Parution : Lectures de la Bible (Ier-XVe s.)

couverture

Collection Album  – 656 pages – oct. 2017 – 49,00€

Quelle est l’histoire de la Bible ? Comment sa version actuelle est-elle parvenue jusqu’à nous ? Qui sont les hommes qui ont participé à la transmission et à la réception de ses textes ? Qu’est-ce qui fait d’elle un livre vivant, qui n’a jamais cessé de résonner dans l’histoire de la civilisation ?
C’est à ces questions que cet ouvrage se propose de répondre, tout au long d’un parcours à travers les interprétations que les Écritures ont suscitées dans le bassin méditerranéen, depuis les origines jusqu’au xve siècle. Il fait entrer le lecteur dans un monde où la Bible n’est pas encore un monument figé de la littérature, mais un ensemble vivant de textes qui, comme tel, appelle à une « interprétation infinie ». Depuis les rédacteurs de midrash jusqu’aux Pères de l’Église, en passant par les interprètes de l’époque abbasside et les théologiens
byzantins, ce sont les exégèses chrétienne, juive et musulmane qui sont traitées conjointement.
Chaque chapitre a été rédigé par un ou plusieurs spécialistes et comporte, outre un exposé théorique d’ensemble, de nombreuses illustrations, des encarts, des notes marginales ainsi qu’une bibliographie.
  • Dimensions : 185x240x41.5
  • ISBN : 9782204111652
  • Poids : 1985 grammes

Avec la collaboration de : Benoît Gain, Bernard Meunier, Bernard Outtier, Cyrille Aillet, Dominique Bertrand, Dominique Gonnet, Guillaume Bady, Guy Lobrichon, Jacques-Noël Pérès, Jean Massonnet, Jean Reynard, Jean-Noël Guinot, Judith Kogel, Laurence Mellerin, Laurent Basanese, Marie-Gabrielle Guérard, Marie-Hélène Congourdeau, Paul Mattei, Paul Payan, Philippe Luisier, Smaranda Marculescu, Sumi Shimahara

Parution : Le livre scellé, Cahiers de Biblindex 2

Le livre est disponible sur le site de Brepols : http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503577005-1

Ce volume est issu du séminaire qui accompagne le développement du projet BIBLINDEX, dont l’objectif est la constitution d’ un index des citations et allusions bibliques présentes dans les textes chrétiens de l’ Antiquité tardive et de ses prolongements médiévaux.

Après trois études principalement consacrées à Origène, le lecteur pourra découvrir un système de numérotation scripturaire proposé par Basile de Césarée, et, avec les Pères grecs, se demander ce qu’est devenu l’apôtre Mathias, ou encore si la notion de « prologue » johannique est pertinente. Lui sera alors présenté un parcours mettant en évidence la typologie du « Christ-Frère », puis une enquête sur la « chambre nuptiale » de Mt 25, 10. Les trois derniers chapitres portent sur le monde latin : l’usage des deutérocanoniques par Hilaire de Poitiers ; puis deux études, sur Augustin et Isidore de Séville, exploitant méthodiquement les citations bibliques.

Ainsi, ce recueil rassemble des études variées, qui donnent à voir les richesses de la lecture patristique des Ecritures et la diversité des méthodes modernes employées pour les mettre au jour. Nous sommes là au cœur des objectifs de Biblindex : entr’ouvrir, à l’aide des clefs que les Pères nous ont laissées, le livre scellé des Ecritures.

Table des matières

Avant-propos

Lorenzo Perrone, Un « ressourcement » inattendu : les nouvelles Homélies d’Origène sur les Psaumes dans le codex de Munich

Michel Fédou, Le Commentaire d’Origène sur l’épître aux Romains : Variations sur le concept de loi et sur la thématique Israël-nations

Françoise Vinel, Contourner le sens des Écritures : Origène, Augustin

Benoît Gain, Basile de Césarée : auteur de testimonia ?

