L’Introduction aux divines Écritures d’Adrien: recension de l’édition de Peter W. Martens

L’édition de l’Introduction aux divines Écritures d’Adrien par Peter W. Martens[1], Associate Professor à Saint Louis University et auteur de Origen and Scripture: The Contours of the Exegetical Life (OUP, 2012), est d’une importance majeure : en effet, elle renouvelle profondément le texte même de cet ouvrage ; bien plus, elle permet de mieux (faire) connaître cet écrit trop ignoré et, avec lui, un aspect non négligeable de l’histoire de l’exégèse patristique, en particulier dans la sphère antiochienne.

Le volume comprend un développement introductif (p. 1-123), le texte grec selon ses deux recensions, avec apparats critique et biblique et, en vis-à-vis, une traduction anglaise – la première qui fût dans cette langue – et l’annotation (p. 124-285), puis les fragments tirés des chaînes (p. 286-317), une bibliographie (p. 319-337) et un index scripturaire (p. 339-344). Tout l’appareil éditorial nécessaire à la lecture, à la compréhension et à l’étude du texte est donc commodément réuni.

La première partie, générale, de l’introduction, commence comme il se doit avec ce qui touche à l’auteur (p. 7-19), Adrien (et non Hadrien), vraisemblablement un Antiochien qui a pu être moine et vivre (si on l’identifie avec un correspondant de Nil) à la fin du 4e et au début du 5e siècle en Asie mineure : à raison, Peter W. Martens reste prudent dans ses conclusions. Le 2e chapitre (p. 20-33) commente le titre et ses variantes – sans s’attarder sur l’expression θεία γραφή ou θείαι γραφαί, qui, il est vrai, risque de ne pas être significative –, puis sur le sujet de l’ouvrage : le style et ses trois parties annoncées (διάνοια, λέξις, σύνθεσις), les « particularités » (ἰδιώματα) de l’Écriture, son langage « hébraïque », désignant le modèle sémitique de la traduction des Septante, les parallèles gréco-romains de l’Introduction d’Adrien, en particulier Denys d’Halicarnasse. Le chapitre 3 (p. 34-42) commente le plan de l’œuvre et fait droit aux procédés attendus de ce type d’ouvrage : méthode diérétique, catalogues, ellipses, questions et réponses. Le chapitre 4 (p. 43-55) aborde les principes scolaires et exégétiques (précision, convenance, clarté), destinés aux enseignants, mais aussi sans doute à tout lecteur instruit.

La seconde partie de l’introduction, intitulée « Edition and Annotated Translation », apporte des éléments cruciaux pour l’histoire du texte, malgré une distribution des chapitres déconcertante, qui occasionne de multiples répétitions, rappels ou annonces (voir par exemple p. 73 et 120 à propos de la traduction et de l’annotation). Après deux pages de résumé anticipé (p. 59-60), le chapitre 2, « Editions and Translations – Past and Present » (p. 61-74) décrit l’editio princeps de D. Hoeschel (1602), étrille à bon droit celle de F. Goessling (1887), met en lumière les corrections, parues peu avant en 1887, de K. F. Schlüren, et la traduction latine d’A. Lollin (1630), signale les extraits caténiques publiés par G. Mercati en 1914 en complément de ceux édités par J.-B. Pitra en 1884. Avant de fournir, comme en passant, les principales conclusions des pages qui suivront sur les deux recensions et les fragments des chaînes, Peter W. Martens cite, parmi les traductions modernes, celle d’Anne Debary, faite dans le cadre d’un DEA dirigé par Monique Alexandre à l’Université Paris IV-Sorbonne en 2001 ; le travail de Charles Delort – grâce à qui j’ai moi-même été mis en contact avec Peter W. Martens[2] –, dirigé par Olivier Munnich dans la même université en 2015, n’est quant à lui pas mentionné. Le chapitre 3 décrit les manuscrits (p. 75-88) : le codex de Florence, Conventi Soppressi 39 (sigle L), daté de 1095 ou de 1105 (dont une partie se trouve aujourd’hui à Hambourg), et douze autres manuscrits, du 16e au 18e siècle, pour la recension 1, puis 3 témoins de la recension 2, du 15e au 17e siècle. Le chapitre 4 (p. 89-99, sous le titre « Recensio codicum », au sens de « classement des manuscrits ») fournit un stemma et démontre notamment – en s’intéressant même aux conditions de prêt à la Badia Santa Maria di Firenze – la dépendance de tous les recentiores de la recension 1 vis-à-vis du manuscrit florentin. Références sont données aux pages et lignes du texte nouvellement édité (il aurait été charitable de le préciser dès la p. 89). Une séquence de cinq textes, dont l’Introduction d’Adrien serait le premier, est mise en évidence dans la plupart de ces témoins (p. 92-93), remontant peut-être à L (peut-être mutilé) et à son modèle.

À cet égard l’identification du 4e de ces textes aurait pu être facilement faite[3] : le court passage sur les 7 versions de l’Ancien Testament est un extrait de la Synopse des Écritures du Pseudo-Athanase telle qu’éditée en PG 28, 433-436[4]. J’ai collationné l’un des six témoins cités par Peter Martens pour le vérifier jusqu’au bout et en détail (les différences sont en gras) :

Synopse du Pseudo-Athanase, PG 28, 433-436 Ottobonianus gr. 270, f. 23v-24r
Ποῖαι καὶ πόσαι παραδόσεις εἰσὶ τῆς θείας Γραφῆς, εἴτε οὖν ἀπὸ Ἑβραϊκοῦ εἰς τὸ Ἑλληνικὸν ἑρμηνεῖαι, καὶ τίνες οἱ ταύτην ἑρμηνεύσαντες, καὶ πότε. Πόσαι παραδόσεις εἰσὶ τῆς θείας Γραφῆς τῶν προφητῶν καὶ τῶν ψαλμῶν ἤγουν οὖν ἀπὸ τοῦ Ἑβραϊκοῦ εἰς τὸ Ἑλληνικὸν ἑρμηνεῖαι καὶ τίνες οἱ ταῦτα ἑρμηνεύσαντες, καὶ πότε.
Πρώτη ἐστὶν ἡ τῶν οβʹ ἑρμηνευτῶν. Οὗτοι, Ἑβραῖοι ὄντες, ἐξελέγησαν ἀπὸ ἑκάστης φυλῆς ἓξ, καὶ ἡρμήνευσαν τὴν θείαν Γραφὴν ἐπὶ Πτολεμαίου βασιλέως τοῦ Φιλαδέλφου πρὸ διακοσίων τριάκοντα ἐνιαυτῶν τῆς κατὰ σάρκα γεννήσεως τοῦ Κυρίου ἡμῶν Ἰησοῦ Χριστοῦ. Πρώτη ἐστὶν ἡ τῶν οβʹ ἑρμηνευτῶν. Οὗτοι, Ἑβραῖοι ὄντες, ἐξελέγησαν ἀπὸ ἑκάστης φυλῆς ἓξ, καὶ ἡρμήνευσαν τὴν θείαν Γραφὴν ἐπὶ Πτολεμαίου τοῦ Φιλαδέλφου βασιλέως Αἰγύπτου πρὸ τριάκοντα ἐνιαυτῶν τῆς κατὰ σάρκα γεννήσεως τοῦ Κυρίου ἡμῶν Ἰησοῦ Χριστοῦ.
Δευτέρα ἐστὶν ἡ τοῦ Ἀκύλα. Οὗτος ἀπὸ Σινώπης τοῦ Πόντου ὑπάρχων, καὶ Ἕλλην ὢν, ἐβαπτίσθη ἐν Ἱεροσολύμοις. Καὶ πάλιν τὸν Χριστιανισμὸν ἀθετήσας, καὶ τοῖς Ἰουδαίοις προσδραμὼν, ἡρμήνευσε τὴν θείαν Γραφὴν διεστραμμένῳ λογισμῷ ἐπὶ δριανοῦ βασιλέως τοῦ λεπτωθέντος μετὰ λʹ ἔτη τῆς τῶν οβʹ ἑρμηνείας. Δευτέρα ἐστὶν ἡ τοῦ Ἀκύλα. Οὗτος ἀπὸ Συνώπης τοῦ Πόντου ὑπάρχων, καὶ Ἕλλην ὢν, ἐβαπτίσθη ἐν Ἱεροσολύμοις. Καὶ πάλιν τὸν Χριστιανισμὸν ἀθετήσας, καὶ τοῖς Ἰουδαίοις προσδραμὼν, ἡρμήνευσε καὶ αὐτὸς τὴν θείαν Γραφὴν ἐπὶ δριανοῦ τοῦ λεπρωθέντος μετὰ τετρακόσια τριάκοντα ἔτη τῆς τῶν οβʹ ἑρμηνείας διεστραμμένῳ λογισμῷ.
Τρίτη ἑρμηνεία ἐστὶν ἡ τοῦ Συμμάχου. Οὗτος Σαμαρείτης ὢν, καὶ μὴ τιμηθεὶς ὑπὸ τοῦ ἰδίου λαοῦ, ὡς φιλαρχίαν νοσῶν, τοῖς Ἰουδαίοις προστρέχει, [col. 436] καὶ ἐκ δευτέρου περιτέμνεται. Καὶ πρὸς διαστροφὴν τῶν Σαμαρειτῶν ἑρμηνεύει καὶ αὐτὸς τὴν θείαν Γραφὴν ὑπὸ Σεβήρου τοῦ βασιλέως μετὰ ν ϛʹ ἔτη τῆς τοῦ Ἀκύλα ἑρμηνείας. Τρίτη ἐστὶν ἑρμηνεία ἡ τοῦ Συμμάχου. Οὗτος Σαμαρείτης ὢν, καὶ μὴ τιμηθεὶς ὑπὸ τοῦ οἰκείου λαοῦ, ὡς φίλαρχος αὐτοῖς Ἰουδαίοις προστρέχει, καὶ ἐκ δευτέρου περιτέμνεται. Καὶ πρὸς διαστροφὴν ἡρμήνευσε καὶ αὐτὸς τὴν θείαν Γραφὴν ὑπὸ Σεβήρου τοῦ βασιλέως μετὰ νϛʹ ἔτη τῆς τοῦ Ἀκύλα ἑρμηνείας.
Τετάρτη ἐστὶν ἡ τοῦ Θεοδοτίωνος τοῦ Ἐφεσίου. Οὗτος, τῆς αἱρέσεως Μαρκίωνος τοῦ Ποντικοῦ ὢν, μηνιῶν τοῖς τῆς αἱρέσεως αὐτοῦ, ἡρμήνευσε καὶ αὐτὸς ἐπὶ Κομμόδου τοῦ βασιλέως ἐν αὐτῷ τῷ χρόνῳ, πρὸς διαστροφὴν τῆς αὐτοῦ αἱρέσεως. Τετάρτη ἐστὶν ἑρμηνεία ἡ τοῦ Θεοδο[f. 24r]τίωνος τοῦ Ἐφεσίου. Οὗτος, τῆς αἱρέσεως Μαρκίωνος τοῦ Ποντικοῦ ὢν, μηνιῶν τοῖς τῆς αἱρέσεως αὐτοῦ, ἡρμήνευσε καὶ αὐτὸς ἐπὶ Κωμώδου τοῦ βασιλέως ἐν αὐτῷ τῷ χρόνῳ, πρὸς διαστροφὴν τῆς αὐτοῦ αἱρέσεως.
Πέμπτη ἑρμηνεία ἐστὶν ἡ ἐν πίθοις εὑρεθεῖσα κεκρυμμένη ἐπὶ Ἀντωνίνου βασιλέως τοῦ Καρακάλλα ἐν εριχὼ παρά τινος τῶν ἐν Ἱεροσολύμοις σπουδαίων. πέμπτη ἑρμηνεία ἐν πίθοις εὑρέθη καὶ αὐτὴ κεκρυμμένη ἐπὶ Καρακάλου βασιλέως ἐν εριχὼ.
Ἕκτη ἑρμηνεία ἐστὶν ἡ ἐν πίθοις εὑρεθεῖσα καὶ αὕτη κεκρυμμένη ἐπὶ Ἀλεξάνδρου τοῦ Μαμαίας παιδὸς ἐν Νικοπόλει τῇ πρὸς Ἄκτιον ὑπό τινος τῶν Ὠριγένους γνωρίμων. Ἡ ἕκτη ἑρμηνεία ἐν πίθοις εὑρέθη καὶ αὕτη κεκρυμμένη ἐπὶ Ἀλεξάνδρου τοῦ Μαμαίου παιδὸς ἐν Νικοπόλει τῇ πρὸς Άκτίους.
Ἑβδόμη πάλιν καὶ τελευταία ἑρμηνεία ἡ τοῦ ἁγίου Λουκιανοῦ τοῦ μεγάλου ἀσκητοῦ καὶ μάρτυρος, ὅστις καὶ αὐτὸς ταῖς προγεγραμμέναις ἐκδόσεσι καὶ τοῖς Ἑβραϊκοῖς ἐντυχὼν, καὶ ἐποπτεύσας μετὰ ἀκριβείας τὰ λείποντα, ἢ καὶ περιττὰ τῆς ἀληθείας ῥήματα, καὶ διορθωσάμενος ἐν τοῖς οἰκείοις τῶν Γραφῶν τόποις, ἐξέδοτο τοῖς Χριστιανοῖς ἀδελφοῖς· ἥτις δὴ καὶ ἑρμηνεία μετὰ τὴν ἄθλησιν καὶ μαρτυρίαν τοῦ αὐτοῦ ἁγίου Λουκιανοῦ, τὴν γεγονυῖαν ἐπὶ Διοκλητιανοῦ καὶ Μαξιμιανοῦ τῶν τυράννων, ἤγουν τὸ ἰδιόχειρον αὐτοῦ τῆς ἐκδόσεως βιβλίον, εὑρέθη ἐν Νικομηδείᾳ ἐπὶ Κωνσταντίνου βασιλέως τοῦ μεγάλου παρὰ Ἰουδαίοις ἐν τοίχῳ πυργίσκῳ περικεχρισμένῳ κονιάματι εἰς διαφύλαξιν. Ἑβδόμη ἐστὶν ἑρμηνεία ἡ τοῦ ἁγίου Λουκιανοῦ τοῦ μεγάλου ἀσκητοῦ καὶ μάρτυρος, ὅστις καὶ αὐτὸς ταῖς προγεγραμμέναις ἐκδόσεσι καὶ ταῖς Ἑβραϊκαῖς ἐντυχὼν, καὶ ἐποπτεύσας μετὰ ἀκριβείας τὰ λείποντα, ἢ καὶ τὰ περιττὰ τῆς ἀληθείας ῥήματα, διορθωσάμενος ἐν τοῖς οἰκείοις τῶν Γραφῶν τόποις, ἐξέδοτο τοῖς Χριστιανοῖς ἀδελφοῖς· ἥτις μετὰ τὴν ἄθλησιν καὶ μαρτυρίαν αὐτοῦ μετὰ τὸν διωγμὸν τὸν γινόμενον ἐπὶ Μαξιμιανοῦ καὶ Διοκλητιανοῦ τῶν τυράννων, τὸ ἰδιόχειρον αὐτοῦ τῆς ἐκδόσεως βιβλίον, ηὑρέθη ἐν Νικομηδείᾳ ἐπὶ Κωνσταντίνου τοῦ μεγάλου βασιλέως παρὰ Ἰουδαίοις ἐντύχω πυριγίσκῳ κεχρισμένῳ κονιάματι εἰς διαφύλαξιν· ὅπερ καὶ κατέχει εὑροῦσα μέχρι τῆς σήμερον ἡ ἁγία καϑολικὴ καὶ ἀποστολικὴ ἐκκλησία εἰς ἀνεπίληστον μνήμην.

Comme on le voit, le témoignage du manuscrit du Vatican n’est pas toujours indispensable. Deux différences principales sont à relever : dès la première ligne, la mention des Prophètes et des Psaumes est sans doute à mettre en relation avec le fait que la Quinta et la Sexta ne couvraient pas toute la Bible ; et l’ajout des dernières lignes rappelle que la version dite lucianique est devenue la Vulgate grecque dès la fin du 4e siècle.

Cet extrait pourrait laisser imaginer que les « appendices » de l’Introduction d’Adrien sont comme lui des additions hétérogènes ; mais Peter W. Martens a déjà produit p. 35-36 des arguments convaincants pour rattacher à l’œuvre ce qui apparaît bel et bien comme des « appendices » originels. Notre identification du passage, en tout cas, illustre bien à la fois le lien entre ce type d’introduction biblique et d’autres types de prolégomènes (comme les prologues des commentaires ou des livres) et l’absence d’études sur ce sujet que Peter Martens lui-même de ses vœux (p. 22, note 7).

Le chapitre 5 (p. 100-107) comparant les états du texte conclut à l’existence d’une recension ancienne (et d’un état originellement plus ample, ou différent, de l’Introduction d’Adrien), qui serait à l’origine des deux recensions connues ainsi que des extraits caténiques, mais déclare cette recension antérieure impossible à reconstituer de manière fiable. Le chapitre 6 (p. 108-120) explicite de manière opportune et scrupuleuse les divisions du texte – en partie reprises et modifiées par rapport aux manuscrits et éditions, pour former, appendices compris, 79 chapitres, comportant parfois des subdivisions –, la ponctuation, l’orthographe, l’accentuation et les principes de rédaction des apparats.

Le texte et la traduction (p. 124-285), en deux colonnes parallèles lorsque la recension 2 existe, se caractérisent par une explicitation maximale. Je ne prendrai que quelques exemples tirés des premières pages. Le texte reprend bien des corrections qui existaient déjà, comme l’ajout de ἢ ἀπὸ κινήσεων σωματικῶν ἢ ἀπὸ παϑῶν ψυχικῶν (un saut du même au même est, de fait, probable à cet endroit) p. 126.6-7 ; la traduction de κινήσεων par « self induced movements » et de παϑῶν par « movements induced from without », argumentée note 1 p. 131, est surprenante, mais intéressante. Plus loin, p. 132,5, ἀπὸ κοινῶν δοξῶν est traduit par « Familial Distinctions » : les arguments présentés n. 1 p. 133 semblent ignorer que, depuis Aristote au moins, un Grec comprend couramment par là les « notions communes », tout en soulignant le fait que les citations bibliques montrent Dieu comme époux et père – expressions qui ont peut-être été jugées assez naturelles pour figurer sous cette rubrique il est vrai assez imprécise. Soucieux de ne pas réécrire un texte idéal, Peter W. Martens se garde de déplacer un certain nombre de phrases, tout en signalant en notes qu’elles seraient sans doute mieux ailleurs ; on peut se demander à cet égard si l’absence de cohérence parfaite dans un texte n’est pas à prendre comme une sorte de lectio difficilior.

Les fragments caténiques, au nombre de 41, sont introduits et édités p. 286-317 sur la base de 21 manuscrits, du 10e au 16e siècle, si l’on cumule les témoins des extraits qui sont attestés souvent par un, deux ou trois codices. Ils ne sont pas traduits, mais rapidement introduits et mis en rapport avec l’Introduction d’Adrien, avec là encore apparats biblique et critique.

Cette édition qui, sans aucun doute, fera date, laisse[5] plusieurs pistes d’approfondissement aux chercheurs qui, grâce à elle, ne manqueront pas de s’intéresser de plus près à l’Introduction d’Adrien. La première, majeure, est la comparaison des nombreuses variantes bibliques dans les citations avec les témoins connus : dans l’apparat biblique, elles sont signalées, sans plus, par « var. » ; hormis quelques considérations, notamment p. 64 à propos de l’apparat de Goessling, ou p. 116-117 pour introduire à son propre apparat, Peter W. Martens semble ne pas s’y être intéressé. Une seconde piste pourrait être offerte par l’absence, presque complète – on ne sait si elle est ou non volontaire –, de Jean Chrysostome parmi les parallèles : tout en permettant de mieux mettre en valeur les autres Antiochiens, elle prive le lecteur d’un élément de comparaison potentiellement intéressant. Une autre piste encore – suggérée par Peter Martens lui-même (note 14 p. 10) pourrait être suivie en confrontant plus précisément l’Introduction d’Adrien à l’Expositio Psalmorum de Cassiodore[6] qui, avec les Institutions, a précisément servi de modèle scolaire à la fois pour l’étude des Écritures et pour celle des belles lettres. Une dernière piste, enfin, est offerte par le contraste entre l’enviable postérité de l’œuvre de Cassiodore, par exemple, et celle, minimale, de l’Introduction d’Adrien, ou encore par l’existence en latin de plusieurs œuvres comparables et d’une véritable tradition en ce domaine, dérivée de celle de l’ars grammatica, alors qu’en grec, y compris à l’époque byzantine, la tradition scolaire conservée – hors corpus exégétique – ne semble pas avoir fait de place spécifique aux Écritures. C’est dire, là encore, tout l’intérêt de cette Introduction d’Adrien éditée par Peter W. Martens.

[1] Adrian’s Introduction to the Divine Scriptures. An Antiochene Handbook for Scriptural Interpretation, Edited with a Study, Translation, and Commentary by Peter W. Martens, Oxford Early Christian Texts, Oxford University Press, 2017, xvi + 344 p., ISBN 978-0-19-870362-4. https://global.oup.com/academic/product/adrians-introduction-to-the-divine-scriptures-9780198703624?lang=en&cc=fr L’ouvrage a été réalisé avec l’aide d’un « graduate assistant », Andrew Chornister, dûment cité p. vii.

[2] Je remercie encore Peter W. Martens pour les précieux échanges occasionnés dans la perspective de mon article : G. Bady, « La Bible dans les manuels chrétiens de rhétorique », Eruditio antiqua 6, 2014, http://www.eruditio-antiqua.mom.fr/, spécialement p. 23-26.

[3] Le 5e, ensemble bref de petites scholies sur Jb 9,9 et Ps 148,9, se laisse moins facilement identifier ; leur nature lexicale et scolaire – et non pas exégétique – est confirmée en tout cas par une phrase qui se retrouve moyennant quelques variantes dans l’Etymologicum Gudianum : Ὄρη μέν εἰσὶ φυσικῶς ὑψώματα ὄντα, ἐκ θεοῦ κατασκευασμένα, διὰ λίθων καὶ πετρῶν πεπυκνωμένα / Ὄρη, φυσικῶς ὑψώματα, ἐκ θεοῦ κατεσκευασμένα, διὰ λίθων πεπυκνωμένα.

[4] D’après Francesca Barone, que je remercie pour son avis d’experte, ce passage ne fait pas partie de l’état le plus ancien du texte, mais serait une interpolation dans la Synopse.

[5] Il faut bien sûr signaler quelque part le nombre appréciable de coquilles – mais celui qui écrit ces lignes en laisse beaucoup trop dans ses publications pour insister là-dessus : si les références en français en sont presque systématiquement émaillées (par ex. p. 328 il faut lire : « de Montfaucon, Bernard »), les mots en d’autres langues n’en sont pas non plus exempts (p. 9, l. 19, lire « Junillus » ; p. 23, l. 8, lire « ἐξηγητικόν » ; p. 30, n. 47, l. 5, lire « Thackeray » ; p. 46 l. 18, lire « λέξιν » ; p. 50, l. 5, lire « ὑποθημοσύνης » ; p. 81-87, « Biblioteca » n’a pas de « h » en italien ; p. 87, l. 22, lire ἁγίοις – j’ai vérifié l’accent dans le manuscrit ; p. 16, l. 12, faut-il lire « familiar » à la place de « familial » ?).

[6] Il convient de citer à ce propos – en attendant la suite de ce travail qui s’annonce monumental (seule la préface est éditée, mais elle est capitale) – P. Stoppacci, Cassiodoro. Expositio Psalmorum. Tradizione manoscritta, fortuna, edizione critica, Firenze, 2012. D’autres références à des éditions de texte récentes pourraient encore être ajoutées à la riche bibliographie.

Appel à contributions pour le Colloque « Les Byzantins et la Bible » (Belgrade, 22-27 août 2016)

Un appel à contributions vient d’être lancé par Reinhart Ceulemans (Leuven), Barbara Crostini (Stockholm) et Mariachiara Fincati (Milan), organisateurs du 23e Congrès international d’études byzantines qui se tiendra à Belgrade du 22 au 27 août 2916. Les réponses sont attendues avant le 30 septembre 2015.

Pour de plus amples renseignements, voici la page:

www.arts.kuleuven.be/byzantium/english

Et voici le texte de l’appel en anglais:

Recent scholarship has turned its attention to the role of the Bible in the Byzantine world, notably with two recent Dumbarton Oaks Colloquia on the Old and New Testaments respectively, but much remains to be done in bridging the gap between mainstream Byzantine studies and the activities surrounding the reading, studying and copying of the principal sacred text in Christianity. Following a successful and stimulating paper session organized within the European Association of Biblical Studies meeting in Cordoba (July 2015), we would like to continue to open a dialogue between Byzantinists and biblical scholars by proposing a broader thematic session at the International Conference.
Papers can address any period of Byzantine history but must focus on the impact and reception of the biblical text on the work of known (or unknown) scholars, writers and readers in the Greek language. Papers can be manuscript-based (e.g. work on annotations to biblical mss or their illumination), author-based (e.g. focus on a particular author’s use of the Bible), text-based (e.g. work on citations from the Bible in different authors) or period-based (e.g. intersecting the significance between a certain historical period and biblical themes). We welcome comparative contributions with respect to other languages (Latin, Hebrew, Syriac, Armenian, Arabic) and other cultures in relation to the concept of a sacred text: does its normative status encourage or impede philological study? What is the role of interpretation and what forms did it take in Byzantium? Was the Greek Bible a uniting force, or the first place of attrition between different readers, cultures and theologies?
Please send a title and short abstract (max. 3600 characters incl. spaces; no footnotes) of your proposed presentation to: barbara.crostini@gmail.com. Papers will be max. 15 mins long. We plan to publish the papers in a collected volume after peer-review. A financial contribution towards your attendance at the conference may become available.

Appel à contributions: “La philologie biblique dans les manuscrits byzantins” (Cordoue, 12-15 juillet 2015)

Dans le cadre du colloque de l’European Association of Biblical Studies (EABS) sera organisée une session sur “La philologie bilique dans les manuscrits byzantins”. La rencontre aura lieu du 12 au 15 juillet 2015 à Cordoue (Espagne) et l’appel à contributions est désormais ouvert. Les propositions peuvent être soumises jusqu’au 1er avril sur http://www.eabs.net.

On  trouvera plus d’informations sur cette session (intitulée en anglais “Biblical Philology in Byzantine Manuscripts”) à la page http://www.eabs.netF/site/biblical-philology-in-byzantine-manuscripts/. Les propositions attendues toucheront à l’étude des annotations marginales du texte biblique faites au Moyen Age au sein de la tradition grecque chrétienne. Particulièrement bienvenues sont les contributions mettant en lumière un rapprochement possible avec la culture et l’exégèse hébraïques effectué par les érudits byzantins; mais d’autres sujets peuvent être suggérés.

Pour plus d’informations, contacter Mariachiara Fincati (mc.fincati@gmail.com), Barbara Crostini (crostini.barbara@gmail.com) or Reinhart Ceulemans (reinhart.ceulemans@arts.kuleuven.be), d’où vient le présent appel.

Séminaire BIBLINDEX : séance du 14 novembre 2014

La prochaine séance du séminaire BIBLINDEX aura lieu le 14 novembre 2014, de 11h à 13h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources chrétiennes, 22, rue Sala, 69002-Lyon. Nous aurons le plaisir d’écouter :

Bernard Meunier

Les citations bibliques dans l’In Ioannem de Cyrille d’Alexandrie

Résumé :
L’exposé s’intéressera au commentaire de Jn 1, 1-29 par Cyrille d’Alexandrie, qui correspond au livre I de son Commentaire sur Jean.
Une première partie, plus philologique, autour du texte biblique lui-même, cherchera à évaluer l’intérêt du commentaire de Cyrille – et d’une nouvelle édition critique – pour de certains lieux variants comme Jn 1, 18 Dieu monogène/Fils monogène) et Jn 1, 28 (Bethania/Bethabara).
Une deuxième partie s’intéressera à l’interprétation théologique du Prologue, en se demandant:
– d’abord dans quelle mesure la notion même de “prologue” (johannique) est pertinente pour les auteurs anciens;
– ensuite, en regardant quelle lecture est faite de certains versets d’interprétation débattue (ponctuation de Jn 1, 3-4; construction de “venant dans le monde” en Jn 1, 9);
– enfin, en s’interrogeant sur l’accroche biblique et johannique de la théologie cyrillienne, à partir de la façon dont Jn 1, 14 est intégré dans un dossier scripturaire où les versets s’interprètent mutuellement, pour structurer une christologie d’en haut.

Appel à contributions : l’exégèse de saint Jérôme

Colloque international
Saint-Etienne (Université Jean Monnet)
et Lyon (Université Catholique de Lyon)

les jeudi 15 et vendredi 16 Octobre 2015.

———————————————————————-

Le dernier colloque international consacré à saint Jérôme a été organisé en 2006 à Cardiff. Il a donné lieu, comme l’ont prouvé les actes (Jerome of Stridon, His Life, Writings and Legacy, edited by A. Cain et J. Lössl, Ashgate, 2009),
à des échanges fructueux entre les chercheurs de différents pays, spécialistes de divers aspects de l’oeuvre hiéronymienne. Le travail engagé par les hiéronymiens français pour l’édition des Préfaces de Jérôme aux livres bibliques dans la collection Sources Chrétiennes (parution prévue début 2015)
invite également à poursuivre les recherches. Le colloque, qui se tiendra sur deux jours (la première journée à Saint-Étienne et la seconde à Lyon), permettra, grâce à une vingtaine de contributions (20/30mn), de se focaliser sur l’oeuvre exégétique de saint Jérôme, sur laquelle de nombreux travaux individuels ont paru ces dernières années, sans qu’il y ait eu véritablement d’ouvrage synthétique (sur l’ensemble de la question). Les actes de ce
colloque paraîtront aux PUSE (Publications de l’Université de Saint-Étienne) et constitueront une synthèse des différents visages de l’exégèse hiéronymienne.
L’objectif est d’étudier tous les aspects de l’exégèse de Jérôme, à commencer par ses révisions ou traductions des livres de la Bible qui sont bien souvent déjà des explications du texte source. Il ne s’agira pas d’envisager uniquement les commentaires consacrés à des livres précis, mais de s’intéresser à tous les épisodes
exégétiques de l’oeuvre de Jérôme, qu’ils se situent dans ses lettres, ses ouvrages polémiques ou sa prédication.
Ses sources juives, chrétiennes ou païennes, grecques ou latines, nourrissent sa réflexion et s’imbriquent les unes dans les autres pour produire un tissu exégétique original : Jérôme est un lecteur averti de Didyme l’Aveugle, d’Origène, de Philon, mais aussi de Tertullien, de Cyprien, d’Hilaire de Poitiers… autant de regards sur la
littérature patristique qui enrichissent son exégèse fondée à la fois sur l’interprétation littérale et le sens allégorique de l’Écriture, au confluent des pensées orientale et occidentale. Cette façon de lire et d’interpréter les
textes a été reçue diversement par les contemporains et les successeurs, latins et grecs, de Jérôme (Augustin, Julien d’Eclane…). Sans s’attarder sur la réception et l’influence de l’exégèse de Jérôme au Moyen-Âge, on pourra toutefois s’attacher au devenir d’un ou deux de ses commentaires ou de quelques passages fameux de son interprétation.
L’objectif de ce colloque est de croiser les regards sur l’oeuvre hiéronymienne : regards de philologues, d’exégètes, de biblistes, de médiévistes, d’historiens…
Les moyens modernes permettent aussi d’organiser, si besoin, des visio- ou webconférences, en particulier à l’UJM. Une conférence d’ouverture, plus grand public (thème à préciser), sera enregistrée et diffusée (en différé) sur le site de l’UJM. Le défraiement des contributeurs dépendra des subventions qui seront obtenues…

Date limite de proposition de contribution :
30 juin 2014 (titre + résumé de quelques lignes)
Langues : Français, Anglais, Allemand, Italien, Espagnol
Contact : aline.canellis@univ-st-etienne.fr
Comité scientifique du colloque :
Pierre Jay (Rouen), Président d’honneur ; Élie Ayroulet (UCL Lyon) ; Aline Canellis (UJM Saint-Étienne); Régis Courtray (Toulouse 2- Le Mirail) ; Benoît Jeanjean (UBO Brest) ; Laurence Mellerin (Sources Chrétiennes – Lyon) ; Bernard Meunier (Sources Chrétiennes – Lyon) ; Bertrand Pinçon (UCL Lyon, Doyen de la Faculté de Théologie).

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX : VENDREDI 16 MAI 2014

La prochaine séance du séminaire BIBLINDEX aura lieu le VENDREDI 16 MAI 2014, de 11h00 à 13h00 dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22, rue Sala, 69002-LYON.

 Françoise VINEL

Contourner le sens des Écritures (Origène, Augustin)

 Résumé :

Contourner le sens des Écritures …. c’est presque en refuser le sens, impossible de porter une telle accusation contre les Pères ! À partir de deux exemples, l’un chez Origène, l’autre chez Augustin, on essaiera cependant de voir comment des réticences s’expriment, signe d’un décalage ou d’un hiatus entre exégèse et théologie.

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX : VENDREDI 21 MARS 2014

La prochaine séance du séminaire BIBLINDEX aura lieu le VENDREDI 21 MARS 2014, de 11h à 13h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22, rue Sala, 69002-LYON. Nous écouterons

 Jean-Noël Guinot

 La Septante et les autres traductions de la Bible hébraïque

dans les commentaires de Théodoret de Cyr

 Résumé :

 Théodoret est, dans l’exégèse grecque, le dernier représentant de ce qu’il est convenu d’appeler l’« école d’Antioche ».

Il est aussi le dernier grand exégète avant l’ère des caténistes. Après le rappel de sa vie et de son œuvre exégétique (et de sa transmission), on donnera brièvement une idée de la Bible qu’il utilise et de son « canon ».

On s’attachera ensuite à l’utilisation qu’il fait de la Septante, au jugement qu’il porte sur cette traduction inspirée, aux divers instruments dont il use pour en comprendre ou éclairer le sens (recours à l’hébreu et au syriaque, aux traductions grecques d’Aquila, de Symmaque et de Théodotion en particulier, mais aussi à Flavius Josèphe). On essaiera surtout, à partir d’une série d’exemples, de montrer qu’il ne réserve pas le même traitement à toutes les variantes qu’il répertorie et que la « critique textuelle » remplit dans ses commentaires différentes fonctions.

 

 

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX : le Vendredi 24 Mai 2013

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le Vendredi  24 Mai 2013, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e :

Dominique Gonnet

L’homélie Cathédrale 77 de Sévère d’Antioche conservée en grec sur les divergences entre les récits de la Résurrection

Résumé :

Plusieurs Pères grecs cherchent à réconcilier les quatre Évangiles entre eux, en particulier leurs récits respectifs de la Résurrection. Sévère d’Antioche en est un représentant d’autant plus intéressant que ses écrits ont été condamnés par Justinien et qu’il ne subsiste le texte grec que de l’une de ses homélies, alors qu’elles sont toutes conservées en syriaque. Je réfléchirai au pourquoi de cette conservation à partir de son attribution à Hésychius de Jérusalem et à Grégoire de Nysse. L’une des raisons pourrait être le génie propre de Sévère dans l’art de cette réconciliation, art que l’on ne peut soupçonner d’hétérodoxie. Mais en même temps, ses positions dogmatiques transparaissent dans sa manière d’interpréter les Évangiles, manifestant ainsi comment exégèse et dogme sont intrinsèquement liés .

Colloque : L’exégèse des Écritures à l’heure de l’histoire de la réception

Au Collège des Bernardins à Paris
Jeudi 6 juin 2013 à 20h
Vendredi 7 juin 2013 de 9h30 à 12h15 et de 14h30 à 19h30
Voir : http://www.collegedesbernardins.fr/index.php/rencontres-a-debats/colloques/colloque-lexegese-des-ecritures-a-lheure-de-lhistoire-de-la-reception.html

Colloque dans le cadre du Festival Biblique.

Le monde des lettres et des sciences humaines bruit aujourd’hui d’« histoire de la réception. » Plusieurs éditeurs d’ouvrages en sciences bibliques y consacrent de nouvelles collections. L’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem promeut depuis plusieurs années une exégèse biblique enrichie par un nouveau regard sur les lectures anciennes des Écritures ; sous le titre de La Bible en ses Traditions, elle a ouvert un chantier scientifique visant à constituer progressivement une base de données consacrée aux Écritures et à leur réception.
Que visent ces entreprises ? S’agit-il seulement de satisfaire une (légitime) curiosité et d’établir un catalogue des opinions du passé concernant le texte sacré ? Et ne risque-t-on pas de perdre de vue l’essentiel, de dissoudre l’autorité de la Tradition dans des traditions trop humaines voire de simples opinions, ou encore d’effacer la lumière du Verbe dans les scintillements de paroles trop humaines ? Ne risque-t-on pas de relativiser l’étude scientifique de la Bible avec les lectures parfois fantaisistes qu’ont pu en faire les siècles passés ?
Le but du colloque est d’explorer, à partir de quelques exemples, la relation entre l’étude du texte biblique et celle de sa réception à travers les âges et les disciplines.

Colloque organisé par :

Abbé Alexis Leproux, Faculté Notre-Dame, Paris ;
Hervé Ponsot, directeur délégué pour le développement du chantier « La Bible en ses Traditions » ;
Père Olivier-Thomas Venard, École biblique et archéologique française de Jérusalem.

Jeudi 6 juin 2013 à 20h
Lire la Bible et l’écrire, L’étude des Écritures dans la vie de l’Église et dans la culture aujourd’hui

Table ronde animée par Régis Burnet
Conversation amicale approfondissant la problématique du colloque dans les domaines pastoral et culturel ; à partir du chantier scientifique et du projet éditorial B.e.s.t., sous forme de remarques, avertissements, propositions, objections constructives, etc.

Avec :
Abbé Olivier Artus, Commission Biblique Pontificale ;
Cardinal Philippe Barbarin, Primat des Gaules ;
M. Régis Burnet, université de Louvain ;
Monsieur Gilbert Dahan, CNRS, EPHE, Collège des Bernardins;
Abbé Alexis Leproux, Faculté Notre-Dame, Paris;
Père Olivier-Thomas Venard, École biblique et archéologique française de Jérusalem.

Vendredi 7 juin 2013
Programme :

9h : Accueil
9h15 – 9h20 : Marcel Sigrist Prologue
9h20 – 9h30 : Olivier-Thomas Venard Introduction de la journée

9h30 – 10h50
Le cas du Cantique des Cantiques : L’interprétation chrétienne du Cantique est-elle extrinsèque au texte biblique?

Guy Lobrichon, université d’Avignon : « In lectulo meo per noctes quaesiui » (Ct 3,1). Le Cantique, dialogue amoureux, trilogue invectif ou drame à six personnages ? Les embarras de l’exégèse occidentale, v. 710 – v. 1550.
Jean-Marie Auwers, université Catholique de Louvain : Annoter le Cantique des Cantiques pour La Bible en ses Traditions ou l’exercice quotidien du grand écart

10h50 – 11h
Pause

11h – 11h35
(Cantique continué)
Geneviève Fabry ; université Catholique de Louvain : Le Cantique des Cantiques dans la littérature contemporaine de langue espagnole: étude de trois cas paradigmatiques.

