Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX

La prochaine séance du Séminaire BIBLINDEX aura lieu le Lundi 12 Mars 2012, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Laurence VIANÈS

Le sens éthique comme prolongement du sens historique chez Apollinaire de Laodicée dans le commentaire des Psaumes : un point commun avec Théodore de Mopsueste ?

Résumé :

Apollinaire de Laodicée, né à Antioche avant 310 et mort après 390, est surtout connu pour sa théologie déviante : après avoir été un nicéen convaincu, il proposa une christologie selon laquelle le Logos tenait lieu d’âme pour l’homme Jésus dans un corps reçu de la Vierge. Ses écrits, tout en étant combattus par les Cappadociens et par tous les autres partis théologiques, ont influencé fortement le courant alexandrin de la christologie jusqu’aux monophysites mêmes. Les commentaires bibliques d’Apollinaire ne nous sont accessibles qu’à l’état fragmentaire : ils ont été récupérés par de minutieux travaux sur les chaînes exégétiques. Leur contenu a été très peu étudié jusqu’ici.

La communication montrera qu’Apollinaire se montre non-alexandrin en exégèse, puisqu’il retient pour chaque texte un seul sens et refuse la superposition de type origénien. Pourtant il ne répudie aucunement la valeur des psaumes pour les chrétiens, il l’accentue même au contraire, en considérant très souvent que le sens historique du texte concerne sa propre époque, le IVe siècle. La clé de son interprétation semble résider dans l’idée que le Psalmiste, en bon écrivain, s’identifie aux personnages les plus divers et cherche à résumer dans ses paroles toute l’expérience humaine. On recherchera la paternité de cette idée, et on proposera qu’elle ait inspiré Théodore de Mopsueste pour son traitement des citations vétérotestamentaires dans le Nouveau Testament.

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le Mercredi 8 Février 2012, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Hélène GRELIER-DENEUX

parlera de

L’exploitation de la Bible par Apolinaire de Laodicée dans ses controverses doctrinales

Résumé :

Apolinaire de Laodicée, connu surtout par sa christologie, fut aussi un exégète célèbre à son époque d’après quelques témoignages. Un tel fait laisse supposer que ses principes herméneutiques méritent attention, dans la mesure toutefois où son corpus fragmentaire, et donc limité, permet d’en apprécier les composantes. Dans les fragments doctrinaux, pour la plupart, édités par H. Lietzmann, Apolinaire revient sur des passages bibliques amplement débattus avant et après lui dans les controverses christologiques. Notre enquête visera donc à élucider les versets importants pour l’élaboration de sa doctrine en fonction des enjeux propres à chaque controverse, dans la mesure où ils sont identifiables. Il s’agira aussi de voir si l’interprétation d’Apolinaire constitue un nouveau jalon dans la réflexion christologique du milieu et de la fin du IVe siècle, et dans quelle mesure on peut dire qu’elle ouvre à des problèmes nouveaux face auxquels ses successeurs doivent se positionner. Ce faisant, peut-on repérer des matrices et techniques de lecture récurrentes qui permettraient de qualifier son exégèse doctrinale ?


Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le vendredi 7 décembre, à 11h00, à l’Institut des Sources chrétiennes, 22, rue Sala, 69002 – Lyon

Jean Reynard

parlera de la

Bible de Grégoire de Nysse

Résumé : Examen de la présence et de l’importance des différents livres bibliques dans l’œuvre de Grégoire de Nysse et étude de quelques citations scripturaires et des problèmes textuels qu’elles soulèvent.

Le prophète Malachie dans La Bible d’Alexandrie

Le volume 23. 12 de la collection « La Bible d’Alexandrie », contenant le livre du prophète Malachie,  vient de paraître aux éditions du Cerf. La traduction du texte grec de la Septante, l’introduction et les notes ont été réalisées par Laurence Vianès. La table des matières du volume est consultable sur le site des éditions du Cerf à l’adresse suivante : http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichetm.asp?n_liv_cerf=9345 Broché: 176 pages
ISBN-10: 2204094781
ISBN-13: 978-2204094788

Dans ce nouveau volume extrêmement riche de « La Bible d’Alexandrie », on trouvera une  analyse minutieuse du  texte grec du prophète Malachie, des études de vocabulaire et de langue, accompagnant la traduction française. Laurence Vianès compare  le texte grec de la Septante avec le texte massorétique, avec les autres versions grecques et latines, les documents de la Mer Morte, et à l’occasion avec le Targum et la littérature rabbinique, pour mieux préciser, le souligne-t-elle dans une présentation du volume qu’elle nous a fournie, « la façon dont les traducteurs juifs hellénisés ont traité leur source biblique. » Avertie des discussions actuelles dans le domaine de l’exégèse, l’auteure ne néglige pas de prendre position sur les questions les plus débattues. »On découvre ainsi parfois – précise Laurence Vianès – que certaines démonstrations qui prétendent s’appuyer sur l’autorité de la Septante, s’en réclament à tort. Le texte grec de Malachie condamne-t-il absolument le divorce, ou le considère-t-il comme un moindre mal ? Parle-t-il des mariages mixtes ? Comment envisage-t-il les relations entre les prêtres et les lévites et leur dignité respective ? Quel genre de récompense promet-il aux justes, lorsque se lèvera le « soleil de justice » pour le Jour du Seigneur ? A toutes ces questions, le livre montre quelles réponses ont été apportées au cours des siècles « du côté grec », par la Septante elle-même, par ses premiers lecteurs juifs et par les chrétiens qui dans l’Antiquité l’ont abondamment méditée et commentée. »

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le lundi 14 novembre 2011, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Guy Lobrichon

parlera du

Cantique des Cantiques

dans l’exégèse médiévale

Plan sommaire

I. L’histoire paisible du Cantique des Cantiques

  1. Formes de la diffusion manuscrite

–        Un livre dans le Livre : stabilité du contexte

–        Un livre vagabond : associations hors-nature

–        Formes de la diffusion manuscrite

  1. Le terreau des lecteurs
  2. Les grands médiateurs : brève histoire de l’exégèse

II. L’histoire des différentes versions du texte

  1. L’affranchissement des Latins

Versions du IXe siècle

  1. Autour de 1100
  2. La génération de Bernard de Clairvaux et de ses successeurs : Bernard à Geoffroy d’Auxerre
  3. Du latin à l’ancien français

III. Détours et détournements de l’exégèse

  1. Dramatis ordo
  2. Histoires singulières : interprétations de Ct 2,15 et 3,1
    1. Enjeux ecclésiologiques

 

Bibliographie sommaire, mais utile

►Le Moyen Âge et la Bible, sous la direction de Pierre Riché et Guy Lobrichon, Paris, Beauchesne 1984 ( Bible de Tous les Temps,4 ).

La Bibbia nel Medioevo, a cura di Giuseppe Cremascoli e Claudio Leonardi, Bologna, Edizioni Dehoniane, 1996.

The Bible in the Medieval World. Essays in Memory of Beryl Smalley, ed. Katherine Walsh and Diana Wood, Oxford, Basil Blackwell, 1985.

The Bible in the Twelfth Century. An Exhibition of Manuscripts at the Houghton Library, by Laura Light, Cambridge, Mass., The Harvard College Library, 1988 (reprint 2005).

►Gilbert Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIe-XIVe siècles, Paris, Ed. du Cerf, 1999.

Les voies nouvelles de l’exégèse. En lisant le Cantique des Cantiques. XIXe Congrès de l’ACFEB, Paris, Cerf, 2002.

Ann Matter, The Voice of My Beloved. The “Song of Songs” in Western Medieval Christianity, Philadelphia, University of Philadelphia Press, 1990.

Il Cantico dei Cantici nel Medioevo. Atti del Convegno Internazionale dell’Università degli Studi di Milano e delle Società Internazionale per lo studio del Medioevo Latino (S.I.S.M.E.L.), Gargnano sul Garda, 22-24 maggio 2006, a cura di Rossana E. Guglielmetti, Firenze, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2008.

Rossana E. Guglielmetti, La Tradizione manoscritta dei commenti latini al Cantico dei Cantici (origini-XII secolo). Repertorio dei codici contenenti testi inediti o editi solo nella « Patrologia latina », Firenze, SISMEL – Edizioni del Galluzzo, 2006.

La Bibbia in italiano tra Medioevo e Rinascimento (Firenze, Certosa del Galluzzo, 8-9 novembre 1996), Firenze, SISMEL, 1998.

La Scrittura infinita. Bibbia e poesia in età medievale e umanistica. Atti del Convegno di Firenze, 26-28 giugno 1997, a cura di F. Stella, Firenze, SISMEL, 2001

 

– GL, « Making Sense of the Bible », The Cambridge History of Christianity, vol. 3 : Early Medieval Christianities, c. 600-c. 1100, ed. Thomas F. X. Noble and Julia M. H. Smith, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 531-553.

– GL, « Le texte des bibles alcuiniennes », dans Alcuin, de York à Tours. Ecriture, pouvoir et réseaux dans l’Europe du haut Moyen Âge, éd. Philippe Depreux et Bruno Judic, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004 (= Annales de Bretagne, 111, 2004), p. 209-219.

– GL, « Riforma ecclesiastica e testo della Bibbia », dans Le Bibbie atlantiche. Il libro delle Scritture tra monumentalità e rappresentazione. Abbazia di Montecassino, 11 luglio-11 ottobre 2000, Milano, Centro Tibaldi, 2000, p.15-26.

– GL, « Les traductions médiévales de la Bible dans l’Occident latin », Biblia. Les Bibles en latin au temps des Réformes, dir. Marie-Christine Gomez-Géraud, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2008, p. 19-36.

– GL,  « Les paraphrases bibliques comme instruments théologiques dans l’espace roman des XIIe et XIIIe siècle », dans La Scrittura infinita, o.c., p. 155-176.

– GL, « Un nouveau genre pour un public novice: la paraphrase biblique dans l’espace roman du XIIe siècle », dans The Church and Vernacular Literature in Medieval France, éd. Dorothea Kullmann, Toronto: Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 2009 (Toronto Studies in Romance Philology 1), p. 77-95.

– GL,  « Espaces de lecture du Cantique des Cantiques dans l’Occident médiéval (IXe-XVe siècles) », Les voies nouvelles de l’exégèse. En lisant le Cantique des Cantiques. XIXe Congrès de l’ACFEB, Paris, Cerf, 2002, p. 197-216.

 

 

 

Parution récente : Robert J. V. Hiebert, « Translation Is Required »: The Septuagint in Retrospect and Prospect

Il s’agit de la publication par la Society of Biblical literature des actes d’un colloque international organisé par le Septuagint Institute of Trinity Western University. On trouve une présentation de ce volume sur le site de la SBL, à l’adresse: http://www.bookreviews.org/bookdetail.asp?TitleId=7832,Une recension réalisée par Karen Jobes est également disponible( http://www.bookreviews.org/pdf/7832_8549.pdf).

Du nouveau sur la version syriaque des Psaumes

Voici la recension d’un travail systématique de comparaison des versions syriaques des Psaumes 90-150 dans la Peshitta :
http://www.bethmardutho.org/index.php/hugoye/volume-index/488.html

Le livre dont il s’agit est :

Ignacio CarbajosaThe Character of the Syriac Version of Psalms
A Study of Psalms 90-150 in the Peshitta, 
Brill 2008 (http://www.brill.nl). Cet ouvrage a d’abord été publié 
en espagnol, sous le titre : Las características de la versión siríaca de los Salmos (Sal 90-150 de la Peshitta), Analecta biblica investigationes scientificae in res biblicas162, Pontificio Istituto Biblico, Roma 2005, ISBN:  8876531629disponible sur Abebooks, www.abebooks.fr, 30 €) .

Dominique Gonnet

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le lundi 10 octobre 2011, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Dominique Gonnet

parlera de

La Bible d’Athanase

Résumé :

Trois modes d’utilisation de l’Écriture sont employés par Athanase dans les Lettres à Sérapion : polémique, dogmatique et exégétique à proprement parler. Il semblerait que dogmatique et exégétique s’opposent, et pourtant, la recherche d’une cohérence de l’ensemble de l’Écriture n’est pas incompatible avec la rigueur d’une analyse grammaticale et contextuelle d’un verset particulier. Les Lettres à Sérapion se prêtent bien à une telle comparaison. En effet, les « Tropiques », désignés ainsi parce qu’ils considèrent que « l’Esprit » n’est qu’une manière de parler, choisissent précisément un angle d’attaque linguistique pour argumenter avec l’Écriture. Par sa manière de procéder, par son caractère systématique, Athanase va influencer les théologiens ultérieurs qui traiteront de l’Esprit saint, Basile de Césarée par exemple.

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le lundi 12 septembre 2011, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Camille Gerzaguet

Ambroise face au texte de la Bible. Réflexions sur la méthode ambrosienne et conséquences pour l’éditeur moderne

 Résumé : Que ce soit sous forme de citations, d’allusions ou de réminiscences fondées sur un seul terme, les Écritures irriguent l’œuvre ambrosienne. Pourtant, si l’importance de la Bible chez Ambroise a très souvent retenu l’attention, plus rares sont les études à avoir abordé la question de l’attitude de celui-ci face au texte biblique en s’attachant à l’étape première qu’est l’utilisation, voire la sélection, d’une source particulière latine ou grecque. En effet, la très bonne connaissance qu’Ambroise avait du grec lui permettait d’avoir accès non seulement à la Septante et à ses réviseurs mais aussi aux textes du Nouveau Testament dans leur langue originale. C’est la raison pour laquelle le texte des citations scripturaires des œuvres ambrosiennes apparaît souvent comme le fruit d’un travail personnel et original mené sur le texte même des Écritures ou sur les citations reprises à des devanciers (Origène, Basile, Hilaire). Les citations ou allusions scripturaires chez Ambroise doivent donc retenir tout particulièrement l’attention de l’éditeur de texte et faire l’objet de recherches et de comparaisons, sous peine de subir les déformations que l’on constate dans les anciennes éditions des mauristes ou du CSEL. Une étude de cas sera proposée à partir de l’édition en cours du De fuga saeculi.

Parution récente : Septuaginta 6/I. Isaia – Ieremia – Baruh – Plingeri – Epistola lui Ieremia

Après dix ans de travail, le projet de traduction en roumain  de la Septante (avec notes et commentaires), dirigé par Cristian Badilita, voit son aboutissement, avec la parution du dernier volume prévu (Septuaginta 6/1), contenant les livres d’Isaïe, Jérémie, Baruch et les compléments. Les traductions appartiennent à Francisca Baltaceanu, Monica Brosteanu, Ioan Patrulescu. Alain LeBoulluec et Philippe Lemoigne ont apporté leur contribution à l’Introduction d’Isaïe. La révision du volume a été assurée par les coordinateurs du projet, Cristian Badilita, Francisca Baltaceanu et Monica Brosteanu, en collaboration avec Ioan‑Florin Florescu. Une présentation du volume est également disponible  sur le site des éditions Polirom. Pour accéder au dossier sur la traduction roumaine des LXX, cliquer ici.

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le lundi 27 juin 2011, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Laurence Mellerin

parlera des

« Références scripturaires dans les Paraboles de Bernard de Clairvaux »

Les textes bibliques et leurs abréviations dans Biblia Patristica

N.B. Ce document de travail, rédigé le 14 avril 2001, a été présenté lors de la réunion du Comité consultatif de Biblindex le 19 avril 2011. Une 2e partie, traitant du corpus biblique et des abréviations pour Biblindex, a été reprise par morceaux dans la Version β des directives de Biblindex : elle a donc été supprimée ici.

Au moment où vient à l’ordre du jour l’extension du corpus biblique ou apocryphe de Biblindex, une enquête rapide peut être utile pour vérifier la pratique du CADP concernant le corpus retenu initialement et les abréviations utilisées.

1. Textes bibliques et abréviations dans les Principes et directives pour un relevé des citations bibliques chez les Pères, 2e édition :

On lit dans ce document, non daté, du CADP, plusieurs passages, dont au moins un où la référence aux canons hébraïque et latin [catholique] est explicite. La justification de ce choix, malheureusement, n’est pas développée, mais on devine qu’il a été plus pragmatique que religieux: il était sans doute plus pratique de s’en tenir au type de bible moderne le plus couramment diffusé en France. Le terme « apocryphe » est dès lors utilisé par rapport à ces canons,  avec une attention, du moins au début, vis-à-vis des apocryphes « les plus fréquemment utilisés »:

PRINCIPES

III – Le texte biblique

A – Le canon.

Il comprend le Nouveau Testament et, pour l’Ancien Testament, les livres de la Septante, y compris 1 Esdras – canonique chez les Grecs – qui correspond à 3 Esdras, apocryphe chez les Latins. À noter que 2 Esdras des Septante = Esdras + Néhémie du canon hébraïque et latin.

Les citations des apocryphes les plus fréquemment utilisés (Psaume 151 ; Or. Man. ; 3-4 Esdras) doivent également être retenues, ainsi que les citations explicites qui ne peuvent être identifiées ou les agrapha.

B – Les références au texte biblique

Les titres des livres bibliques seront abrégés selon l’un des deux systèmes indiqués plus loin (DIRECTIVES, Les fiches, C 2 ; Les listes, D 1 et modèle de liste).

(…)

Pour indiquer les livres, on emploiera les abréviations suivantes :

Gn, Ex, Lv, Nm, Dt, Jos, Jdo, Ru, 1-2 Sm, 3-4 Rg, 1-2 Par, Esr, Ne, Tb, Jdt, Est, Jb, Ps, Prv, Ecl, Ct, Sap, Sir, Is, Jr, Lam, Bar, Ez, Dn, Os, Jl, Am, Abd, Jon, Mi, Na, Hab, So, Agg, Za, Mal, 1-2 Mcc ; Mt, Mc, Lc, Jo, Act, Rm, 1-2 Cor, Gal, Eph, Phil, Col, 1-2 Th, 1-2 Tm, Tt, Phlm, Hbr, Jac, 1-2 Pt, 1-3 Jo, Jud, Apc ; livres apocryphes OrMan, Ps 151, 3-4 Esr

(…) Noter que Daniel, Suzanne = DA SZ ; Daniel, Bel et le Dragon = DA Bel ; prologue du Siracide = SI Prol.

MODÈLE POUR LISTES

GN, EX, LV, NB, DT, JS, JG, 1 S, 2 S, 1 R, 2 R, ES, JR, EZ, OS, JL, AM, AB, JO, MI, NA, HA, SO, AG, ZA, ML, PS, JB, PR, RT, CT, QO, LM, Est, DA, Esd, NE, 1 Ch, 2 Ch, TB, Jdt, 1 M, 2 M, SP, SI, BA, OrMan, PS 151, 3 Esd, 4 Esd ; MT, MC, LC, JN, AC, RM, 1 C, 2 C, GA, EP, PH, CO, 1 T, 2 T, 1 Ti, 2 Ti, TI, PM, HB, JQ, 1 P, 2 P, 1 Jn, 2 Jn, 3 Jn, JU, AP

2. Dans les Étapes, moyens et méthode d’analyse

Cette liste d’abréviations est identique à celle fournie dans les Étapes, moyens et méthode d’analyse pour la constitution du Fichier microphotographique des citations de l’Écriture chez les Pères présenté par Jean Allenbach, Strasbourg, 1967, p. 65, à l’exception de OrMan, PS 151, 3 Esd, 4 Esd, qui en sont absents. Cela revient à accepter les seuls deutérocanoniques de la Septante lus par les catholiques et les orthodoxes et à écarter ceux lus par les seuls orthodoxes.

Les Étapes comportent p. 30 la remarque suivante sur « les apocryphes de la Bible » :

L’attribution à des évangélistes, des apôtres ou des prophètes de nombreux ouvrages datant des trois premiers siècles ne cache généralement pas un auteur unique mais une collectivité, groupe plus ou moins hétérodoxe produisant une littérature qui reflète et oriente la vie ou la pensée de la communauté.

Ces productions littéraires sont toutes codées comme des œuvres anonymes.

3. Dans les volumes de Biblia Patristica

Le 1er volume de Biblia Patristica, Paris, 1975, p. 5, précise :

Le texte biblique de référence est celui des éditions modernes de l’Ancien Testament en hébreu et du Nouveau Testament en grec. Cependant l’Index comprend également les citations de livres ne figurant que dans la Bible grecque. (…) Faute d’un accord international préalable, les abréviations des titres des livres bibliques sont celles qui ont été retenues par le CADP. La liste ci-dessous suit, pour l’Ancien Testament, l’ordre canonique massorétique auquel sont ajoutés les livres propres à la version des Septante.

GN, EX, LV, NB, DT, JS, JG, 1 S, 2 S, 1 R, 2 R, ES, JR, EZ, OS, JL, AM, AB, JO, MI, NA, HA, SO, AG, ZA, ML, PS, JB, PR, RT, CT, QO, LM, EST, DA, ESD, NE, 1 CH, 2 CH, TB, JDT, 1 M, 2 M, SP, SI, BA ; MT, MC, LC, JN, AC, RM, 1 C, 2 C, GA, EP, PH, CO, 1 T, 2 T, 1 TI, 2 TI, TI, PM, HB, JQ, 1 P, 2 P, 1 JN, 2 JN, 3 JN, JU, AP

Cette liste exclut sans le dire les deutérocanoniques de la Septante lus par les seuls orthodoxes (OrMan, Ps 151, 3 Esd, 4 Esd) ; cette fois-ci il n’y a que des majuscules dans les abréviations.

Il en va de même dans le 2e volume de Biblia Patristica, Paris, 1977. Ces deux premiers volumes ne comportent pas en titre courant le titre du livre biblique concerné : contrairement aux volumes suivants, les abréviations sont donc précisées avant la mention du chapitre et/ou du ou des versets.

Les volumes suivants utilisent les mêmes abréviations, mais seulement pour les intégrer aux abréviations des œuvres patristiques (le titre des livres bibliques étant en titre courant, seules les numéros de chapitres et de versets sont précisés dans la colonne de gauche).

Les cas particuliers sont explicités à la suite de la liste des livres bibliques :

DA 13 = Le livre de Suzanne

DA 14 = Bel et le dragon

BA 6 = Epitre de Jérémie

Concrètement, les ajouts grecs à Esther sont pris en compte, mais le prologue du Siracide ne figure dans aucun volume de Biblia Patristica.

*

En conclusion, on peut retenir deux points: d’une part, à l’origine, OrMan, Ps 151, 3 Esd, 4 Esd devaient être pris en compte, mais en 1975, et peut-être avant, ils ont été exclus. D’autre part, en l’absence de standard international, les abréviations ont subi des variations; toujours utilisées pour les fiches d’analyse, elles se sont avérées inutiles dans les publications à partir du 3e volume de Biblia Patristica. La situation est un peu la même dans Biblindex, puisque les abréviations ne servent que dans le travail des analystes. On peut simplement remarquer le succès des abréviations modernes de la Bible de Jérusalem dans le monde francophone, peut-être favorisé par la diffusion de la Traduction Œcuménique de la Bible, qui les a reprises; ce sont en tout cas celles retenues in fine dans la collection des Sources Chrétiennes, surtout à partir du n° 453 imprimé en septembre 2000 (Grégoire de Nysse, Discours catéchétique), car il y a eu des exceptions depuis. Plus généralement, on peut douter qu’il y ait un jour une norme internationale, étant donné la diversité des langues. La base Biblindex n’est-elle pas liée à la base Babel? L’extension du corpus biblique, en tout cas, peut donner le vertige aux ouvriers de la tour en construction.

Parution récente : Eukarpa, Études sur la Bible et ses exégètes

Réunies par Mireille Loubet et Didier Pralon en hommage à Gilles Dorival. Collection « La Bible d’Alexandrie », éd. du Cerf, 402 pages, ISBN : 978-2-204-09023-0. Ce livre a été publié avec le concours de l’université de Provence.


« Nombreux sont les domaines de la connaissance qui contribuent aujourd’hui aux recherches scientifiques sur la Bible et ses exégèses. Depuis quarante ans, les travaux de Gilles Dorival se sont orientés selon trois problématiques principales relevant de la philologie, de l’histoire et de l’herméneutique. Ses amis, et ses élèves, de tous pays, se sont réunis pour lui offrir des recherches parallèles aux siennes ou dans leur continuité. » (http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?n_liv_cerf=9153)

Collaborations :  Christian-Bernard Amphoux –  Isabelle Assan-Dhote –  Mathilde Aussedat –  Jean-Marie Auwers –  Guillaume Bady –  Bernard Barc –  Francesca Prometea Barone –  Marie-Françoise Baslez –  Michaela Bauks –  Katell Berthelot –  Florence Bouet de Quatrebarbes –  Marie-Odile Boulnois –  Rudolf Brändle –  Dominique Briquel –  Michel Casevitz –  Jean-Marc Chouraqui –  Carmelo Giuseppe Conticello –  Cécile Dogniez –  Marguerite Harl –  Katrin Hauspie –  Jan Joosten –  Christelle Jullien –  Éric Junod –  Nicholas de Lange –  Alain Le Boulluec –  Mireille Loubet –  Dominique Mangin –  Simon-Claude Mimouni –  Jacqueline Moatti-Fine –  Olivier Munnich –  Joseph Paramelle –  Lorenzo Perrone –  Bernard Pouderon –  Didier Pralon –  Adrian Schenker –  Arnaud Sérandour –  Gedaliahu Guy Stroumsa –  Emmanuel Tov

Conférence du Prof. Hindy Najman (Université de Toronto)

Le jeudi 26 Mai 2011, à l’EHESS, 105 boulevard Raspail (Salle des Artistes), de 15h à 17 heures, aura lieu la conférence du

Prof. Hindy Najman, de l’Université de Toronto, portant sur :

Configuring the Text. Author Formation and Text Formation in Biblical Studies

Les approches courantes  concernant la formation du texte dans les études bibliques sont encore largement redevables des développements majeurs qui ont eu lieu entre 1780 et 1850. Il convient de noter que, durant cette période, la philologie a franchi les frontières entre le sacré et le profane et entre l’Antiquité et le Moyen-âge. Ce qui relie en particulier les études bibliques et les études classiques demeure l’impression que toutes les deux continuent de jouer un rôle central dans la formation de l’Occident moderne et dans la compréhension qu’il a de lui-même.  Dans cette conférence, j’analyserai les relations entre:

1) La formation du texte, des corpus et des discours;

2) la formation du concept de la personnalité à qui ces unités textuelles sont attribuées;

3) la formation de la personnalité du lecteur de ces unités textuelles.

Current approaches to textual formation in biblical studies remain deeply indebted to major developments that occurred between 1780 and 1850. It is worth noting that, in this period, philology crossed boundaries between sacred and secular, and between antiquity and the middle ages. What connected biblical and classical studies in particular was the sense that both continued to play central roles in the formation and self-understanding of the modern West. In my lecture I will investigate the connections between 1) the formation of texts, corpora and discourses; 2) the formation of the concept of the personality to whom these textual units come to be ascribed; and 3) the formation of the personality of the reader of these textual units.

Hindy Najman est Professeur associée de judaïsme antique (Second Temple, judaïsme hellénistique, Bible hébraïque, littérature rabbinique ancienne, et histoire de l’interprétation) dans le département d’étude  des religions de l‘Université de Toronto (Ontario).

Hindy Najman (University of Toronto) is Associate Professor of Ancient Judaism in the Department of for the Study of Religion at the University of Toronto. Her areas of expertise are Second Temple Judaism, Hellenistic Judaism, Hebrew Bible, early Rabbinics and the History of Jewish Interpretation. Her monograph, entitled: Seconding Sinai: The Development of Mosaic Discourse in Second Temple Judaism (Brill, 2003) studies authority and authorship in ancient Judaism, focusing on Moses, as a central figure to whom authoritative scripture is ascribed in ancient udaism. She has written many articles on Hebrew Bible, Philo of Alexandria, Ezra-Nehemiah, the Dead Sea Scrolls, 4Ezra and the Book of Jubilees. In 2004 she co-edited a volume entitled The Idea of Biblical Interpretation: Essays in Honor of James L. Kugel , edited with Judith H. Newman (Brill, 2004) and this year co-edited Sinai Revisited: Jewish And Christian Interpretations with George Brooke and Loren Stuckenbruck (Brill 2008). Najman was just named the editor-in-chief for the Journal for the Study of Judaism Supplement Series. This series produces 10 new volumes on the study of ancient Judaism each year. In addition, she is currently thematics issues editor for Dead Sea Discoveries. Najman is now completing a monograph entitled: Prophetic Ends: Concepts of the Revelatory in Late Ancient Judaism. In addition, she is also co-authoring a commentary on 4Ezra with Robin Darling Young and is preparing a collection of her own essays on Philo of Alexandria entitled Remember the Torah of Moses My Servant (Malachi 3.22): Scripture, Exemplarity and Soul Formation in Philo of Alexandria.

(information transmise par Cécile Dogniez)

Colloque : « La Parole de Dieu dans la vie spirituelle »

Le monastère de Bose organise – du 7 au 10 septembre 2011 –  le XIXe colloque international œcuménique de spiritualité orthodoxe, concernant la Bible et sa réception dans différentes traditions et chez certains Pères de l’Église (notamment la place de l’exégèse biblique dans la spiritualité patristique). Pour plus de détails, voir le programme détaillé du colloque, qui est aussi disponile en d’autres langues à :

http://www.monasterodibose.it/content/view/3978/90/lang,fr/