Guillaume Bady, Les Douze ou les Onze (Actes 1, 15-26) ? Le destin de Matthias, apôtre oublié, chez Jean Chrysostome et les Pères grecs

Bernard Meunier, Le début de l’évangile de Jean. Approche critique selon Cyrille d’Alexandrie et quelques auteurs anciens

Michel Dujarier, La typologie du « Christ-Frère » dans la première Alliance selon les Pères de l’Église

Maxime Yevadian, Le grec de Jean Cassien

Émilie  Escure-Delpeuch, L’exégèse de Mt 25, 10 (parabole des dix vierges) chez les Pères des premiers siècles

Marc Milhau, À propos d’Hilaire de Poitiers et l’Écriture : les deutérocanoniques

Marie Pauliat, Les Sermones Mai 25 et Morin 7 d’Augustin d’Hippone, des Sermones in Matthaeum ?

Jacques Elfassi, L’exploitation des citations bibliques dans la recherche des sources : l’exemple d’Isidore de Séville

Parution : L. Vianès, NAISSANCE DE LA BIBLE GRECQUE

Nous avons le plaisir de vous informer de la parution de cet ouvrage aux Éditions des Belles-Lettres :

NAISSANCE DE LA BIBLE GRECQUE 

Pseudo-Aristée : LETTRE D’ARISTEE A PHILOCRATE

Épiphane de Salamine : TRAITE DES POIDS ET MESURES

Témoignages antiques et médiévaux

Auteur : Laurence Vianès

ISBN : 972-2-251-44697-4

Disponible le 12 juin 2017

https://www.lesbelleslettres.com/livre/2966-naissance-de-la-bible-grecque.

Répartis sur un millénaire et demi, les textes ici rassemblés racontent comment la Bible hébraïque est devenue un livre grec.

La Lettre d’Aristée fut rédigée avant l’ère chrétienne en Égypte. Avec un art très sûr, elle met en scène le roi macédonien Ptolémée II Philadelphe et son ministre Démétrius de Phalère, désireux d’enrichir la fameuse bibliothèque d’Alexandrie. Grâce à l’approbation du grand prêtre des Juifs, sur une île face à la mer, soixante-douze lettrés venus de Jérusalem collaborent pour traduire la Torah d’hébreu en grec. Cette version, appelée par la suite la Bible des Septante, était destinée à acquérir une renommée immense dans le judaïsme, puis à influencer fortement les doctrines du christianisme.

Le second opuscule, le Traité des Poids et Mesures d’Épiphane de Salamine, mis ici en français pour la première fois et daté de l’an 398, a exercé une grande influence sur les christianismes orientaux. Il reprend le récit en lui donnant le caractère d’un miracle. Il s’agit de montrer que la Septante est la plus ancienne traduction de la Bible, et la meilleure. Car il en existe désormais plusieurs autres, réunies dans les Hexaples d’Origène, qui lui disputent la place et dont Épiphane se charge d’exposer l’origine aussi. Sur ces « autres traducteurs », Aquila, Symmaque et Théodotion, le Traité est une source majeure.
La troisième partie est constituée d’une anthologie qui retrace les échos de ces récits dans les textes grecs, latins, hébreux, syriaques et arabes, jusqu’au XVe siècle. On voit se développer, puis régresser la croyance au miracle par lequel les interprètes travaillant séparément auraient produit des textes identiques en tout point. On assiste à la formation du standard de l’érudition à l’époque byzantine, avec sa liste des sept versions grecques de la Bible. On entend ressurgir de façons variées les mêmes questions : pourquoi le texte grec s’écarte-t-il souvent de l’hébreu ? Les auteurs du Nouveau Testament ont-ils utilisé la Septante? Les soixante-douze lettrés ont-ils voulu livrer aux païens les vérités du judaïsme, ou au contraire les dissimuler? D’où viennent les divergences dans les manuscrits bibliques? Ainsi renaît encore et toujours la discussion autour de l’autorité de la Septante et de son exactitude, que l’on compare à celle des rivales grecques, mais aussi de la Vulgate de Jérôme, des vieilles-latines, des deux versions syriaques, ainsi que des canons juifs rabbanite, qaraïte et samaritain.

Avec ce livre, le lecteur a en main de quoi suivre tout le développement de la légende entourant la Septante et les autres traductions dans l’Antiquité et le Moyen Âge byzantin et oriental. Il peut apprécier ce que l’on savait et ce que l’on croyait, aux différentes époques, sur les origines de la Bible grecque.

