme logicielle open source (http://sourceforge.net/projects/openmelodie/) et libre de droits, un logiciel serveur, accessible en ligne, disponible sous licence GPL, donc libre de droits pour toutes les applications, commerciales ou non.

Open melodie peut être installé en environnement Linux / MySQL. L’ensemble des interfaces d’administration et d’accès sont compatibles avec tous les navigateurs récents.

Open melodie est un outil complet de gestion de données en ligne. À la différence d’autres logiciels (Access ou Filemaker par exemple), aucune donnée n’est enregistrée sur le poste client. On peut donc commencer un travail sur un poste et le terminer sur un deuxième, sans transfert de fichier.

Afin d’autoriser le travail à plusieurs mains sur de grandes masses de données, Open melodie définit un modèle de sécurité avancé. Il est donc possible de déléguer des pouvoirs d’indexation à d’autres personnes, sur tout ou partie de ses données.

De la version de travail, entièrement privée, à la version publique, destinée à être citée dans une publication, l’indexeur a le contrôle total de la sécurité de ses données. L’interface d’Open melodie permet de gérer ce cycle de vie.

La plateforme propose des connecteurs XML qui permettent à des interfaces tierces d’accéder aux données. Les projets utilisant cette plateforme peuvent donc publier leurs données sous leur propre identité visuelle. Ce principe de double accès est utilisé pour le projet MAVI depuis plus de 6 ans.

Open melodie est utilisé depuis plus de 6 mois par l’équipe du MAVI (Musée Achéménide Virtuel et Interactif : http://www.museum‐achemenet.college‐de‐france.fr/). Environ 25 mille objets ont été indexés, soit plus de 250 mille éléments d’indexation.

Lundi 3 Janvier : Clémentine Valette, « Hincmar de Reims et la Bible ou la Bible d’Hincmar de Reims ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *