Georges Valayer

Nous devons au P. Georges Valayer une grande part des archives non publiées du CADP. S’inscrivant dans la continuité de son travail discret et assidu, une trentaine d’entre nous ont peu à peu mis au jour les « truffes » bibliques qu’il avait repérées : 170.000 références, dont il a collecté environ les deux tiers, sont aujourd’hui disponibles sous forme numérique et attendent d’être mises en ligne. Ses relevés ne nous disent pour ainsi dire rien de lui ; c’est à la troisième personne qu’il se mentionne, lui « l’analyste », dans les notices arides et laconiques de ses interminables cahiers. Parfois cependant, quelques traces d’humanité affleurent, nous rappelant combien de fois il a dû voir se lever et se coucher le soleil sur les arbres de son jardin méridional, tandis qu’il reparcourait toute la littérature patristique en quête de Bible :

« [Mes vacances] ont été merveilleuses de beau temps, de calme et de… labeur!… comme au temps de mon enfance… avec ses devoirs de vacances ! Ma vie, au Rieu, est une harmonie entre le repos et le travail ; car chaque jour apporte son repos, son calme et le travail en est allégé !.. » (9 octobre 1978)

« Sécheresse… à la manière d’Elie ! Pas de labours ! Pas de semailles d’automne ! Après quatre mois (depuis fin juin !) d’un temps de paradis, un mistral furieux !… qui entasse des congères… de feuilles de vignes libérées par deux gelées blanches (27 novembre 1978) »

Parfois, l’exaspération l’emporte :  « Ce commentarius est une mixture de textes ! … hachés… entrecoupés… enchevêtrés… empilés… au cours d’une exégèse ! Notre “Pseudo” procède quelquefois par chapitres entiers ! … » ; « Madame Hanriot, Liturgie et poésie se sont ligués contre…moi ! Il s’agit de liturgie byzantine ! Tome 1 sur 3 ! Le présent : Triodion. Densité biblique encombrante! Il me reste 70 pages… sur 760 et 480 pages d’analyse ! ». Lorsque le texte est par trop paraphrastique ou répétitif, des « sic deinceps » vengeurs se succèdent. Mais l’humilité – « Cette analyse aura corrigé quelques erreurs … pourvu que l’analyste, lui, n’ait pas semé les siennes à la place !? » –, la courtoisie et le souci de son destinataire –  « Cher relecteur : bon courage ! » ; « Amitiés à tous, et pour vous, Madame, mes excuses pour ce dérangement supplémentaire » – la tempèrent toujours. On l’aura remarqué, notre analyste est un adepte des points d’exclamation, qui ponctuent aussi les remarques marginales des cahiers : en général, ils ont été repris dans la base de données, même si la transcription en Arial 12 leur ôte leur charme primitif…

 Extrait d'une lettre de G. Valayer

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search