Laurence Vianès est maître de conférences en langue et littérature grecques à l’Université de Grenoble-Alpes. Ses recherches portent sur la Septante, ainsi que sur l’exégèse des prophètes bibliques chez les auteurs chrétiens anciens.

Complémentarité des approches quantitatives et qualitatives dans Biblindex

Une vidéo de 27 minutes d’une communication faite sur ce thème lors de la journée d’études Enjeux et méthodes des analyses de données quantitatives et qualitatives (Lyon, 27 janvier 2017) est disponible sur YouTube à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=5L9P8nva2-8&feature=youtu.be

La Bible grecque des Septante : Cycle de conférences 2016-2017

Chaque année, l’Université de Paris-Sorbonne et l’UMR 8167 (équipe « Antiquité classique et tardive ») organisent un cycle de conférences sur la Bible grecque, parallèlement au projet « La Bible d’Alexandrie », qui consiste à produire une traduction française de la Bible grecque (aux éditions du Cerf).

10 mars 2017        Matthieu Richelle (FLTE/EPHE (« Proche-Orient, Caucase », UMR 7192) : Réflexions sur les rapports entre Samuel-Rois, Chroniques et leurs versions grecques (17h-19h, salle 001)

26 avril 2017       Adrian Schenker (Université de Fribourg, Suisse) : La différence entre la leçon massorétique et celle de la Bible grecque en Is 9:5 : est-ce une variante textuelle ou une variante littéraire ? Les conséquences de la réponse pour l’histoire du texte de la Bible (17h-19h00, salle 001)

12 mai 2017           James Aitken      (Cambridge, Fitzwilliam College) : The Success of ‘Literalism’: Development of Style from kaige to Aquila (10h-11h, salle D223)

26 mai 2017           James Aitken      (Cambridge, Fitzwilliam College) : The linguistic evidence of the Septuagint: standards and language variation (17h-19h, salle S001)

Les séances ont lieu à la Maison de la Recherche

de 17h à 19h sauf la séance du 12 mai

28, rue Serpente, 75006 Paris

Contacts : cecile.dogniez@orange.fr,Olivier.Munnich@paris-sorbonne.fr, Sebastien.Morlet@paris-sorbonne.fr

10th Birmingham Colloquium on the Textual Criticism of the New Testament, ‘Lives of the Text’ (20-22 March 2017)

We are very pleased to release the draft programme for the tenth Birmingham Colloquium on the Textual Criticism of the New Testament, ‘Lives of the Text’, 
which will be held in Birmingham from Monday 20 to Wednesday 22 March 2017.

The programme can be downloaded as a PDF from http://tinyurl.com/10Coll-timetable 
The booking form is available from http://tinyurl.com/10Coll-booking 
*The early bird rates finish on Friday 13th January, so please send your booking forms in the next few days if you would like to take advantage of the reduced rates*

The draft programme is as follows:

Monday 20th March
3.00pm Welcome (Hugh Houghton)
3.10pm Samuel Gibson (Oxford), “‘Full of the Holy Spirit and Wisdom’: Divine Names and Titles in the Greek Lectionary of Acts.”
3.40pm Klaus Wachtel (Münster), “The text of Acts in the Byzantine manuscript edition known as Kr.” 
4.30pm Gregory S. Paulson (Münster), “Proposal for a Critical Edition of the Lectionary Text”
5.00pm Matthias Schulz (Vienna), “Coptic liturgical manuscripts – Reconstruction and Reliability for New Testament Textual Criticism.”
5.30pm Maia Ninidze and Ketevan Gigashvili (Tbilisi), “The Old Georgian Manuscripts and Editions of the Gospel and Liturgical Texts.”

