Parution récente : P. ANDRIST, éd., Le manuscrit B de la Bible (Vaticanus gr. 1209). Introduction au fac-similé

P. ANDRIST, éd., Le manuscrit B de la Bible (Vaticanus gr. 1209). Introduction au fac-similé, Actes du Colloque de Genève (11 juin 2001), Contributions supplémentaires, 2009, ISBN 2-940351-05-8, 310 p., 8 pl. hors texte, € 39.

« Le Vaticanus graecus 1209, bien connu des biblistes sous le sigle B, est, depuis quelques années, l’objet d’un regain d’intérêt, comme en témoigne la publication, en 1999, d’un nouveau fac-similé d’une qualité exceptionnelle. En effet, quelque 400 ans après être sortie de l’ombre, celle qui pourrait être la plus ancienne des Bibles chrétiennes en un volume conservées n’a de loin pas encore livré tous ses secrets ; elle continue d’alimenter des débats importants, tant pour l’histoire du texte biblique que pour la reconstruction du contexte religieux du IVe siècle et la connaissance des techniques de production des livres à cette époque.
Pour qu’un large public ait facilement accès aux dernières recherches sur B et pour encourager la poursuite de ces travaux, le présent volume réunit les études introductives accompagnant le fac-similé, les exposés présentés au Colloque de Genève (Vandœuvres, 11 juin 201) ainsi que deux contributions complémentaires :

Ière partie : Prolégomènes. Un état de la recherche complet sur le manuscrit B a été publié comme prolégomènes au nouveau fac-similé. Cette introduction, diffusée de manière très limitée, puisqu’elle ne circule pas indépendamment du fac-similé, est ici rééditée et mise à jour.
IIe partie : Actes du colloque. Plusieurs des meilleurs spécialistes du Codex Vaticanus se sont retrouvés le 11 juin 2001, à la Fondation Hardt de Vandoeuvres (Genève) pour débattre de l’origine disputée du manuscrit, diversement situé :e à Césarée, à Alexandrie ou à Rome. Ce fut également l’occasion de rappeler l’importance de B pour l’histoire du texte biblique et les longs détours de la recherche jusqu’à ce qu’elle en prenne pleinement conscience.
IIIe partie : Suppléments. Que signifient les nombreux signes en forme de tréma dans les marges de B ? Selon le premier article de cette partie, ces « distigmai » désignent des variantes textuelles ; elles témoignent d’un travail philologique ancien, encore utile aujourd’hui pour l’établissement du texte biblique. La dernière contribution propose quelques pistes nouvelles pour mieux situer, dans leur contexte historique, la confection de B au IVe siècle, le travail d’annotation des « distigmai » et la restauration du manuscrit au XVe siècle. » (Présentation du livre par les Éditions du Zèbre, http://www.zebre.ch, site où se trouvent également la table des matières et le bulletin de commande).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search