11h35 – 12h20
En guise d’apéritif
Régis Burnet, université Catholique de Louvain : « Que celui qui ne travaille pas ne mange pas » : petit exercice de réception dans 2 Thessaloniciens.

12h20 – 14h30 : Pause

14h30 – 15h40
Le cas de Job
Françoise Mies, FNRS – FUNDP Namur : Exégèse critique et histoire de la réception de Job : « Je sais que mon Rédempteur est vivant. »
Grégoire Quevreux, IPT- université de Nantes : Lire Job, analyse d’un désaccord entre Maïmonide et Saint-Thomas d’Aquin.

15h50 – 16h : Pause

16h – 17h10 :
La Bible en ses traditions à l’intérieur de la Bible : dynamique et diversité dans le texte biblique lui-même
Patrick Faure, Faculté Notre-Dame, Paris : En quoi la reconstitution critique du Texte Occidental des Actes manifeste-t-elle un moment authentique de leur transmission ?
Renaud Silly, E.B.A.F. : Pertinence du recours aux Pères pour l’exégèse de la Septante : Clément d’Alexandrie lecteur des Proverbes

17h10 – 17h20
Pause

17h20 – 18h30
L’importance de la réception littéraire de la Bible
Madeleine Bazin de Jessey, E.N.S. : Reflets et fulgurances de Bethsabée dans la littérature et les arts
Sylvie Parizet, université Paris Ouest Nanterre La Défense : La Bible dans la littérature mondiale: un projet éditorial

18h30 – 19h10
Conclusions
Justin Taylor, DD, Cambridge et E.B.A.F. : Peut-on encore lire la Bible comme un seul livre ?
Olivier-Thomas Venard : Synthèse

Partenaire
EBAF : Ecole biblique et archéologique Française de Jérusalem.

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX : le 12 Avril 2013

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le Vendredi  12 Avril 2013, à 11h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e :

Sébastien Grignon

L’Écriture dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille de Jérusalem

Résumé :

L’Écriture possède dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille de Jérusalem un statut contradictoire, au moins en apparence. On peut en effet, négativement, considérer que Cyrille n’est pas un exégète ; en revanche, sa prédication est saturée de citations et allusions scripturaires comme peut-être aucune autre oeuvre patristique. Mais la contradiction se résout aisément si l’on replace cette utilisation de l’Écriture dans le contexte spécifique de la catéchèse : en tant que prédication pastorale, celle-ci doit assumer une triple charge : conforter les auditeurs dans le choix qu’ils ont fait de recevoir le baptême, expliquer les articles de foi, et incarner ceux-ci dans un texte, le texte biblique précisément ; celui-ci est à son tour investi d’un double statut : en tant que texte sacré, il doit être entendu et retenu pour lui-même ; en tant que vecteur de l’histoire sainte, il sert de support à la démonstration des vérités de la foi. Ainsi l’Écriture est-elle toujours, dans ce type de prédication, susceptible d’usages divers qui ne s’excluent évidemment pas les uns les autres : usages normatif, parénétique ou argumentatif en particulier pour n’en citer que trois ; c’est à partir de ces trois axes principaux que l’on abordera, en abandonnant toute prétention à l’exhaustivité, quelques-unes des innombrables épiphanies de l’Écriture dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille. On essaiera donc, à partir d’une exemplier fourni, d’appréhender successivement trois questions : comment, vis à vis de candidats au baptême issus de divers horizons religieux, le prédicateur défend l’autorité de l’Écriture en tant que texte sacré ; ensuite comment, dans le cadre spécifique de la catéchèse, il tire de cette autorité des enseignement moraux destinés à accompagner les fidèles dans leur processus de conversion ; enfin comment s’articulent les affirmations dogmatiques qui constituent l’épine dorsale de la prédication et leur démonstration par l’Écriture.

Colloque Strasbourg, 9-12 septembre 2012 :

LA LEXICOGRAPHIE BIBLIQUE :

HÉBREU ET GREC

Sémantique – exégèse – traduction

Ce colloque, organisé par Eberhard Bons, Regine Hunziker-­Rodewald et Jan Joosten, tous les trois enseignants à l’Université de Strasbourg, « se veut un forum où de nouvelles méthodes et de nouveaux résultats pourront être présentés et discutés. Comment le sens
s’énonce-­t-­il au moyen du langage ? Comment se rapporte-­t-­il aux mots ?
Comment les mots peuvent-­ils être traduits en une autre langue, dans l’Antiquité comme à notre époque ? Voilà quelques questions qui figureront à l’ordre du jour. L’étymologie,
les champs sémantiques, les relations syntagmatiques, l’histoire des mots, les néologismes
tout cela est pertinent. En même temps, le colloque s’ouvrira sur des questions plus larges d’interprétation. La signification des textes interagit, sans s’y réduire, avec le sens des mots. » (extrait de la présentation du colloque)
Renseignements et inscriptions :
Phoebe Woods [woods@unistra.fr].
Participation aux
frais : 20 €.
Le colloque se déroulera au palais universitaire, en salle Fustel, à l’exception du dimanche 9 septembre où l’accueil et l’ouverture auront lieu en l’église saint Guillaume ; voir plan d’accès ci-­‐dessous. Palais universitaire 9 place de l’université, BP 90020, F-­‐67084
Strasbourg Cedex France

Programme colloque lexicographie-1

Événement : découverte d’homélies originales d’Origène en grec (Bayerische Staatsbibliothek, Cod. graec. 314).

Dans un communiqué de presse daté du 11 juin, la Bayerische Staatsbibliothek de Munich annonce l’extraordinaire découverte, dans un manuscrit datant du XIIe siècle, des textes en grec d’homélies sur les Psaumes d’Origène :

« Le catalogage des manuscrits grecs de la bibliothèque de Johann Jakob Fugger a donné lieu à une découverte spectaculaire à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich. Dans un de ces manuscrits, Madame Marina Molin Pradel, philologue helléniste, a trouvé et identifié de nombreux sermons sur les Psaumes d’Origène (185 – 253/54), un des plus grands théologiens de l’école d’Alexandrie, dont le texte original était inconnu jusqu’alors. Cette découverte, qui entre temps a été confirmée par Monsieur Lorenzo Perrone de l’Université de Bologne, le grand spécialiste de l’oeuvre d’Origène, est d’une importance inestimable pour les chercheurs.[…] Philosophe, théologien, philologue et prédicateur, Origène a fortement influencé l’histoire des idées de l’Antiquité tardive jusqu’à nos jours. Ses sermons et ses commentaires sur les Psaumes ne subsistaient jusqu’à maintenant que sous forme de fragments ou en traduction latine. Le volumineux manuscript grec, d’aspect fort modeste, dont le véritable contenu a été identifié, date du XIIe siècle. Cette découverte est d’une importance capitale, qu’il s’agisse de la date de ces textes ou de leur ampleur. Elle va faire l’objet de vives discussions de la part des chercheurs et spécialistes et va permettre d’acquérir de nouvelles connaissances sur le texte de la version grecque de la bible. Tous les Pères de l’Eglise avaient lu Origène et ont subi son influence. Cette découverte va permettre d’étudier des textes jusqu’alors inconnus, constate Monsieur Rolf Griebel, Directeur général de la Bayerische Staatsbibliothek.

« Après avoir été restauré, le manuscript sera présenté pour la première fois au public dans le cadre d’un symposium le 5 décembre 2012 à la Bayerische Staatsbibliothek. Un colloque consacré à l’analyse des textes réunissant les spécialistes se réunira le 25 juin 2012 à l’université de Padoue dans le cadre de journées d’études de paléographie grecque. La publication d’une étude critique des textes, sous la direction de Monsieur Lorenzo Perrone est prévue. »

Déjà numérisé par la bibliothèque, le manuscrit peut être consulté en ligne ICI : (www.digitale-sammlungen.de -> “Homiliae in psalmos”)

Contact:
Dr. Claudia Fabian
Bayerische Staatsbibliothek, Ludwigstr. 16, 80539 München, Allemagne
Tel. +49-89-28638-2255
claudia.fabian@bsb-muenchen.de

Prochaine séance du séminaire BIBLINDEX

La prochaine séance du Séminaire BIBLINDEX aura lieu le Lundi 12 Mars 2012, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Laurence VIANÈS

Le sens éthique comme prolongement du sens historique chez Apollinaire de Laodicée dans le commentaire des Psaumes : un point commun avec Théodore de Mopsueste ?

Résumé :

Apollinaire de Laodicée, né à Antioche avant 310 et mort après 390, est surtout connu pour sa théologie déviante : après avoir été un nicéen convaincu, il proposa une christologie selon laquelle le Logos tenait lieu d’âme pour l’homme Jésus dans un corps reçu de la Vierge. Ses écrits, tout en étant combattus par les Cappadociens et par tous les autres partis théologiques, ont influencé fortement le courant alexandrin de la christologie jusqu’aux monophysites mêmes. Les commentaires bibliques d’Apollinaire ne nous sont accessibles qu’à l’état fragmentaire : ils ont été récupérés par de minutieux travaux sur les chaînes exégétiques. Leur contenu a été très peu étudié jusqu’ici.

La communication montrera qu’Apollinaire se montre non-alexandrin en exégèse, puisqu’il retient pour chaque texte un seul sens et refuse la superposition de type origénien. Pourtant il ne répudie aucunement la valeur des psaumes pour les chrétiens, il l’accentue même au contraire, en considérant très souvent que le sens historique du texte concerne sa propre époque, le IVe siècle. La clé de son interprétation semble résider dans l’idée que le Psalmiste, en bon écrivain, s’identifie aux personnages les plus divers et cherche à résumer dans ses paroles toute l’expérience humaine. On recherchera la paternité de cette idée, et on proposera qu’elle ait inspiré Théodore de Mopsueste pour son traitement des citations vétérotestamentaires dans le Nouveau Testament.

Prochaine séance du séminaire Biblindex

La prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu le Mercredi 8 Février 2012, de 11h à 13h à l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

Hélène GRELIER-DENEUX

parlera de

L’exploitation de la Bible par Apolinaire de Laodicée dans ses controverses doctrinales

Résumé :

Apolinaire de Laodicée, connu surtout par sa christologie, fut aussi un exégète célèbre à son époque d’après quelques témoignages. Un tel fait laisse supposer que ses principes herméneutiques méritent attention, dans la mesure toutefois où son corpus fragmentaire, et donc limité, permet d’en apprécier les composantes. Dans les fragments doctrinaux, pour la plupart, édités par H. Lietzmann, Apolinaire revient sur des passages bibliques amplement débattus avant et après lui dans les controverses christologiques. Notre enquête visera donc à élucider les versets importants pour l’élaboration de sa doctrine en fonction des enjeux propres à chaque controverse, dans la mesure où ils sont identifiables. Il s’agira aussi de voir si l’interprétation d’Apolinaire constitue un nouveau jalon dans la réflexion christologique du milieu et de la fin du IVe siècle, et dans quelle mesure on peut dire qu’elle ouvre à des problèmes nouveaux face auxquels ses successeurs doivent se positionner. Ce faisant, peut-on repérer des matrices et techniques de lecture récurrentes qui permettraient de qualifier son exégèse doctrinale ?


Le prophète Malachie dans La Bible d’Alexandrie

Le volume 23. 12 de la collection « La Bible d’Alexandrie », contenant le livre du prophète Malachie,  vient de paraître aux éditions du Cerf. La traduction du texte grec de la Septante, l’introduction et les notes ont été réalisées par Laurence Vianès. La table des matières du volume est consultable sur le site des éditions du Cerf à l’adresse suivante : http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichetm.asp?n_liv_cerf=9345 Broché: 176 pages
ISBN-10: 2204094781
ISBN-13: 978-2204094788

Dans ce nouveau volume extrêmement riche de « La Bible d’Alexandrie », on trouvera une  analyse minutieuse du  texte grec du prophète Malachie, des études de vocabulaire et de langue, accompagnant la traduction française. Laurence Vianès compare  le texte grec de la Septante avec le texte massorétique, avec les autres versions grecques et latines, les documents de la Mer Morte, et à l’occasion avec le Targum et la littérature rabbinique, pour mieux préciser, le souligne-t-elle dans une présentation du volume qu’elle nous a fournie, « la façon dont les traducteurs juifs hellénisés ont traité leur source biblique. » Avertie des discussions actuelles dans le domaine de l’exégèse, l’auteure ne néglige pas de prendre position sur les questions les plus débattues. »On découvre ainsi parfois – précise Laurence Vianès – que certaines démonstrations qui prétendent s’appuyer sur l’autorité de la Septante, s’en réclament à tort. Le texte grec de Malachie condamne-t-il absolument le divorce, ou le considère-t-il comme un moindre mal ? Parle-t-il des mariages mixtes ? Comment envisage-t-il les relations entre les prêtres et les lévites et leur dignité respective ? Quel genre de récompense promet-il aux justes, lorsque se lèvera le « soleil de justice » pour le Jour du Seigneur ? A toutes ces questions, le livre montre quelles réponses ont été apportées au cours des siècles « du côté grec », par la Septante elle-même, par ses premiers lecteurs juifs et par les chrétiens qui dans l’Antiquité l’ont abondamment méditée et commentée. »