Tuesday 21st March
9.15am Theodora Panella (Birmingham), “The Influence of the Catenae on Modern Greek New Testament Translations.”
9.45am Christina Kreinecker (Salzburg), “Translations of Scripture: Expression or Destroyer of a Living Text tradition?”
10.15am Simon Crisp (Birmingham), “Is There an Original Text in this Class? Revisiting David Parker’s Living Text from the Perspective of Translation Studies.”
11.15am Michael Dormandy (Cambridge), “How the Books Became the Bible: Work-Combinations in Manuscripts and the Origins of the New Testament Canon.”
11.45am Satoshi Toda (Sapporo), “Written Documents as Fixed Points in the Earliest Life of the Text of the Gospels.”
Afternoon: Excursion to Coventry with a guided tour of the Cathedral
 
Wednesday 22nd March
9.30am Pete Lorenz (Münster), “Codex Bezae’s Lukan Genealogy (Luke 3:23-38) as a ‘Living Text’.”
10.00am Thomas O’Loughlin (Nottingham), “Luke 22:17-20 as an Example of the Gospels as Living Texts within the Churches.”
11.00am Teunis van Lopik (Amsterdam), “The Influence of the Liturgy on the Textual History of the Pericopa Adulterae: Some Notes.”
11.30am Tommy Wasserman (Örebro) and Jennifer Knust (Boston), “The Significance of Liturgy in the Textual Transmission of the Pericope of the Adulteress.”
2.30pm Jeff Cate (California), “The Living Text of Temple Replacement in Mark 13:2.”
3.00pm Hans Förster (Vienna), “Textual Observations on ‘the’ Law and ‘the’ Fathers in John 7.” 
4.00pm Tommy Wasserman (Örebro), “Was There an Early Alexandrian Recension of the Living Text of the Gospels?”
4.30pm Ian Mills (North Carolina), “The Wrong Gospel Harmony. Against the Diatessaronic Character of the Dura Parchment.”
5.00pm Panel Discussion (David Parker)

These details will shortly be made available at:
http://www.birmingham.ac.uk/research/activity/itsee/news/2017/colloquium-timetable.aspx

Hugh Houghton and David Parker

Séminaire (13 janvier) : David Pastorelli, Approches statistiques des variantes textuelles

La prochaine séance du séminaire aura lieu le
vendredi 13 janvier 2016 de 11h à 13h
dans la salle de documentation de l’Institut des Sources chrétiennes, 22, rue Sala, 69002 Lyon.

Elle sera animée par David Pastorelli (Université d’Aix-Marseille) sur le sujet suivant :

Approches statistiques des variantes textuelles pour la classification des manuscrits

Si une tradition manuscrite est contaminée, la reconstruction d’un stemma codicum s’avère impossible.

La classification des témoins est néanmoins indispensable pour que le philologue puisse écrire l’histoire du texte. Devant la masse de données (manuscrits, variantes), le recours à l’informatique est utile.

Une méthode de classification des manuscrits (clustering, dont dérive notamment la stemmatologie) peut être mise en œuvre avec le calcul de distances entre leçons, puis entre témoins :

un algorithme de classification permet alors l’établissement d’arbres illustrant la taxinomie textuelle obtenue pour des témoins grecs et latins.
Le programme du séminaire est consultable sur le carnet de recherche BIBLINDEX, http://biblindex.hypotheses.org/seminaire/programme#2017.

séminaire (14 octobre) : R. COURTRAY, La destruction de Sodome

 

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le

vendredi 14 octobre 2016 de 11h à 13h

dans la salle de documentation de l’Institut des Sources chrétiennes, 22, rue Sala, 69002 Lyon.

Elle sera animée par Régis COURTRAY (maître de conférences en langue et littérature latines à l’Université Toulouse Jean Jaurès) sur le sujet suivant :

La destruction de Sodome chez Jérôme, Ambroise et Augustin

L’épisode de la destruction de Sodome fait partie des récits qui ont fortement marqué l’imagination des Anciens. Il faut dire que rien ne manque à ce récit édifiant : péché généralisé des habitants de la ville, destruction spectaculaire de la cité, salut miraculeux de Loth et de ses filles, transformation en statue de sel de son épouse, enivrement de Loth et inceste avec ses filles dans la montagne. Les Pères n’ont pas manqué de le commenter et de l’interpréter pour leurs contemporains. Nous nous proposons d’étudier les lectures qu’Augustin, Jérôme et Ambroise ont faites de l’épisode de Sodome dans leurs œuvres respectives. Nous tenterons de présenter une lecture cohérente de l’épisode dans l’ordre des versets bibliques avant de revenir sur quelques-unes de ses interprétations chez les trois Pères latins.

Le programme du séminaire est consultable en permanence sur le carnet de recherche BIBLINDEX, http://biblindex.hypotheses.org/seminaire/programme#2016.

Séminaire du 29 avril : Luce Savoye, L’utilisation de la Bible dans le livre 1 du Contre Jovinien de Jérôme

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu

vendredi 29 avril de 11h à 13h,
dans la salle de documentation des Sources chrétiennes, 22, rue Sala, 69002 Lyon.

Elle sera animée par Luce SAVOYE sur le sujet suivant :

L’utilisation de la Bible dans le livre 1 du Contre Jovinien de Jérôme

En 393,  Jérôme est sollicité pour contrer les thèses d’un certain Jovinien. La réfutation qu’il fait parvenir à Rome est aussitôt vivement critiquée, en particulier à cause du livre I dans lequel les lecteurs voient une violente attaque contre le mariage. Or pour répondre à Jovinien, qui jugeait le mariage égal à la virginité, Jérôme utilise abondamment les témoignages tirés des Écritures. Il s’agit donc de voir, à partir de quelques exemples précis, quels procédés il met en œuvre, se retrouvant ainsi accusé d’excès dans son apologie de la virginité.

Le programme du séminaire est consultable en permanence sur le carnet de recherche BIBLINDEX, http://biblindex.hypotheses.org/seminaire/programme#2016.

Parution : La réception du livre de Qohélet

Les actes du colloque qui s’est tenu à Lyon en octobre 2013 viennent de paraître. Ils rassemblent les contributions suivantes :

La réception du livre de Qohélet

Gilles Dorival, Textes des Écritures et exégèse patristique : des relations complexes
Bertrand Pinçon, Qohélet, un sage devant la crise : le point de vue d’un bibliste
David Banon, De l’enfermement à l’ouverture. Qohélet, Paroles du Sage
Geneviève Gobillot, Échos coraniques au questionnement de Qohélet
Jean-Louis Déclais, Pourquoi la question de la réception de Qohélet ne peut se poser en islam
Laurence Mellerin, Approches statistiques de la réception de l’Ecclésiaste chez les Pères. Un exemple d’utilisation de Biblindex
Françoise Vinel, La réception de l’Ecclésiaste, de la Septante aux Pères cappadociens
Paul Géhin, L’Ecclésiaste à l’épreuve de l’allégorie dans les scholies d’Évagre le Pontique
Guillaume Bady, L’Ecclésiaste chez Jean Chrysostome
Dominique Cerbelaud, Qohélet dans le domaine syriaque
Camille Gerzaguet, Bonus ad omnia magister Ecclesiastes (Ambroise, De Tobia 44). De l’héritage d’Origène à la lecture ambrosienne du Livre de l’Ecclésiaste
Aline Canellis, Le Commentaire sur l’Ecclésiaste de saint Jérôme
Paul Mattei, L’Ecclésiaste chez saint Augustin. L’emploi de quelques versets dans ses polémiques à la lumière de la tradition africaine
Guy Lobrichon, L’Ecclésiaste médiéval en Occident ou comment convertir un livre embarrassant
Gilbert Dahan, Le roi et l’enfant : l’exégèse médiévale de Qo 4, 13-14

Le livre est disponible sur le site du Cerf , et en vente également chez différents libraires en ligne (Amazon, Decitre).

Télécharger le synopsis.

Bref écrit de sagesse, à l’auteur et aux destinataires problématiques, Qohélet est porteur d’un message universel ; intégré tardivement au canon de la Bible hébraïque, traduit tardivement en grec, il permet également d’aborder les questions textuelles et théologiques posées par la constitution progressive du corpus biblique. Aussi l’étude de sa réception est-elle particulièrement intéressante : après quelques ouvertures sur sa place dans le judaïsme et l’islam, le présent ouvrage offre un parcours à travers les écrits des Pères de l’Église grecs, latins et syriaques, chez qui l’Ecclésiaste, partie intégrante de la trilogie salomonienne avec les Proverbes et le Cantique des Cantiques, fait l’objet d’une riche tradition interprétative, tant sous la forme de chaînes exégétiques que de commentaires dédiés. L’attention portée à ce livre ne se dément pas au Moyen Âge, où il est tour à tour étape vers la contemplation mystique ou source de réflexions politiques. Ces lectures très diverses montrent, s’il en était besoin, que le pessimisme désabusé de Qohélet n’est pas un point d’achèvement, mais un stimulant paradoxal de la pensée humaine.

Collection Cerf Patrimoines – 316 pages – 29,00€
ISBN : 9782204111751

Compte rendu de Maurice Gilbert dans la Revue Biblique 124-1 (2017), p. 144-145 (doi 10.2143/RBI.124.1.3206591).

Troisième école d’été sur la littérature apocryphe chrétienne (Strasbourg, 5-8 juillet 2016)

RTEmagicC_Capt_iscal3_01.JPGLes apocryphes au temps des cathédrales. La fonction et la place des récits de la «Nativité de Marie» dans les arts et la littérature du Moyen Âge

Le Protévangile de Jacques (IIe siècle), l’Évangile de l’enfance du Pseudo-Matthieu (VIe siècle) et le Livre de la Nativité de Marie (IXe siècle) composent les récits appelés «Nativité de Marie». Ces écrits relatent la naissance et l’enfance de Marie, son mariage avec Joseph, sa grossesse et la naissance virginale de Jésus, la venue des sages-femmes. Insérés dans la Légende dorée et dans le répertoire des prédications des ordres
mendiants, ces récits ont exercé une influence importante sur l’art et la littérature au Moyen Âge et ont nourri le culte marial.

Organisé par
Gabriella Aragione et Rémi Gounelle
(Université de Strasbourg)

Pour les étudiants de deuxième année de Master, doctorants, post-doctorants,
enseignants et chercheurs en histoire du christianisme, histoire médiévale, histoire
de la littérature, histoire de l’art, en théologie et en sciences religieuses.

Plus d’informations dans le dépliant, téléchargeable ICI.

Séminaire (12.02) : Guillaume Bady, Les Douze ou les Onze ? Actes 1,15-26 ou l’apôtre oublié

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le
vendredi 12 février de 10h à 12h,
dans la salle de documentation de l’Institut des Sources chrétiennes,
22, rue Sala, 69002 Lyon.

Elle sera animée par Guillaume BADY sur le sujet suivant :

Les Douze ou les Onze ? Actes 1,15-26 ou l’apôtre oublié

Le récit de « l’élection » de Matthias en remplacement de Judas dans les Actes des apôtres (1,15-26) est problématique à plus d’un égard. Sorte de « bouche-trou » entre l’Ascension et la Pentecôte, à l’image de Matthias, lui-même « rustine » fantomatique du collège apostolique, n’a-t-il pas un rôle plus substantiel ? Alors que l’exégèse diachronique et les données de Biblindex semblent confirmer l’anomalie, Jean Chrysostome (v. 349 – 407), avec d’autres Pères grecs, fournit quelques éléments de réponse, notamment dans l’homélie 3 sur les Actes. Celle-ci réserve pourtant quelques surprises, et ne résout pas entièrement l’énigme que constitue le nombre des apôtres. Car si le chiffre douze a une signification scripturaire bien connue, on trouve employé dans d’autres textes le chiffre onze.
Le programme du séminaire est consultable en permanence sur le carnet de recherche BIBLINDEX, http://biblindex.hypotheses.org/seminaire/programme#2016.

Séminaire (22.01) : Maxime Yévadian, Le grec de Jean Cassien

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le
vendredi 22 janvier de 11h à 13h,
dans la salle de documentation de l’Institut des Sources chrétiennes,
22, rue Sala, 69002 Lyon.

Elle sera animée par Maxime YEVADIAN sur le sujet suivant :

Le grec de Jean Cassien

Jean Cassien est considéré à bon droit comme un auteur latin de qualité. Ses œuvres rendent témoignage d’une maîtrise bien réelle de la langue de Virgile : « Cassien est un Latin, et de grande valeur ; sa langue est de bonne source latine ; son style, remarquable à plus d’un égard », notait dans la préface son traducteur français Dom Eugène Pichery. Cette maîtrise d’une langue, le latin, ne doit pas empêcher une analyse plus fine de l’homme et de son œuvre. Nous avons tenté de montrer, dans une précédente étude, que Jean Cassien était non pas un Latin, mais probablement un homme issu de l’Orient méditerranéen. Au cours des recherches liées à cette étude, nous avons relevé de nombreux passages qui permettent de constater que Cassien avait le grec comme langue de culture.

Nous allons examiner dans un premier temps les éléments qui amènent à douter que Cassien puisse être un Latin, puis ceux qui permettent de formuler la conclusion qu’il soit un Oriental ayant le grec comme langue de culture. Nous en viendrons ensuite à l’étude des citations non-scripturaires puis de l’usage du grec dans son œuvre. Enfin, la question des citations scripturaires retiendra notre attention de manière spécifique.

 

 
Le programme du séminaire est consultable en permanence sur le carnet de recherche BIBLINDEX, http://biblindex.hypotheses.org/seminaire/programme#2016.

Parution : R. Gounelle – B. Mounier (éds.), La littérature apocryphe chrétienne et les Ecritures juives

R. Gounelle – B. Mounier (éds.), La littérature apocryphe chrétienne et les Ecritures juives, Prahins (CH), Editions du Zèbre (Publications de l’Institut Romand des Sciences Bibliques, 7), 2015, 507 pages, ISBN 978-2-940557-00-4, €49.

http://www.zebre.ch/edznet/indpir07.htm

edzpir07La littérature apocryphe chrétienne est très peu citée dans les recherches sur la formation et le développement du canon des Écritures chrétiennes. Ce volume, issu du Troisième Colloque international sur la Littérature Apocryphe Chrétienne (Strasbourg, 14-16 janvier 2010), fait dialoguer des savants qui ne collaborent pas habituellement : les spécialistes de la littérature apocryphe chrétienne et les spécialistes de l’histoire de la Bible juive.

Ce volume montre que les références (directes et indirectes) que les apocryphes chrétiens font aux Écritures juives méritent d’être analysées, en mettant à profit les outils et les méthodes développées par l’histoire de l’exégèse durant ces dernières décennies. Analyser les apocryphes à la lumière de l’histoire des Écritures juives et de leur interprétations fournit en effet des éléments non négligeables sur le contexte de production d’un écrit, et ouvre, dans certains cas, de nouvelles perspectives sur son interprétation.

L’étude des citations des Écritures juives conservées dans la littérature apocryphe chrétienne renouvelle également l’étude de la réception de l’Ancien – ou du Premier – Testament dans le christianisme, et apporte de nouveaux matériaux à l’étude des relations entre judaïsme et christianisme, dans l’Antiquité comme au Moyen Age. En mettant au jour de nouvelles formes, inconnues jusque-là, du texte biblique, et en analysant la façon dont les Écritures juives ont été exploitées dans des contextes parfois peu documentés par ailleurs, ce volume met au jour de nouvelles données, que les spécialistes de l’histoire de la Bible juive devront prendre en compte.

S’il n’est pas exhaustif, ce panorama témoigne de l’éventail des méthodes à déployer pour circonscrire le phénomène citationnel dans des textes narratifs ou poétiques qui ne proposent que rarement des citations explicites. L’étude du rapport des apocryphes chrétiens aux Écritures juives peut en effet aussi bien passer par la recherche de citations précises dans des textes spécifiques et l’identification de leurs sources (orales ou écrites, juives ou chrétiennes) que par l’étude des jeux d’allusions et d’intertextualité ; s’interroger sur le choix des versets exploités de façon directe ou indirecte et sur leur combinaison, questionner les changements qui y ont été apportés ou encore les situer dans l’histoire de la réception peuvent s’avérer tout aussi fructueux. Ces démarches, dans leur diversité, sont complémentaires, comme l’attestent les contributions sur les Actes de Pilate ou l’Histoire syriaque de Philppe, qui proposent des lectures croisées d’un même document. Elles apportent des éléments utiles non seulement pour les textes relevant des premiers siècles, mais aussi pour des écrits plus tardifs, comme en témoignent les quelques contributions portant sur des apocryphes byzantins et médiévaux.