Le prophète Malachie dans La Bible d’Alexandrie

Le volume 23. 12 de la collection « La Bible d’Alexandrie », contenant le livre du prophète Malachie,  vient de paraître aux éditions du Cerf. La traduction du texte grec de la Septante, l’introduction et les notes ont été réalisées par Laurence Vianès. La table des matières du volume est consultable sur le site des éditions du Cerf à l’adresse suivante : http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichetm.asp?n_liv_cerf=9345 Broché: 176 pages
ISBN-10: 2204094781
ISBN-13: 978-2204094788

Dans ce nouveau volume extrêmement riche de « La Bible d’Alexandrie », on trouvera une  analyse minutieuse du  texte grec du prophète Malachie, des études de vocabulaire et de langue, accompagnant la traduction française. Laurence Vianès compare  le texte grec de la Septante avec le texte massorétique, avec les autres versions grecques et latines, les documents de la Mer Morte, et à l’occasion avec le Targum et la littérature rabbinique, pour mieux préciser, le souligne-t-elle dans une présentation du volume qu’elle nous a fournie, « la façon dont les traducteurs juifs hellénisés ont traité leur source biblique. » Avertie des discussions actuelles dans le domaine de l’exégèse, l’auteure ne néglige pas de prendre position sur les questions les plus débattues. »On découvre ainsi parfois – précise Laurence Vianès – que certaines démonstrations qui prétendent s’appuyer sur l’autorité de la Septante, s’en réclament à tort. Le texte grec de Malachie condamne-t-il absolument le divorce, ou le considère-t-il comme un moindre mal ? Parle-t-il des mariages mixtes ? Comment envisage-t-il les relations entre les prêtres et les lévites et leur dignité respective ? Quel genre de récompense promet-il aux justes, lorsque se lèvera le « soleil de justice » pour le Jour du Seigneur ? A toutes ces questions, le livre montre quelles réponses ont été apportées au cours des siècles « du côté grec », par la Septante elle-même, par ses premiers lecteurs juifs et par les chrétiens qui dans l’Antiquité l’ont abondamment méditée et commentée. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *